IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les commandes de robots ont augmenté de 40% au premier trimestre tandis que les employeurs désespérés cherchent à remédier aux pénuries de main-d'œuvre
Selon un rapport

Le , par Stéphane le calme

271PARTAGES

14  0 
Alors que les employeurs aux États-Unis cherchent des moyens de combler les pénuries de main-d'œuvre, beaucoup se tournent de plus en plus vers l'aide de la technologie automatisée et des robots. Bien que le passage à l'automatisation ne soit certainement pas un phénomène nouveau, il est devenu un baume pour les entreprises qui ont du mal à répondre à la demande sur un marché récemment tendu. Les commandes de robots ont augmenté de 40 % au premier trimestre 2022 par rapport à la même période en 2021 et de 21 % au total en 2021, selon l'Association for Advancing Automation, portant l'industrie à une valeur estimée de 1,6 milliard de dollars.

« Les gens veulent supprimer la main-d'œuvre », a déclaré le PDG d'Ametek Inc., David A. Zapico en novembre, notant que la société d'équipements automatiques avait « tourné à plein régime » pour répondre à la demande.

La hausse des salaires et la pénurie de main-d'œuvre, aggravées par l'augmentation de l'absentéisme lié au Covid-19, modifient l'attitude de certains fabricants à l'égard de la robotique, ont déclaré des dirigeants. Les robots offrent au moins une solution temporaire aux entreprises confrontées à des difficultés d'embauche sur le marché du travail le plus tendu depuis la Seconde Guerre mondiale, entaché par la pandémie, des taux de démission record et de vastes turbulences économiques.

En mars, les offres d'emploi aux États-Unis ont atteint un niveau record de 11,5 millions, et certains experts ont prédit que la crise du travail pourrait durer plusieurs années. Les pénuries ont déjà eu un impact significatif sur tout, des voyages en avion au commerce de détail, car les entreprises sont obligées de réduire leur production avec moins de ressources.

La technologie de pointe, cependant, permet aux machines d'aider un nombre croissant de secteurs industriels, tout en devenant plus accessibles.

Delphon, un fabricant d'emballages pour semi-conducteurs basé à Hayward, en Californie, a perdu 40 % de ses jours de production en janvier lorsque le coronavirus s'est propagé à ses effectifs. La perturbation a accéléré l'achat par la société de trois robots supplémentaires plus tôt cette année, a déclaré Joe Montano, directeur général de Delphon Industries LLC.

Les fabricants aux États-Unis, où les travailleurs sont généralement abondants et les salaires stables, ont été plus lents à adopter la robotique que ceux de certains autres pays industrialisés. Selon la Fédération internationale de robotique, le nombre de robots déployés aux États-Unis pour 10 000 travailleurs est traditionnellement à la traîne de pays comme la Corée du Sud, le Japon et l'Allemagne.

L'utilisation de robots industriels en Amérique du Nord pendant des années s'était concentrée dans l'industrie automobile, où les robots assumaient des tâches répétitives telles que le soudage sur les chaînes de montage. Alors que les constructeurs automobiles et les fabricants de composants automobiles représentaient 71% des commandes de robots en 2016, leur part est tombée à 42% en 2021, a déclaré l'association d'automatisation. Pendant ce temps, les robots ont fait des incursions dans d'autres secteurs, notamment la production alimentaire, les produits de consommation et les produits pharmaceutiques. Les dirigeants ont déclaré que les capacités améliorées permettent aux robots d'être programmés pour des tâches plus complexes nécessitant un mélange de force et d'agilité.

Chez Athena Manufacturing LP, une entreprise de fabrication et d'usinage d'équipements métalliques utilisés dans les industries des semi-conducteurs, de l'énergie et de l'aérospatiale, le directeur financier John Newman a déclaré que les clients augmentaient les commandes, mais Athena a eu du mal à trouver suffisamment de travailleurs pour effectuer un deuxième service en semaine et le week-end.

La société d'Austin, au Texas, a acheté sept robots au cours des 18 derniers mois, dont un qui meule les soudures sur des cadres en acier pour maintenir des équipements semi-conducteurs. Newman a déclaré qu'Athena avait dépensé plus de 800 000 dollars en robots, dont environ 225 000 dollars pour le seul robot de meulage. Les investissements visaient à augmenter la capacité d'Athena à gérer les commandes, a-t-il dit, plus qu'à réduire les coûts.


Le meulage des soudures sur une crémaillère prenait généralement environ trois heures à un employé, mais le robot est désormais capable de le faire en 30 minutes, a-t-il déclaré. Newman a déclaré que le robot peut appliquer plus de force avec un outil de meulage qu'un humain, ce qui réduit le temps nécessaire pour créer un joint soudé lisse. « Le robot ne s'arrête pas pour se reposer, et c'est compréhensible pour un humain, car c'est un travail difficile », a-t-il déclaré.

L'acquisition du robot de meulage a demandé à Athena environ quatre ans de recherche et d'ingénierie, a déclaré Newman, y compris l'aide de 3M Co., qui fournit les matériaux abrasifs utilisés dans l'outil de meulage utilisé par le robot. Athena a déployé six autres robots, dont quatre soudent les racks et deux chargent le métal dans les machines. La plupart de ces robots prêts à l'emploi ont été livrés en quelques semaines et peuvent être programmés à distance à partir d'une application téléphonique, a-t-il déclaré.

« Les robots sont de plus en plus faciles à utiliser », a déclaré Michael Cicco, directeur général du fournisseur de robots industriels Fanuc America. « Les entreprises avaient l'habitude de penser que l'automatisation était trop difficile ou trop coûteuse à mettre en œuvre ».

Mais à mesure que l'utilisation des robots augmente, certains s'inquiètent du fait que les machines remplacent définitivement les travailleurs humains même lorsque la crise du travail va finir par s'atténuer. « L'automatisation, si elle va très vite, peut détruire beaucoup d'emplois », a déclaré Daron Acemoglu, professeur d'économie au Massachusetts Institute of Technology. « La pénurie de main-d'œuvre ne va pas durer. Elle est temporaire », a-t-il noté.

Chez Delphon, Montano a déclaré que la société avait commencé à louer des robots il y a environ quatre ans pour réduire les dépenses initiales. L'entreprise compte désormais 10 robots, dont quatre dits cobots qui fonctionnent côte à côte avec les employés.

Source : Advancing Automation

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 31/05/2022 à 0:58
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Mes propositions sont de bon sens et montrent ma parfaite connaissance de l'économie.

Toi tu votes Mélenchon ça veux juste dire que c'est toi qui comprends rien

C'est surtout que ton commentaire est vide de sens, il n'y a rien, aucune proposition ou information utile, c'est du trollage de très bas étage, rien d'autre.
Mon commentaire est au contraire totalement pertinent, et surtout très juste
Un tel niveau de troll, c'est juste...
2  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/05/2022 à 16:57
Pour répondre à la prétendument "pénurie de main-d'œuvre" il suffirait de supprimer le RSA, les allocations chômage, l'APL, les allocations familiales, l'ACMU, de changer l'âge de la retraite à 70 ans, et la ça serait la fin de la "pénurie", les feignants seraient bien obligés d'aller bosser. "Le travail c'est la santé", c'est pas moi qui ait inventé cet excellent adage, repris à juste titre par Staline quand il parlais des Goulags

Et puis les études supérieures gratuite c'est une connerie, on a pas besoin d'un Bac+5 pour aller faire la plonge dans un restaurant, ça fait encore 5 ans de gagné en plus à travailler au lieu de rien foutre.
Le Bac aussi ne sert quasiment à rien, ça devrait être réservé à une petite élite, comme les enfants de riches par exemple, on devrait envoyer les gosses bosser après le BEPC, comme autrefois, et voila, encore 3 ans de boulot en sus de gagné !
0  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/05/2022 à 17:32
Mes propositions sont de bon sens et montrent ma parfaite connaissance de l'économie.

Toi tu votes Mélenchon ça veux juste dire que c'est toi qui comprends rien

C'est surtout que ton commentaire est vide de sens, il n'y a rien, aucune proposition ou information utile, c'est du trollage de très bas étage, rien d'autre.
Mon commentaire est au contraire totalement pertinent, et surtout très juste
0  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/05/2022 à 17:20
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Pour répondre à la prétendument "pénurie de main-d'œuvre" il suffirait de supprimer le RSA, les allocations chômage, l'APL, les allocations familiales, l'ACMU, de changer l'âge de la retraite à 70 ans, et la ça serait la fin de la "pénurie", les feignants seraient bien obligés d'aller bosser. "Le travail c'est la santé", c'est pas moi qui ait inventé cet excellent adage, repris à juste titre par Staline quand il parlais des Goulags
Bravo. Un exemple qu'en ne comprenant pas l'économie, il suffit juste d'être réac et de trouver des coupable et de prôner des mesures débiles au lieu de réfléchir un peu...
1  3