IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon se dit injustement visé par le projet de loi antitrust américain,
Dans le meme temps, les grandes entreprises technologiques redoublent d'efforts pour faire échouer le projet de loi

Le , par Bruno

378PARTAGES

4  0 
Poids lourd de la vente en ligne, de l'informatique dématérialisée, de la publicité numérique, du streaming et des haut-parleurs intelligents, le géant de la technologie Amazon essayerait d'utiliser son pouvoir pour contraindre les entreprises de taille moyenne ou startup à s'engager avec lui sur d'autres marchés. Face à la proposition de loi antitrust qui vise à lutter contre les pratiques anticoncurrentielles des grandes entreprises technologiques. Amazon se dit injustement visé par le projet de loi antitrust américain.

La loi AICOA (American Innovation and Choice Online Act), menée par les sénateurs Amy Klobuchar (D-MN) et le représentant de la Chambre des représentants David Cicilline (D-RI), est un projet de loi bipartisan, soutenu par les démocrates et les républicains au Sénat et à la Chambre. Il est toujours en cours d'examen au Congrès.


Le projet de loi interdit à certaines plateformes de promouvoir de manière déloyale leurs propres produits et services d'une manière qui empêche ou entrave la concurrence d'entreprises tierces. Seraient concernées les plateformes ayant plus de 50 millions d'utilisateurs mensuels actifs aux États-Unis ou plus de 100 000 utilisateurs professionnels américains, et plus de 550 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel ou de capitalisation boursière ou plus d'un milliard d'utilisateurs dans le monde, qui agissent comme un "partenaire commercial essentiel" pour les fournisseurs.

En pratique, cela signifierait qu'Amazon ne serait pas en mesure de pousser ses propres produits et ceux vendus par les vendeurs qui ont adhéré à son programme Fulfillment by Amazon, au détriment des autres vendeurs. Les entreprises qui vendent des produits via le programme FBA paient le géant du commerce électronique pour stocker et emballer leurs marchandises dans les entrepôts d'Amazon. En retour, Amazon classe ces articles plus hauts sur son site Web et les envoie plus rapidement aux consommateurs grâce à son service de livraison Prime.

Amazon a fait valoir que la loi, si elle était adoptée, l'obligerait à ouvrir son service Prime à des fournisseurs tiers qui peuvent également livrer des marchandises. « Le projet de loi vaguement formulé par la sénatrice Klobuchar obligerait Amazon à autoriser d'autres fournisseurs de services logistiques à exécuter les commandes Prime », a déclaré Brian Huseman, vice-président de la politique publique de la société, dans un communiqué mercredi.

« Un tel mandat rendrait difficile, et potentiellement impossible dans la pratique, pour Amazon et nos partenaires de vente d'offrir des produits avec la livraison gratuite de Prime en deux jours (et encore moins en un jour) ».

Huseman a tenu à rappeler au Congrès que son programme FBA soutient plus de 1,8 million d'emplois, y compris les personnes travaillant dans les petites entreprises, et le million de travailleurs employés pour travailler dans ses entrepôts et son réseau de livraison. Il a également reproché à l'AICOA de cibler injustement Amazon tout en épargnant des géants du commerce de détail similaires comme Walmart ou Target.

Selon un rapport, Amazon aurait essayé d'utiliser son statut pour contraindre Ecobee, une société canadienne de domotique qui fabrique des thermostats intelligents, des capteurs de température, des interrupteurs d'éclairage intelligents, des caméras intelligentes et des capteurs de contact, à utiliser ses produits pour collecter les données des utilisateurs. L'entreprise de Jeff Bezos aurait utilisé pour cela des menaces sur la capacité d'Ecobee à vendre ses produits sur Amazon.

L'année dernière, Amazon aurait demandé au fabricant d’équipements intelligents Ecobee de lui fournir les données de ses appareils à commande vocale, quand bien même les clients ne les utilisaient pas. La « petite entreprise » canadienne aurait refusé, car elle craignait que le fait de se conformer à cette demande ne porte atteinte à la vie privée des clients. Les appareils d'Ecobee fonctionnent avec Alexa, l'assistant vocal d'Amazon, et la société partageait déjà certaines données avec Amazon, a expliqué une source anonyme.

De plus, l'entreprise craignait qu'Amazon ne glane des informations sur les utilisateurs d'Ecobee qu'elle pourrait utiliser dans des produits concurrents. Amazon aurait alors répondu que si Ecobee ne communiquait pas ses données, ce refus pourrait affecter la capacité d'Ecobee à vendre sur la célèbre plateforme de vente en ligne d'Amazon.

Le projet de loi antitrust américain « ne vise qu'un seul détaillant américain, Amazon », a déclaré Huseman. Il a affirmé que Walmart, qui dispose d'une place de marché en ligne, « avait un chiffre d'affaires annuel de 559 milliards de dollars, soit près de 90 milliards de dollars de plus qu'Amazon », et qu'il était pourtant exclu des règles en raison du dédale des conditions d'éligibilité.

D'autres concurrents disposant de souks en ligne seraient également exemptés, selon Amazon, à savoir : CVS, dont le chiffre d'affaires annuel s'élève à 292 milliards de dollars ; Costco, qui a réalisé 196 milliards de dollars ; et Target, basé dans l'État natal de la sénatrice Klobuchar, le Minnesota, qui a enregistré 106 milliards de dollars.

Huseman a écrit qu'Amazon était distingué en raison de la loi AICOA qui « exige une valeur de marché d'au moins 550 milliards de dollars pour se qualifier pour la réglementation », bien que notre lecture de la législation à l'heure actuelle est qu'une plateforme en ligne doit avoir au moins 550 milliards de dollars de ventes annuelles ou de capitalisation boursière pour déclencher cette partie des exigences, et Walmart avec 559 milliards de dollars de revenus se qualifie tout juste. Reste à savoir si Walmart remplit toutes les conditions.

La sénatrice Klobuchar aurait légèrement révisé le projet de loi la semaine dernière après avoir entendu les préoccupations des républicains et des démocrates. Il y avait une crainte, poussée par les lobbyistes de la technologie, que les pouvoirs étendus puissent affecter des choses comme Google Docs et Amazon Prime, et certains sénateurs démocrates ont estimé que tout cela pourrait se retourner contre eux lors des élections de mi-mandat. Entre-temps, les dirigeants démocrates espèrent faire voter le projet de loi d'ici l'été.

Les grandes entreprises technologiques redoublent d'efforts pour faire échouer le projet de loi antitrust

Amazon, Apple, Google et Meta s'emploient à faire échouer les règles relatives aux données.Après que la Californie et d'autres États ont commencé à adopter des lois sur la vie privée, a déclaré Justin Brookman, directeur de la politique technologique pour Consumer Reports, il y a eu un pivot, et les entreprises technologiques ont alors dit que la législation des États était une idée terrible parce qu'elles ne voulaient pas avoir affaire à des lois différentes dans chaque État.

Les grandes entreprises technologiques ont lancé un blitz médiatique visant à faire dérailler l'un des projets de loi bipartisans les plus novateurs des États-Unis, qui interdiraient aux entreprises technologiques, comme Amazon.com de donner la préférence à leurs propres entreprises sur leurs sites Web. Amazon a fustigé le projet de loi en déclarant dans un billet de blog que le projet de loi « met en péril deux des choses que les consommateurs américains aiment le plus chez Amazon : le vaste choix et les bas prix rendus possibles par l'ouverture de notre magasin à des partenaires de vente tiers, et la promesse d'une livraison rapide et gratuite grâce à Amazon Prime ».

Il a fait valoir que le projet de loi cible un seul détaillant, Amazon, en exigeant une valeur marchande d'au moins 550 milliards de dollars pour se qualifier pour la réglementation, excluant ainsi Walmart et Target. La sénatrice démocrate Amy Klobuchar et le sénateur républicain Chuck Grassley sont les principaux cosponsors du projet de loi. La Chamber of Progress a déclaré à la fin du mois dernier que le projet de loi, s'il devenait loi, « briserait des produits de consommation populaires, notamment Amazon Prime, Google Maps et les applications Apple pour l'iPhone. Elle a diffusé une publicité en ligne disant que "la sénatrice Klobuchar veut effacer Amazon Basics », les produits de la marque Amazon.

Amazon a fait valoir que le projet de loi pourrait nuire aux centaines de milliers de petites entreprises qui vendent des biens sur son site Web, car les amendes élevées qu'elle inflige en cas d'infraction « rendraient difficile de justifier le risque que représente le fait qu'Amazon offre une place de marché à laquelle les partenaires de vente peuvent participer. »

Et maintenant que cela se produit, a-t-il dit, elles ont décidé d'essayer agressivement de pousser leurs propres projets de loi terribles. Brookman a déclaré qu'il était sceptique quant aux chances d'obtenir une loi fédérale sur la protection de la vie privée dans un avenir proche, bien qu'il suggère qu'il y a plus de chances maintenant que des États comme la Californie et le Connecticut ont des lois assez fortes sur la protection de la vie privée.

Bien que les électeurs puissent être en faveur d'une répression et d'un relâchement de l'emprise de Big Tech, ce n'est pas une priorité pour l'instant au même titre que l'inflation et la sécurité de l'emploi, à en juger par certains sondages.

« Si le Congrès estime que le secteur hautement concurrentiel de la vente au détail a besoin d'être réglementé, nous nous réjouissons de l'occasion qui nous est donnée d'identifier et de traiter les préoccupations légitimes des législateurs », a ajouté Huseman d'Amazon. « Mais les propositions de loi que le Congrès examine actuellement, qui tentent de couvrir largement cinq entreprises, chacune avec un modèle d'affaires très différent, devraient être reconsidérées. »

Le responsable politique de la Chambre de commerce américaine, Neil Bradley, a déclaré au sujet de la version révisée : « cette législation nuirait irrémédiablement à l'économie et à l'innovation américaines. Elle ne répond pas aux préoccupations bipartites selon lesquelles elle compromettrait notre sécurité nationale, la cybersécurité, la vie privée et la compétitivité internationale et nuirait aux consommateurs. Une telle approche alimentera davantage l'inflation, limitera les choix et sapera l'investissement dans l'innovation en injectant une incertitude réglementaire sur le marché au pire moment possible. »

« À qui faites-vous confiance ? Le plus grand détaillant en ligne d'Amérique, qui a déjà fait ses preuves en matière d'escroquerie aux petites entreprises et de mensonges sur l'impact de ce projet de loi, ou les petites entreprises elles-mêmes ? » a déclaré un porte-parole de la sénatrice Klobuchar.

« Prenez Small Business Rising, un groupe d'entreprises de tout le pays, qui a déclaré que ce projet de loi est une partie essentielle de la solution aux préjudices causés par le pouvoir démesuré des géants de la technologie' ou l'Association nationale des distributeurs en gros, qui représente 30 000 employeurs et a déclaré que si ce projet de loi n'est pas avancé, la concurrence et l'innovation continueront d'être supprimées au détriment des consommateurs et des petites et moyennes entreprises ». « Ou encore la Main Street Alliance, qui a déclaré que le projet de loi est une "victoire pour les petites entreprises". Nous prendrons le parti des petites entreprises et des consommateurs pas le parti des grands monopoles technologiques. »

Et vous ?

Comment trouvez-vous ces pratiques d'Amazon ?

À qui faites-vous confiance ? Le plus grand détaillant en ligne d'Amérique ou les petites entreprises elles-mêmes ?

Voir aussi :

Bill Gates : ne démantelez pas les géants de la technologie, cela n'arrêtera pas les comportements anticoncurrentiels, il est plutôt préférable de les réglementer, selon lui

Un sénateur américain présente un plan pour démanteler les Big Tech anticoncurrentielles, dans un projet de loi visant à interdire toutes fusions et acquisitions

La FTC exige des données sur les rachats de sociétés de Google, Amazon, Apple, Facebook, Microsoft, à cause des préoccupations de comportements potentiellement anticoncurrentiels

Microsoft confirme l'acquisition de la société d'IA, Nuance Communications, pour près de 20 milliards $, soit la plus importante acquisition après LinkedIn

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/06/2022 à 19:43
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Le dessin résume bien le thème de l'article.
Mais pas le degré de perversité de ces entreprises. Plusieurs sites qui offrent l'espace pour le commerce en ligne sont financé par des grandes boite comme Amazon. Et servent en fait d'outil d'espionnage afin de découvrir les trucs qui se ventent bien. Et à partir de ces données ces boîtes offrent des produits concurentielles.
0  0