IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Russie envisage d'accepter le Bitcoin comme moyen de paiement pour ses exportations de pétrole et de gaz
Cette décision pourrait jouer en faveur du Kremlin ou saper davantage l'économie russe

Le , par Stéphane le calme

439PARTAGES

15  0 
Pavel Zavalny, président de la commission de l'énergie de la Douma d'État de la Fédération de Russie, a déclaré que les pays « amis » pourraient être autorisés à payer en cryptomonnaie ou dans leurs monnaies locales. La semaine dernière, le président russe Vladimir Poutine a déclaré qu'il voulait que les pays « inamicaux » achètent son gaz avec des roubles. Cette décision viserait à stimuler la devise russe, qui a perdu plus de 20 % en valeur cette année. Les sanctions imposées par le Royaume-Uni, les États-Unis et l'Union européenne, à la suite de l'invasion de l'Ukraine, ont mis à rude épreuve le rouble russe et augmenté le coût de la vie. Cependant, la Russie reste le premier exportateur mondial de gaz naturel et le deuxième fournisseur de pétrole.

L'économie russe est en ruine et la valeur du rouble a chuté alors que le pays se retrouve de plus en plus isolé du commerce mondial à la suite de sa guerre contre l'Ukraine. Le pays a même du mal à trouver des acheteurs pour son pétrole, en partie parce que le marché mondial du pétrole est dominé par le dollar américain. La difficulté de la Russie à vendre son pétrole pourrait expliquer pourquoi elle envisage des méthodes de paiement alternatives, y compris le bitcoin.

Début mars, l'administration américaine a imposé un embargo sur les importations de pétrole russe et interdit tout nouvel investissement dans le secteur énergétique russe. Comment cette décision affectera-t-elle le complexe énergétique et énergétique russe ? Quelles sont les perspectives de substitution des importations dans le secteur de l'énergie, compte tenu de la pression de sanctions à grande échelle de plusieurs pays dans le contexte d'une opération spéciale en Ukraine ?

Le 23 mars, le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine lors d'une réunion avec le gouvernement de la Fédération de Russie a annoncé la décision de vendre du gaz aux pays hostiles contre des roubles russes. Comment cette décision affectera-t-elle l'économie nationale ? Quelles sont les mesures prioritaires à prendre pour assurer son soutien législatif ?

Autant de questions auxquelles Pavel Zavalny a été invité à répondre le lendemain lors d'une conférence de presse.

Zavalny, qui dirige le comité de la Douma d'État russe sur l'énergie, a déclaré jeudi que le pays explorait d'autres moyens de recevoir le paiement des exportations d'énergie. Il a déclaré que la Chine et la Turquie faisaient partie des pays « amis » qui n'étaient « pas impliqués dans la pression des sanctions ».

« Nous proposons depuis longtemps à la Chine de passer aux règlements en monnaies nationales pour le rouble et le yuan », a déclaré M. Zavalny. « Avec la Turquie, ce sera la lire et le rouble ».

Zavalny a ajouté : « Vous pouvez également échanger des bitcoins ».

Notons que la demande Vladimir Poutine a été rapidement rejetée par les dirigeants européens, qui achètent une quantité importante de pétrole et de gaz russes. Le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre italien Mario Draghi ont déclaré qu'une telle exigence violerait les contrats existants, qui spécifient généralement que la monnaie doit être en euros ou en dollars. En effet, Gazprom a déclaré aussi récemment qu'en janvier que près de 100 % de ses contrats sont libellés dans l'une ou l'autre devise, et non en roubles.

La demande de Poutine de paiement en roubles sert probablement deux objectifs. Premièrement, il pourrait s'agir d'une fin de course autour des sanctions, qui se sont concentrées sur les transactions bancaires plutôt que sur les expéditions de pétrole et de gaz. Et deuxièmement, cela aiderait à stimuler le rouble en déclin, dont la valeur a chuté de 25 % par rapport au dollar et à l'euro depuis le début de l'invasion.

Basculer le paiement vers le bitcoin serait un autre moyen de contourner les sanctions puisque la cryptomonnaie ne transite pas par le système bancaire international. Pourtant, ce n'est pas une solution miracle. La cryptomonnaie a connu une volatilité de plusieurs années, sa valeur ayant oscillé de 50 % ou plus au cours de la dernière année, bien au-delà de la baisse de 25 % du rouble. Cela pourrait jouer en faveur du Kremlin, mais cela pourrait tout aussi bien saper davantage l'économie russe.

« La Russie ressent très rapidement l'impact de sanctions sans précédent », a déclaré David Broadstock, chercheur principal à l'Energy Studies Institute de Singapour. « Il est nécessaire de soutenir l'économie et à bien des égards, le Bitcoin est considéré comme un actif à forte croissance ».

Cependant, il a noté que la valeur du Bitcoin avait augmenté de 30 % cette année. En comparaison, le dollar s'est échangé à moins de 5 % contre l'euro.

« De toute évidence, accepter Bitcoin, par rapport à d'autres devises traditionnelles, introduit considérablement plus de risques dans le commerce du gaz naturel », a noté David Broadstock. « De plus, l'un des principaux partenaires commerciaux "amis" de la Russie est la Chine, et l'utilisation de la cryptomonnaie est interdite en Chine ».

Certains craignent que les oligarques russes n'utilisent des monnaies virtuelles pour éviter les sanctions. Cela a incité le gouvernement ukrainien ainsi que les politiciens américains et européens à demander aux plateformes de cryptomonnaie d'interdire tous les utilisateurs russes.

Dans un tweet, le Vice-Premier Ministre ukrainien Mykhailo Fedorov a demandé aux principales plateformes d'échanges de cryptomonnaies de bloquer les adresses des utilisateurs russes ordinaires, pas seulement des politiciens : « Je demande à toutes les principales plateformes d'échanges de cryptomonnaies de bloquer les adresses des utilisateurs russes. Il est crucial de geler non seulement les adresses liées aux politiciens russes et biélorusses, mais aussi de saboter les utilisateurs ordinaires ».


Mais de nombreuses entreprises l'ont exclu.

« Certains Russes ordinaires utilisent la crypto comme bouée de sauvetage maintenant que leur monnaie s'est effondrée », a déclaré Brian Armstrong, directeur général de la société de cryptomonnaie Coinbase. Il a déclaré : « Beaucoup d'entre eux s'opposent probablement à ce que fait leur pays, et une interdiction leur ferait également du mal ».

Le directeur général de Kraken, Jesse Powell, a déclaré pour sa part que sa plateforme ne gèlerait pas les comptes russes, ce qui irait à l'encontre des « valeurs libertaires » de Bitcoin :

« Je comprends la raison de cette demande, mais, malgré mon profond respect pour le peuple ukrainien, Kraken ne peut pas geler les comptes de nos clients russes sans obligation légale de le faire. Les Russes doivent être conscients qu'une telle exigence pourrait être imminente.

« Cette exigence pourrait venir de votre propre gouvernement, comme nous l'avons vu au Canada, en réponse à des protestations, à des paniques bancaires et à des tentatives de fuite du pays. Elle pourrait provenir d'États étrangers, comme les États-Unis, comme une arme pour retourner la population russe contre les politiques de son gouvernement.

« Pour ce que ça vaut, je suppose que la grande majorité des détenteurs de crypto sur kraken sont antiguerre. Le Bitcoin est l'incarnation des valeurs libertaires, qui privilégient fortement l'individualisme et les droits de l'homme. Au Canada, la crypto était le seul rail financier restant pour ceux qui s'opposaient au régime.

« Notre mission chez kraken est de faire le pont entre les humains individuels du système financier hérité et de les amener dans le monde de la cryptographie, où les lignes arbitraires sur les cartes n'ont plus d'importance, où ils n'ont plus à s'inquiéter d'être pris dans une confiscation de richesse large et aveugle.

« Parfois, la chose la plus difficile à propos du pouvoir est de savoir quand ne pas l'utiliser. Notre mission est mieux servie en nous concentrant sur les besoins individuels plutôt que sur ceux de tout gouvernement ou faction politique. L'argent du peuple est une stratégie de sortie pour les humains, une arme pour la paix, pas pour la guerre.

« En outre, si nous devions geler volontairement les comptes financiers des résidents de pays attaquant et provoquant injustement la violence dans le monde, la première étape serait de geler tous les comptes américains. En pratique, ce n'est pas vraiment une option commerciale viable pour nous ».


Dans un communiqué, Binance a déclaré qu'il ne gèlerait pas unilatéralement les comptes de millions « d'utilisateurs innocents ». « La cryptomonnaie est destinée à offrir une plus grande liberté financière aux personnes du monde entier », a déclaré la société. Toute interdiction unilatérale « irait à l'encontre » de la raison pour laquelle la crypto existait. Mais « tout en minimisant l'impact sur les utilisateurs innocents », la société a assuré qu'elle prenait les mesures nécessaires pour faire appliquer les sanctions.

