IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La capitalisation boursière de Twitter est tombée à 9 milliards de dollars en dessous du prix d'achat proposé par Elon Musk
Tandis que des inquiétudes concernant l'accord émergent

Le , par Stéphane le calme

403PARTAGES

7  0 
Alors qu'Elon Musk cherche à devenir propriétaire de Twitter, les actions de la société de médias sociaux chutent, ce qui laisse penser que les investisseurs craignent que l'accord n'atteigne la ligne d'arrivée. La capitalisation boursière de Twitter a chuté de près de 13 % depuis qu'elle a atteint son sommet de l'année fin avril. À la clôture du marché jeudi, l'action s'échangeait à 45,08 $, bien en dessous des 54,20 $ que Musk a accepté de payer le 27 avril. La différence représente plus de 9 milliards de dollars en valeur marchande.

Bien que le conseil d'administration de Twitter ait approuvé l'achat, la conclusion de l'accord pourrait encore prendre des mois, et rien ne garantit que ce sera le cas. Elon Musk devrait payer des frais de rupture de 1 milliard de dollars s'il choisissait de se rétracter. La fortune du PDG de Tesla est évaluée à plus de 220 milliards de dollars.

« Le marché a légèrement moins confiance dans le fait que l'accord sera conclu en raison de défis réglementaires », a déclaré Mark Mahaney, analyste chez Evercore ISI, ajoutant qu'il s'agissait de son « interprétation très rapide » du mouvement des actions.

Avant qu'Elon Musk ne fasse son offre d'achat pur et simple de Twitter, il n'a pas divulgué une participation de plus de 9 % dans la société dans le délai obligatoire de 10 jours de la SEC.

Le quotidien The Information a rapporté que la Federal Trade Commission enquête sur le moment de la divulgation de Musk, évoquant des sources au courant de l'affaire : « ce qui est déjà examiné, c'est le non-respect par Musk des règles concernant la divulgation de sa participation initiale de 9 %, selon des personnes connaissant la situation. La Federal Trade Commission a récemment ouvert une enquête pour savoir si Musk ne s'est pas conformé à une exigence de déclaration antitrust alors qu'il a amassé sa participation initiale de 9,1 % dans Twitter entre fin janvier et début avril, a appris The Information. Le nœud de l'enquête est de savoir si Musk achetait initialement comme quelqu'un qui voulait influencer la direction de Twitter ou s'il se considérait plutôt comme un actionnaire passif. Notamment, le dépôt initial de Musk auprès de la Securities and Exchange Commission a classé son achat comme une participation passive, ce qui a immédiatement soulevé des questions compte tenu de ses commentaires publics sur le fonctionnement de Twitter. On s'est également demandé si le dépôt initial de Musk auprès de la SEC, trois semaines après avoir franchi le seuil de 5 %, avait dépassé les délais de dépôt auprès de la SEC ».

De son côté, Bloomberg a déclaré plus tard que la FTC examinait séparément l'acquisition elle-même, bien que de nombreux experts ne s'attendent pas à ce que l'accord soulève des problèmes antitrust.

La FTC pour sa part s'est refusée à tout commentaire, étant donné qu'elle ne divulgue pas des données sur les enquêtes en cours.

Dan Ives, analyste chez Wedbush Securities, estime qu'il y a 90 % ou plus de chances que l'accord avec Musk soit conclu, mais il voit trois choses qui contribuent à la pression sur les actions : d'une part, les actions de Twitter ne seraient évaluées que dans les 20 $ si elle restait une société publique. Deuxièmement, il a déclaré que les problèmes de réglementation jettent une ombre sur l'accord. Enfin, a déclaré Ives, le financement de l'acquisition par Elon Musk, en partie en tirant parti de ses actions Tesla, présente un risque et une incertitude plus importants.


Musk essaie peut-être de résoudre les problèmes de financement. En effet, le chef de Tesla a déployé des efforts considérables pour obtenir des soutiens extérieurs afin de se joindre à son offre audacieuse pour la plateforme de réseaux sociaux, même si les sociétés de capital-investissement traditionnelles impliquées dans les rachats par endettement ont largement évité la transaction.

L'opération transformerait Musk, qui se proclame « absolutiste de la liberté d'expression » et compte près de 91 millions d'adeptes sur le site, en un baron des médias sociaux contrôlant la manière dont des millions de personnes obtiennent des informations.

Un dossier déposé auprès de la SEC a révélé de nouveaux financiers pour le plan de rachat de Musk, qui incluent le prince saoudien Alwaleed bin Talal et le fonds souverain du Qatar. Les deux pays imposent une censure sévère pour étouffer la dissidence : une loi qatarienne stipule que la diffusion « d'actualités fausses ou malveillantes » peut entraîner une peine de prison de cinq ans, tandis qu'en Arabie saoudite, les détracteurs du gouvernement ont été arrêtés et même assassinés.

Parmi les autres investisseurs figurent Lawrence J. Ellison Revocable Trust de Larry Ellison, le fonds de capital-investissement du cofondateur d'Oracle, qui a promis 1 milliard de dollars, Sequoia Capital, qui a investi 800 millions de dollars, et Vy Capital, qui a investi 700 millions de dollars. Musk a déclaré avoir reçu les lettres d'engagement de chaque investisseur le 4 mai.

En interne, Twitter pourrait prendre des mesures pour consolider son bilan au cas où Musk se retirerait alors que les pressions inflationnistes punissent le marché technologique au sens large. Le PDG de Twitter, Parag Agrawal, a annoncé qu'il mettait à la porte deux cadres supérieurs, qu'il imposait un gel des embauches et qu'il réduisait d'autres dépenses. Le responsable des produits grand public, Kayvon Beykpour, a annoncé sur Twitter que le PDG actuel, Parag Agrawal, « m'a demandé de partir après m'avoir fait savoir qu'il voulait emmener l'équipe dans une direction différente. »

Bruce Falck, le directeur général des revenus et chef de produit pour sa partie business, a confirmé dans un tweet (désormais supprimé) qu'il a également été licencié par Agrawal. Jeudi soir, Parag Agrawal lui-même a répondu aux deux fils de discussion, remerciant les hommes qu'il avait licenciés et exprimant son admiration pour leur travail.

Agrawal, qui a été nommé PDG en novembre, a annoncé ces changements radicaux dans un mémo interne adressé aux employés. « Bien que nous soyons en pleine mutation en ce moment, comme c'est souvent le cas chez Twitter », écrit Agrawal dans le mémo. Il a déclaré avoir pris la décision de remplacer Kayvon Beykpour à la tête de la division grand public de Twitter et Bruce Falck à la tête des revenus de l'entreprise. Tous deux quittent Twitter, a indiqué la société.

Dans une déclaration publiée sur Twitter, Beykpour a déclaré : « Ce n'est pas de cette manière ni de cette façon que j'avais imaginé quitter Twitter, et ce n'était pas ma décision. Parag m'a demandé de partir après m'avoir fait savoir qu'il voulait emmener l'équipe dans une direction différente. »

Twitter admet qu'il pourrait perdre des annonceurs et du personnel

Twitter a reconnu dans un dossier déposé auprès de la SEC que son activité publicitaire principale pourrait désormais être menacée à la suite du rachat d'Elon Musk, en plus de l'embauche et de la rétention des employés. Alors que la vision d'Elon Musk pour Twitter est celle d'une plateforme plus axée sur la liberté d'expression, il n'a pas offert d'assurance à la base d'annonceurs de Twitter que Twitter restera « sans danger pour les marques » après l'acquisition. Dans la mesure où il a clarifié sa vision, Musk a seulement déclaré qu'il pensait que tout discours non jugé illégal par un gouvernement serait bientôt autorisé sur Twitter.

Bien sûr, Twitter modère déjà aujourd'hui un large éventail de types de contenus interdits au-delà de ce qui est considéré comme illégal. Une liste fournie par Axios suggère que les politiques de modération qui pourraient être annulées incluent celles axées sur certains types de désinformation, les deepfakes, l'usurpation d'identité, les attaques ciblées, le contenu haineux, la violence graphique, l'automutilation, la manipulation de plateforme et autres.

Pendant ce temps, une touche plus légère aux politiques de modération de contenu existantes de Twitter inquiète déjà les annonceurs, car elle pourrait permettre à davantage d'intimidation, de discours violents, de discours de haine, de désinformation et d'autres contenus abusifs de gagner du terrain. Et s'il y a quelque chose que les annonceurs n'aiment pas, c'est que leur entreprise soit promue aux côtés d'un contenu qui divise et est haineux.

