IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk a-t-il tort ? Des recherches suggèrent que les règles de contenu sur Twitter aident à préserver la liberté d'expression des bots et autres manipulations

Le , par Stéphane le calme

255PARTAGES

11  0 
L'offre acceptée d'Elon Musk pour acheter Twitter a déclenché de nombreux débats sur ce que cela signifie pour l'avenir de la plateforme de médias sociaux, qui joue un rôle important dans la détermination des actualités et des informations auxquelles de nombreuses personnes – en particulier les Américains – sont exposées.

Musk a déclaré vouloir faire de Twitter une arène de liberté d'expression. On ne sait pas ce que cela signifiera, et ses déclarations ont alimenté les spéculations parmi les partisans et les détracteurs. En tant qu'entreprise, Twitter peut réglementer la parole sur sa plateforme à sa guise. Le Congrès américain et l'Union européenne envisagent des projets de loi concernant la réglementation des médias sociaux, mais ils concernent la transparence, la responsabilité, les contenus illégaux préjudiciables et la protection des droits des utilisateurs, plutôt que la réglementation de la parole.

Les appels de Musk à la liberté d'expression sur Twitter se concentrent sur deux allégations : les préjugés politiques et la modération excessive. Des chercheurs sur la désinformation et la manipulation en ligne, et un chercheur de l'Observatoire de l'Université de l'Indiana sur les médias sociaux ont étudié la dynamique et l'impact de Twitter et de ses abus. Pour donner un sens aux déclarations de Musk et aux résultats possibles de son acquisition, parcourons les analyses puis les résultats de leur recherche.

Parti pris politique

De nombreux politiciens et experts conservateurs ont affirmé pendant des années que les principales plateformes de médias sociaux, y compris Twitter, avaient un parti pris politique libéral équivalant à la censure des opinions conservatrices. Ces affirmations sont basées sur des preuves anecdotiques. Par exemple, de nombreux partisans dont les tweets ont été étiquetés comme trompeurs et déclassés, ou dont les comptes ont été suspendus pour violation des conditions d'utilisation de la plateforme, affirment que Twitter les a ciblés en raison de leurs opinions politiques.

Malheureusement, Twitter et d'autres plateformes appliquent souvent leurs politiques de manière incohérente, il est donc facile de trouver des exemples soutenant une théorie du complot ou une autre. Un examen du Center for Business and Human Rights de l'Université de New York intitulé "False Accusation : The Unfounded Claim that Social Media Companies Censor Conservatives" n'a trouvé aucune preuve fiable à l'appui de l'allégation de parti pris anti-conservateur par les entreprises de médias sociaux, qualifiant même l'allégation elle-même de forme de désinformation.


Une évaluation plus directe des préjugés politiques par Twitter est difficile en raison des interactions complexes entre les personnes et les algorithmes. Les gens, bien sûr, ont des préjugés politiques. Par exemple, les expériences des chercheurs avec des bots sociaux politiques ont révélé que les utilisateurs républicains sont plus susceptibles de confondre les bots conservateurs avec des humains, tandis que les utilisateurs démocrates sont plus susceptibles de confondre les utilisateurs humains conservateurs avec des bots.

Pour éliminer les préjugés humains de l'équation de leurs expériences, ils ont déployé un groupe de robots sociaux bénins sur Twitter. Chacun de ces bots a commencé par suivre une source d'information, certains bots suivant une source libérale et d'autres une source conservatrice. Après, tous les bots ont été laissés seuls pour « dériver » dans l'écosystème de l'information pendant quelques mois. Ils pourraient gagner des adeptes. Ils ont agi selon un comportement algorithmique identique. Cela comprenait le fait de suivre ou de suivre en retour (follow back) des comptes aléatoires, de tweeter du contenu dénué de sens et de retweeter ou de copier des messages aléatoires dans leur flux.

Mais ce comportement était politiquement neutre, sans aucune compréhension du contenu vu ou publié. Les chercheurs ont suivi les bots pour sonder les préjugés politiques émergeant du fonctionnement de Twitter ou de la façon dont les utilisateurs interagissent :

« Étonnamment, nos recherches ont fourni des preuves que Twitter a un parti pris conservateur plutôt que libéral. En moyenne, les comptes sont attirés vers le côté conservateur. Les comptes libéraux ont été exposés à un contenu modéré, ce qui a déplacé leur expérience vers le centre politique, tandis que les interactions des comptes de droite étaient biaisées vers la publication de contenu conservateur. Les comptes qui ont suivi des sources d'information conservatrices ont également reçu des adeptes plus politiquement alignés, s'intégrant dans des chambres d'écho plus denses et gagnant en influence au sein de ces communautés partisanes.

« Ces différences d'expériences et d'actions peuvent être attribuées aux interactions avec les utilisateurs et aux informations transmises par la plateforme de médias sociaux. Mais nous n'avons pas pu examiner directement le biais possible dans l'algorithme du fil d'actualités de Twitter, car le classement réel des publications dans la "chronologie d'accueil" n'est pas disponible pour les chercheurs extérieurs ».

Les chercheurs de Twitter ont cependant pu auditer les effets de leur algorithme de classement sur le contenu politique, révélant que la droite politique bénéficie d'une amplification plus élevée que la gauche politique. Leur expérience a montré que dans six des sept pays étudiés, les politiciens conservateurs bénéficient d'une plus grande amplification algorithmique que les libéraux. Ils ont également découvert que l'amplification algorithmique favorise les sources d'information de droite aux États-Unis.

« Nos recherches et les recherches de Twitter montrent que la préoccupation apparente de Musk concernant les préjugés sur Twitter contre les conservateurs est infondée ».

Arbitres ou censeurs ?

L'autre allégation que Musk semble faire est qu'une modération excessive étouffe la liberté d'expression sur Twitter. Le concept d'un marché libre des idées est enraciné dans le raisonnement séculaire de John Milton selon lequel la vérité prévaut dans un échange libre et ouvert d'idées. Ce point de vue est souvent cité comme base des arguments contre la modération : des informations précises, pertinentes et opportunes devraient émerger spontanément des interactions entre les utilisateurs.

Malheureusement, selon les chercheurs, plusieurs aspects des médias sociaux modernes entravent le libre marché des idées. Une attention limitée et un biais de confirmation augmentent la vulnérabilité à la désinformation. Ils estiment que le classement basé sur l'engagement peut amplifier le bruit et la manipulation, et la structure des réseaux d'information peut déformer les perceptions et être « manipulée » pour favoriser un groupe.

En conséquence, les chercheurs pensent que les utilisateurs des médias sociaux ont été ces dernières années victimes de manipulations par des causes « astroturf », de trolling et de désinformation. Les abus sont facilités par les robots sociaux et les réseaux coordonnés qui créent l'apparence de foules humaines. L'astroturfing, le similitantisme, la contrefaçon de mouvement d’opinion ou la désinformation populaire planifiée ou orchestrée désignent des techniques de propagande manuelles ou algorithmiques utilisées à des fins publicitaires ou politiques ou encore dans les campagnes de relations publiques, qui ont pour but de donner une fausse impression d'un comportement spontané ou d'une opinion populaire sur Internet. Elle consiste à donner l'impression d'un sentiment majoritaire pour justifier une prise de position.


« Nous et d'autres chercheurs avons observé ces récits inauthentiques amplifiant la désinformation, influençant les élections, commettant des fraudes financières, infiltrant les communautés vulnérables et perturbant la communication. Musk a tweeté qu'il voulait vaincre les spambots et authentifier les humains, mais ce ne sont pas des solutions faciles ni nécessairement efficaces. »


« Les comptes non authentiques sont utilisés à des fins malveillantes au-delà du spam et sont difficiles à détecter, en particulier lorsqu'ils sont exploités par des personnes en conjonction avec des algorithmes logiciels. Et la suppression de l'anonymat peut nuire aux groupes vulnérables. Ces dernières années, Twitter a adopté des politiques et des systèmes pour modérer les abus en suspendant de manière agressive les comptes et les réseaux affichant des comportements coordonnés inauthentiques. Un affaiblissement de ces politiques de modération pourrait rendre les abus endémiques à nouveau ».