Mercredi, les commentaires de Poutine sur le fait de faire payer les pays « inamicaux » en roubles ont conduit la monnaie à la plus haute hausse observée en trois semaines. Cependant, de nombreux contrats gaziers existants sont conclus en euros et il n'est pas clair si la Russie peut les modifier. L'UE dépend de la Russie pour 40 % de son gaz.

La demande de roubles de Poutine et le jeu de bitcoins de Zavalny peuvent n'être rien de plus qu'un théâtre géopolitique. Pourtant, le paiement n'est que la moitié du problème pour les producteurs russes de pétrole et de gaz. L'un des plus grands défis auxquels sont confrontés les clients potentiels est de trouver comment obtenir le pétrole de Russie. Les compagnies maritimes doivent aussi être payées et elles ne veulent pas prendre le risque de voir leurs navires saisis si elles se retrouvent du mauvais côté des sanctions internationales.

« L'un des problèmes actuels est de trouver un navire pour transporter des barils russes », a déclaré une source anonyme de PetroChina à S&P, « car peu d'armateurs sont prêts à prendre le risque ».

Sources : conférence de presse Pavel Zavalny, Fedorov, Jesse Powel

Et vous ?

Que pensez-vous de cette option de voir des exportations payées en bitcoin ? Bonne idée ou erreur stratégique ? Pourquoi ?
« De toute évidence, accepter Bitcoin, par rapport à d'autres devises traditionnelles, introduit considérablement plus de risques dans le commerce du gaz naturel », a noté David Broadstock. « De plus, l'un des principaux partenaires commerciaux "amis" de la Russie est la Chine, et l'utilisation de la cryptomonnaie est interdite en Chine ». Que pensez-vous de ces propos ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de yannickt
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 28/03/2022 à 21:54
Citation Envoyé par Itachiaurion Voir le message
L'état de l'armée et de l'économie russe n'étant pas brillant, ils ont cruellement besoin de liquidité en plus de leur dettes a remboursé pour ne pas faire défaut. Donc respecter les contrat de leur plus gros revenue financier semble la meilleur option (en dehors d’arrêter la guerre mais ça j'en doute qu'ils y viennent rapidement).
Leurs dettes à rembourser pour ne pas fait défaut ? Ils n'ont quasiment pas de dettes ! Ils ont tout remboursé avec l'argent du gaz et du pétrole il y a un certain temps. Justement pour pouvoir faire un gros doigt à tout le monde dans une situation comme l'actuelle...
1  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/03/2022 à 9:44
Un point de vue intéressant sur la (non) fragilité de la Russie :
https://www.capital.fr/entreprises-m...ui%20210%20%25.
1  0 
Avatar de Itachiaurion
Membre averti https://www.developpez.com
Le 28/03/2022 à 13:28
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Envahir l'Ukraine est déjà illégal.
Qu'est ce qu'ils en ont à faire de respecter un contrat???Moi pas comprendre...
L'état de l'armée et de l'économie russe n'étant pas brillant, ils ont cruellement besoin de liquidité en plus de leur dettes a remboursé pour ne pas faire défaut. Donc respecter les contrat de leur plus gros revenue financier semble la meilleur option (en dehors d’arrêter la guerre mais ça j'en doute qu'ils y viennent rapidement).
1  2 
Avatar de mith06
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/03/2022 à 12:40
« En outre, si nous devions geler volontairement les comptes financiers des résidents de pays attaquant et provoquant injustement la violence dans le monde, la première étape serait de geler tous les comptes américains. En pratique, ce n'est pas vraiment une option commerciale viable pour nous »


Cependant, de nombreux contrats gaziers existants sont conclus en euros et il n'est pas clair si la Russie peut les modifier
Envahir l'Ukraine est déjà illégal.
Qu'est ce qu'ils en ont à faire de respecter un contrat???Moi pas comprendre...
3  5 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/03/2022 à 9:31
Citation Envoyé par yannickt Voir le message
Leurs dettes à rembourser pour ne pas fait défaut ? Ils n'ont quasiment pas de dettes ! Ils ont tout remboursé avec l'argent du gaz et du pétrole il y a un certain temps. Justement pour pouvoir faire un gros doigt à tout le monde dans une situation comme l'actuelle...
Sauf que s'ils sont en défaut de paiement de ce qu'il leur reste, les dettes qu'ils vont devoir contracter dans les mois / années qui viennent pour remettre leur économie sur les rails après le départ des entreprises occidentales vont faire très, très mal, avec des intérêts qui crèvent le plafond. Si encore ils arrivent à en avoir, sinon, ils vont devoir faire comme certains états africains et emprunter auprès de la Chine, et là, ça serait bien pire.
0  2