IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les réseaux sociaux devraient-ils vous permettre de transférer vos abonnés vers d'autres services ?
Des experts pensent qu'une interopérabilité réduirait le niveau de confidentialité sur Internet

Le , par Bill Fassinou

268PARTAGES

6  0 
Une coalition d'entreprises de médias sociaux financées par capital-risque a lancé récemment "My Friends My Data Coalition (MFMD)", une initiative visant à donner aux consommateurs en ligne le contrôle de leur bien "le plus précieux" : leurs amis. Pour cela, la MFMD réclame une norme d'interopérabilité à l'échelle du secteur pour les graphes d'amis, axée sur la facilité de portabilité grâce à des protocoles d'API sûrs pour la protection de la vie privée en un clic. Le projet a été applaudi par plusieurs influenceurs et utilisateurs de réseaux sociaux, mais des experts craignent que l'initiative ne soit vouée à l'échec en raison de son caractère utopique.

Les membres fondateurs de l'initiative MFMD sont Dispo, Itsme, Clash App, Muze, Spam App et Collage. Forts de dizaines de millions de téléchargements, les membres fondateurs ont reçu près de 100 millions de dollars en capital-risque de la part des plus grands investisseurs en capital-risque du monde, dont Sequoia Capital, 776 VC (Seven Seven Six VC) et Andreessen Horowitz (a16z). Dans une annonce faite la semaine dernière, les membres fondateurs de la MFMD ont expliqué aux utilisateurs des plateformes de médias sociaux qu'ils s'engagent à rendre leurs graphes d'amis interopérables en un seul clic et dans le respect de la vie privée.

Le contexte est le suivant : imaginez que vous êtes un créateur de contenus sur l'évolution du monde depuis le début des années 2000. Pendant longtemps, vous vous êtes concentré sur la plateforme Instagram pour diffuser vos contenus et avez amassé environ 50 000 abonnés à ce jour. Désormais, si vous voulez vous lancer sur une seconde plateforme de médias sociaux - YouTube, par exemple - vous devriez recommencer à partir de zéro. Cela dit, il n'est pas évident que tous vos abonnés Instagram vous suivent directement vers votre nouveau point de chute. Votre notoriété sur YouTube se construirait probablement progressivement.



La coalition veut vous donner la possibilité de transférer vos abonnés Instagram vers votre nouveau compte YouTube pour vous éviter de déployer des efforts dans la construction d'une nouvelle communauté. « Les grandes entreprises de médias sociaux retiennent intentionnellement nos coordonnées personnelles en otage. Cela limite le choix des consommateurs, entrave la concurrence et inhibe la liberté d'expression. Nous, les membres de la coalition MFMD, nous engageons à donner aux membres de notre communauté le contrôle des données sur leurs amis », a déclaré Daniel Liss, fondateur et PDG de la société de médias sociaux Dispo.

« Nous invitons Facebook, Instagram, TikTok, Snap, Twitter et les autres grandes plateformes de médias sociaux à nous rejoindre », a-t-il lancé à l'endroit de ceux qu'il accuse de prendre en otage les données personnelles des utilisateurs. Selon les membres de la coalition MFMD, l'atout le plus précieux d'un créateur de contenu est son public, mais c'est aussi la seule chose qui n'est pas facilement transférable. Ils pourraient encourager les fans à les trouver ailleurs, mais il n'y a aucun moyen de prendre vos abonnés Instagram, par exemple, et de les porter sur TikTok. Selon la coalition, il existerait même des pratiques "sournoises" qui enferment les utilisateurs.

Par exemple, sur TikTok, les utilisateurs auraient pris l'habitude de faire référence à d'autres applications comme Instagram et YouTube en utilisant des pseudonymes "algospeak" (ou l'art d'inventer un nouveau langage pour duper les algorithmes), car le simple fait de prononcer le nom d'un concurrent pourrait déclasser leur contenu. La coalition a adressé des lettres à Meta (propriétaire de WhatsApp, Facebook et Instagram), TikTok, Snap, Twitter et d'autres sociétés pour leur demander de se joindre à leur croisade. La volonté de donner aux consommateurs la portabilité des amis en ligne reflète les efforts déployés pour mettre en œuvre la portabilité des numéros de téléphone.

Plusieurs créateurs ont déjà adhéré à l'initiative MFMD. Certains d'entre eux ont appris à leurs dépens les leçons de la propriété après la chute de Vine. Pour rappel, de nombreuses vedettes de Vine ont été surendettées, investissant toute leur énergie dans le développement de leur audience sur la plateforme de vidéos courtes. Créée par Twitter en 2012, Vine hébergeait des vidéos de courtes vidéos de six secondes tournant en boucle. Lorsque l'application a été fermée en 2016, ceux qui n'avaient pas utilisé Vine comme tremplin vers d'autres applications comme YouTube se sont retrouvés sans accès à la base d'abonnés qu'ils avaient construit.

« On parle tellement en ce moment de ces plateformes héritées qui donnent la priorité aux créateurs. Si les plateformes veulent vraiment nous donner la priorité, alors la meilleure chose qu'elles puissent faire est de nous permettre de déplacer nos abonnés entre les plateformes. Chaque plateforme offre son propre débouché pour la créativité et la connexion avec les abonnés - ce n'est pas un jeu à somme nulle », a déclaré Brendon McNerney, fondateur et PDG de Clash App et ancien créateur de Vine. Si certains sont enthousiasmés par l'initiative MFMD, d'autres sont sceptiques et préfèrent que les choses restent telles qu'elles sont.

Jeremy Jacobowitz, un influenceur Instagram de Brooklyn comptant plus de 434 000 followers Instagram, a déclaré que, bien qu'il soutienne largement les objectifs du MFMD, il préfère construire des audiences distinctes et uniques sur chaque plateforme. « La chose la plus idéale pour moi est de croître organiquement sur toutes ces plateformes. Alors que mon public sur Instagram a la fin de la vingtaine, mon public sur TikTok est beaucoup plus jeune. TikTok m'a donné la possibilité de toucher des personnes plus jeunes. Cela, pour moi, a beaucoup plus de valeur que de pousser tous mes followers Instagram vers TikTok », a-t-il déclaré.

En dehors de ce point, il est important de mentionner que cette interopérabilité va nécessiter certains compromis. Selon des experts en cybersécurité, exiger des entreprises qu'elles interopèrent modifierait profondément le flux d'informations entre les plateformes en ligne, ce qui aurait bien sûr des conséquences sur la vie privée et la sécurité. L'une des vertus possibles des grandes plateformes est qu'elles promettent aux utilisateurs le contrôle de leurs données personnelles. Au moins en théorie, un utilisateur de TikTok peut s'assurer que ses vidéos restent sur TikTok. Cependant, l'on estime que l'interopérabilité rendrait la chose plus difficile.

Bien que cela dépende de beaucoup de détails, il est facile d'imaginer que le fait d'exiger de Twitter qu'il partage ses tweets avec des plateformes de microblogging similaires rendrait la vie privée des utilisateurs de Twitter plus difficile à garantir. Les escrocs, par exemple, pourraient recueillir ces informations par le biais de faux comptes sur une autre plateforme. Comme les tweets circuleraient dans un écosystème beaucoup plus complexe, Twitter aurait du mal à empêcher qu'ils ne tombent entre de mauvaises mains. Les problèmes de sécurité amplifient cette question.

Si l'on imposait à Twitter d'utiliser une API ouverte pour partager des informations avec ses concurrents, il existe un risque que des vulnérabilités soient intégrées à l'API. Par exemple, plusieurs API ouvertes gérées par Facebook ont permis à Cambridge Analytica de mettre la main sur un grand nombre de données d'utilisateurs entre 2016 et 2018. Il faudrait mettre en place des systèmes complexes pour contrôler les parties ayant accès aux informations des utilisateurs. Des questions difficiles devront être résolues pour savoir qui établit ces normes et quelles sont les responsabilités en cas de violation des données.

Par exemple, qui sera blâmé lorsqu'un code malveillant intégré dans une API commune sera exploité pour obtenir les mots de passe et les données de localisation de millions des utilisateurs d'une plateforme donnée ? Certains rappellent que les décideurs politiques ont surmonté de nombreuses difficultés pratiques lorsqu'ils ont exigé que les télécommunications rendent les numéros de téléphone portables lors des décennies précédentes et les informations circulant sur les réseaux numériques sont encore plus complexes. Cette perspective met l'accent sur les dures réalités techniques auxquelles sont confrontés les régulateurs des marchés numériques.

Source : My Friends My Data Coalition

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'interopérabilité entre les plateformes de médias sociaux ?
Pensez-vous que cette interopérabilité pourrait voir le jour dans les années à venir ?
Selon vous, quels pourraient être les avantages et inconvénients de cette interopérabilité ?
Selon vous, quels pourraient être les impacts de cette interopérabilité sur la confidentialité ?

Voir aussi

Une étude révèle les principales inquiétudes des parents concernant les réseaux sociaux qui seraient conçus pour exploiter les vulnérabilités humaines et donc des adolescents

Dangers des réseaux sociaux : Facebook aurait été conçu pour exploiter les vulnérabilités humaines, d'après un ancien président de l'entreprise

L'UE cible les Big Tech avec une nouvelle législation antitrust de grande envergure, après 16 mois de négociations

Scandale Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg comparaît devant le Parlement européen, voici l'essentiel de l'audience

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/05/2022 à 0:02
Je suis totalement pour l'interopérabilité, car un réseau social "généraliste" sert d'outil de communication (même si je pense que ce ne devrait pas être le cas), contrairement à un forum, qui est décentralisé avec un thème spécifique.

Quant on envoie un e-mail, qu'on partage un fichier via FTP ou qu'on envoie un SMS, ont utilise une plate-forme standardisé.
1  0