IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un employé d'une ville japonaise perd une clé USB contenant les détails personnels de chaque résident après une soirée arrosée
Elle contenait les informations de près d'un demi-million d'habitants

Le , par Stéphane le calme

187PARTAGES

14  0 
Une ville du Japon a été forcée de s'excuser après qu'un entrepreneur a reconnu avoir perdu une clé USB contenant les données personnelles de près d'un demi-million d'habitants après une soirée alcoolisée.

Des responsables d'Amagasaki, dans l'ouest du Japon, ont déclaré que l'homme, un employé d'un entrepreneur privé engagé pour superviser les paiements de secours de Covid-19 aux ménages locaux, avait pris la clé USB des bureaux de la ville pour transférer les données dans un centre d'appels à proximité d'Osaka. L’homme, qui n’a pas été nommé, a transféré les données mardi, puis s’est rendu dans un restaurant avec trois de ses collègues de Biprogy Inc., a déclaré Yuji Takeuchi, président de la filiale Kansai de la société, lors d’une conférence de presse vendredi.

Après avoir passé le mardi soir à boire dans un restaurant, il s'est rendu compte en rentrant chez lui que le sac contenant le disque avait disparu, ainsi que les détails personnels des 460 000 habitants d'Amagasaki. Il a signalé la perte à la police le lendemain matin.

Les informations comprenaient les noms, adresses et dates de naissance des résidents, ainsi que les détails de leurs paiements de taxe de séjour et les numéros de compte bancaire de ceux qui reçoivent des allocations familiales et d'autres prestations sociales, selon l'Asahi Shimbun.

Toutes les informations sont chiffrées et protégées par un mot de passe, et aucune fuite de données n'a été signalée.


Ville d'Amagasaki, située au nord-ouest d'Osaka, Japon

« Nous regrettons profondément d'avoir nui à la confiance du public dans l'administration de la ville », a déclaré un responsable d'Amagasaki aux journalistes.

La ville a déclaré dans un communiqué qu'elle « assurerait la gestion de la sécurité lors du traitement des données électroniques ». Nous travaillerons à regagner la confiance de nos résidents en les sensibilisant à l'importance de protéger les renseignements personnels.

Les « nomikai », ou soirées à boire après le travail, sont courantes dans les lieux de travail japonais et sont utilisées pour favoriser des relations étroites avec les employés. On s’attend néanmoins à ce qu’ils se présentent au bureau le matin.

Tout est bien qui finit bien, cependant : l’homme a pu récupérer son sac avec l’aide de sa compagnie de téléphonie mobile, a déclaré Takeuchi.

Akiyoshi Hiraoka, PDG et président de Biprogy Inc., basée à Tokyo, qui a été sous-traitée pour gérer l’aide financière d’Amagasaki pendant la pandémie de Covid, a déclaré lors de la même conférence de presse que le cryptage et les mots de passe des deux appareils n’avaient pas été modifiés.

Il a ajouté que son employé avait enfreint les règles de l’entreprise en transférant les données sur des supports portables comme des clés USB. Il a déclaré que l’entreprise n’avait pas décidé comment punir l’homme, mais qu’elle prendrait des mesures strictes après avoir examiné les faits.

Takeuchi a déclaré que la société surveillerait le dark web pour s’assurer que les données n’avaient pas été divulguées.

Ce n'est pas la première fois qu'un gouvernement local est pris au dépourvu dans le cadre de l'aide de Covid-19.

Le mois dernier, un homme de la ville d'Abu a reçu par erreur 46,3 millions de yens (environ 325 000 euros) dans des fonds de secours Covid-19 destinés à 463 ménages à faible revenu. Les autorités locales ont déclaré cette semaine qu'elles avaient récupéré tout l'argent des agences de paiement en ligne après que l'homme a affirmé qu'il avait joué la totalité du montant.

L'incident d'Amagasaki soulève des inquiétudes quant à l'utilisation continue de technologies obsolètes par certaines entités japonaises.

La semaine dernière, les médias ont déclaré que des dizaines d'entreprises et d'organismes publics se précipitaient pour migrer d'Internet Explorer avant que Microsoft ne retire le navigateur à minuit mercredi dernier.

Un sentiment de « panique » s'est emparé des entreprises et des agences gouvernementales qui ont mis du temps à mettre fin à leur dépendance à IE avant que Microsoft n'interrompe officiellement les services d'assistance, laissant les utilisateurs restants vulnérables aux bogues et au piratage.

Source : déclarations du président de la filiale Kansai

Et vous ?

Selon vous, qui devrait en porter la responsabilité ? Pourquoi ?
Les « nomikai », ou soirées à boire après le travail, devraient-elles être limitées ou proscrites ? Dans quelle mesure ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sanderbe
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/06/2022 à 23:07
Bonsoir,

Un employé d'une ville japonaise perd une clef USB contenant les détails personnels de chaque résident, elle contient les noms, adresses, dates de naissance et détails fiscaux de près d'un demi-million d'habitants

Selon vous, qui devrait en porter la responsabilité ?
Les employés / prestataires qui ont utilisés des clefs usb ! Le cloud et les connexions sécurisés existent ... C'est pas ce qui manque au Japon . NTT Docomo, Soft Bank Vodafone, KDDI ...

Pourquoi ?
Le code d'honneur japonais est on ne peut plus clair ... Une personne qui commet une faute , doit faire des excuses publiques. Au moins les entreprises japonaises sont reconnues pour leur sérieux et fiabilités.

Les « nomikai », ou soirées à boire après le travail, devraient-elles être limitées ou proscrites ?
On pourrait aussi interdire les afterwork oui ... Un peu de serieux . Non rien à interdire .

Dans quelle mesure ?
On peut faire la fête sans se bourrer la gueule ... Je suis belge , pourtant je ne consomme pas de bière et de fume pas . Ne venez pas me titiller avec du vin rouge franchouillard , je vais rester un peu chauvin sur les bords aux bonnes vielles valeurs du plats pays
2  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 30/06/2022 à 9:05
Citation Envoyé par sanderbe Voir le message
Je suis belge , pourtant je ne consomme pas de bière
Quelle indignité
2  0