IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Comment ma dépendance à Facebook m'a coûté mon entreprise et 100 millions de dollars
Le fondateur d'une startup met en garde les entreprises qui dépendent de Facebook et TikTok pour leurs activités

Le , par Stéphane le calme

163PARTAGES

12  0 
Comme tout réseau social, Facebook se sert d'un algorithme de recommandation (parmi plusieurs autres algorithmes) ; il s'agit du système qui choisit les contenus qui seront présentés à l'utilisateur sur son fil d'actualité.

Le 11 janvier 2018, Mark Zuckerberg a annoncé une modification importante de cet algorithme de Facebook :

« L'un de nos principaux domaines d'intérêt pour 2018 est de s'assurer que le temps que nous passons tous sur Facebook est du temps bien utilisé.

« Nous avons créé Facebook pour aider les gens à rester connectés et nous rapprocher des personnes qui comptent pour nous. C'est pourquoi nous avons toujours placé les amis et la famille au cœur de l'expérience. Une recherche montre que le renforcement de nos relations améliore notre bien-être et notre bonheur.

« Mais récemment, nous avons reçu des commentaires de notre communauté selon lesquels le contenu public - les publications d'entreprises, de marques et de médias - évince les moments personnels qui nous amènent à nous connecter davantage les uns avec les autres.

« Il est facile de comprendre comment nous en sommes arrivés là. Les vidéos et autres contenus publics ont explosé sur Facebook au cours des deux dernières années. Puisqu'il y a plus de contenu public que de messages de vos amis et de votre famille, l'équilibre du contenu du fil d'actualité s'est éloigné de la chose la plus importante que Facebook puisse faire : nous aider à nous connecter les uns aux autres.

« Nous nous sentons responsables de nous assurer que nos services ne sont pas seulement amusants à utiliser, mais aussi bons pour le bien-être des gens. Nous avons donc étudié attentivement cette tendance en examinant la recherche universitaire et en faisant nos propres recherches avec des experts de premier plan dans les universités.

« La recherche montre que lorsque nous utilisons les médias sociaux pour communiquer avec des personnes qui nous sont chères, cela peut être bon pour notre bien-être. Nous pouvons nous sentir plus connectés et moins seuls, et cela est en corrélation avec les mesures à long terme du bonheur et de la santé. D'un autre côté, lire passivement des articles ou regarder des vidéos - même si elles sont divertissantes ou informatives - peut ne pas être aussi bon.

« Sur cette base, nous apportons un changement majeur à la façon dont nous construisons Facebook. Je change l'objectif que je donne à nos équipes de produits, passant de vous aider à trouver du contenu pertinent à vous aider à avoir des interactions sociales plus significatives.

« Nous avons commencé à faire des changements dans cette direction l'année dernière, mais il faudra des mois pour que cette nouvelle orientation fasse son chemin dans tous nos produits. Les premiers changements que vous verrez seront dans le fil d'actualité, où vous pouvez vous attendre à en voir plus de vos amis, de votre famille et de vos groupes.

« Au fur et à mesure que nous le déploierons, vous verrez moins de contenu public, comme les publications d'entreprises, de marques et de médias. Et le contenu public que vous voyez le plus sera tenu au même niveau - il devrait encourager des interactions significatives entre les gens ».


La nouvelle a fait l’effet d’une bombe chez les community managers, médias et entreprises. D’ailleurs, l’action Facebook a même perdu 4,5 % de sa valeur en bourse le jour même, suite à cette nouvelle. Cette mise à jour était perçue comme un changement de donne pour les entreprises et médias qui publient régulièrement du contenu sur la plateforme.

L'une des victimes est le fondateur d'une startup qui affirme que son entreprise a fait faillite à cause de cet ajustement de l'algorithme de Facebook. Il a donné plus de détails sur l'incident dans un long fil Twitter publié récemment.

L'histoire de LittleThings.com

Joe Spieser a lancé LittleThings.com en 2014 en tant que site de médias numériques axé sur les femmes et consacré au contenu édifiant, comme des vidéos d'animaux, des recettes et d'autres histoires de bien-être.

Son activité était en plein essor avant le changement dans l'algorithme, notamment avec 20 millions d'abonnés sur les réseaux sociaux, principalement construits à partir de l'énorme base d'utilisateurs de Facebook, a-t-il tweeté. Speiser a déclaré que Facebook a même utilisé LittleThings comme exemple de la manière de créer une entreprise de médias prospère lors de l'une de ses conférences annuelles.

Mais le trafic vers les pages de l'entreprise a été limité lorsque Facebook a modifié son algorithme pour promouvoir les publications avec lesquelles il pensait que les gens interagiraient le plus, comme les publications d'amis et de famille, dans un mouvement qu'il espérait garder les utilisateurs sur la plateforme plus longtemps. Cependant, il a également commencé à promouvoir un contenu violent, faux et source de division.

Speiser a tweeté que le PDG Mark Zuckerberg « n'aimait pas le contenu moelleux que nous produisions et il voulait être pris plus au sérieux ».

Speiser a déclaré que son site alors florissant avait perdu 90 % du trafic organique sur Facebook. La perte de lectorat a forcé Speiser à licencier plus de 100 membres du personnel, et l'ancien PDG a déclaré avoir perdu 100 millions de dollars.

« C'était une condamnation à mort », a-t-il regretté.

L'investisseur, désormais business angel, a averti d'autres fondateurs de startups que même si la création d'entreprises sur des applications comme Amazon, TikTok, Google, Spotify et Instagram peut vous rapporter des millions de vues et une croissance rapide, « pouvez-vous vraiment bien dormir la nuit en sachant à tout moment qu'il peuvent tous être supprimés avec un simple changement d'algorithme ? »

L'expression anglaise business angel (littéralement ange d'affaires, appelé aussi « investisseur providentiel ») désigne une personne physique qui investit à titre individuel au capital d'une entreprise innovante, à un stade précoce de création ou en début d’activité (à « l'amorçage »), période la plus risquée de l'investissement, et met à disposition ses compétences, son expérience, ses réseaux relationnels et une partie de son temps pour accompagner. Cet investissement personnel supplémentaire, caractéristique du business angel, le différencie notamment des nouveaux contributeurs en financement participatif par titres (equity crowdfunding), micro-investisseurs en capital, qui n'ont d'autre vocation que le financement de l'entreprise.


Comment ma dépendance à Facebook m'a coûté mon entreprise et 100 millions de dollars

« Au début de 2018, LittleThings, une entreprise de divertissement axée sur les femmes, générait plus de 75 millions de dollars de revenus par an, comptait 110 employés incroyablement créatifs et une toute nouvelle chaîne de streaming OTT.

« Nous avons construit l'entreprise sur le dos de Facebook, nous créant de l'audience. Notre croissance a été exceptionnelle et notre trafic et nos vues vidéo ont monté en flèche au-delà de Buzzfeed, ABC, CNN, HuffPo et Fox.

« Nous sommes passés maîtres dans l'art d'exploiter le fil d'actualité de Facebook avec des articles, des vidéos et des histoires de bien-être. À notre sommet, nous avons obtenu :
  • 20MM d'abonnés aux réseaux sociaux ;
  • 40MM Comscore mensuels uniques ;
  • 15 millions de vues de programmes en direct par mois ;
  • 900M/vues vidéo par mois.

« Nos émissions en direct comprenaient plus de 4 heures par jour de programmation originale et unique.

« Facebook nous a constamment hébergés à leur siège social, a même présenté LittleThings lors de leur conférence F8 sur la façon de créer une entreprise de médias. Les choses ne pouvaient pas aller mieux.

« Puis, en février 2018, l'algorithme a subi un changement majeur. Bien sûr, nous avions traversé des tonnes de changements dans les algorithmes auparavant, donc cela ne nous a pas inquiétés au début, mais quelque chose était différent. Très différent.

« Nos contacts de haut niveau chez FB ont déclaré que Zuck n'aimait pas le contenu moelleux que nous produisions et qu'il voulait être pris plus au sérieux. Il voulait que le pays respecte Facebook et y obtienne ses nouvelles (auparavant, il s'agissait de mises à jour de la famille / d'amis, de contenu viral de bien-être).

« J'ai regardé, impuissant, 90 % de notre trafic organique de Facebook se tarir. Leur seul commentaire à notre endroit était que c'est le nouveau focus que FB veut, des nouvelles percutantes et des articles d'opinion, et si nous voulions plus de trafic, nous devions payer pour cela via des publicités sponsorisées.


« Nous dépensions déjà près de 4 millions de dollars par mois en publicités, alors ils ont juste supposé que nous dépenserions plus pour nourrir notre équipe, malheureusement la marge sur le payant par rapport à l'organique était dramatique.

« Payer nous donnait une marge de 10 à 20 %, tandis que l'organique nous donnait une marge de 90 %. Sans le flux de l'audience Facebook, nous ne pourrions pas nous permettre nos plus de 100 employés, un bail à New York ou des studios vidéo en direct. C'était une condamnation à mort.

« LittleThings était sous une lettre d'intention [NDLR. le premier acte formalisé qui assure la réalisation d'une cession, d'un achat] de 100 millions de dollars avec un grand acquéreur européen et à environ 2 semaines de la clôture. Ce changement important dans l'entreprise a suffi à les effrayer (à juste titre) et à nous obliger à nous contenter d'une offre nettement inférieure.

« Pourquoi n'avons-nous pas diversifié l'activité plus tôt ? Cela semble tellement évident, ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. Malheureusement, à l'époque, il n'y avait pas vraiment d'alternative.

« Nous avons essayé pendant des années de nous diversifier en nous concentrant sur l'OTT, l'e-mail, Pinterest et Youtube. Snapchat était encore trop jeune pour notre démo, et TikTok n'existait même pas encore.

« Nous n'avons jamais été en mesure de développer suffisamment les chaînes alternatives pour équilibrer le nombre incroyablement élevé de vues que FB envoyait. Nous étions accros au volume de trafic FB et aucune autre source ne pouvait déplacer équilibrer cet état.

« Des années plus tard, en tant que business angel, je regarde d'innombrables startups créer leur entreprise sur les applications Shopify, Amazon, Instagram, TikTok, les applications Google, etc. Cela me fait froid dans le dos. C'est une épée à double tranchant très tranchante.

« Vous bénéficiez d'un accès instantané à des millions de vues et d'une croissance rapide. Mais pouvez-vous vraiment bien dormir la nuit en sachant qu'à tout moment tout peut être supprimé avec un simple changement d'algorithme ? Que ce soit un récit édifiant pour chaque fondateur de startup.

« Choisissez judicieusement vos plateformes et rappelez-vous toujours que si elles peuvent le donner, elles peuvent le prendre… »

LittleThings a finalement fermé ses portes en 2018. Une source proche de l'entreprise a déclaré à l'époque que « Facebook est le destructeur de mondes ».

Ce changement d'algorithme a été au centre d'un débat sur l'influence de Facebook sur la production d'actualités. Les éditeurs ont été contraints de réorienter leurs modèles commerciaux pour atteindre les lecteurs de la plateforme, qui ont montré qu'ils étaient plus enclins à cliquer et à s'engager avec du contenu sensationnaliste et source de division par rapport à d'autres formes d'histoires. Le contenu dit clickbait est devenu plus courant en conséquence.

Ce changement a également été mentionné dans la prétendue fuite des Facebook Papers l'année dernière. Une mine de documents internes a montré que même les propres employés de Facebook craignaient que l'algorithme ait des effets néfastes, comme la promotion de contenus scandaleux.

La société mère de Facebook, désormais connue sous le nom de Meta, a repoussé les rapports des documents, affirmant qu'ils ne brossent pas un tableau complet des diverses initiatives de l'entreprise pour lutter contre les activités nuisibles sur ses plateformes.

Sources : Mark Zuckerberg, Joe Speicer

Et vous ?

Avez-vous une activité qui dépend principalement du trafic d'un réseau social (Facebook, TikTok, YouTube, etc.) ?
Quelle lecture faites-vous de l'histoire de Joe Speicer ?
Une histoire qui illustre l'énorme pouvoir des GAFA ? Dans quelle mesure ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 08/03/2022 à 13:41
C'est la base de n'importe quelle société non ? Si tu diversifies pas tes sources de revenus , inévitablement si la seule et unique source disparais , tu disparais avec ...
10  0 
Avatar de totozor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/03/2022 à 8:23
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
« Nous avons construit l'entreprise sur le dos de Facebook, nous créant de l'audience. Notre croissance a été exceptionnelle et notre trafic et nos vues vidéo ont monté en flèche au-delà de Buzzfeed, ABC, CNN, HuffPo et Fox.
« Nous sommes passés maîtres dans l'art d'exploiter le fil d'actualité de Facebook avec des articles, des vidéos et des histoires de bien-être. À notre sommet, nous avons obtenu :
Comment peut on avoir une activité basée sur l'optimisation de la méthode d'un fournisseur et ne pas envisager que le tremplin qu'on utilise ne risque pas de s'interrompre brutalement?

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

« Puis, en février 2018, l'algorithme a subi un changement majeur. Bien sûr, nous avions traversé des tonnes de changements dans les algorithmes auparavant, donc cela ne nous a pas inquiétés au début, mais quelque chose était différent. Très différent.
« Nos contacts de haut niveau chez FB ont déclaré que Zuck n'aimait pas le contenu moelleux que nous produisions et qu'il voulait être pris plus au sérieux. Il voulait que le pays respecte Facebook et y obtienne ses nouvelles (auparavant, il s'agissait de mises à jour de la famille / d'amis, de contenu viral de bien-être).
« J'ai regardé, impuissant, 90 % de notre trafic organique de Facebook se tarir. Leur seul commentaire à notre endroit était que c'est le nouveau focus que FB veut, des nouvelles percutantes et des articles d'opinion, et si nous voulions plus de trafic, nous devions payer pour cela via des publicités sponsorisées.
Donc, il voit un changement.
Son fournisseur lui annonce que leurs philosophies d'entreprises ne sont plus alignées et il regarde son activité décliner sans réagir?
Il ne se dit pas que s'aligner sur celle du fournisseur ou mettre la clef sous la porte avant que l'argent ne parte sont deux solutions à envisager?

Cet homme est vraiment un chef d'entreprise/entrepreneur sérieux?

J'ai un ami qui surf sur les modes. Il voit une mode arriver, il ouvre une boutique, il vend le produit, il voit la mode décliner, il ferme sa boutique et en cherche une nouvelle.
J'ai vraiment du mal avec ce mode de fonctionnement mais je le respecte pour une chose: il a pleine conscience du risque qu'il prend à chaque fois et il assume la vie qui va avec.
Il s'est parfois lancé dans la mauvaise mode et y a laissé des plumes mais ne s'en est pas plaint.
Il s'est parfois lancé dans les bonnes modes et ne s'est pas reposé sur ses lauriers, surveillant le moindre signe de fin de celle ci.
7  0 
Avatar de amosdesable
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 08/03/2022 à 15:40
C'est vraiment un business angel? il dois savoir que c'est la base de tout les business
4  0 
Avatar de bathrax
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 12/03/2022 à 1:53
Il y en a qui devraient relire les fables de La Fontaine, ils apprendraient qu'il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier...
2  0 
Avatar de Claude40
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 12/03/2022 à 10:02
Je souscrit à tout ce qui a été écrit auparavant par les intervenants. Cet "buisinessman" a manqué de clairvoyance et ses jérémiades sont assez mal venues. Il a largement utilisé une richesse qu'il n'avait pas créée (FB) et espérait bien faire un super bénéfice en revendant sa boîte 4 ou 5 ans plus tard. Il n'a pas perdu 100 millions. Il a subi un manque à gagner de 100 millions, ce qui n'est pas la même chose. Le plus dramatique, n'est pas pour lui, mais pour le personnel qu'il a dû licencier.
2  0 
Avatar de Artemus24
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/03/2022 à 11:27
Salut à tous.

Citation Envoyé par grunk
Si tu diversifies pas tes sources de revenus , inévitablement si la seule et unique source disparais , tu disparais avec ...
C'est tout à fait vrai ce que tu dis, mais le problème ne se trouve pas là.
Toute entreprise sait que pour se développer, elle a besoin de stabilité et d'une vision à long terme.
Prends l'exemple de la cherté des énergies (essence, gaz, pétrole ...) qui nous arrive en ce moment.
Comme la donne a changée, beaucoup d'entreprise qui sont dépendantes vont faire faillite. C'est inévitable !

Citation Envoyé par totozor
Il ne se dit pas que s'aligner sur celle du fournisseur ou mettre la clef sous la porte avant que l'argent ne parte sont deux solutions à envisager?
En théorie oui, mais dans la pratique, tu ne sais pas comment réagir dans l'urgence.
Parfois la faillite est la meilleur solution.

Citation Envoyé par totozor
J'ai un ami qui surf sur les modes. Il voit une mode arriver, il ouvre une boutique, il vend le produit, il voit la mode décliner, il ferme sa boutique et en cherche une nouvelle.
Ce n'est pas le même métier et la marge de manœuvre n'est pas la même non plus.
L'investissement de ton amis se fait à court terme alors que celle de Joe Spieser nécessite un investissement sur du long terme.

Je ne sais quoi penser de ce genre d'investisseur. Le problème de la dépendance des entreprises est courante.
Cela me fait penser à la théorie des dominos. Quand l'un vient à tomber, il entraine dans sa chute tous les autres.
On retrouve le même problème avec les sous-traitants.

Je pense que le problème de ce Joe Spieser, il n'a su gérer le facteur risque / investissement.

Cordialement.
Artemus24.
@+
1  0 
Avatar de tontonCD
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 14/03/2022 à 10:38
Je n'ai pas bien saisi si l'entreprise se servait de FB comme publicité pour son service qui serait hébergé ailleurs, ou si son service passait par FB qui constituait donc son serveur de données...
Dans le premier cas un service qui ne fonctionne plus sans pub, ce n'est pas sain.
Dans le second, il y a défaillance d'un prestataire, ce qui peut arriver. FB aurait aussi très bien plus mettre la clé sous la porte comme certains le prédisent. Il aurait dû prévoir une migration éventuelle.
1  0 
Avatar de zirconien
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 14/03/2022 à 19:42
en tant qu'utilisateur facebook a perdu la majeur partis de son intérêt pour moi; En effet ce qui m’intéressait c’était la découverte le nouveau. depuis le fils stagne avec aucune nouveauté. pour ce qui est de mes ami e s je n'ai pas besoin de facebook pour me tenir au courant. j'ai plutôt perçu cela comme une volonté de réduire la propagation des informations. avant le contenus étais riche maintenant un peu de nouveau tous les trois jours. ou alors il faut défiler le fil a n'en plus finir et cela me bouffe les 12 Go de ram...

Alors oui bien sur pour les entreprises basé sur la découverte de leur pages c'est une catastrophe car paradoxe si on ne connais pas on ne connaitras pas sauf les pub ciblées
et bien sur on se rend compte que la propriété de communication ne nous reviens pas orateur ou auditeur si je peut dire
1  1