Manipulations sur Twitter

Malgré les progrès récents de Twitter, l'intégrité reste un défi sur la plateforme. Les chercheurs ont découvert de nouveaux types de manipulations sophistiquées, qu'ils vont présenter à la conférence internationale AAAI sur le Web et les médias sociaux en juin. Des utilisateurs malveillants exploitent ce que l'on appelle des « trains de suivi » (des groupes de personnes qui se suivent sur Twitter) pour augmenter rapidement leurs abonnés et créer de grandes chambres d'écho hyperpartisanes denses qui amplifient le contenu toxique provenant de sources peu crédibles et complotistes.

Une autre technique malveillante efficace consiste à publier puis à supprimer stratégiquement le contenu qui enfreint les conditions de la plateforme une fois qu'il a atteint son objectif. Même la limite élevée de Twitter de 2 400 tweets par jour peut être contournée par des suppressions : les chercheurs ont identifié de nombreux comptes qui inondent le réseau de dizaines de milliers de tweets par jour.

Ils ont également trouvé des réseaux coordonnés qui se livrent à des "likes" et des "dislikes" répétitifs de contenu qui est finalement supprimé, ce qui peut manipuler des algorithmes de classement. Ces techniques permettent aux utilisateurs malveillants de gonfler la popularité du contenu tout en échappant à la détection.

Il est peu probable que les plans de Musk pour Twitter fassent quoi que ce soit à propos de ces comportements manipulateurs, selon les chercheurs.

Modération du contenu et liberté d'expression

L'acquisition probable de Twitter par Musk fait craindre que la plateforme de médias sociaux ne diminue la modération de son contenu. Ce corpus de recherches suggère qu'une modération plus forte, et non plus faible, de l'écosystème de l'information est nécessaire pour lutter contre la désinformation nuisible.

Cela suggère également que des politiques de modération plus faibles nuiraient ironiquement à la liberté d'expression : les voix des vrais utilisateurs seraient noyées par des utilisateurs malveillants qui manipulent Twitter via des comptes, des bots et des chambres d'écho non authentiques.

Sources : Des bots neutres sondent les préjugés politiques sur les réseaux sociaux, Center for Business and Human Rights at New York University, Amplification algorithmique de la politique sur Twitter (chercheurs de Twitter), La diffusion de contenus peu crédibles par les robots sociaux, Influence des humains augmentés dans les interactions en ligne lors des événements de vote, Identifier et analyser les manipulations de cryptomonnaie dans les médias sociaux, Les bots augmentent l'exposition au contenu négatif et incendiaire dans les systèmes sociaux en ligne, influence des robots sociaux dans les manifestations en ligne

Et vous ?

Que pensez-vous de ces recherches ? Vous semblent-elles crédibles ?
Partagez-vous les conclusions selon lesquelles des politiques de modération plus faibles nuiraient ironiquement à la liberté d'expression ?
Quel est votre avis sur la liberté d'expression ? Jusqu'à quel point devrait-elle être permise sur les réseaux sociaux ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/11/2022 à 10:31
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Le dernier scandale de Pfizer qui a été d'admettre qu'aucune recherche n'avait été fait pour confirmer que la vaccination stoppait la transmission. En dépit du battage publicitaire qui prétendait le contraire.
Change de média, dés le début Pfizer, et les autres labos, ont bien publié le fait qu'ils n'aient pas testé l'efficacité sur la transmission. Pour une raison simple, si on prend le temps de réfléchir 2 minutes : Tester la transmission implique de contaminer des humains à une maladie dont on a/avait aucun remède à ce moment donné.

Je n'ai absolument pas apprécié qu'on nous force à prendre ce vaccin en version Béta, mais faut arrêter de chercher des problème là où il n'y en avait pas...
16  1 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 12/05/2022 à 8:26
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous de ces recherches ? Vous semblent-elles crédibles ?
Partagez-vous les conclusions selon lesquelles des politiques de modération plus faibles nuiraient ironiquement à la liberté d'expression ?
Quel est votre avis sur la liberté d'expression ? Jusqu'à quel point devrait-elle être permise sur les réseaux sociaux ?
Cette analyse me fait penser à une émission d'ARTE sur le "fabrique de l'ignorance" qui explique, comment la recherche (financé par des lobbys), par la surproduction d'études, rends la hiérarchisation des causes difficile et donc rends la réalité scientifique moins perceptible.
Le reportage se base en grande partie sur la façon dont le lobby du tabac a essayé de masquer les risques de fumer en finançant énormément de recherches sur les autres sources de risques pour la santé (pollution, nutrition, etc...)


Pour moi les recherches mentionnées dans l'article et dans le reportage suggèrent que l'excès d'information ne mène pas à la connaissance mais à l'ignorance.
Je pense que les réseaux sociaux amplifient ça parce qu'en plus de nous noyer d'informations, ils n'identifient ni la qualité de la source, ni la capacité de résonnance d'un groupe.

Je pense que nous sommes dans une période compliquée où la liberté d'expression doit être défendue mais certains de ses effets doivent être combattus au risque de voir certains groupes (zététiciens, complotistes, wokes, etc) devenir les détenteurs de la vérité et les censeurs des autres (reprenez la même liste en changeant l'ordre).
Je n'ai pas la solution à cette difficulté, je pense que personne ne l'a et que ne se baser que sur une personne pour Twitter est une erreur grave.
Ceci dit je pense que la position de défenseur de la liberté d'expression de Musk n'est que du marketing. D'ici quelques mois il deviendra la censure qu'il condamne aujourd'hui, les bannis ne seront juste pas les mêmes qu'hier. (Mais ceci n'est que mon intime conviction)
13  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 20:50
Enfin... Les devs dans le monde entier ont les même habitudes.

Tu ne peux pas les prendre pour des divas pendant 5 ans et leur proposer l esclavage facilement.

En plus, les bons ont souvent des opportunités quoi qu'il arrive et parfois assez d'argent pour créer leurs opportunités.

Bref avec ce genre de message il va sûrement arriver a un tiers qui reste.. mais ça m'étonnerait qu'il garde les meilleurs.

Et attendons nous a voir pointer un produit twitter like dans les 2 mois par quelques dizaines d'employés le codage a déjà du commencer et je ne doute pas qu'un ou deux fond soit prêt à mettre quelques centaines de millions dedans.

Mastodon de par sa philosophie ne pourra jamais faire l'affaire donc il y a une place a prendre.
13  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/05/2022 à 11:22
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Mais le marxisme culturel est aussi en contradiction avec les croyances de millénal qu'ils sont tous des êtres exceptionnels (Snow flake). Comme des flocons de neige, tous uniques. Alors la réthorique victimaire s'appuie sur l'idée que notre appartenance à une race ou une culture est plus importante que notre individualité. Mais au fond, la majorité de gens comprennent que c'est un discours de lâche qui blâme la société pour tout leur problèmes personnelles. Ce discours a eu une certaine popularité, mais quand les gens qui diffusent ce discours ont tous des "Gueule de perdant". Ce discours n'est plus très vendeur aux États-Unis. Tu n'as qu'à voir ce qui arrive avec les entreprises qui ont épouser cette idéologie: Ils sont toutes sur le bord de la faillite. Tous les Américains connaissent l'expression :Get woke. Go Broke! (Devener un marxiste culturel, faite faillite.)
Tous ces événements que tu décris sont des épiphénomène assez négligeable mais mis en exergue par les réseaux sociaux.
4 glandus ont un militantisme extrême et tous les médias en parlent beaucoup plus que mérité.
Du coup d'autres glandus ont des réactions épidermiques contre, et sont aussi surmédiatisés.

Tout ça n'est que la continuité de la société du spectacle.

Déconnectez vous un peu, , regardez un peu autour de vous, vous verrez que ces sujet ne méritent pas autant d'attention et que plus vous vous impliquez, plus vous leur en donnez (en particulier dans le cas présent, en full hors sujet...)
11  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/11/2022 à 11:23
Citation Envoyé par Erviewthink Voir le message
Tu ne peux pas dire qu'un vaccin n'augmente pas la mortalité car et c'est un fait des gens peuvent mourir après l'injection d'un vaccin, si ils ne l'avaient pas reçu, ces personnes mortes ne le seraient pas si elles ne l'avaient pas reçu, donc un vaccin augmente la mortalité suite à son injection, c'est un fait, même si c'est minime.

Il faut arbitrer si le risque en vaut la chandelle, un personne jeune en bonne santé a peu de risque de mourir du covid donc se vacciner contre ce rhume est inutile pour une personne lambda.
Encore une fois lisez les études scientifiques au lieu de vous croire plus expert que les médecins et cessez de propager des rumeurs débiles, c'est honteux et même criminel.
14  3 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 10:25
Je pense que le gars a fait une erreur
Et même en France tous les salariés ont une obligation de retenu et de loyauté envers leur entreprise.
Donc un licenciement aurait été validé je pense.

La il faut regarder le contexte.
On a un mec qui prétend mieux faire que twitter depuis plusieurs années.
A peine arrivé dans une boîte en état correct mais pas top, il mène une politique inhabituelle dont les résultats a court terme sont désastreux.
Au passage, au lieu d'accuser la hiérarchie passée des errements il n hésite pas à mettre en doute les compétences techniques des équipes et la qualité des produits. Or la qualité n'a jamais été un frein sur Twitter.

Il me paraît normal que les équipes lui fasse faux bond.

C'est dailleur pur cela que je pense qu'il va se prendre une belle claque dans les 2 mois avec une faillite retentissante. Parce que sans employé on ne produit plus... Et que sans voix discordante on fonce dans le mur a coup sur.

Je ne donne pas cher de Tesla aussi. Parce que là il est en train de politiser son discours, ce qui aux Etats Unis peut facilement te priver de subventions, de soutien... Et de ventes.

Quand il humilié un député en public... Il ne peut pas gagner derrière.

On verra alors que Tesla est valorisé 10 a 100 fois trop cher.
https://www.lesechos.fr/industrie-se...bourse-1358541

Cette boîte ne peut pas valoir 100 fois plus que Renault. Soyons sérieux.

La chute sera brutale je pense.
11  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 17:44
Du coup, parmi ceux qui sont en congés, ceux qui ne lisent pas leurs courriels du boulot seront automatiquement virés ?

Très peu de développeurs voudront rester chez Twitter. Ceux qui cliqueront sur le lien le feront probablement car ils essaieront de trouver un autre job avant d'être virés.
Plus aucun développeur ne voudra postuler chez Twitter.
Soit Elon Musk est totalement idiot, soit son but est de détruire Twitter.
11  0 
Avatar de SimonKenoby
Membre actif https://www.developpez.com
Le 15/11/2022 à 11:24
Tiens, je croyais que Elon Musk était un grand défenseur de la liberté d'expression? N'avait-il pas dis il y a quelques moi que n'importe qui pouvait le critiquer? On commence déjà a voir les limites de sa "liberté d'expression".
14  4 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 18/11/2022 à 20:57
Explique moi pourquoi un dev bon irait bosser
Beaucoup d'heure
Pour un chef impulsif
Sans stratégie compréhensible
En gerant un existant sans soutien

Un bon boulot de dev c'est selon moi
Un projet intéressant
Des collègues intéressants
Une roadmap compréhensible et tenable
Entre 30 et 40h de travail max
Un management a l écoute
Un équilibre vie perso vie pro tenable dans le temps.

Pour moi les devs qui ont le choix fuieront cette ambiance toxique qui ne coche aucune de ces cases.
11  1 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/12/2022 à 12:11
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Musk aurait demandé aux employés d'accepter de travailler au bureau 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ou de quitter volontairement leur emploi. D'après les plaignantes, en faisant cette demande aux employés, Musk n'a pas pris en compte les autres occupations des femmes en dehors des heures et jours de travail. Ce qui serait contraire à la loi.
Ca veut dire qu'il n'y a que les femmes qui ont d'autres occupations en dehors des heures et jours de travail? C'est pas un peu sexiste ça?

Après la discrimination positive à l'embauche, il faut faire la discrimination négative au licenciement.
10  0