IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Après avoir acheté 2,4 Ms $ de terre virtuelle, Tokens.com prévoit la Metaverse Fashion Week,
Un spectacle sur le métavers avec des marques populaires de mode

Le , par Stéphane le calme

139PARTAGES

4  0 
Tokens.com a payé plus de 2 millions de dollars pour un espace dans Decentraland, l'une des nombreuses plateformes en plein essor du métavers, en novembre de l'année dernière. Dans une interview, le cofondateur et PDG de Tokens.com, Andrew Kiguel, a déclaré : « plusieurs grands noms sont sur le point de faire partie d'un défilé de mode en ligne » sur le terrain virtuel. Kiguel a déclaré que les marques de mode Tommy Hilfiger, Cavalli, Elie Saab, Dolce & Gabbana, Etro et la société de parfums Paco Rabanne se sont toutes inscrites pour participer à partir du 24 mars. Le spectacle se déroulera sur trois jours. Il y aura également plusieurs DJ de renom et une "after party" parrainée par Mercedes-Benz.

« La mode est un moteur clef de l'intérêt pour le métavers et nous sommes ravis qu'un tel calibre de marques participe à la toute première Metaverse Fashion Week. L'événement offre aux marques la possibilité de présenter des NFT et des produits virtuels tout en élargissant leur portée auprès d'un nouveau groupe démographique », a estimé Andrew Kiguel.

L'événement sera gratuit et ne va pas nécessiter de matériel VR spécialisé.


Métavers est un terme large. Il fait généralement référence à des environnements de monde virtuel partagés auxquels les gens peuvent accéder via Internet. Le terme peut désigner des espaces numériques rendus plus vivants par l'utilisation de la réalité virtuelle (VR) ou de la réalité augmentée (AR). Certaines personnes utilisent également le mot métavers pour décrire les mondes de jeu, dans lesquels les utilisateurs ont un personnage qui peut se promener et interagir avec d'autres joueurs.

Il existe également un type spécifique de métavers qui utilise la technologie blockchain. Dans ceux-ci, les utilisateurs peuvent acheter des terrains virtuels et d'autres actifs numériques à l'aide de cryptomonnaies.

Les ventes de biens immobiliers dans cet espace ont dépassé les 500 millions de dollars l'année dernière et pourraient doubler cette année, selon les investisseurs et les sociétés d'analyse.

Les ventes immobilières sur les quatre principales plateformes de métavers ont atteint 501 millions de dollars en 2021, selon MetaMetric Solutions, une entreprise qui suit les prix de l'immobilier numérique. Les ventes en janvier ont dépassé 85 millions de dollars, a déclaré le fournisseur de données métavers. Il prévoit qu'à ce rythme, les ventes pourraient atteindre près de 1 milliard de dollars en 2022.

En parallèle, tandis que l'accaparement des terres sur le métavers se poursuit, les prix des parcelles de terrain disponibles les moins chères sur deux plateformes populaires se vendent à plus de 13 000 $. La première semaine de janvier, le prix le moins cher pour une parcelle de terrain numérique sur la plateforme Sandbox était de 3,7 Ether, l'équivalent de 14 099 $ à ce moment, et sur Decentraland, il était de 3,46 Ether, l'équivalent de 13 211 $, selon Meta Metric Solutions. Une parcelle de terrain 1x1, la plus petite taille disponible, équivaut à ce que l'avatar de l'utilisateur connaîtrait comme 96 par 96 mètres dans le Sandbox, et 16 par 16 mètres dans Decentraland.

La récente augmentation des ventes a été déclenchée par l'annonce par Facebook le 28 octobre de son changement de nom en Meta pour se concentrer sur le métavers. Les ventes immobilières ont été multipliées par près de neuf, pour atteindre 133 millions de dollars, en novembre, selon MetaMetric. La croissance des ventes s'est estompée depuis lors, mais le total des ventes de janvier sera toujours plus de 10 fois supérieur à celui de janvier 2021.

Un rapport de BrandEssence Market Research a révélé que le marché immobilier du métavers devrait croître à un taux annuel composé de 31 % par an de 2022 à 2028. « Il y a de gros risques, mais potentiellement de grosses récompenses », a déclaré Janine Yorio, PDG de Republic Realm, un investisseur immobilier métavers et une société de conseil.

Quatre structures qui dominent ce marché

Republic Realm a payé un montant record de 4,3 millions de dollars pour un terrain dans la plus grande plateforme immobilière métavers, Sandbox. La société développe 100 îles, appelées Fantasy Islands, avec leurs propres villas et un marché connexe de bateaux et de jet-skis. Quatre-vingt-dix des îles se sont vendues le premier jour pour 15 000 $ chacune et certaines sont maintenant mises en vente pour plus de 100 000 $.

« Aujourd'hui, elles se vendent environ 300 000 dollars chacune, ce qui correspond par coïncidence au prix moyen d'une maison en Amérique », a déclaré Janine Yorio. Le boom des terres virtuelles est stimulé, en partie, par l'augmentation de la popularité et de la connaissance du public des actifs numériques uniques connus sous le nom de NFT ou jetons non fongibles, que vous pouvez acheter, échanger et récompenser dans le métavers. Les jeux migrent vers le métavers par le biais des NFT et utilisent le "play-to-earn" pour attirer de nouveaux utilisateurs. Le Web3 participe également à l'émergence des plateformes de métavers.

Pour les investisseurs, la grande question est de savoir comment attribuer de la valeur et du risque à un actif dont la rareté est artificielle et dont l'avenir est une page blanche. Plus d'une douzaine de plateformes vendent désormais des biens immobiliers dans le métavers, et de nouvelles surgissent presque chaque semaine. Jusqu'à présent, les ventes immobilières se sont concentrées sur quatre fournisseurs : Sandbox, Decentraland, Cryptovoxels et Somnium. Il y a un total de 268 645 parcelles sur les quatre plateformes, toutes de tailles différentes.

Sandbox domine le marché, avec 62 % des terrains disponibles sur les quatre plateformes et les trois quarts de toutes les ventes de terrains en 2022, selon un rapport de Republic Realm. Les 166 464 parcelles de Sandbox se sont chacune vendues pour l'équivalent en éther de 12 700 $ en décembre. Les parcelles mesurent 96 mètres sur 96 mètres.

Decentraland possède 90 600 parcelles, qui mesurent 16 mètres sur 16 mètres, et sont vendues pour l'équivalent en éther de 14 440 $ chacune.


Tokens réalise un investissement record et va organiser la Metaverse Fashion Week

Andrew Kiguel, PDG de Tokens.com, basé à Toronto, a récemment levé un fonds de 16 millions de dollars pour investir dans l'immobilier du métavers, dont la quasi-totalité a été affectée à l'achat de terrains et à l'embauche de personnel. La société a récemment dépensé 2,4 millions de dollars pour un terrain dans le quartier de la mode de Decentraland, où la société prévoit d'accueillir des événements de mode et des magasins de détail.

Kiguel a déclaré qu'il était sur le point d'annoncer des accords avec deux marques de vêtements nord-américaines où il loue un espace sur sa propriété pour développer des vitrines ou des expériences. Kiguel a déclaré que la véritable opportunité dans le métavers est commerciale – louer de l'espace et organiser des événements pour les entreprises qui cherchent à faire de la publicité auprès d'un public numérique plus jeune. Il a dit qu'il était en pourparlers avec des cabinets comptables, des banques d'investissement, des podcasts et des fonds communs de placement pour établir une présence dans le métavers.

« Nous proposons également aux entreprises de mettre en place des panneaux d'affichage numériques dans des salles de conférence virtuelles où les gens peuvent se rencontrer », a-t-il déclaré.

Du 24 au 27 mars, les marques vont organiser des défilés de mode virtuels immersifs mettant en vedette des modèles d'avatars, des défilés, des boutiques éphémères et des "afterparties". Semblable aux Fashion Weeks mondiales physiques, cet événement accueillera une gamme d'événements en plus des défilés.

Tokens.com a acheté 12 propriétés riveraines à Somnium qui, selon lui, prendront de la valeur en raison de leur rareté et de leur attrait visuel, a déclaré Kiguel.

« Le métavers est la prochaine itération des médias sociale », a estimé Andrew Kiguel. Pour lui, posséder un terrain dans le métavers, c'est comme posséder un bien immobilier à New York il y a 200 ans. « Vous pouvez aller à une fête foraine, à un concert de musique ou à un musée », a-t-il déclaré. Maisons, magasins, concerts, défilés de mode - comme celui que Tokens.com organise sur le métavers basé sur la blockchain Decentraland - sont autant d'événements qui peuvent être organisés dans ces mondes virtuels et auxquels vous pouvez "assister" grâce à votre avatar ».

Kiguel décrit Decentraland, l'une des plateformes sur lesquelles son entreprise se concentre, comme un type différent de NFT, ou jeton non fongible. Tout le monde peut acheter un terrain virtuel sur la plateforme. Dans le cas de Decentraland, vous devez utiliser une forme de monnaie numérique appelée MANNA, qui ne peut être achetée qu'avec Bitcoin ou Ethereum.

Les utilisateurs peuvent ensuite se rendre sur le site pour voir ce qui est à vendre. Les colis ont déjà été achetés, mais beaucoup sont disponibles d'occasion. Le prix fluctue tout comme l'immobilier dans le monde physique.

L'intérêt du métavers ?

Concernant l'achat en novembre par Kiguel d'un terrain à Decentraland, son équipe suit de près les transactions là-bas. Ils savaient qui possédait quoi et où ils voulaient acheter. La transaction a été enregistrée sur une blockchain, qui agit comme un acte numérique dans le métavers.

Il n'y a pas d'espace infini sur les plateformes métavers. Les mondes ont des débuts et des fins. Kiguel le compare à un plateau Monopoly.

« Decentraland a 45 000 propriétés que vous pouvez acheter, 45 000 petits pixels », a-t-il déclaré. « Il y a en fait 90 000 pixels sur le tableau, mais certains d'entre eux ne sont pas à vendre comme les lacs, les rivières, les arbres, les fontaines du centre-ville, ce sont les zones qui sont conservées par la fondation à des fins d'embellissement ».

Les créateurs de Decentraland ont écrit un code qui ne permet pas l'expansion dans leur métavers, donc la terre est en quantité limitée, tout comme dans le monde réel.

Qu'est-ce qui rend la terre plus précieuse ? Dans la plupart des cas, la proximité d'autre chose avec un trafic intense. Dans le métavers, vous cliquez pour arriver quelque part. Vous n'avez pas besoin de marcher, conduire, voler ou prendre le métro. Kiguel l'explique ainsi : « Le quartier des musées a tout un tas de NFT et d'objets exposés, donc quand vous vous promenez, c'est un peu comme si vous étiez dans une ville, vous voyez un bâtiment ici, vous voyez quelque chose d'autre là-bas ».

Il existe également des parcs d'attractions et d'autres attractions, conçus pour attirer les gens et leurs représentants numériques, appelés avatars, dans l'action. On pense que ces avatars utiliseront de l'argent ou des cryptomonnaies pour acheter des biens en ligne. Certains de ces biens peuvent avoir une valeur dans le monde physique réel. D'autres peuvent simplement être destinés aux avatars qui veulent avoir la dernière mode métavers comme des chapeaux, des chaussures et des chemises virtuels.

Des services qui veulent mixer le métavers et le réel

Alors que la plateforme de Decentraland est purement fictive, une autre idée phare du métavers combine le monde réel avec le virtuel. Hrish Lotlikar, cofondateur et PDG de SuperWorld, a conçu un système qui prend de la place dans le monde physique et permet aux utilisateurs d'acheter l'équivalent virtuel dans les pâtés de maisons.

Lotlikar décrit son métavers comme « étant construit au-dessus du monde réel ». Les blocs se vendent à un prix initial de 390 $, mais la valeur augmente ou diminue sur le marché secondaire. SuperWorld vise à avoir une utilité dans le monde réel permettant aux utilisateurs de laisser des NFT, des hologrammes ou des messages sur la plateforme que les gens pourraient trouver s'ils visitaient l'équivalent du monde réel dans ces pâtés de maisons. Entre autres choses, ces messages s'affichent ensuite sur le téléphone d'un utilisateur lorsqu'il entre dans un lieu, comme un restaurant, conçu pour héberger le message.

« Lorsque vous achetez un terrain, ce que vous achetez est un jeton non fongible », a déclaré Lotlikar dans une interview au début du mois. « Vous achetez un actif numérique qui vous permet de gagner une part de toutes les économies qui se sont produites sur cette parcelle de terrain ».

SuperWorld gagne de l'argent en prenant une commission de 10 % sur toutes les affaires effectuées sur la propriété de n'importe qui et en prenant 10 % supplémentaires lorsque le terrain change de mains lors d'une vente.

Malgré tout le battage médiatique récent et la croissance soudaine, le concept de métavers n'est pas nouveau. Par exemple, le site Second Life divertit et propose du commerce en ligne depuis près de 20 ans.

Brad Oberwager, président exécutif de Linden Labs, propriétaire de Second Life, a déclaré dans une récente interview : « le métavers n'est pas un jeu, vous ne jouez pas dans Second Life, vous y résidez ». Oberwager a critiqué la volatilité des prix dans les nouveaux sites métavers, affirmant que « si la valeur de la maison que je loue montait et descendait de 50 % en une journée, je ne pourrais pas vivre comme ça ».

Dans Second Life, les clients louent un terrain et construisent dessus. Oberwager dit que Second Life est maintenant une économie réelle de 650 millions de dollars.

La société espère également lancer un système de paiement qui, espère-t-il, deviendra la banque du métavers permettant aux clients un moyen plus simple de transférer de l'argent dans les économies virtuelles.

Source : annonce de Tokens.com (au format PDF)

Et vous ?

Que pensez-vous de l'idée de Tokens.com de lancer une Metaverse Fashion Week ? Du caractère gratuit de l'événement et surtout de ne pas avoir besoin d'un matériel VR spécialisé ?
Que pensez-vous de l'idée de superposer le métavers au monde réel à l'instar de SuperWorld qui permet par exemple aux utilisateurs de laisser des NFT, des hologrammes ou des messages sur la plateforme que les gens pourraient trouver s'ils visitaient l'équivalent du monde réel dans ces pâtés de maisons (par exemple, une fois qu'un utilisateur entre dans un lieu comme un restaurant, un message s'affiche sur son téléphone si un autre utilisateur lui avait laissé un message à cet endroit dans le métavers) ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !