IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les États-Unis condamnent un expert en cryptomonnaie à 5 ans de prison après une présentation sur la blockchain en Corée du Nord,
Virgil Griffith écope également d'une amende de 100 000 dollars

Le , par Bill Fassinou

296PARTAGES

6  0 
Les États-Unis ont condamné mardi Virgil Griffith, un expert américain en cryptomonnaies, à 63 mois de prison (un peu plus de 5 ans) pour avoir aidé la République populaire démocratique de Corée (RPDC) en lui fournissant des informations techniques sur la manière d'échapper aux sanctions. Selon le ministère américain de la Justice (DOJ), Griffith a plaidé coupable de conspiration pour violer la loi américaine sur les pouvoirs économiques en cas d'urgence internationale (IEEPA). Griffith écope également d'une amende de 100 000 dollars.

Virgil Griffith, 39 ans, est titulaire d'un doctorat de l'Institut de technologie de Californie. Il est chercheur en blockchain et a participé au développement de la blockchain Ethereum. Selon les documents judiciaires, Griffith aurait commencé à formuler des plans dès 2018 pour fournir des services à des individus en RPDC en y développant et finançant des infrastructures de cryptomonnaies, notamment pour miner des cryptomonnaies. Le DOJ a déclaré que Griffith savait que la RPDC pouvait utiliser ces services pour se soustraire aux sanctions américaines et les éviter, et pour financer son programme d'armes nucléaires et d'autres activités "illicites".

Conformément à l'IEEPA et à l'Executive Order 13466, il est interdit aux personnes américaines d'exporter des biens, des services ou des technologies vers la RPDC sans une licence de l'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département américain du Trésor. En avril 2019, Griffith se serait rendu en RPDC pour assister et faire une présentation à la "Pyongyang Blockchain and Cryptocurrency Conference". Cependant, alors que le département américain d'État lui avait refusé l'autorisation de se rendre en RPDC, Griffith a fait des présentations à la conférence sur les cryptomonnaies de la RPDC et aurait adapté son message au public de la RPDC.



Ce qui était en violation des sanctions contre la RPDC. Selon le DOJ, lors de la conférence sur les cryptomonnaies de la RPDC, Griffith et ses co-conspirateurs ont donné des instructions sur la façon dont la RPDC pourrait utiliser la blockchain et les cryptomonnaies pour blanchir de l'argent et échapper aux sanctions. Les présentations de Griffith auraient été approuvées par des responsables de la RPDC et porteraient essentiellement sur la manière dont la blockchain, en particulier les contrats intelligents, pouvait être utilisée au profit de la RPDC, notamment dans le cadre des négociations sur les armes nucléaires avec les États-Unis.

Griffith et ses co-conspirateurs auraient également répondu à des questions spécifiques sur les technologies comme la blockchain et les cryptomonnaies pour le public de la RPDC, y compris des personnes qui, selon Griffith, travaillaient pour le gouvernement nord-coréen. Selon les documents judiciaires, lorsque Griffith voulait se rendre en RPDC, l'expert en cryptomonnaies a demandé à recevoir son visa de voyage sur un papier séparé et non sur son passeport américain, probablement pour éviter de créer des preuves matérielles de son voyage en Corée du Nord. Griffith aurait également essayé de recruter d'autres Américains pour la même cause.

Selon les procureurs, Griffith a déclaré lors de l'une de ces présentations que "la caractéristique la plus importante des blockchains est qu'elles sont ouvertes". À la suite de ces événements, Griffith, qui travaillait en tant que développeur de projets spéciaux et chercheur scientifique pour la Fondation Ethereum, a été arrêté en novembre 2019 par le FBI. « Il ne fait aucun doute que la Corée du Nord constitue une menace pour la sécurité nationale de notre pays, et le régime a montré à maintes reprises qu'il ne reculera devant rien pour ignorer nos lois dans son propre intérêt », a déclaré le procureur américain Damian Williams.

« Griffith a admis devant le tribunal avoir pris des mesures pour échapper aux sanctions, qui sont en place pour empêcher la RPDC de construire une arme nucléaire. La justice a été rendue avec la sentence prononcée », a-t-il ajouté. En septembre 2021, Griffith a plaidé coupable à un chef d'accusation de complot visant à violer les sanctions internationales contre la Corée du Nord. Bien que le crime ait entraîné une peine maximale de 20 ans, l'accord de plaidoyer de Griffith avec les procureurs fédéraux a ramené la peine à une fourchette de 63 à 78 mois - environ cinq à six ans et demi.

Griffith a déjà passé environ deux ans en détention, bien qu'il ait été libéré sous caution pendant 14 de ces mois. Le tribunal considérera les 10 mois restants comme du temps passé en prison. La peine prononcée mardi par le juge Kevin Castel du district sud de New York se situe dans le bas de la fourchette des peines recommandées par l'accusation et correspond à la peine recommandée par le service de probation. Outre les plus de cinq ans d'emprisonnement, Griffith a également été condamné à trois ans de liberté surveillée et à une amende de 100 000 dollars.

Source : Le DOJ

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la peine infligée à Virgil Griffith ?

Voir aussi

L'utilisation des cryptomonnaies est plus répandue dans les pays corrompus, d'après une récente étude du FMI

Les États-Unis accusent John McAfee de fraude dans le domaine des cryptomonnaies, qu'il aurait perpétrée en utilisant la technique de pump-and-dump

Un ingénieur de Microsoft a volé 10 millions de dollars en vendant des cartes-cadeaux Xbox contre des bitcoins, sur des marchés de cryptomonnaies comme Paxful

Un nouveau projet de loi permettrait au gouvernement des États-Unis d'interdire discrètement les transactions en cryptomonnaie, une chose qui inquiète les utilisateurs

Le ministère US de la Justice a arrêté trois opérateurs du service de prêt BitConnect, qui auraient récolté l'équivalent de 722 millions de dollars en cryptomonnaie grâce à une pyramide de Ponzi

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !