IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Plus que deux mois et la Russie se retrouvera sans stockage de données,
Le Pays est en passe d'être confrontée à une crise informatique

Le , par Bruno

571PARTAGES

7  1 
La Russie est confrontée à une grave crise du stockage informatique après le retrait des fournisseurs occidentaux de services cloud, ce qui ne laisse à la Russie que deux mois avant d'être à court de stockage de données. Le gouvernement russe se prépare à cette pénurie de capacités informatiques, qui pourrait entraîner dans les prochains mois des problèmes de fonctionnement des systèmes d'information de l'État.

Selon les médias russes, les autorités sont prêtes, si nécessaire, à racheter la capacité des centres de données commerciaux et à reprendre les ressources informatiques des entreprises qui ont annoncé leur retrait de la Fédération de Russie. Pour l'instant, le ministère du numérique a indiqué « qu'il analyse la situation ». Les exploitants de centres de données soulignent qu'ils ont eux-mêmes besoin d'aide : les prix des systèmes de stockage et des serveurs ont explosé, les banques n'accordent pas de prêts et la chaîne logistique est perturbée. Si le gouvernement décide de pressurer le secteur privé, les experts estiment que les services de divertissement seront les premiers à en souffrir.


« L'offre d'équipements de centres de données en proie aux sanctions pourrait obliger le gouvernement à "réutiliser" les ressources privées ». Une réunion se serait tenue au ministère des affaires numériques le 9 mars avec la participation de sociétés exploitant d'importantes capacités de calcul : Sber, MTS, Oxygen, Rostelecom, Atom-Data (une structure de Rosatom), Krok et Yandex. Les parties ont discuté de la perspective d'une pénurie de systèmes de stockage de données (DSS) et de serveurs nécessaires pour soutenir les ressources numériques du gouvernement.

« Le gouvernement procède actuellement à un inventaire des équipements informatiques des centres de données afin de garantir le fonctionnement ininterrompu des systèmes critiques pour les autorités », a indiqué un membre présent à la réunion du 9 mars. Une procédure accélérée sera ensuite élaborée si elles sont suffisantes pour soutenir les opérations critiques de l'État.

« En cas de pénurie de capacités, qui pourrait survenir dans deux mois, explique la source, les autorités veulent signer des contrats de location de capacités gratuites auprès d'opérateurs commerciaux de centres de données, selon une procédure simplifiée. » La semaine dernière, le ministère du développement numérique a modifié la loi Yarovaya (2016) pour suspendre l'obligation annuelle faite aux opérateurs de télécommunications d'augmenter de 15 % les allocations de capacité de stockage à des fins de surveillance antiterroriste.

Une autre mesure qui pourrait libérer de l'espace serait d'exiger des FAI qu'ils abandonnent les services de streaming média et autres plateformes de divertissement en ligne qui consomment de précieuses ressources.

« La situation est extrêmement grave, personne ne s'y attendait, mais la capacité réelle du secteur public sera suffisante pour moins de deux mois de travail au maximum" » confirme un également présent à la réunion qui se serait tenue au ministère des affaires numériques le 9 mars. Il affirme que toutes les autorités fédérales et régionales se sont retrouvées sans la possibilité d'acheter des équipements. La source a également indiqué que l'idée de reprendre les capacités de serveurs des entreprises qui ont annoncé leur retrait du marché russe a été discutée lors de la réunion.

En raison du départ des services cloud étrangers, qui étaient notamment utilisés par certaines agences, la demande de capacité de serveurs a augmenté. La situation est compliquée par le fait que les prix des équipements chinois ont augmenté plusieurs fois, que la logistique est perturbée et que les clients des équipements étrangers déjà importés en Russie ne peuvent dans certains cas, pas venir les chercher dans les entrepôts.

« Deux camions de serveurs d'un fournisseur étranger sont entrés dans le pays, mais ils refusent de nous les remettre en invoquant des sanctions », explique un gestionnaire d’une grande entreprise informatique. Les sanctions occidentales ont déjà contraint les autorités russes à imposer des restrictions à l'exportation d'une large gamme d'équipements électroniques et informatiques en provenance de Russie. Cette mesure devrait, d'une part, empêcher les entreprises informatiques et les fournisseurs d'équipements étrangers qui ont annoncé leur retrait de Russie d'exporter leurs équipements et, d'autre part, mettre un terme à la délocalisation des entreprises informatiques russes.

« Selon une estimation d'iKS-Consulting, au début de l'année 2022, 55,8 mille espaces rack étaient mis en service dans les centres de données commerciaux en Russie. La part des organisations budgétaires et des agences gouvernementales dans les revenus des services de colocation (placement des équipements des clients dans les locaux de l'entrepreneur) étant de 7,1 %. Leur part sur le marché de l'IaaS (location d'infrastructures informatiques) est beaucoup plus élevée, à 14,2 %. »

Le ministère de l'information a déclaré qu'il avait discuté de « mécanismes qui n'avaient pas été envisagés auparavant » avec des agences gouvernementales et des sociétés informatiques, ajoutant qu'il ne voyait pas encore de risques critiques de pénurie de capacités et qu'il mettait en place « des mécanismes supplémentaires visant à améliorer l'efficacité ».

Des grandes entreprises choisissent de quitter la Russie, 300 d'entre elles ayant décidé d'emprunter cette voie. Il s'agit évidemment d'un nombre considérable d'entreprises technologiques qui pourraient finir par avoir un impact plutôt disproportionné sur le peuple russe, dont beaucoup ne soutiennent pas cette guerre et ont été arrêtés pour avoir tenté de protester contre elle. 68 % des citoyens russes utilisaient YouTube avant que le Kremlin ne le bloque, et avec le retrait de Google, ils n'auront peut-être plus jamais l'occasion de le faire.

Red Hat, un géant des services cloud, a annoncé le 9 mars l’arrête de ses ventes et ses services en Russie et en Biélorussie. « Je suis sûr de parler au nom de tous lorsque je dis que la guerre qui se déroule en Ukraine est déchirante. En tant qu'entreprise, nous sommes unis à toutes les personnes touchées par la violence et nous condamnons l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe. Nous ajoutons nos voix à celles qui appellent à la paix et nous continuerons à travailler pour assurer la sécurité de nos associés touchés et de leurs familles de toutes les manières possibles », a déclaré Paul Cormier, président et CEO de Red Hat.

« Bien que les sanctions pertinentes doivent guider nombre de nos actions, nous avons pris des mesures supplémentaires en tant qu'entreprise. À compter d'aujourd'hui, Red Hat interrompt ses ventes et ses services en Russie et en Biélorussie (pour les organisations situées ou ayant leur siège social en Russie ou en Biélorussie). Cela inclut l'arrêt des relations partenaires avec les organisations basées ou ayant leur siège en Russie ou au Belarus », a-t-il ajouté.

Le géant des logiciels d'entreprise Oracle et son rival SAP ont tous deux également déclaré qu'ils avaient suspendu toutes leurs opérations en Russie. Les sanctions économiques contre la Russie sont un mécanisme important dans les efforts pour restaurer la paix. SAP est en échange constant avec les gouvernements du monde entier, « nous avons toute confiance en leurs conseils et nous soutenons pleinement les actions entreprises jusqu'à présent. Nous cessons toute activité en Russie alignée et en outre, nous interrompons toutes les ventes de services et de produits SAP en Russie ».

Selon Stanislav Mirin, consultant chez iKS-Consulting, les besoins en équipements informatiques (serveurs et systèmes de stockage de données) dans le secteur public augmentent en moyenne de plus de 20 % par an. « Le fait est que les services publics nécessitent beaucoup de ressources pour le stockage. Chaque nouvelle fonction des services publics nécessite une capacité supplémentaire. Les programmes « Smart » ou « Safe City » sont également générateurs de demande.

L'Association des participants de l'industrie des centres de données note que l'industrie elle-même a maintenant un besoin urgent de soutien gouvernemental. Tout d'abord, selon les médias locaux, il est nécessaire de déterminer si les acteurs du marché des centres de données seront en mesure de bénéficier des avantages annoncés par le gouvernement. Le deuxième problème est l'accès à l'argent, dit-il : « Les prix des équipements ont grimpé en flèche, les fournisseurs exigent un paiement initial de 100 % et les banques sont réticentes à accorder des prêts. Les prêts concessionnels font cruellement défaut aujourd'hui.

Huawei aurait suspendu ses ventes d'équipements à la Russie jusqu'au 26 mars 2022. Toutefois, étant elle-même sanctionnée par les États-Unis et exclue des déploiements de la 5G dans les pays de l'UE, la société technologique chinoise pourrait saisir l'occasion de combler le vide laissé par le départ de ses concurrents occidentaux.

Source : Kommersant

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Partagez-vous l'idée d'un impact disproportionné des sanctions sur le peuple russe ?

Voir aussi :

Les grandes entreprises technologiques se retirent de Russie, dont Google, Apple, Samsung, Netflix et Spotify cela pourrait créer une opportunité pour les entreprises chinoises comme Xiaomi

Red Hat interrompt ses ventes et ses services en Russie et en Biélorussie dans un contexte où la Russie envisage de légaliser le piratage de logiciels dans certains cas, afin d'atténuer les sanctions

YouTube et Google Play suspendent tous les services basés sur le paiement en Russie, y compris les abonnements, les sanctions occidentales commencent à poser des problèmes bancaires dans le pays

Oracle et SAP suspendent leurs activités en Russie en raison de l'invasion du pays, les sanctions économiques contre la Russie seraient un mécanisme important dans les efforts pour restaurer la paix

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 18/03/2022 à 7:15
Mais top ou tard le monde ne pourra jamais se débarrasser du gaz et du pétrole russe
On pourrait s'en débarrasser à long terme en :
- appliquant une transition écologique (peut-être pas entièrement)
- augmentant le nucléaire (est-ce un bon choix ? pour le moment il n’y a pas mieux pour remplacer nos besoins en électricité)
- trouvant d'autres sources d'approvisionnement (exploitation de nouveaux gisements)

C'est un choix de stratégie politique et de changement de société. Ca ne se fera pas en un jour, ni sans douleurs , vu les incompétents qui nous dirigent.
5  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/03/2022 à 1:39
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
déjà le gaz c'est assez facile de s'en passer en France, suffit de remplacer les chauffages et cuisinières par de l'électrique
et fermer ces aberrations de centrales a gaz (et charbons)
Je ne suis pas d'accord ; dans chaque logement avec chauffe-eau électrique que j'ai connu, c'était juste catastrophique, avec une consommation énorme pour très peu de chaleur, uniquement pour salle de bain/cuisine. Les chaudières à gaz sont clairement plus performantes (sur une chaudière performante, il suffit du niveau minimum pour chauffer l'eau correctement, radiateurs inclus). Quant aux radiateurs électriques, j'avais lu quelque part que la fin des radiateurs électriques en France permettrait de fermer dix réacteurs nucléaires...

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
sinon pour le pétrole la France a déjà démontré (cea et universataire) qu'on peut fabriquer du carburant avec des algues, on est la 2ieme puissance maritime au monde, autant s'en servir.
En revanche, je suis d'accord vis à vis du pétrole. Mais justement, il me semble que ce genre de technique fonctionne aussi pour le gaz.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Ca c'est la solution à court terme, a long terme il faut développer l'éolien offshore ainsi que la force de la marée et produire de l'hydrogène pendant les pics pour alimenter les périodes de faible de production.
Je sais pas si l'hydrogène sera intéressant pour les particuliers mais je ne doute pas qu'il remplacera le pétrole pour les locomotive diesel, bateaux et avions

Le courant sera peut etre pas aussi bon marché qu'avant la crise covid, mais il sera toujours moins cher à produire que le prix actuel. En faite vu les tarifs actuel de l'énergie (du au magouille de l'Europe avec le marché de l'énergie), nationalisé et produire tous à 100% avec le solaire et l'éolien reviendrais moins cher.
Par contre le tarif que EDF vends aux parasites (leclerc, cdiscount energie...) est toujours l'une des moins cher du monde, le prix de production n'a pas changé.
Meme chose avec les pétroliers, le prix grimpe mais les couts de production de pétrole n'ont pas changé depuis la guerre en Ukraine, ca enrichit juste les actionnaires.
Donc tant qu'a faire autant se débarasser de ces parasites et nationaliser l'énergie, les prix seront au moins constant et faible (pas forcément le plus faible du monde mais faible).
C'est un peu ce que fait le président Mexicain actuel : https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C...que_et_sociale

Le problème, c'est que les politiciens français préfèrent être dépendant de puissances étrangère (merci la mondialisation !).
6  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/03/2022 à 13:41
Mouais... Ok, c'est la mode de cracher sur la Russie mais cela n'empêche pas d'avoir une vision réelle de la situation.

1. L'article en russe dit "По оценкам Ассоциации электронных коммуникаций (РАЭК) на основе открытых источников и профессиональных сообществ, примерно 50–55 тыс. ИТ-специалистов решили покинуть страну." Traduction: "L'Electronic Communications Association (RAEC) estime, sur la base de sources ouvertes et de communautés professionnelles, qu'environ 50 000 à 55 000 professionnels de l'informatique ont décidé de quitter le pays."

50 à 55 000, ce n'est pas 70 000!