Ils pourraient alors simplement décider qu'atteindre la petite base d'utilisateurs de Twitter (du moins en comparaison avec les grandes enseignes de médias sociaux comme Meta et TikTok) n'en vaut pas le risque. Twitter a terminé son dernier trimestre avec 229 millions d'utilisateurs actifs quotidiens monétisables ; Facebook compte à lui seul 1,96 milliard d'utilisateurs actifs quotidiens.

Le dernier dossier déposé par Twitter auprès de la SEC reconnaît que la perte des annonceurs est un risque possible.

Comme la société l'explique plus loin dans le dossier, elle continue de générer la « majorité substantielle de nos revenus de la publicité » et la perte des annonceurs pourrait nuire à l'entreprise. Elle note également que si sa réputation auprès des annonceurs déclinait, elle pourrait être moins compétitive.

« Nous pensons que notre capacité à rivaliser efficacement pour les dépenses des annonceurs dépend de nombreux facteurs... », a déclaré Twitter, notamment « notre réputation et la force de notre marque par rapport à nos concurrents, y compris la perception des annonceurs sur la santé et la sécurité de notre plateforme ». Bien qu'il ne s'agisse pas nécessairement d'un nouveau risque pour Twitter, c'est en tout cas un risque que les annonceurs vont analyser plus attentivement lorsqu'ils vont établir leurs budgets pour les mois à venir.

Les annonceurs de Twitter ont déjà été effrayés par la nouvelle de l'acquisition de Musk, ont indiqué des rapports.

Selon AdAge, la réaction immédiate des annonceurs a été celle de l'anxiété et de la confusion. Les marques ont commencé à contacter les agences pour les aider à comprendre et à se préparer, note le rapport, et un dirigeant d'agence a déclaré que les annonceurs se préparaient à arrêter de dépenser en publicité sur Twitter après le rachat de Musk si les choses semblaient progresser dans une direction indésirable.

Le Financial Times a également récemment rapporté que Twitter avait envoyé des e-mails rassurants aux annonceurs pour aider à apaiser ces craintes, mais les constructeurs automobiles étaient particulièrement soucieux de donner à Musk, qui dirige également Tesla, un accès plus approfondi et un aperçu de leurs programmes de marketing.

Bien que Musk ait de nombreuses idées pour réduire la dépendance de Twitter aux annonceurs quant à la génération de revenus, aucune solution immédiate ne serait en mesure de maintenir l'entreprise financièrement à flot au milieu d'un large exode d'annonceurs.

Source : The Information

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/11/2022 à 10:31
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Le dernier scandale de Pfizer qui a été d'admettre qu'aucune recherche n'avait été fait pour confirmer que la vaccination stoppait la transmission. En dépit du battage publicitaire qui prétendait le contraire.
Change de média, dés le début Pfizer, et les autres labos, ont bien publié le fait qu'ils n'aient pas testé l'efficacité sur la transmission. Pour une raison simple, si on prend le temps de réfléchir 2 minutes : Tester la transmission implique de contaminer des humains à une maladie dont on a/avait aucun remède à ce moment donné.

Je n'ai absolument pas apprécié qu'on nous force à prendre ce vaccin en version Béta, mais faut arrêter de chercher des problème là où il n'y en avait pas...
16  1 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 20:50
Enfin... Les devs dans le monde entier ont les même habitudes.

Tu ne peux pas les prendre pour des divas pendant 5 ans et leur proposer l esclavage facilement.

En plus, les bons ont souvent des opportunités quoi qu'il arrive et parfois assez d'argent pour créer leurs opportunités.

Bref avec ce genre de message il va sûrement arriver a un tiers qui reste.. mais ça m'étonnerait qu'il garde les meilleurs.

Et attendons nous a voir pointer un produit twitter like dans les 2 mois par quelques dizaines d'employés le codage a déjà du commencer et je ne doute pas qu'un ou deux fond soit prêt à mettre quelques centaines de millions dedans.

Mastodon de par sa philosophie ne pourra jamais faire l'affaire donc il y a une place a prendre.
13  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/05/2022 à 11:22
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Mais le marxisme culturel est aussi en contradiction avec les croyances de millénal qu'ils sont tous des êtres exceptionnels (Snow flake). Comme des flocons de neige, tous uniques. Alors la réthorique victimaire s'appuie sur l'idée que notre appartenance à une race ou une culture est plus importante que notre individualité. Mais au fond, la majorité de gens comprennent que c'est un discours de lâche qui blâme la société pour tout leur problèmes personnelles. Ce discours a eu une certaine popularité, mais quand les gens qui diffusent ce discours ont tous des "Gueule de perdant". Ce discours n'est plus très vendeur aux États-Unis. Tu n'as qu'à voir ce qui arrive avec les entreprises qui ont épouser cette idéologie: Ils sont toutes sur le bord de la faillite. Tous les Américains connaissent l'expression :Get woke. Go Broke! (Devener un marxiste culturel, faite faillite.)
Tous ces événements que tu décris sont des épiphénomène assez négligeable mais mis en exergue par les réseaux sociaux.
4 glandus ont un militantisme extrême et tous les médias en parlent beaucoup plus que mérité.
Du coup d'autres glandus ont des réactions épidermiques contre, et sont aussi surmédiatisés.

Tout ça n'est que la continuité de la société du spectacle.

Déconnectez vous un peu, , regardez un peu autour de vous, vous verrez que ces sujet ne méritent pas autant d'attention et que plus vous vous impliquez, plus vous leur en donnez (en particulier dans le cas présent, en full hors sujet...)
11  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/11/2022 à 11:23
Citation Envoyé par Erviewthink Voir le message
Tu ne peux pas dire qu'un vaccin n'augmente pas la mortalité car et c'est un fait des gens peuvent mourir après l'injection d'un vaccin, si ils ne l'avaient pas reçu, ces personnes mortes ne le seraient pas si elles ne l'avaient pas reçu, donc un vaccin augmente la mortalité suite à son injection, c'est un fait, même si c'est minime.

Il faut arbitrer si le risque en vaut la chandelle, un personne jeune en bonne santé a peu de risque de mourir du covid donc se vacciner contre ce rhume est inutile pour une personne lambda.
Encore une fois lisez les études scientifiques au lieu de vous croire plus expert que les médecins et cessez de propager des rumeurs débiles, c'est honteux et même criminel.
14  3 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 10:25
Je pense que le gars a fait une erreur
Et même en France tous les salariés ont une obligation de retenu et de loyauté envers leur entreprise.
Donc un licenciement aurait été validé je pense.

La il faut regarder le contexte.
On a un mec qui prétend mieux faire que twitter depuis plusieurs années.
A peine arrivé dans une boîte en état correct mais pas top, il mène une politique inhabituelle dont les résultats a court terme sont désastreux.
Au passage, au lieu d'accuser la hiérarchie passée des errements il n hésite pas à mettre en doute les compétences techniques des équipes et la qualité des produits. Or la qualité n'a jamais été un frein sur Twitter.

Il me paraît normal que les équipes lui fasse faux bond.

C'est dailleur pur cela que je pense qu'il va se prendre une belle claque dans les 2 mois avec une faillite retentissante. Parce que sans employé on ne produit plus... Et que sans voix discordante on fonce dans le mur a coup sur.

Je ne donne pas cher de Tesla aussi. Parce que là il est en train de politiser son discours, ce qui aux Etats Unis peut facilement te priver de subventions, de soutien... Et de ventes.

Quand il humilié un député en public... Il ne peut pas gagner derrière.

On verra alors que Tesla est valorisé 10 a 100 fois trop cher.
https://www.lesechos.fr/industrie-se...bourse-1358541

Cette boîte ne peut pas valoir 100 fois plus que Renault. Soyons sérieux.

La chute sera brutale je pense.
11  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 17:44
Du coup, parmi ceux qui sont en congés, ceux qui ne lisent pas leurs courriels du boulot seront automatiquement virés ?

Très peu de développeurs voudront rester chez Twitter. Ceux qui cliqueront sur le lien le feront probablement car ils essaieront de trouver un autre job avant d'être virés.
Plus aucun développeur ne voudra postuler chez Twitter.
Soit Elon Musk est totalement idiot, soit son but est de détruire Twitter.
11  0 
Avatar de SimonKenoby
Membre actif https://www.developpez.com
Le 15/11/2022 à 11:24
Tiens, je croyais que Elon Musk était un grand défenseur de la liberté d'expression? N'avait-il pas dis il y a quelques moi que n'importe qui pouvait le critiquer? On commence déjà a voir les limites de sa "liberté d'expression".
14  4 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 18/11/2022 à 20:57
Explique moi pourquoi un dev bon irait bosser
Beaucoup d'heure
Pour un chef impulsif
Sans stratégie compréhensible
En gerant un existant sans soutien

Un bon boulot de dev c'est selon moi
Un projet intéressant
Des collègues intéressants
Une roadmap compréhensible et tenable
Entre 30 et 40h de travail max
Un management a l écoute
Un équilibre vie perso vie pro tenable dans le temps.

Pour moi les devs qui ont le choix fuieront cette ambiance toxique qui ne coche aucune de ces cases.
11  1 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/12/2022 à 12:11
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Musk aurait demandé aux employés d'accepter de travailler au bureau 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ou de quitter volontairement leur emploi. D'après les plaignantes, en faisant cette demande aux employés, Musk n'a pas pris en compte les autres occupations des femmes en dehors des heures et jours de travail. Ce qui serait contraire à la loi.
Ca veut dire qu'il n'y a que les femmes qui ont d'autres occupations en dehors des heures et jours de travail? C'est pas un peu sexiste ça?

Après la discrimination positive à l'embauche, il faut faire la discrimination négative au licenciement.
10  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/12/2022 à 9:16
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il prend des décisions rapides
Des décisions hâtives, prises sur un coup de tête, et pour lesquelles le désastre était évident avant même de l'effectuer.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il mesure ses résultats immédiatement
Le désastre j'aurais dis. Mais oui, il le voit. Preuve qu'il n'est pas complètement fou.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il n'hésite pas à itérer rapidement et à tester autre chose
Il répare le désastre qu'il a lui-même causé à de nombreuses reprises.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
Même si 80% de ses décisions sont mauvaises, le fait d'itérer rapidement dans cette boucle de feedback utilisateur, c'est la manière typique des startups pour innover et grandir rapidement.
Innover ? Le mot typique du commercial pour se défendre contre toute décision impopulaire. Ce mot est, en ce qui me concerne, banni de mon vocabulaire, car trop utilisé pour couvrir la mafia de l'informatique.

Très honnêtement, je l'avais imaginé tout de suite, obtenir la coche bleue pour 8 € / mois allait permettre à n'importer qui d'avoir la coche bleue, qui n'avait plus le sens de validé, mais le sens de "a payé", donc autrement dit, aucun sens pour le visiteur qui n'en a que f... Mais comme le visiteur ne sait pas forcément que la coche bleue a changé de signification, il était évident que cela allait servir aux petits plaisantins du Web de profiter d'une notoriété si facile à obtenir.

Virer en masse des équipes dans l'unique but de réduire la masse salariale, puis être obligé de rappeler quand on se rend compte qu'on a peut-être pas viré les bons, là encore c'est juste une impulsion. Je ne nie pas le besoin de réduire la masse salariale, mais il faut le faire d'une manière raisonnée. Rappeler quelqu'un après l'avoir viré c'est juste la preuve d'une incompétence crasse.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
mais peut-être va-t-il en sortir quelque chose de radicalement innovant et qui va fonctionner dans quelques mois.
A contrario, ne pas oser itérer radicalement dans une entreprise qui n'a pas trouvé son modèle pour survivre, ça aurait été un crash assuré. Je suis donc la suite des événement avec beaucoup d'intérêt (et de popcorn) !
Quand on le voit poster lui-même un sondage sur "devrais-je quitter l'entreprise" et voir 58% de oui, permet-moi de douter de sa compétence. Surtout que je ne crois pas une seconde qu'il va le faire, bien que tout montre qu'il devrait. Car non seulement il crache Twitter, mais il entraîne ses autres entreprises à succès (Tesla, SpaceX) dans sa chute.

Au niveau de la dernière actu, je pense que Twitter est coupable de ne pas avoir signifié son désir de rompre le contrat avec cette entreprise, puisqu'il se contente de jeter les factures à la poubelle. D'un autre côté, une facture trimestrielle de 1 million de dollars pour une fourniture de service apparemment dispensable puisque Twitter ne s'est pas encore effondré, même sans connaître les détails, cela semble largement excessif.
10  0