IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google a ordonné aux traducteurs russes de ne pas qualifier de "guerre" la situation actuelle en Ukraine,
Se pliant ainsi aux exigences du Kremlin

Le , par Bill Fassinou

455PARTAGES

6  0 
Alors que Google a publiquement pris position contre la Russie après que cette dernière a envahi l'Ukraine en février, un courrier interne a révélé récemment que l'entreprise s'est quand même pliée aux décrets de Moscou. Particulièrement, Google a formellement interdit à ses sous-traitants travaillant dans la traduction en Russie de qualifier de "guerre" la confrontation militaire en Ukraine. À la place, la société préconise l'expression "circonstances extraordinaires". Un porte-parole de Google a déclaré que "la mesure permettait d'assurer la sécurité des employés locaux de l'entreprise".

Dès les premiers jours de l'invasion russe en Ukraine, Google et YouTube ont cessé de vendre de la publicité en ligne en Russie pour suivre les sanctions occidentales et témoigner ainsi leur solidarité à l'Ukraine. Plus tard, les deux entreprises ont annoncé qu'elles suspendaient également tous les services basés sur le paiement dans le pays, y compris les abonnements. Cependant, contrairement à certaines entreprises, Alphabet, la société mère de Google, n'a pas cessé ses activités en Russie. Elle doit donc se soumettre aux lois locales, notamment celles qui ont été promulguées depuis le début de son "opération militaire spéciale" en Ukraine.

Ainsi, au début du moins de mars, les sous-traitants travaillant pour Google à la traduction des textes de l'entreprise pour le marché russe ont reçu une mise à jour de leur client par un courrier indiquant : « à compter d'aujourd'hui, la guerre russe en cours contre l'Ukraine ne pouvait plus être qualifiée de guerre, mais seulement de "circonstances extraordinaires" ». Le courrier interne a été envoyé par la direction d'une entreprise qui traduit des textes d'entreprise et des interfaces d'applications pour Google et d'autres clients. L'email transmettait les instructions de Google avec la nouvelle formulation.



Les instructions indiquaient également que le mot "guerre" devait continuer à être utilisé sur d'autres marchés et que le changement de politique avait pour intention de maintenir Google en conformité avec une loi de censure russe promulguée juste après l'invasion de l'Ukraine. En effet, le Parlement russe a voté début mars une loi qui punit la diffusion intentionnelle de ce que la Russie considère comme des informations « fausses ». Le règlement prévoit des amendes ou des peines de prison pour la diffusion de fausses informations sur l'armée, ainsi que des amendes pour les personnes qui appellent publiquement à des sanctions contre la Russie.

Les tribunaux prononceront les peines les plus sévères pour les fausses nouvelles qui pourraient entraîner des conséquences graves. Les auteurs des informations jugées "fausses" par le gouvernement russe risquent jusqu'à 15 ans de prison, et il est interdit d'utiliser le mot "guerre". La loi a incité TikTok et d'autres organismes de presse à suspendre leurs activités en Russie. Interrogé sur ces directives, Alex Krasov, porte-parole de Google, a déclaré : « bien que nous ayons mis en pause les publicités Google et la grande majorité de nos activités commerciales en Russie, nous restons concentrés sur la sécurité de nos employés locaux ».



« Comme cela a été largement rapporté, les lois actuelles restreignent les communications à l'intérieur de la Russie. Cela ne s'applique pas à nos services d'information tels que Search et YouTube ». Selon un traducteur (resté anonyme pour éviter les représailles), les ordres s'appliquent à tous les produits Google traduits en russe, y compris Google Maps, Gmail, AdWords, ainsi que les politiques de Google et les communications avec les utilisateurs. Le mémo interne aide à expliquer pourquoi certaines pages Web de Google utilisent des termes euphémiques comme "urgence en Ukraine" dans leur version russe, mais "guerre en Ukraine" dans la version anglaise.

Les commentateurs occidentaux ont généralement salué les efforts de Google liés à l'invasion. Cependant, selon les critiques, le courriel et les traductions du centre d'aide de Google suggèrent que sa position de principe contre la propagande de l'État russe est, dans une certaine mesure, contrebalancée par l'intérêt de l'entreprise à continuer à faire des affaires en Russie. Dans une version anglaise d'une note de mise à jour des règles de publicité de Google intitulée "Updates to sensitive events policy", datée du 27 février 2022, la société explique qu'elle gèle les annonces en ligne des médias d'État russes en raison de la "guerre actuelle en Ukraine".



Mais la version russe de l'article fait uniquement référence à la "situation d'urgence en Ukraine" plutôt qu'à une "guerre". Dans le centre d'aide vidéo, le poste "Produits et services restreints" répète l'avertissement : « en raison de la guerre en cours en Ukraine, nous suspendons temporairement la diffusion des annonces Google aux utilisateurs situés en Russie ». Dans la version russe, l'avertissement est à nouveau modifié : « en raison de la situation d'urgence en Ukraine, nous suspendons temporairement la diffusion des annonces pour les utilisateurs situés en Russie ».

En outre, il serait possible qu'un système de traduction automatique soit en cause. La plupart des traductions seraient faites automatiquement par un logiciel. Dans les cas plus sensibles, une surveillance humaine est généralement exercée pour garantir l'exactitude. Le traducteur anonyme a ajouté que toute utilisation potentielle du terme "guerre" dans le contexte de l'Ukraine serait censurée dans tous les produits Google encore disponibles sur le marché russe. Il a également indiqué que la politique d'euphémisme pourrait s'appliquer au-delà du texte des pages d'assistance, à d'autres produits Google tels que Maps.



Le rapport note que cette décision n'est que le cas le plus récent d'acquiescement aux exigences de la censure russe par Google et ses principaux pairs de la Silicon Valley. En 2019, Apple a accepté de reconnaître l'annexion de la Crimée par la Russie dans son application iOS Maps en réponse à la pression du Kremlin. En 2021, Google a révélé qu'il s'était conformé à 75 % des demandes de suppression de contenu qu'il avait reçues du gouvernement russe cette année-là ; la même année, Google et Apple ont accepté de supprimer les applications affiliées à l'opposant de Poutine Aleksey Navalny.

Enfin, il a quelques jours, la Russie a bloqué Google News pour avoir donné accès à des « informations non fiables » sur la guerre en Ukraine. « Sur la base d'une demande du bureau du procureur général russe, Roskomnadzor a restreint l'accès au service Internet Google News dans le pays. La source d'informations Internet américaine mentionnée a donné accès à de nombreuses publications et documents contenant des informations non fiables et d'importance publique sur le déroulement de l'opération militaire spéciale en Ukraine », a déclaré Roskomnadzor, le gendarme de l'Internet russe à Interfax.

Source : courriel

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'alignement de Google sur les directives du Kremlin ?
Pensez-vous que les mesures prises par Google au début du conflit ont juste permis à l'entreprise d'éviter les critiques ?

Voir aussi

YouTube et Google Play suspendent tous les services basés sur le paiement en Russie, y compris les abonnements, les sanctions occidentales commencent à poser des problèmes bancaires dans le pays

La Russie punit de 15 ans d'emprisonnement les « fausses nouvelles », Twitter et Facebook désormais bloqués en Russie

La Russie est le pays qui a demandé à Google de retirer le plus de contenu des résultats de son moteur de recherche, la France prend la tête de ce classement en Europe, selon SurfShark

Les grandes entreprises technologiques se retirent de Russie, dont Google, Apple, Samsung, Netflix et Spotify, cela pourrait créer une opportunité pour les entreprises chinoises comme Xiaomi

La Russie bloque Google News pour avoir donné accès à des « informations non fiables » sur la guerre en Ukraine, après avoir bloqué Facebook et Instagram

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de athlon64
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/03/2022 à 19:48
Les sanctions de grouppes privées contre la Russie ont montré à quel point il est important d'avoir ses propres solutions technologiques au lieu de dépendre de pays étrangers voire "inamicaux"

Je pense que l'Inde qui à priori qui était dans le sens d'adopter les solutions US va effectuer un revirement en promouvant ses propres solutions internes au risque de devenir un valet permanant des USA.
Ces derniers pourront en cas de conflit le faire retourner à l'âge de pierre.
C'est un sacret coup contre les GAFAM et les entreprises mondialisées.
Imaginez en cas de très grosse guerre USA vs Chine les USA peuvent exiger de Tesla de bloquer toutes les voitures en circulation en Chine...
5  0 
Avatar de athlon64
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/03/2022 à 15:01
Citation Envoyé par BenoitM Voir le message
Ici c'est surtout de grand sanction de la Russie contre les groupes privés (russe et non russe) qui donnent de l'information "libre".
Disons que si tu demandes à un lion si la gazelle est une nourriture il répondra oui, si tu demandes à la gazelle si elle est une nourriture elle répondra non.
Alors qu'appelle tu information "libre" si les Medias RT France et Sputnik ont été interdites dans l'UE ? Surtout quand on sait que le journaliste Julian Assange qui a révélé les crimes de guerre US est emprisonné depuis des années par l'Europe et que les USA veulent sa peau...

Quelle est donc la définition de l'information libre ?
Dans le livre 1984 Orwell ne disait-il pas: "Ne voyez-vous pas que le véritable but du novlangue est de restreindre les limites de la pensée ?"

Aujourd'hui s'il arrivait une situation de concurrence entre la France et les USA, ces derniers pourront tout simplement espionner les entreprises françaises en passant par leurs nombreuses solutions adoptées par la France.
D'ailleurs le programme PRISM dénoncé par Edward Snowden utilisait les applications GAFAM pour espionner le monde. Pour ceux qui ne le savent pas Edward Snowden est refugié en Russie justement.
5  2 
Avatar de BenoitM
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 30/03/2022 à 8:53
Citation Envoyé par athlon64 Voir le message
Les sanctions de grouppes privées contre la Russie ont montré à quel point il est important d'avoir ses propres solutions technologiques au lieu de dépendre de pays étrangers voire "inamicaux"
Ici c'est surtout de grand sanction de la Russie contre les groupes privés (russe et non russe) qui donnent de l'information "libre".
2  0 
Avatar de daerlnaxe
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/03/2022 à 21:08
Bon ben vu la taulée qu'on a pris des Allemands en 39 on n'a pas eu de guerre selon Google.
1  1 
Avatar de athlon64
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 08/04/2022 à 13:57
"Les Américains pourront accéder à toutes les données personnelles des Européens" Eric Denécé"

https://www.francesoir.fr/videos-lentretien-essentiel/eric-denece
0  0 
Avatar de clorr
Membre actif https://www.developpez.com
Le 12/04/2022 à 21:51
Le "Don't be evil" est bien bien loin....
0  0