2. L'article y parle de départ déjà en 2020 et 2021. Ces chiffres ne sont donc pas la conséquence immédiate de la guerre en Ukraine qui a débuté il y a moins d'un mois.

3. Quelles sont les sources? " sur la base de sources ouvertes et de communautés professionnelles" = une estimation au doigt mouillé!

4. Surtout un élément manque: La Russie compte combien de professionnels IT? Si je me fie à la répartition selon les professions CITP-08 d'un pays occidental, les professions intellectuelles et scientifiques représentent 25% de la population active.

Petite estimation:
La population active russe = 72 mio. Comme il est de bon ton d'être anti-russe, on va dire que c'est un pays arriéré qui ne possède que 10% de professions intellectuelles et scientifiques, on arrondit à 7 mio. Combien de professionnels intello sont dans l'IT? A la louche, un bon 50%, donc 3,5 millions!!!

Il y aurait donc 50 000 IT sur 3,5 mio qui auraient quitté la Russie?

J'ai pas l'impression que cela va empêcher le sieur Poutine de dormir...
5  0 
Avatar de athlon64
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 08/04/2022 à 15:20
Quel pays sérieux voudra encore s'exposer technologiquement aux produits et entreprises occidentaux ?

A part l'UE bien sûr, toutes les autres puissances voudront avoir leurs propres solutions, sur tout dans les activités critiques et sensibles.
5  0 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 22:26
Bonsoir,

Citation Envoyé par coolspot Voir le message
Perso je comprend pas bien la logique du "on fait des sanction pour que le peuple Russes qui va en subir les conséquence face un coup d'état pour renverser Poutine".

De une qui vous dit que virer Poutine va arranger les choses. Contrairement à ce que la propagande médiatique occidentale dit pour le faire passer pour un fou, il a eu le soutiens de toute l'armée et des haut dirigeant Russe pour envahir l'Ukraine

De deux on a vu à travers l'histoire que quand on puni économiquement un peuple (le traité de Versaille), en général c'est pas le retour à la liberté et à la démocratie que ca produit mais quelque chose de terrible. Avec les sanction occidentale je vois pas pourquoi les Russes s'en prendrait à Poutine et non pas aux peuple occidental qui lui inflige ces sanctions

Et encore une fois Poutine est hélas un "modéré" parce que dans le visage politique Russes ya des vrai fou furieux pret à faire des usage offensif pour leur idéaux de "grande russie"

Mais bon c'est sur que c'est plus facile de se dire Zelensky = gentil, Poutine = méchant donc on va tuer le méchant en ruinant le peuple russes (et les peuple européenn en passant) pour gagner contre le méchant. Plutot qu'essayer de faire de la politique et de la diplomatie nuancée. Si les accord de Minsk n'ont jamais été respecté avant, il faudrait pouvoir en tirer la leçon
Citation Envoyé par blbird Voir le message
Il n'y a aucune politique nuancée avec Poutine, qui viole tout les accords et les conventions internationales allègrement depuis plus de 10 ans. Il en a juste rien à faire de la diplomatie. Donc oui, clairement, c'est le grand méchant actuellement.

Le peuple ukrainien n'a rien demandé non plus, il en subit les conséquences. Je ne pleurerais pas une seule larme envers les Russes en Russie actuellement, à part pour ceux qui s'élèvent contre la dictature de ce fou furieux de Poutine.
Viré Poutine et se retrouver avec des Kadyrov sous forme de "printemps Arabe" ?

Vous aimez jouer avec le feu ... Bachar el-Assad , Kadhafi, Hosni Moubarak et j'en passe ... Certes c'était/c'est des dictatures . Certains avaient au moins l'avantage de tenir les dits pays d'une main de fer . Avant la crise en Lybie ou en Syrie , les différentes ethnies religieuses ne se tapaient sur la tronche (ou alors beaucoup moins ...) .

Maintenant c'est des pays gangrenés par le terrorisme ... Somalie aussi ...

Poutine devient un vieux crouton. Tôt ou tard il sera congédié .
7  3 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 18/03/2022 à 10:52
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
On pourrait s'en débarrasser à long terme en :
- appliquant une transition écologique (peut-être pas entièrement)
- augmentant le nucléaire (est-ce un bon choix ? pour le moment il n’y a pas lieux pour remplacer nos besoins en électricité)
- trouvant d'autres sources d'approvisionnement (exploitation de nouveaux gisements)

C'est un choix de stratégie politique et de changement de société. Ca ne se fera pas en un jour, ni sans douleurs , vu les incompétents qui nous dirigent.
déjà le gaz c'est assez facile de s'en passer en France, suffit de remplacer les chauffages et cuisinières par de l'électrique
et fermer ces aberrations de centrales a gaz (et charbons)

sinon pour le pétrole la France a déjà démontré (cea et universataire) qu'on peut fabriquer du carburant avec des algues, on est la 2ieme puissance maritime au monde, autant s'en servir.

Ca c'est la solution à court terme, a long terme il faut développer l'éolien offshore ainsi que la force de la marée et produire de l'hydrogène pendant les pics pour alimenter les périodes de faible de production.
Je sais pas si l'hydrogène sera intéressant pour les particuliers mais je ne doute pas qu'il remplacera le pétrole pour les locomotive diesel, bateaux et avions

Le courant sera peut etre pas aussi bon marché qu'avant la crise covid, mais il sera toujours moins cher à produire que le prix actuel. En faite vu les tarifs actuel de l'énergie (du au magouille de l'Europe avec le marché de l'énergie), nationalisé et produire tous à 100% avec le solaire et l'éolien reviendrais moins cher.
Par contre le tarif que EDF vends aux parasites (leclerc, cdiscount energie...) est toujours l'une des moins cher du monde, le prix de production n'a pas changé.
Meme chose avec les pétroliers, le prix grimpe mais les couts de production de pétrole n'ont pas changé depuis la guerre en Ukraine, ca enrichit juste les actionnaires.
Donc tant qu'a faire autant se débarasser de ces parasites et nationaliser l'énergie, les prix seront au moins constant et faible (pas forcément le plus faible du monde mais faible).

Et meme chose avec les autoroutes aussi, en suisse c'est publique et c'est pas cher (juste une vignette < 50€), en France faut payer les marges des actionnaires.
5  1 
Avatar de marc.collin
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/04/2022 à 19:47
juste normal...

les autres font déjà ça jusqu'à un certain niveau...

reste à voir si c'est aussi pour le matériel, firmware, os... pour les ultra critique
4  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 08/04/2022 à 23:55
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Apple défie le gouvernement russe et rétablit l'application de vote de l'opposition,
Apple et Google ont retiré l'application en septembre dernier, quelques jours avant une élection clé
Ce serait bien si Apple voulait bien défier le gouvernement chinois (Apple fait l'inverse). Toutes ses sanctions et autre contre la Russie ne sont absolument pas réalisés dans un but humanitaire ; sinon, ça ferait longtemps que toutes les entreprises occidentales boycotteraient la Chine.
4  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 05/05/2022 à 18:15
Citation Envoyé par blbird Voir le message
Il faudrait vraiment que tu t'achètes un cerveau, désolé de le dire, mais là, on est sur du grand n'importe quoi.

Il n'y a jamais eu de persécution des russes par les ukrainiens dans le Donbass, c'est juste totalement faux : tu n'as aucune preuve hormis la propagande Russe, consistant en des mensonges tellement gros qu'il faut être un abruti pour encore les croire.
c'est pas ce que dis l'ancien président ukrainien, qui voulait les exterminer... il le dit publiquement devant les caméras, je vois pas en quoi c'est de la propagande pro russe, c'est juste la réalité.
T'es juste tellement aveuglé par la propagande cnews/bfm que tu es incapable d'avoir une vision objective de cette guerre.

Donne moi les pays hors occident qui soutient la Russie ? déjà on enlève l'inde et la chine, paf 1/2 des humains sur terre ne soutient pas l'Ukraine.

Et si nous restons en France, notre pays on a plus de 7 millions de pauvres qui vont à l'aide alimentaire, il ne peuvent plus manger du pain (prix du blé), ne peuvent plus faire de frite (plus d'huile de tournesol) ne peuvent plus rouler (hausse du gazole) et le ministre de l'économie en costar leurs a dit de couper le gaz et de plus se chauffer.
C'est le résultat des sanctions contre la Russie, je doute que beaucoup de Français soutiennent cela bien longtemps.
Le prix du blé promet de jolies guerre civiles au moyen orient et en Afrique. Nous heureusement on échappera à la famine.
7  3 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 7:01
Partagez-vous l'idée d'un impact disproportionné des sanctions sur le peuple russe ?
C'est possible. car je pense qu'il y a 2 façons pour que Poutine soit éjecté :
1 soulèvement du peuple
1 putsch

Je pense que c'est plutôt un putsch qui pourrait se produire.

Pour le stockage de données, ils pourront toujours utiliser les DC chinois.
6  3