IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google autoriserait 4 700 entreprises à accéder aux données qu'il collecte sur les internautes,
L'entreprise partagerait les données personnelles des internautes à une échelle surprenante

Le , par Bill Fassinou

244PARTAGES

8  1 
Le Conseil irlandais pour les libertés civiles (ICCL) a publié aujourd'hui un nouveau rapport sur la portée de l'utilisation des informations personnelles des internautes à des fins de suivi et de ciblage publicitaire. L'ICCL suggère que Google et plusieurs autres acteurs clefs de la publicité en ligne traitent et transmettent les données des internautes des milliards de fois par jour. Selon le rapport, ce marché constitue la plus grande violation de données de tous les temps, car il suit et partage ce que les gens font en ligne et leur localisation dans le monde réel 294 milliards de fois aux États-Unis et 197 milliards de fois en Europe chaque jour.

Sur les 68 milliards de dollars de revenus totaux de Google pour le trimestre se terminant le 31 mars 2022, environ 54 milliards provenaient de la publicité. Il s'agit de l'activité la plus lucrative de la société et rien n'indique pour l'instant qu'elle s'engagera un jour dans des actions visant à réduire la quantité astronomique de données qu'elle collecte sur les internautes chaque jour. En effet, Google est un utilisateur clef du système d'enchères en temps réel (RTB) des informations des internautes à des fins de suivi et de ciblage publicitaire. Les enchères en temps réel (RTB) sont le processus par lequel l'inventaire publicitaire numérique est acheté et vendu.

Ce processus a lieu en moins d'une seconde. Sur les acheteurs autorisés, vous pouvez utiliser le RTB pour évaluer et enchérir sur chaque impression disponible. Ceci est disponible pour tout acheteur autorisé disposant d'un serveur publicitaire ou d'un moteur d'enchères. Selon les experts, la taille de ce marché a toujours été difficile à déterminer, mais un nouveau rapport du Conseil irlandais pour les libertés civiles (ICCL), qui a mené pendant des années une campagne agressive aux États-Unis et en Europe pour limiter le commerce des données numériques, vient de la chiffrer. Les chiffres publiés par l'ICCL sont pour le moins effrayants.



Tout d'abord, il estime que l'ampleur de notre propre participation, inconsciente, à ce commerce est également incomparable à tout autre moment de l'histoire, avant de qualifier le RTB de la plus grande violation de données jamais enregistrée. « Le RTB est la plus grande violation de données jamais enregistrée », affirme l'ICCL. Le rapport de l'ICCL suggère que les internautes du Colorado (un État de l'ouest des États-Unis) et du Royaume-Uni sont parmi les plus exposés par le système - avec respectivement 987 et 462 diffusions RTB par personne et par jour. Une personne aux États-Unis est exposée 747 fois par jour à des offres en temps réel.

Selon le rapport de l'ICCL, même les personnes situées en bas du tableau, vivant dans le District de Columbia ou en Roumanie, voient leurs informations exposées par le RTB environ 486 fois par jour et 149 fois par jour respectivement. Le Conseil indique que les personnes vivant aux États-Unis voient leur activité en ligne et leur localisation dans le monde réel exposées 57 % plus souvent que les personnes vivant en Europe - probablement en raison des différences de réglementation en matière de protection de la vie privée entre les deux régions. Les données personnelles d'un internaute français sont divulguées en moyenne 340 fois par jour.

Collectivement, l'ICCL estime que le comportement en ligne et la localisation des internautes américains sont suivis et partagés 107 milliards de fois par an, tandis que les données des Européens sont exposées 71 milliards de fois par an. En outre, en moyenne, en Europe, la RTB expose les données des gens 376 fois par jour. « Les données privées des internautes européens et américains sont envoyées à des entreprises du monde entier, y compris en Russie et en Chine, sans aucun moyen de contrôler ce qui est ensuite fait de ces données », indique le rapport de l'ICCL.



Les chiffres du rapport sont probablement une estimation prudente de l'ampleur de l'utilisation du RTB puisque l'ICCL inclut la mise en garde suivante : « les chiffres présentés pour les diffusions RTB constituent une estimation basse. Les chiffres de l'industrie sur lesquels nous nous appuyons ne comprennent pas les diffusions RTB de Facebook ou d'Amazon ». Selon le rapport, Google, le plus grand acteur du système RTB, autorise 4 698 entreprises à recevoir des données RTB concernant des personnes aux États-Unis, tandis que Microsoft a déclaré pouvoir envoyer des données à 1 647 entreprises.

Microsoft aurait intensifié sa participation au système RTB en décembre 2021 en rachetant la société adtech Xandr à AT&T. Selon le rapport, il ne s'agit là aussi que de la partie émergée de l'iceberg, car les données RTB sont diffusées sur Internet, ce qui signifie qu'elles peuvent être interceptées et exploitées par des partenaires RTB non officiellement répertoriés. C'est le cas par exemple des courtiers en données qui compilent des dossiers de données pour "réidentifier" et profiler des internautes individuels à des fins lucratives, en utilisant des informations telles que les identifiants des appareils, les empreintes digitales des appareils, la localisation, etc.

La RTB suscite depuis des années des inquiétudes en matière de sécurité et de respect de la vie privée, notamment en Europe où des lois sont censées empêcher une telle exploitation systématique des données personnelles. Mais la sensibilisation à ce problème a également augmenté aux États-Unis, à la suite d'un certain nombre de scandales liés à la géolocalisation et au partage des données. En raison de la nature complexe et obscure du secteur de la publicité en ligne, qui représente plusieurs milliards de dollars, il est difficile de savoir précisément quelles données Google partage à votre sujet.



Selon Jonny Ryan, membre senior du conseil qui a supervisé la compilation des dernières données, Google a tendance à diffuser moins de données personnelles que les autres petits réseaux publicitaires. « Mais Google représente également la plus grande part des données diffusées », a-t-il ajouté. Selon le rapport, l'ampleur des données diffusées chaque jour n'est pas un fait amusant. L'ICCL indique : « elle souligne la réalité selon laquelle nous sommes entourés d'appareils qui collectent des informations, apparemment pour améliorer notre vie, mais qui sont ensuite vendues au plus offrant ».

Les enceintes intelligentes, les traqueurs de fitness et les lunettes de réalité augmentée ne sont que quelques exemples de la tendance croissante de l'informatique ambiante. Les données recueillies par ces appareils peuvent être exploitées d'une manière que l'on ignore. La semaine dernière, un rapport révélait que la police de San Francisco (SFPD) avait demandé des images de Cruise, une filiale de General Motors qui fabrique des voitures autonomes.

Le SFPD a toutefois nié vouloir utiliser ces images pour une surveillance continue. Malgré tout, plus de diffusion de données signifie plus de chances de mauvais usage. Les experts de l'ICCL estiment que, « même lorsque l'objectif est aussi inoffensif que la publicité, l'informatique ambiante court le risque de se transformer en surveillance ambiante ».

Source : Rapport de l'ICCL (PDF)


Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du système d'enchères en temps réel des données personnelles des internautes ?
Que pensez-vous du faible taux de divulgation des données personnelles des internautes français et européens par rapport aux internautes américains ?

Voir aussi

L'UE s'apprête à lancer un marché de données à caractère personnel au sein duquel les citoyens seront payés pour partager, dans le cadre d'un changement radical de stratégie de gouvernance

Il existe un marché de plusieurs milliards de dollars pour les données de localisation de votre téléphone, c'est une industrie énorme, mais très peu connue du grand public et non réglementée

Australie : Google a trompé les consommateurs sur la collecte et l'utilisation des données de localisation, un paramètre non divulgué permettait également à la société de collecter ces données

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sanderbe
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 25/05/2022 à 15:17
Bonjour,

Google autoriserait 4 700 entreprises à accéder aux données qu'il collecte sur les internautes. L'entreprise partagerait les données personnelles des internautes à une échelle surprenante

Quel est votre avis sur le sujet ?
Je ne suis pas surpris .

Les GAFAM eux mêmes ont déjà un gros volume de données via les logiciels de messageries (Google, Microsoft, Yahoo et Apple).

A cela il faut faut ajouter , les GAFAM connexes comme Facebook, twitter, instagram , snaap, telegram ... Ici encore se sont de gros pourvoyeurs de datas.

Reste ensuite les opérateurs télécoms .

Pour s'échanger le tout , ces boites passent par des boites marketing (Experian ou Equifax par exemple). C'est là qu'intervient l'échange en temps réel. Car même le journal du coin ou le forum truc much permet de se connecter ... via son compte FB au Google.

Que pensez-vous du système d'enchères en temps réel des données personnelles des internautes ?
Il est devenu trop omnipotent .

Que pensez-vous du faible taux de divulgation des données personnelles des internautes français et européens par rapport aux internautes américains ?
Que le risque est sous évalué ...

Depuis 10/15 ans maintenant, la data qui est traitée par les boites marketings EU/US est sous traitée en Asie (Thailand, Malaisie, Singapour, Philippines, Vietnam ...) ... D'ou des risque accrus de fuites , vu la plétoricité d’intermédiaire ...

Le chiffres des 4 700 est je trouve, même sous estimé . De mon point de vu , sur le nombre d’intermédiaires susceptibles d'avoir accès à la data ^^
0  0 
Avatar de pierre.E
Membre averti https://www.developpez.com
Le 23/05/2022 à 13:36
google is
0  1