IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les employés d'Activision Blizzard remportent leur vote syndical malgré la pression de leur employeur

Le , par Stéphane le calme

244PARTAGES

6  1 
La Game Workers Alliance, le syndicat des travailleurs de l'assurance qualité du studio Raven Software, filiale d'Activision, a remporté son vote syndical. Les votes ont été comptés le 23 mai et le syndicat a été adopté à 19 votes sur 22 avec deux bulletins de vote contestés. L'élection fait de la Game Workers Alliance (GWA) le premier syndicat d'Activision Blizzard et seulement le deuxième syndicat officiel de l'industrie américaine du jeu vidéo.

À la fin de l'année dernière, Raven Software, la filiale d'Activision Blizzard qui développe les jeux Call of Duty, a soudainement licencié environ un tiers des testeurs QA (contrôle qualité) du groupe après des mois à promettre une meilleure rémunération. Les travailleurs d'Activision Blizzard ont décidé d’entrer en grève dans la foulée, début décembre, soutenue par le mouvement ABK Workers Alliance, qui œuvre depuis des mois pour former un syndicat. Une grève qui a pris fin en janvier, suite à des événements entourant Activision-Blizzard.

Plus de 30 testeurs d'assurance qualité chez Raven Software, géré par Activision Blizzard, ont officiellement demandé à la direction de reconnaître leur syndicat.

Les 34 testeurs, pour la plupart chargés de travailler sur le jeu populaire Call of Duty: Warzone, ont reçu une majorité de signatures au sein de leur département pour former un syndicat. Les travailleurs de l'aspirant syndicat ont cité les licenciements récents, les heures supplémentaires excessives, les bas salaires, les attentes de délocalisation et les allégations de culture d'entreprise toxique au sein de leur société mère comme raisons les motivant à se syndiquer.

Activision Blizzard a déclaré dans un communiqué qu'il « examinait attentivement la demande de reconnaissance volontaire ». Il a ajouté qu'il estimait « qu'une relation directe entre l'entreprise et les membres de son équipe offre les meilleures opportunités aux collaborateurs », mais qu'il respecterait les droits des travailleurs à adhérer à un syndicat.

Dans un dossier déposé mercredi 19 janvier auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, la société a déclaré qu'aucun de ses employés ne faisait partie d'un syndicat et qu'à sa connaissance, il n'y avait pas de grève ou d'arrêt de travail en cours. Pourtant, plusieurs dizaines de travailleurs de l'entreprise ont été engagés dans un arrêt de travail de plusieurs semaines, qui a commencé après que la direction d'Activision Blizzard a licencié 12 sous-traitants de Raven le 3 décembre. Des membres de ce groupe ont déclaré que l'entreprise avait donné des assurances sur huit mois, promis des augmentation de salaires, de sorte que les licenciements ressemblaient à une trahison. Ils ont commencé à recueillir des signatures dans le but de se syndiquer et se sont mis en grève le 6 décembre, publiant des revendications qui comprenaient la réembauche des entrepreneurs licenciés à des postes à temps plein.

Si elle était reconnue, la Game Workers Alliance (le nom que les testeurs QA ont trouvé pour leur syndicat en devenir) serait le premier syndicat d'une entreprise de jeux vidéo à succès. À la fin de l'année dernière, Vodeo est devenue la première entreprise de jeux vidéo nord-américaine à se syndiquer. Avec un peu plus d'une douzaine de travailleurs, le studio indépendant s'est organisé dans des conditions très différentes, mais les employés d'Activision Blizzard ont déclaré avoir appris de leur exemple dans leurs efforts.

« Immédiatement après le travail [début décembre], nous nous sommes tous réunis, des personnes sont venues chez moi et nous nous sommes réconfortés et nous avons pleuré ensemble », a déclaré aux médias Onah Rongstad, actuellement testeur d'assurance qualité de Raven Software. « Et puis au cours des prochains jours, nous nous sommes réunis et avons dit que nous ne pouvions pas rester silencieux à ce sujet, nous ne pouvions pas laisser cela se produire, puis avons finalement décidé de faire grève. Nous avons eu un vrai rassemblement chez Raven QA [Quality Assurance] après le début de la grève début décembre, et nous serions vraiment ravis de pouvoir être syndiqués à la suite de cela ».

Activision a tenté de dissuader les travailleurs de former un syndicat

La direction de Raven a envoyé des messages aux employés et organisé des réunions sur les prochaines élections, selon les employés actuels de Raven Software. Lors d'une assemblée publique le 26 avril, les dirigeants de Raven ont suggéré que la syndicalisation pourrait entraver le développement du jeu et affecter les promotions et les avantages. Ils ont envoyé un e-mail aux employés le lendemain avec un graphique en pièce jointe indiquant « S'il vous plaît, votez non ».

Plusieurs employés de Raven ont déclaré au Post qu'ils avaient trouvé les messages antisyndicaux de la direction décevants et inefficaces, car ils avaient quand même voté oui.

Activision Blizzard a déclaré dans un communiqué de l'entreprise qu'elle examinerait les options juridiques.

« Bien que nous respections le processus du NLRB, nous sommes déçus qu'une décision qui pourrait avoir un impact significatif sur l'avenir de l'ensemble de notre studio soit prise par moins de 10% de nos employés », a écrit le porte-parole d'Activision Blizzard, Rich George, dans une déclaration du 22 avril. « Nous pensons qu'une relation directe avec les membres de l'équipe est le meilleur moyen d'atteindre les objectifs individuels et d'entreprise ».

La situation qui se déroule a attiré l'attention des législateurs. En février, la sénatrice Tammy Baldwin (Démocrate - Wisconsin) a appelé le PDG d'Activision, Bobby Kotick, à cesser toutes les initiatives antisyndicales de l'entreprise.

Le 19 avril, le représentant Mark Pocan (Démocrate - Wisconsin) a rencontré les travailleurs de Raven lors d'un appel vidéo pour discuter de leurs efforts de syndicalisation et des problèmes de travail. Matthew Handverger, porte-parole du bureau de Pocan, a déclaré que Pocan soutenait les efforts de syndicalisation de toutes les industries et voulait s'assurer que les entreprises respectent les règles et évitent les tactiques antisyndicales.

Fin janvier, les testeurs d'assurance qualité Raven ont déposé une pétition auprès du NLRB pour une élection syndicale après que la société mère Activision Blizzard a manqué une date limite fixée par le groupe pour reconnaître volontairement le syndicat naissant, nommé Game Workers Alliance. Quelques jours après le dépôt de la pétition, la direction de Raven a déplacé les testeurs d'assurance qualité dans différents départements du studio, affirmant que l'entreprise se dirigeait vers un « modèle de testeur intégré ».

Activision Blizzard a contesté la pétition, arguant que tout syndicat de Raven, basé au Wisconsin, devrait englober tous les quelques 230 employés du studio, et que le modèle de test intégré prouvait que l'équipe QA était intégrée à d'autres équipes. Les avocats du travail ont déclaré que demander un plus grand groupe de vote éligible était une stratégie visant à diluer le soutien des syndicats. La décision du NLRB a rejeté cet argument, concluant que l'ensemble des testeurs d'assurance qualité constituait une unité de négociation appropriée.

Dans les mois qui ont suivi la réorganisation du modèle de testeur intégré, les testeurs d'assurance qualité de Raven ont déclaré que leurs tâches quotidiennes étaient devenues floues et incohérentes par rapport à l'époque où le service d'assurance qualité était sa propre équipe.

« Certains jours, nous avons plus à faire que nous ne pourrons jamais accomplir en une journée, et d'autres jours, nous attendons d'entendre ce sur quoi nous devrions travailler », a déclaré un deuxième testeur d'assurance qualité Raven, qui a parlé de la condition de l'anonymat par crainte de représailles. « Nous ne sommes plus tous sur la même page ».

Activision a déclaré dans un communiqué que « c'est un modèle qui s'est déjà avéré efficace pour améliorer le travail d'équipe, la collaboration et notre capacité à réagir aux besoins de nos équipes. Nous sommes encore très tôt dans le processus, mais nous sommes optimistes quant aux résultats alors que nous continuons à investir dans l'avenir de Raven ».


Malgré la pression, les travailleurs ont voté pour se syndiquer

Les employés du département d'assurance qualité de Raven Software à Middleton, Wisconsin, ont voté 19 contre 3 pour rejoindre les Communications Workers of America (CWA), selon un décompte des responsables du National Labor Relation Board (NLRB) des États-Unis lundi.

Le syndicat doit encore négocier et parvenir à un accord sur un contrat avec Activision. Le vote n'aura pas à être re-certifié si Microsoft parvient à faire l'acquisition d'Activision, selon la CWA.

Le Wisconsin est un État du droit au travail, ce qui signifie que tout travailleur peut choisir de ne pas être membre d'un syndicat.

Les employés s'expriment chez Activision suite à de multiples accusations de harcèlement sexuel et d'inconduite. Ils sont sortis pour protester contre la réponse de l'entreprise aux allégations et aux licenciements de testeurs d'assurance qualité. Les employés ont fait circuler une pétition demandant la destitution du directeur général Bobby Kotick.

Sur le marché au sens large, les travailleurs s'expriment également de plus en plus et s'activent en faveur d'une meilleure rémunération et de meilleures conditions de travail.

« Les employés de ce secteur ont tendance à être surmenés et sous-payés et traités comme des outils jetables, ce qui va probablement à l'encontre de l'image publique que les gens ont des travailleurs de la technologie », a déclaré John Logan, professeur d'études sur le travail et l'emploi à l'Université d'État de San Francisco, ajoutant que de nombreux pense que la seule façon de se faire respecter est de se syndiquer.

En décembre, Vodeo est devenu le premier studio de jeux vidéo en Amérique du Nord dont les travailleurs ont obtenu une représentation syndicale. Les employés d'un entrepôt Amazon à Staten Island, New York, ont récemment voté pour se syndiquer et les travailleurs d'un magasin Apple à Atlanta ont déposé une pétition pour une élection syndicale. Les travailleurs de plus de 58 cafés Starbucks aux États-Unis ont choisi de rejoindre Workers United, tandis qu'au moins quatre magasins ont voté contre le syndicat, sur plus de 262 environ qui ont cherché à organiser des élections depuis août dernier.

« Il y a certainement une énorme quantité d'énergie et d'optimisme, en particulier parmi les jeunes travailleurs en ce moment », a déclaré Logan.

Dans le Wisconsin, les organisateurs ont appelé à un environnement de travail plus sain avec des délais de développement réalistes, une rémunération appropriée et des opportunités de développement de carrière dans une industrie où l'assurance qualité est sous-évaluée, selon le compte Twitter officiel des organisateurs. Le nombre de bulletins de vote reçus était de 24 sur 28 électeurs éligibles. Il y a eu deux bulletins contestés, ce qui n'est pas suffisant pour changer le résultat du vote.

« D'autres travailleurs de l'industrie du jeu vidéo seront ravis et inspirés par le succès des travailleurs de Raven Software à former leur syndicat. Nous exhortons Activision à respecter leur décision et à s'engager à négocier un contrat équitable », a déclaré la directrice des communications de CWA, Beth Allen, dans une déclaration avant le vote.

Jessica Taylor, porte-parole d'Activision Blizzard, a déclaré : « Nous respectons et croyons au droit de tous les employés de décider de soutenir ou de voter pour un syndicat ou non. Nous pensons qu'une décision importante qui aura un impact sur l'ensemble du studio Raven Software, qui compte environ 350 personnes, ne devrait pas être prise par 19 employés de Raven ».

Dans une déclaration, la Game Workers Alliance a indiqué : « Notre plus grand espoir est que notre syndicat serve d'inspiration au mouvement croissant de travailleurs qui s'organisent dans les studios de jeux vidéo pour créer de meilleurs jeux et construire des lieux de travail qui reflètent nos valeurs et nous responsabilisent tous. Nous sommes impatients de travailler avec la direction pour façonner positivement nos conditions de travail et l'avenir d'Activision Blizzard grâce à un contrat syndical solide ».

Source : Game Workers Alliance

Voir aussi

Le président d'Activision Blizzard, J. Allen Brack, est démis de ses fonctions, près une plainte pour harcèlement sexuel
Activision Blizzard critiqué pour un bonus de 200 millions de dollars accordé à son PDG, alors que l'entreprise a annoncé le licenciement des dizaines d'employés
Une enquête révèle comment Activision Blizzard a placé des milliards de dollars de bénéfices dans les paradis fiscaux
Activision Blizzard supprime 800 emplois en 2019 malgré un chiffre d'affaires record en 2018 pour se consacrer au développement de ses franchises

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !