IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Twitter admet avoir supprimé par erreur des comptes de spécialistes en OSINT qui ont publié des vidéos de l'invasion russe
Mais certains s'interrogent sur ses erreurs nombreuses

Le , par Stéphane le calme

137PARTAGES

5  0 
Alors que les troupes et les véhicules blindés russes commencent à pénétrer sur le territoire ukrainien, les comptes de médias sociaux partageant des images et des vidéos des régions orientales du Donbass et de Lougansk ont ​​été une source d'informations cruciale, partageant des images d'hélicoptères russes se dirigeant vers la Crimée ou de divisions de chars se déplaçant vers la frontière. Mais alors que le conflit s'intensifie, de nombreux chercheurs partageant ce matériel primaire tiré des médias sociaux (communément appelé renseignement open source ou OSINT) ont vu leurs comptes Twitter suspendus de manière inattendue.

Dans la nuit du 22 février, le chercheur de l'OSINT, Kyle Glen, a été exclu de son compte pendant 12 heures, selon des tweets de Glen et un message partagé par une autre organisation de l'OSINT. L'analyste de la sécurité Oliver Alexander a également affirmé avoir été bloqué temporairement deux fois en 24 heures. En dehors de l'anglosphère, le compte espagnol Mundo en Conflicto et le compte brésilien OSINT Notícias e Guerras ont également été touchés.


Un fil Twitter compilé par Nick Waters, un analyste de l'organisation pionnière OSINT Bellingcat, répertorie davantage de suspensions de comptes. Dans un tweet, Alexander a partagé une capture d'écran avec un message indiquant que le compte avait été bloqué temporairement pour avoir enfreint les règles de Twitter, bien que la violation exacte des règles n'ait pas été spécifiée.

Twitter a déclaré qu'il avait suspendu par erreur les comptes des spécialistes en OSINT qui avaient fait des publications sur le renforcement militaire de la Russie autour de l'Ukraine, ce qui a conduit nombre d'entre eux à accuser l'État russe de lancer une campagne "bot" contre eux. Sur la base d'images satellite accessibles au public, des reporters open source ont utilisé les médias sociaux pour fournir un commentaire régulier sur les activités des forces russes près de la frontière ukrainienne, fournissant une précieuse source alternative d'informations aux rapports de renseignement occidentaux.

L'OSINT, abréviation d'Open Source Intelligence, ou renseignement de sources ouvertes, désigne une information obtenue après des recherches dans des données publiques. Il peut s'agir de publications sur les réseaux sociaux, de bases de données ouvertes, ou de multiples sources accessibles publiquement sur Internet. Cette technique est régulièrement utilisée pour documenter des faits, notamment lors de conflits.

Le renseignement d'origine sources ouvertes est le recueil et l'analyse d'information obtenue à partir de source d'information publique. Il est principalement utilisé dans le cadre d'activités liées à la sécurité nationale, l'application de la loi et l'intelligence économique dans le secteur privé.

Les sources de l'OSINT peuvent être divisées en six catégories différentes de flux d'informations :
  1. les médias, journaux imprimés, magazines, radios, chaînes de télévision dans les différents pays ;
  2. Internet, les publications en ligne, les blogs, les groupes de discussion, les médias citoyens, YouTube et autres réseaux sociaux ;
  3. les données gouvernementales, rapports, budgets, auditions, annuaires, conférences de presse, sites web officiels et discours. Ces informations proviennent de sources officielles, mais sont bien publiquement accessibles et peuvent être utilisées librement et gratuitement ;
  4. les publications professionnelles et académiques, provenant de revues académiques, conférences, publications et thèses ;
  5. les données commerciales, imagerie satellite, évaluations financières et industrielles et bases de données ;
  6. la littérature grise, rapports techniques, prépublications, brevets, documents de travail, documents commerciaux, travaux non publiés et lettres d'information.

Le renseignement d'origine sources ouvertes est différent de la recherche, car il applique le processus associé au cycle du renseignement dans un but de recherche d'information pour répondre à des tâches spécifiques ou en support à la prise de décision, et non d'acquisition de connaissances.

Le concept de renseignement en sources ouvertes trouve son origine aux États-Unis.

Les personnes à l'origine des comptes suspendus ont déclaré qu'elles pensaient avoir été la cible d'une attaque de bots russes (des ordinateurs qui imitent l'activité d'utilisateurs humains) qui avaient massivement signalé leur contenu comme étant suspect. Cela a conduit à la suppression automatique de leur contenu par la technologie de modération de Twitter.

« C'est une attaque contre le journalisme et les personnes qui s'appuient sur ces comptes pour publier les faits sur d'autres médias », a déclaré Kyle Glen, cofondateur de @Conflicts, qui compte 337 000 abonnés. « Twitter a… la responsabilité de s'assurer que ses propres systèmes de signalement ne sont pas utilisés à mauvais escient par des individus ou des nations ».

Dans un communiqué, la porte-parole de Twitter, Elizabeth Busby, a déclaré que des mesures avaient été prises contre ces comptes par erreur et ne faisaient pas partie d'une campagne coordonnée :

« Nous avons surveillé de manière proactive les récits émergents qui enfreignent nos politiques et, dans ce cas, nous avons pris des mesures coercitives sur un certain nombre de comptes par erreur », a reconnu Busby. « Nous examinons rapidement ces actions et avons déjà rétabli de manière proactive l'accès à un certain nombre de comptes concernés. Les affirmations selon lesquelles les erreurs étaient une campagne coordonnée de robots ou le résultat de rapports de masse sont inexactes ».

Lorsqu'on lui a demandé quelles politiques de contenu les comptes suspendus auraient enfreintes, Busby a indiqué la Politique en matière de médias synthétiques et manipulés de Twitter, qui traite du partage de fausses informations sur la plateforme. Selon les termes de la politique, il est interdit de partager des médias synthétiques, manipulés ou hors contexte susceptibles de tromper ou d'induire les utilisateurs en erreur et de causer un préjudice (« médias trompeurs »). Par ailleurs, Twitter se réserve le droit de marquer les Tweets contenant des médias trompeurs, afin de fournir plus de contexte et de permettre aux utilisateurs de juger de leur authenticité.

Twitter a déclaré au Financial Times qu'il n'y avait aucune preuve d'une campagne coordonnée de robots, mais a admis que la société avait pris des mesures « par erreur », suspendant une douzaine de comptes qui avaient été signalés comme contenant des médias manipulés ou trompeurs. Il a déclaré qu'il « examinait rapidement ces actions et avait rétabli bon nombre des comptes concernés ».

En France, le compte Neurone Intelligence a été victime de cette mesure. Ce dernier partage régulièrement des informations actualisées sur la guerre, avec des images, des vidéos ou encore des témoignages.

Aric Toler, directeur de la recherche et de la formation chez Bellingcat, un média d'investigation, s'interroge sur ces erreurs très nombreuses : « Normalement, lorsque cela se produit [les suspensions par erreur, NDLR], c'est pour des comptes relativement petits et des comptes en langues étrangères [autres que l’anglais, NDLR], parce que les algorithmes Twitter n'ont pas autant de compétences linguistiques [...] Mais ici, beaucoup de personnes twittent en anglais, et certains comptes importants, comptant des dizaines de milliers de followers, sont également touchés. C'est assez étrange ».

« Ce n'est pas un 'meme', mais c'est notre et votre réalité désormais ». Quelques heures après les premières opérations militaires russes en Ukraine ce jeudi 24 février, le compte Twitter officiel de l'Ukraine a publié une caricature associant Vladimir Poutine à Adolf Hitler, avec cette phrase en légende décrivant la situation du pays. Sur la scène était présenté le dictateur allemand, figure du nazisme au milieu du XXe siècle, caressant la joue d'un petit Vladimir Poutine. Une référence qui n'est pas anodine dans la mesure où Vladimir Poutine a lui-même lancé les opérations militaires en Ukraine pour défendre les séparatistes pro-russes et « démilitariser et dénazifier » le pays du président Zelensky.


Qu'est‑ce qui constitue une infraction à la politique en matière de médias synthétiques et manipulés de Twitter ?

Pour que du contenu comportant des médias trompeurs (notamment des images, des vidéos, des sons, des GIF et des URL renvoyant vers de tels médias) soit marqué ou supprimé en vertu de cette politique, il doit :
  • inclure un média manipulé, fabriqué ou modifié de manière significative à des fins de tromperie, ou ;
  • inclure un média partagé de manière à tromper ou avec un faux contexte et ;
  • inclure un média susceptible d'entraîner une confusion généralisée sur des questions d'intérêt public, d'avoir un impact sur la sécurité publique ou de causer des préjudices graves.

« Dans le cadre de nos efforts permanents pour appliquer nos règles et garantir des conversations saines et sûres sur Twitter, nous utilisons les critères ci‑dessous lorsque nous examinons les Tweets et médias avant de les marquer ou de les supprimer en vertu de cette politique :

1. Le contenu a‑t‑il été manipulé, fabriqué ou modifié de manière significative à des fins de tromperie ?

« Pour que du contenu soit marqué ou supprimé en vertu de cette politique, nous devons avoir des raisons de penser que les médias en question ont été manipulés, fabriqués ou modifiés de manière significative à des fins de tromperie. Les médias synthétiques et manipulés prennent de nombreuses formes, et les personnes qui les produisent disposent pour ce faire d'un large éventail de technologies. Nous prenons notamment en compte les critères suivants :
  • les médias ont été édités ou post‑traités de façon substantielle, d'une manière qui modifie fondamentalement leur composition, leur ordre, leur déroulement ou leur cadrage, déformant ainsi leur signification ;
  • des informations visuelles ou sonores (comme de nouvelles images vidéo, des sons mixés ou des sous‑titres modifiés) ont été ajoutées, éditées ou supprimées, ce qui modifie fondamentalement la compréhension, la signification ou le contexte des médias ;
  • les médias ont été créés, édités ou post‑traités en recourant à des améliorations ou à des filtres qui modifient fondamentalement la compréhension, la signification ou le contexte du contenu ;
  • des médias représentant une personne réelle ont été fabriqués ou simulés, notamment en utilisant des algorithmes d'intelligence artificielle.

2. Le contenu est‑il partagé de manière à tromper ou avec un faux contexte ?

« Nous examinons également si le contexte dans lequel les médias sont partagés peut entraîner de la confusion ou suggère une intention délibérée de tromper sur la nature ou l'origine du contenu, en prétendant à tort qu'il représente la réalité, par exemple. Nous évaluons le contexte fourni avec les médias pour voir s'il donne des informations exactes et factuelles. Les types de contexte que nous évaluons pour cette détermination comprennent notamment :
  • des médias inauthentiques, fictifs ou produits sont présentés comme des faits ou des réalités, ou approuvés comme tels. Il peut s'agir d'œuvres produites ou mises en scène, de reconstitutions ou d'expositions présentées comme des événements réels ;
  • les médias sont présentés avec un contexte faux ou trompeur en ce qui concerne leur source, le lieu, l'heure ou leur authenticité ;
  • les médias sont présentés avec un contexte faux ou trompeur en ce qui concerne l'identité des personnes qui y figurent.

3. Le contenu est‑il susceptible d'entraîner une confusion généralisée sur des questions d'intérêt public, d'avoir un impact sur la sécurité publique ou de causer des préjudices graves ?

« Les Tweets qui partagent des médias trompeurs peuvent être supprimés en vertu de cette politique s'ils sont susceptibles de causer des préjudices graves. Les préjudices spécifiques que nous prenons en compte sont notamment les suivants :
  • menaces pour la sécurité physique d'une personne ou d'un groupe ;
  • incitation à un comportement inapproprié envers une personne ou un groupe ;
  • risque de violence de masse ou de troubles civils généralisés ;
  • risque d'entraver ou de compliquer la fourniture de services publics, les efforts de protection ou les interventions d'urgence ;
  • menaces pour la vie privée d'une personne ou d'un groupe ou leur capacité à s'exprimer librement ou à participer à des événements civiques, notamment :
    • harcèlement ou attention obsessionnelle indésirable,
    • contenu ciblé comprenant des clichés, des injures ou des éléments visant à réduire une personne au silence,
    • suppression ou intimidation d'électeurs.


Sources : Twitter (1, 2, 3, 4)

Et vous ?

Que pensez-vous de l'explication donnée par Twitter ? Êtes-vous convaincu ou émettez-vous des réserves comme Aric Toler, directeur de la recherche et de la formation du média d'investigation Bellingcat qui déclare : « Normalement, lorsque cela se produit [les suspensions par erreur, NDLR], c'est pour des comptes relativement petits et des comptes en langues étrangères [autres que l’anglais, NDLR], parce que les algorithmes Twitter n'ont pas autant de compétences linguistiques [...] Mais ici, beaucoup de personnes twittent en anglais, et certains comptes importants, comptant des dizaines de milliers de followers, sont également touchés. C'est assez étrange » ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !