IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les bulles technologiques éclatent de partout,
Les valeurs technologiques auraient chuté de près de 30 % depuis le début de l'année

Le , par Bill Fassinou

321PARTAGES

5  0 
Des rapports parus la semaine dernière montrent que le bruit des bulles qui éclatent se fait entendre un peu partout. Actions technologiques, introductions en bourse (IPO), sociétés à chèque en blanc (dites spacs), valorisations de startups et même cryptomonnaies : tous les actifs qui ont grimpé à des hauteurs vertigineuses ces dernières années sont en train de redescendre sur terre. Des graphiques montrent que le marché global a perdu 18 % cette année, et les actions technologiques ont perdu environ 30 %. Certains craignent un scénario semblable à celle de l'éclatement de la bulle Internet au début des années 2000.

Va-t-on assister à un second éclatement de la bulle technologique ?

En mars 2000, la bulle Internet éclatait et les valeurs technologiques qui étaient surévaluées ont fini par chuter de près de 80 %. Selon des experts, c'est le genre d'effondrement qui pourrait toucher tout le monde dans les mois à venir, même si l'on ne travaille pas dans la technologie et que l'on ne mise pas sur les actions. À l'instar de l'ère Internet, le boom boursier, qui a débuté en 2009 et s'est amplifié pendant la pandémie, a été alimenté en grande partie par des taux d'intérêt très bas, voire inexistants, qui ont incité les investisseurs à s'intéresser davantage aux entreprises promettant des rendements exceptionnels.

Et comme à l'époque des dot-com, des entreprises ont promis des produits et des résultats qu'elles ne peuvent pas fournir. Mais il existe des différences significatives entre 2022 et 2000. La principale : contrairement à l'ère des dot-com, la plupart des entreprises technologiques cotées en bourse qui ont le plus de valeur aujourd'hui sont de véritables entreprises - elles fabriquent et vendent des produits que les gens apprécient, et réalisent généralement des bénéfices. Ainsi, si des sociétés comme Facebook, Google et Amazon ont vu leurs actions chuter cette année, cela ne signifie pas que leurs activités disparaissent.



Cela signifie juste que les investisseurs ne pensent plus que leurs perspectives de croissance sont aussi fortes qu'auparavant. Le déclin des actions technologique est le plus spectaculaire. Le NDXT, l'indice des 100 plus grandes entreprises technologiques de la bourse NASDAQ, a baissé d'un tiers depuis son pic de début novembre. Les entreprises de cet indice ont perdu un total de 2 800 milliards de dollars en valeur de marché. Les startups de haut vol ont également été durement touchées. Les actions de Robinhood sont 80 % en dessous du niveau auquel l'application de commerce de détail est entrée en bourse en juillet 2021.

Celles de Peloton, une entreprise qui fabrique des vélos d'exercice connectés à Internet, ont perdu plus de 90 % de leur valeur par rapport à leur sommet. En tant que groupe, les plus grandes entreprises nouvellement cotées valent 38 % de moins qu'au début de l'année. Selon les analystes, il n'est pas étonnant que les introductions en bourse se soient taries. De janvier à avril 2021, quelque 150 sociétés seraient entrées en bourse aux États-Unis, la plupart dans le secteur des technologies. Cette année, seules 30 l'ont fait. Le boom des spacs, qui s'introduisent en bourse et trouvent ensuite une startup avec laquelle fusionner, a implosé.

Sur plus de 1 000 entreprises de ce type qui se sont introduites en bourse aux États-Unis depuis 2018, seul un tiers a fusionné avec une cible. Beaucoup de celles qui ont conclu des accords auraient perdu leur éclat. Selon un indice qui suit les 25 plus grands fournisseurs de véhicules spatiaux, ils ont perdu 56 % de leur valeur depuis le début de l'année. Les actions des entreprises technologiques s'effondrent, entraînant dans leur chute les évaluations des entreprises privées.

Les évaluations des entreprises privées semblent être en chute libre

Selon le cabinet d'études CB Insights, les startups ont levé 628 milliards de dollars dans le monde en 2021, dans le cadre de plus de 34 000 transactions. Entre janvier et mars de cette année, le nombre de transactions a chuté de 5 % par rapport au trimestre précédent. Le montant des capitaux investis a chuté de 19 %, soit la plus forte baisse trimestrielle depuis 2012. Les investisseurs vedettes du boom des licornes ont été mis à mal. Le 12 mai, SoftBank, un investisseur technologique japonais ayant un penchant pour les paris risqués, a indiqué que ses fonds phares avaient perdu environ 33 milliards de dollars au cours des 12 derniers mois.

Bien qu'elles aient été conçues pour atteindre la Lune quoiqu'il arrive, les cryptomonnaies sont également en train de s'effondrer. Même certains "hodlers endurcis auraient eu la frousse". "Hold" est un terme couramment utilisé pour désigner les investisseurs en cryptomonnaies qui refusent de vendre leurs cryptomonnaies, que le prix augmente ou diminue. Le 12 mai, le bitcoin, la plus grande cryptomonnaie, s'échangeait sous les 26 000 dollars, soit moins de la moitié de son pic de début novembre. D'autres monnaies numériques ont perdu encore plus de valeur. Les quatre plus grosses pièces suivantes ont perdu plus de 70 % de leur valeur depuis leur sommet.



Les jetons non fongibles (NFT), des titres encore plus spéculatifs d'actifs numériques tels que des œuvres d'art qui peuvent être échangés, ont aussi été martelés. Les ventes de NFT ont chuté de plus de la moitié ces dernières semaines sur OpenSea, le plus grand marché de NFT. À cela s'ajoute la hausse des taux d'intérêt. Outre le fait qu'elle peut déclencher une récession, elle réduit la valeur actuelle des bénéfices des entreprises technologiques, dont la plupart se situent dans un avenir lointain. Si l'inflation ne diminue pas, les banques centrales multiplieront les hausses de taux, ce qui accentuera la pression sur les valeurs technologiques risquées.

« Le secteur [technologique] a souffert d'un brusque retournement de situation. Ces dernières années, plus d'un facteur a donné un coup de fouet à la technologie : la pandémie de coronavirus a poussé la vie et le travail en ligne ; les programmes de relance gouvernementaux ont encore accru la demande ; et la politique monétaire ultra-libre a rendu la croissance à long terme de la technologie plus intéressante pour les investisseurs », explique Mark Mahaney de la banque d'investissement Evercore ISI.

« Aujourd'hui, les gens se détournent des écrans et quittent à nouveau leur domicile ; la guerre en Ukraine crée une incertitude paralysante ; et les économies du monde entier souffrent de l'inflation et bientôt, peut-être, de la récession », a-t-il ajouté. Les analyses estiment également qu'il est difficile de prédire à quel point ces bulles vont éclater, et lesquelles pourraient encore se regonfler.

Quelles sont les perspectives de redressement des valeurs technologiques ?

Alors, jusqu'où ira la crise ? Selon les analystes, il y a davantage de consensus sur ce qui pourrait se passer lorsque la poussière sera retombée. Selon Daniel Ives de Wedbush, une autre banque d'investissement, l'industrie technologique se trouve à une "bifurcation". À mesure que les taux d'intérêt augmenteront, les investisseurs tourneront le dos aux valeurs de croissance plus spéculatives et se concentreront sur les noms de qualité de la technologie. Bien que la valeur boursière combinée des Big Tech - Alphabet, Amazon, Apple, Meta et Microsoft - ait chuté de près de 25 % depuis novembre, ils restent des valeurs sûres.

Ensemble, ils ont enregistré un chiffre d'affaires trimestriel de 359 milliards de dollars et un bénéfice net de 69 milliards de dollars. Leurs activités principales sont toujours en croissance, en particulier l'informatique dématérialisée. Ensemble, Alphabet, Amazon et Microsoft, les trois plus grands fournisseurs de services de cloud computing au monde, ont réalisé un chiffre d'affaires de 43 milliards de dollars pour ces services au cours des trois premiers mois de 2022, soit une hausse de 33 % par rapport à l'année précédente.



Les entreprises de la "gig-economy" (ou économie à la tâche), toujours non rentables, semblent plus fragiles. Uber, le champion du covoiturage et de la livraison, qui a annoncé le 4 mai que les trajets et les utilisateurs avaient augmenté de près d'un cinquième par rapport à l'année précédente au premier trimestre, a tout de même perdu près de 6 milliards de dollars. La lourdeur des prix pratiqués par les diffuseurs de vidéos, avec des dépenses de contenu de plusieurs milliards de dollars et une croissance des abonnés inversée (Netflix) ou même constante (Disney), pourrait être permanente.

Il pourrait en être de même pour les entreprises de second rang dans des domaines tels que les médias sociaux (Snap) ou le commerce électronique (Shopify), qui sont dominés par Meta et Amazon, respectivement. Enfin, de tout ce qui précède, les analystes estiment qu'il serait erroné de comparer le marasme technologique actuel à l'éclatement de la bulle Internet il y a vingt ans. Selon eux, à l'époque, les entreprises ne disposaient ni de bilans sains ni de modèles commerciaux prometteurs.

« Aujourd'hui, beaucoup d'entre elles ont les deux. Les fluctuations du marché, qui donnent le tournis, sont désagréables pour une génération de fondateurs, de travailleurs et d'investisseurs du secteur des technologies qui ont vécu une longue période de hausse. Mais il est peu probable qu'elles empêchent la technologie numérique de dévorer le monde », indique un rapport.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la chute vertigineuse des valeurs technologiques ?
Pensez-vous que les actions technologiques perdront davantage de valeur dans les jours à venir ?
Selon vous, pourrait-on assister à un nouvel éclatement de la bulle Internet ?

Voir aussi

La bulle technologique de la Silicon Valley est plus grande qu'elle ne l'était en 2000, mais sa fin approche selon des analystes

La mauvaise qualité du matériel informatique est la 3e cause de burnout ou de départ des travailleurs de la filière IT, d'après une étude de Nextthink, qui souligne que 40 % des salariés en souffrent

Les grandes enseignes de la technologie ont perdu plus de 1 000 milliards de dollars en capitalisation au cours des trois derniers jours d'ouverture de la bourse

57 % des travailleurs dans l'industrie technologique dans la Silicon Valley ont déclaré être en burn out, d'après une enquête

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de CoderInTheDark
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 19/05/2022 à 10:30
Ma crainte est que le marché de l'emploi s'écroule comme en 2002.

Je me rappelle que les jeudis m'avait refusé une invitation, car j'étais débutant.
Les entreprises présentes sur ce salon ne souhaitaient rencontrer que des candidats expérimentées.

Et c'est vrai qu'ils pouvaient se le permettre, car il y avait tellement de candidats.

A cause de *! qui pensaient faire de l'argent avec une idée à la c*! si il y avait un site internet associé les financiers ouvraient les vannes.

Et le pire c'est que des entreprises avec des projets intéressantes ont du mettre la clef sous la porte.

Mais je n'ai pas le sentiment qu'actuellement on est financé massivement des projets bancales
1  1