IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Tesla licencie un employé qui a publié sur YouTube des vidéos d'un accident impliquant le Full Self-Driving,
Et lui coupe également l'accès à la version bêta du FSD

Le , par Bill Fassinou

173PARTAGES

7  0 
John Bernal, ex-employé de Tesla, a affirmé s'être fait licencier pour avoir publié sur YouTube des vidéos sur la version bêta du Full Self-Driving (FSD) de Tesla. Bernal affirme n'avoir jamais montré de produits non commercialisés ou de secrets d'entreprise, mais certaines de ses vidéos montraient que le système ne fonctionnait pas correctement. Il ajoute que Tesla lui a également coupé l'accès à la version bêta du FSD dans la Tesla Model 3 de 2021 qu'il possède.

Bernal perd son job chez Tesla après avoir publié des vidéos sur le FSD

Les employés ont-ils le droit de critiquer en public les échecs ou les produits de leur entreprise ? La question divise l'opinion depuis que l'histoire de Bernal a été publiée par les médias américains. Bernal a confié qu'il a commencé par créer ces vidéos depuis environ un an et a mis en place une chaîne YouTube, "AI Addict", pour les partager et montrer comment la version bêta du FSD fonctionnait dans différents endroits de la Silicon Valley. Bernal a posté le 4 février dernier une vidéo d'un accident "mineur" dans lequel sa voiture Tesla, avec le FSD activé, a heurté une borne qui semble séparer une voie réservée aux voitures d'une voie pour vélos à San Jose.

Dans une vidéo ultérieure publiée le 7 février, présentant une analyse image par image de la collision, Bernal a déclaré que "peu importe à quel point cet accident était mineur, c'est la première collision de la bêta du FSD filmée par une caméra qui est irréfutable". Cependant, son licenciement et la coupure de la version bêta du FSD sont intervenus peu de temps après ces deux publications. « J'ai été licencié de Tesla en février et mon YouTube a été cité comme le motif de mon licenciement, même si mes téléchargements sont effectués dans mon véhicule personnel, en dehors du temps ou de la propriété de l'entreprise, avec un logiciel que j'ai payé », a déclaré Bernal.



Il fait cette déclaration dans un vidéo qu'il a publié cette semaine sur sa chaîne YouTube. En effet, Bernal a commencé à travailler pour Tesla en tant que spécialiste de l'annotation de données en août 2020 dans un bureau de San Mateo, en Californie. Il a commandé une Model 3 de 2021 avec une batterie dotée d'une longue autonomie quelques mois après avoir commencé à y travailler. Il a pris livraison de la voiture le 26 décembre 2020. Dans des déclarations aux médias, il a déclaré avoir acheté la voiture en partie parce que Tesla offrait aux employés un accès gratuit au FSD - qui valait alors 8 000 dollars - en tant qu'avantage.

En échange, les employés devaient accepter de donner à l'entreprise le droit de collecter les données internes et externes des véhicules. C'est la voiture qui lui permet de faire les tests du FSD. La plupart des vidéos d'AI Addict montrent Bernal en train de parcourir la Silicon Valley avec un ami dans sa Tesla, en utilisant les dernières versions du logiciel FSD Beta. Il n'est pas le seul à poster ses expériences avec le logiciel expérimental de Tesla. Les utilisateurs de version bêta du FSD de Tesla comme Dirty Tesla, Chuck Cook, Kim Paquette et bien d'autres s'empressent de passer en revue chaque nouvelle version sur leurs chaînes.

Lorsque Tesla a licencié Bernal le mois dernier, son avis de licenciement écrit ne mentionnait pas la raison de son licenciement. Mais Bernal a déclaré qu'avant d'être licencié, ses supérieurs lui ont notifié verbalement qu'il avait enfreint la politique de Tesla et que sa chaîne YouTube constituait un "conflit d'intérêts". Cependant, il a déclaré qu'il a toujours été transparent au sujet de sa chaîne YouTube, tant avec ses managers chez Tesla qu'avec le public. Son CV en ligne sur LinkedIn, par exemple, mentionnait toujours son emploi chez Tesla juste à côté du nom de sa chaîne YouTube.

Bernal a déclaré qu'il n'avait jamais vu de politique l'empêchant de créer des critiques techniques de voitures sur son temps libre et sur sa propre propriété. Une copie de la politique de Tesla en matière de médias sociaux, fournie par un employé actuel à CNBC, ne fait aucune référence directe à la critique des produits de la société en public. La politique stipule que "Tesla s'en remet au bon sens et au bon jugement de ses employés pour s'engager dans une activité responsable sur les médias sociaux". Elle énumère les réseaux sociaux, notamment Facebook, Twitter, Instagram, Reddit, Snapchat, LinkedIn, WeChat et les blogs personnels.

Mais elle ne mentionne pas spécifiquement YouTube. Bernal a déclaré qu'il n'a jamais divulgué quoi que ce soit dans ses vidéos que Tesla n'avait pas divulgué au public. « Les versions bêta du FSD dont je faisais la démonstration étaient des produits de consommation destinés aux utilisateurs finaux », a-t-il déclaré. Toutefois, ses vidéos montraient parfois des problèmes avec la bêta du FSD de Tesla. Par exemple, en mars 2021, AI Addict a publié une vidéo intitulée "FSD Beta 8.2 Oakland - Close Calls, Pedestrians, Bicycles !" qui montrait sa voiture subissant plusieurs "désengagements".

C'est là que le FSD demande à Bernal de reprendre la direction manuellement pour éviter le danger. À 11 minutes et 58 secondes dans la vidéo, le FSD commence à s'engager dans une intersection juste au moment où un véhicule traverse devant la Model 3 de Bernal. Il a évité de justesse de heurter l'autre voiture. Bernal a déclaré dernièrement : « après la diffusion de la vidéo, un responsable de mon équipe Autopilot a essayé de me dissuader de publier à l'avenir tout contenu négatif ou critique concernant le FSD. Ils ont tenu une vidéoconférence avec moi, mais n'ont jamais rien mis par écrit ».

Comment les entreprises perçoivent-elles les critiques des employés en public ?

Après le licenciement de Bernal, Tesla lui a également coupé l'accès à la bêta du FSD dans son véhicule personnel. Dans la vidéo publiée cette semaine, il a montré un avis qu'il a reçu et qui indique que son accès à la bêta du FSD a été désactivé "sur la base de ses données de conduite récentes". « Cette explication ne semblait pas avoir de sens, car le matin où j'ai été licencié, je n'avais pas de notifications indiquant une utilisation inappropriée sur mon véhicule », a-t-il déclaré. Bien que Tesla n'ait pas mis par écrit les raisons de son licenciement, Tesla et d'autres entreprises de la Silicon Valley encourageraient souvent une culture de la loyauté.

Selon des analystes, les critiques internes peuvent être tolérées, mais les critiques en public sont considérées comme déloyales. La chaîne AI Addict de Bernal compte près de 8 800 abonnés, et les deux vidéos de l'accident ont totalisé ensemble environ 230 000 vues. La plupart des vidéos qu'il a réalisées au cours de l'année écoulée portent sur le FSD de Tesla. Selon une analyse de sa chaîne, environ dix des 60 vidéos qu'il a postées ont révélé des failles dans la version bêta du FSD. Trois de ces vidéos portent sur d'autres sujets liés à Tesla et ne traitaient pas du FSD, tandis que trois autres portaient sur les véhicules électriques d'autres constructeurs.

Il faut noter qu'à ce jour, le FSD de Tesla ne rend pas ses voitures autonomes, malgré les multiples annonces du PDG Elon Musk. L'option FSD Beta peut être résumée comme un ensemble de nouvelles fonctions d'assistance au conducteur qui ne sont pas terminées ou entièrement déboguées. La principale d'entre elles est "le guidage automatique dans les rues de la ville", qui permet à la voiture de se déplacer dans des environnements urbains complexes sans que le conducteur ait besoin de bouger le volant. Les clients doivent d'abord être équipés du FSD, qui coûte 12 000 dollars au départ ou 199 dollars par mois aux États-Unis.

Puis, ils doivent obtenir et maintenir un score élevé en matière de sécurité du conducteur, déterminé par le logiciel Tesla qui surveille leurs habitudes de conduite. La société a fait évoluer le prix de sa technologie année après année, alors qu'elle peine à dépasser le niveau 2 de la conduite autonome. Le prix du FSD est passé à 12 000 dollars aux États-Unis le 17 janvier. Cette hausse de prix de 20 % intervient moins de deux ans après que Tesla a porté le prix du FSD à 10 000 dollars, contre 8 000 dollars en 2020. Elle a également annoncé que le prix de l'abonnement mensuel augmentera lorsque le FSD passera en version large.

Musk s'est récemment qualifié d'"absolutiste de la liberté d'expression". Mais son entreprise automobile a une longue histoire de demande aux clients et aux employés de ne pas parler publiquement des problèmes concernant leurs voitures ou l'entreprise. Par exemple, comme beaucoup de grandes entreprises, Tesla demande à ses employés de signer une convention d'arbitrage dans laquelle ils s'engagent à résoudre les conflits avec l'entreprise sans procès public. Les employés ou les intérimaires peuvent légalement contester et parfois être libérés de l'arbitrage obligatoire et aller en justice, mais ces cas sont rares.

Tesla avait également l'habitude de demander à ses clients de signer des accords de non-divulgation en échange de ses services. Lors du lancement de la version bêta du FSD, la société a demandé aux conducteurs inscrits au programme d'accès anticipé d'être sélectifs ou de s'abstenir de publier des messages sur les médias sociaux. Les autorités fédérales chargées de la sécurité des véhicules, notamment la NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration), ont craint que cette pratique n'ait un effet dissuasif et ne cache à l'agence des plaintes critiques en matière de sécurité. Ils ont donc ouvert une enquête sur le programme FSD Beta.

En janvier, le PDG de Green Hills, qui développe également des systèmes d'aide à la conduite (ADAS - Advanced Driver Assistance Systems), a accusé Tesla de traiter les utilisateurs du FSD comme des "mannequins de test de collision" et a qualifié le système du pire logiciel commercial qu'il ait jamais vu. Dans une lettre récente adressée à deux sénateurs démocrates, Tesla a défendu les avantages en matière de sécurité de l'Autopilot et du FSD, mais a reconnu que les deux systèmes nécessitent "une surveillance et une attention constantes de la part du conducteur".

En septembre 2021, Musk a déclaré lors d'une conférence que l'entreprise ne devrait pas du tout avoir de restrictions de ce type. Il a déclaré à la Code Conference lors d'une interview que les testeurs bêta du FSD "ne le suivaient pas vraiment de toute façon".

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du licenciement de John Bernal par Tesla ?
Pensez-vous que sa chaîne YouTube constitue un conflit d'intérêts comme le dit Tesla ?
Les employés ont-ils le droit de critiquer en public leur employeur, les produits ou les échecs de leur entreprise ?
Le faire est-il une pratique déloyale comme le suggèrent certains analystes ?

Voir aussi

Tesla augmente le prix du logiciel Full Self Driving (FSD) à 12 000 $ aux États-Unis le 17 janvier, a annoncé le président-directeur général, Elon Musk, sur Twitter

Le PDG de Green Hills accuse Tesla de traiter les utilisateurs du Full Self-Driving comme des "mannequins de test de collision", et qualifie le FSD du pire logiciel commercial qu'il ait jamais vu

Tesla déclare aux législateurs américains que le système Autopilot nécessite une "surveillance constante", et conforte les critiques selon lesquelles le nom induit les conducteurs en erreur

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 15:37
Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
il ne faut rien dévoiler en occident... parler en à snowden, assange, manning...

ca me fait penser au lanceur d'alerte congédié par le gouvernement du québec....
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle...rnement-quebec
C'est pas vraiment comparable : là on a une société, pas un gouvernement. Non pas que j'approuve, mais je ne connais aucune société qui garde des employées qui communiquent contre ses produits.

Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
jamais bon de dire la vérité... vive la démocratie
Alors qu'en dictature révéler des secrets, ça se passe toujours très bien, c'est bien connu.
8  2 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 18:16
Citation Envoyé par Uther Voir le message
C'est pas vraiment comparable : là on a une société, pas un gouvernement. Non pas que j'approuve, mais je ne connais aucune société qui garde des employées qui communiquent contre ses produits.

Alors qu'en dictature révéler des secrets, ça se passe toujours très bien, c'est bien connu.
Le principe des lanceurs d'alerte est très simple : oui à ceux qui dénoncent le camp d'en face, mais non à ceux qui dénoncent nos propres mauvais agissements.

Citation Envoyé par kain_tn Voir le message
Je ne pense pas qu'il faisait l'apologie des dictatures, mais plutôt qu'il relevait l'hypocrisie de régimes qui donnent des leçons aux autres
Surtout dans un monde clanique où c'est la vérité d'un camp contre celle du camp d'en face. Nous sommes en plein dedans en ce moment, mais peu de gens ont l'éducation nécessaire pour s'en rendre compte. "Brimer la liberté d'expression" et "lutter contre la propagande" ne sont que les deux faces d'une même pièce après tout.
7  2 
Avatar de L33tige
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 23/03/2022 à 12:35
Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
il ne faut rien dévoiler en occident...
Contrairement à où ? On t'écoute hein, sois pas pressé de répondre.

Cela dit en France, tu risqueras jamais la mort contrairement aux US ou la Russie, la Chine.
2  1 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 16:46
Leur histoire de conflit d'intérêt, c'est du pipeau. Si le gars avait fait de la pub sur sa chaîne, Tesla n'aurait eu aucun problème avec.

Le côté dégueulasse, c'est de lui couper le FSD (bon, je suppose qu'ils ont un truc dans les CGU), mais comme quoi on devrait tous se tenir éloignés des voitures qui nous sont vendues en tant que services et non en tant que biens.

Citation Envoyé par Uther Voir le message
Alors qu'en dictature révéler des secrets, ça se passe toujours très bien, c'est bien connu.
Je ne pense pas qu'il faisait l'apologie des dictatures, mais plutôt qu'il relevait l'hypocrisie de régimes qui donnent des leçons aux autres
1  1 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 18:28
Citation Envoyé par air-dex Voir le message
Le principe des lanceurs d'alerte est très simple : oui à ceux qui dénoncent le camp d'en face, mais non à ceux qui dénoncent nos propres mauvais agissements.
Oui, on a clairement vu le traitement de Manning, Assange, Snowden, etc.

Citation Envoyé par air-dex Voir le message

Surtout dans un monde clanique où c'est la vérité d'un camp contre celle du camp d'en face. Nous sommes en plein dedans en ce moment, mais peu de gens ont l'éducation nécessaire pour s'en rendre compte. "Brimer la liberté d'expression" et "lutter contre la propagande" ne sont que les deux faces d'une même pièce après tout.
Tout à fait.
1  1 
Avatar de marc.collin
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 15:28
il ne faut rien dévoiler en occident... parler en à snowden, assange, manning...

ca me fait penser au lanceur d'alerte congédié par le gouvernement du québec....
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle...rnement-quebec

jamais bon de dire la vérité... vive la démocratie
6  7 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 23/03/2022 à 17:01
J'allais dire un très gros mot mais je me suis retenu. Et ne suis pas surpris. Tesla, c'est le Camp du Bien quand même...
1  3