IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

VRchat, une app dans le métavers, permet à des enfants d'avoir accès à des clubs de striptease virtuels
Avec peu de modération en place. L'application est sous le feu des critiques

Le , par Stéphane le calme

212PARTAGES

11  0 
Une chercheuse se faisant passer pour une fille de 13 ans a été témoin de grooming (l'action d'un pédophile de préparer un enfant à une rencontre, notamment via un forum de discussion sur Internet, dans l'intention de commettre une infraction sexuelle), de matériel sexuel, d'insultes racistes et d'une menace de viol dans le monde de la réalité virtuelle. La NSPCC (National Society for the Prevention of Cruelty to Children), une association caritative britannique pour la protection des enfants, s'est dite « choquée et en colère » par les découvertes.

Le responsable de la politique de sécurité des enfants en ligne, Andy Burrows, a ajouté que l'enquête avait révélé « une combinaison toxique de risques ».

Se servant d'une application exigeant un âge minimum de 13 ans, la chercheuse a visité des salles de réalité virtuelle où des avatars simulaient le sexe. Il lui a été montré des jouets sexuels et des préservatifs, et elle a été approchée par de nombreux hommes adultes.

Le métavers est le nom donné aux jeux et expériences auxquels accèdent les personnes portant des casques de réalité virtuelle. La technologie, auparavant confinée au jeu, pourrait être adaptée pour une utilisation dans de nombreux autres domaines - du travail au jeu, des concerts aux voyages au cinéma.

Mark Zuckerberg pense que cela pourrait être l'avenir d'Internet, à tel point qu'il a récemment renommé Facebook en Meta, la société investissant des milliards dans le développement de son casque Oculus Quest. Selon des estimations, ce casque, désormais rebaptisé Meta Quest, détient jusqu'à 75 % de part de marché. C'était d'ailleurs l'un de ces casques que la chercheuse a utilisé pour explorer une application et une partie du métavers. L'application, appelée VRChat, est une plateforme virtuelle en ligne que les utilisateurs peuvent explorer avec des avatars 3D.

Bien que l'application n'ait pas été développée par Facebook, elle peut être téléchargée à partir d'une boutique d'applications sur le casque Meta Quest de Facebook, sans vérification de l'âge (la seule exigence étant un compte Facebook).

La chercheuse a créé un faux profil pour créer son compte et sa véritable identité n'a pas été vérifiée.

À l'intérieur de VRChat, il y a des salles où les utilisateurs peuvent se rencontrer : certaines sont innocentes, comme un restaurant McDonald's, par exemple ; mais il y a aussi des clubs de pole-dance et de strip-tease.

Les enfants se mêlent librement aux adultes.

Un homme a déclaré à la chercheuse que les avatars peuvent « se déshabiller et faire des choses indécentes ». D'autres parlaient de « jeu de rôle érotique ».

Suite à l'enquête, la NSPCC a déclaré que l'amélioration de la sécurité en ligne était urgente. Burrows, du NSPCC, a estimé que ce que la chercheuse a trouvé était « extraordinaire ». « Ce sont des enfants exposés à des expériences totalement inappropriées, vraiment incroyablement nocives », a-t-il déclaré.

Il pense que les entreprises technologiques ont peu appris des erreurs commises avec la première génération de médias sociaux. « Il s'agit d'un produit dangereux par conception, à cause de la négligence. Nous voyons des produits déployés sans aucune suggestion que la sécurité ait été prise en compte », a-t-il regretté.

Meta dit qu'il dispose d'outils qui permettent aux joueurs de bloquer d'autres utilisateurs et cherche à apporter des améliorations à la sécurité « en apprenant comment les gens interagissent dans ces espaces ».


« Mon expérience dans VRChat », de Jess Sherwood

« J'ai été surprise de voir à quel point vous êtes totalement immergé dans les espaces. J'ai recommencé à me sentir comme un enfant. Alors, quand des hommes adultes me demandaient pourquoi je n'étais pas à l'école et m'encourageaient à me livrer à des actes sexuels en réalité virtuelle, c'était d'autant plus dérangeant.

« VRChat ressemblait définitivement plus à un terrain de jeu pour adultes qu'à un enfant. Beaucoup de pièces étaient ouvertement sexualisées en néon rose, comme ce que vous pourriez voir dans le quartier rouge d'Amsterdam ou dans les quartiers les plus miteux de Soho à Londres la nuit. À l'intérieur, des jouets sexuels étaient exposés.

« La musique diffusée dans les salles, qui peut être contrôlée par les joueurs, ajoute à l'impression que ce n'est pas un espace adapté aux enfants.

« Tout dans les chambres est énervant. Il y a des personnages qui simulent des actes sexuels sur le sol en grands groupes, se parlant comme des enfants qui jouent à être des couples d'adultes.

« C'est très inconfortable, et vos options sont de rester et de regarder, de passer à une autre pièce où vous pourriez voir quelque chose de similaire, ou de participer - ce que, à plusieurs reprises, on m'a demandé de faire ».


« Très peu de modération »

Les personnes dont le travail consiste à observer les évolutions de la VR sont également concernées. Catherine Allen dirige le cabinet de conseil Limina Immersive et rédige actuellement un rapport sur la réalité virtuelle pour l'Institut d'ingénierie et de technologie.

Elle dit que son équipe de recherche a trouvé bon nombre de leurs expériences en réalité virtuelle « amusantes et surréalistes », mais d'autres ont été « assez traumatisantes et dérangeantes ».

Elle a décrit un incident dans une application appartenant à Meta où elle a rencontré une fillette de sept ans.

Un groupe d'hommes les a entourées toutes les deux et a indiqué qu'il allait les violer. Allen a déclaré qu'elle devait s'interposer entre les hommes et l'enfant pour la protéger. « Je n'aurais pas dû avoir à faire ça, mais c'est parce qu'il n'y a pas de modération, ou apparemment très peu de modération ».

La réalité virtuelle et le métavers ne sont pas spécifiquement mentionnés dans le prochain projet de loi sur la sécurité en ligne du Royaume-Uni, qui doit être présenté au parlement dans les mois à venir. Mais devant le Parlement l'année dernière, la secrétaire à la Culture, Nadine Dorries, a clairement indiqué que la législation couvrirait la technologie.

Le projet de loi, une fois adopté, imposerait une obligation de diligence aux plateformes et aux fournisseurs pour protéger les enfants contre les contenus préjudiciables.

VRChat a déclaré qu'il « travaillait dur pour devenir un endroit sûr et accueillant pour tout le monde ». Il a déclaré que « les comportements prédateurs et toxiques n'ont pas leur place sur la plateforme ».

Le chef de produit de Meta pour l'intégrité VR, Bill Stillwell, a déclaré dans un communiqué : « Nous voulons que tous ceux qui utilisent nos produits aient une bonne expérience et trouvent facilement les outils qui peuvent aider dans des situations comme celles-ci, afin que nous puissions enquêter et agir ».

Il a ajouté : « Pour les applications multiplateformes… nous fournissons des outils qui permettent aux joueurs de signaler et de bloquer les utilisateurs. Nous continuerons d'apporter des améliorations à mesure que nous en apprendrons davantage sur la façon dont les gens interagissent dans ces espaces ».

Les organismes de bienfaisance conseillent aux parents de vérifier quelles applications leurs enfants utilisent sur les casques VR et, si possible, de les essayer par eux-mêmes, pour évaluer si elles sont appropriées.

De nombreuses applications permettent aux utilisateurs de "diffuser" simultanément leur expérience sur un téléphone ou un ordinateur portable, afin qu'un parent puisse regarder ce qui se passe en même temps que son enfant joue.

Source : BBC

Et vous ?

Connaissez-vous VRChat ? Qu'en pensez-vous ?
Qui devrait gérer la modération sur le métavers ? Le fournisseur de casque si l'application passe par sa vitrine de téléchargement ? Le développeur de l'application ?
Des papiers d'identité susceptibles d'être éligibles pour un accès à des endroits pour adultes comme des clubs de striptease ?
Les réseaux sociaux ayant déjà du mal à modérer leurs propres plateformes, avec autant de vecteurs (paroles, écrits, actes, etc.), Facebook pourrait-il gérer efficacement la modération ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/04/2022 à 7:49
Je pense que l'article manque complètement le problème du NFT, qui n'est qu'une technologie de jeton. Un NFT n'a pas de valeur en soi, c'est juste une marque de propriété dans un registre. C'est ce qui est enregistré par le NFT qui est censé avoir de la valeur.

Or cet article comme presque partout parle de NFT comme une fin en soi, ce qui est symptomatique du problème : les NFT sont vus comme une technologie magique pour vendre hors de prix des choses dont la valeur intrinsèque est proche du néant, en jouant sur l'effet de mode et sur le fait que beaucoup ne la comprennent pas vraiment. Finalement, ça reste une bulle spéculative, quand l'effet de mode est passé, le rattrapage est logique. C'est déjà bien si ça se dégonfle en douceur plutôt que d'exploser.
11  0 
Avatar de youpimatos
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 24/02/2022 à 7:59
Oui comme sur second life, worlds avant, ou presque n'importe quel jeu vidéo quasiment. VR Chat est à la mode donc sous le feu des critiques, mais qui permet vraiment à des enfants d'avoir accès à des clubs de strip-tease virtuels : les applications ou les parents qui donnent un casque vr à leur enfants et qui surveillent pas ce qu'ils font avec ?
4  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/04/2022 à 12:03
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?
Qu'ils devraient arrêter leurs conneries et laisser tomber. Ca se voit bien, non, que les joueurs n'en veulent pas...

Selon vous, les NFT ont-ils une utilité ? Si oui, laquelle ?
Ils n'ont qu'une seule utilité : arnaquer les gens. Les microtransactions sont déjà suffisament pompe fric pour qu'ils n'aient pas besoin d'en rajouter une couche...
4  0 
Avatar de Cygnus99
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 07/05/2022 à 12:25
"C'est déjà bien si ça se dégonfle en douceur plutôt que d'exploser"

D'imploser. Ensuite on tire la chasse d'eau et on invente une nouvelle débilité.
5  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 24/02/2022 à 12:06
Citation Envoyé par youpimatos Voir le message
Oui comme sur second life, worlds avant, ou presque n'importe quel jeu vidéo quasiment. VR Chat est à la mode donc sous le feu des critiques, mais qui permet vraiment à des enfants d'avoir accès à des clubs de strip-tease virtuels : les applications ou les parents qui donnent un casque vr à leur enfants et qui surveillent pas ce qu'ils font avec ?
A ce moment-là, il faut arrêter les assauts de l'Europe sur le contrôle de la pornographique en ligne; Et je suis d'accord quelque part, ça me parait complètement absurde d'essayer de contrôler l'âge de ses visiteurs. Il suffit de voir Google qui surfe sur cette obligation pour demander une carte de crédit ou une pièce d'identité pour regarder des vidéos sur Youtube (!!!)

La responsabilité incombe entièrement aux parents. Je passe en mode vieux con, mais en faisant le parallèle du Casque VR ici avec le Smartphone, on en arrive à la même conclusion; Si vous mettez un bazooka dans les mains d'un enfant, votre voisin fera vite la tronche, et ce n'est pas la faute de l'enfant ni du bazooka. On est dans l'hypocrisie la plus totale, on fait mine de lutter contre les enfants et les bazookas, quand le problème réel vient de la personne responsable qui a laissé faire.

De plus, je pense qu'on a plus a perdre en terme de liberté si l'on commence à considérer que chaque lieu doit être un sanctuaire de bonté humaine. C'est attrayant, certes, mais impossible à atteindre comme but sans sacrifier la liberté de la majorité, ce qui est dommage. Surtout que plus le temps passe, plus les libertés sautent, car il existe de plus en plus de moyen de passer outre les mesures dérisoires (et hilarantes) prises. C'est une course à la surenchère, qui ne se finit qu'avec des perdants, tout cela parce que des parents cèdent à la pression et se déresponsabilisent.

J'avoue que mes propos sont peut-être polémiques sur la forme, mais le jour où on aura mis tous les cons en orbite sous prétexte qu'ils se comportent comme des cons, ça va être dur de bronzer pour les autres.
4  1 
Avatar de Chou-ette
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/02/2022 à 12:53
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Vous êtes sûr ?
Parce que j'ai un compte YouTube et je ne me rappel pas avoir fourni ma carte d'identité.
Mais ça existe peut-être sur les nouveaux comptes.
Il est probable que soit vous n'ayez jamais essayé de lire une vidéo YT ayant une restriction d'âge, soit vous avez une CB associée à votre compte Google, auquel cas la validation a été faite implicitement.
3  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 24/02/2022 à 15:39
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Vous êtes sûr ?
Parce que j'ai un compte YouTube et je ne me rappel pas avoir fourni ma carte d'identité.
Mais ça existe peut-être sur les nouveaux comptes.
Chou-ette a déjà mieux expliqué que moi

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Il est très difficile d'empêcher les enfants d'aujourd'hui d'accéder à de la pornographie.
Parce que même en configurant le contrôle parentale de la Freebox et en installant une application de contrôle parental sur le smartphone et le pc de l'individu mineur, il ne sera pas totalement à l'abris.

Les enfants équipés de smartphone à l'âge de 9 ans en moyenne
C'est impossible d'empêcher qui que ce soit d'accéder à de la pornographie à partir du moment où un accès est possible. Le problème est réellement l'exposition des enfants à Internet juvénile, je n'arrive pas à comprendre le raisonnement des parents qui permettent un accès à Internet à leurs enfants depuis un âge absurdement jeune.

Je maintiens le fait que j'ai un avis de jeune "Vieux con", mais il est tout à fait nécessaire pour le bien-être des enfants (Et des utilisateurs du net) de les écarter d'Internet le plus longtemps possible; Aussi bien pour les protéger des internautes et des sites malveillants, que de leurs propres actions qu'ils regretteront à un âge raisonnable. Cela endiguera aussi le phénomène d'arnaque à l'enfant omniprésent sur les jeux mobile et tablette, qui consiste à presser le porte-feuilles des parents via une pléthore de micro-transactions.
Même si tout ceci était faux, un lien a été mis en évidence (peut-être pas prouvé) entre l'utilisation d'internet a un age jeune et la dépression dû à un manque de confiance en soi, car la pression sociale se rapportait sur un cadre bien trop grand pour un enfant. (Cadre mondial)

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Mais généralement ce qu'ils se passent c'est que les parents donnent une tablette à leur enfant pour que les enfants soient silencieux dans leur coin.
Je ne sais pas si c'est par optimisme ou si je suis simplement candide, mais je préfère ne pas assumer que ce cas soit commun au point d'en être pertinent dans le cadre du vote d'une loi (inter)nationale. Ca me paraît être le pire scénario, juste d'imaginer que des lois sont votées au détriment de la vaste majorité des citoyens pour pallier au laxisme de parents trop peu responsables pour assumer simplement l'éducation de leur propre enfant...

Cela dit, j'ai vu des collègues qui font ceci, même si je n'y ai pas plus pensé que cela sur le moment. Donc c'est toujours possible. Déplorable, mais possible.
3  0 
Avatar de Médinoc
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 25/02/2022 à 9:42
parents trop peu responsables pour assumer simplement l'éducation de leur propre enfant..
Mais même ça, c'est un symptôme d'un autre problème: Les parents n'ont plus le temps (ou l'énergie) de s'occuper de leurs enfants vu qu'ils doivent bosser tous les deux à 1h30 de transports de chez eux...
3  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 25/02/2022 à 9:55
Hello,

Le problème est une simple question de coût : la modération manuelle est lente, et a un coût exponentiel : plus il y a d'utilisateurs plus il y a d'interactions, plus il y a de contenus, donc plus il y a besoin de modération.

Actuellement, la modération des réseaux sociaux, ce sont soit des IA pas adaptées, soit des humains sous-payés (principalement aux Philippines, mais pas uniquement bien sûr). Ce modèle coûteux, FB/Meta n'en veut pas pour le metavers.... Donc pour le moment il n'y a pas (beaucoup) de modération.

Meta dit qu'il dispose d'outils qui permettent aux joueurs de bloquer d'autres utilisateurs et cherche à apporter des améliorations à la sécurité « en apprenant comment les gens interagissent dans ces espaces ».
Traduction : on sait faire avec des humains mais ça coûte vraiment trop cher, on est en train de "faire apprendre" l'IA pour qu'elle identifie ce qui est acceptable (et qui rapporte, donc en fait on veut le laisser) et ce qui ne l'est pas (ce qui choque la population donc fait fuir les gens donc est mauvais pour le business)
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/02/2022 à 12:29
Citation Envoyé par Jesus63 Voir le message
Il suffit de voir Google qui surfe sur cette obligation pour demander une carte de crédit ou une pièce d'identité pour regarder des vidéos sur Youtube (!!!)
Vous êtes sûr ?
Parce que j'ai un compte YouTube et je ne me rappel pas avoir fourni ma carte d'identité.
Mais ça existe peut-être sur les nouveaux comptes.

Citation Envoyé par Jesus63 Voir le message
La responsabilité incombe entièrement aux parents. Je passe en mode vieux con, mais en faisant le parallèle du Casque VR ici avec le Smartphone, on en arrive à la même conclusion; Si vous mettez un bazooka dans les mains d'un enfant, votre voisin fera vite la tronche, et ce n'est pas la faute de l'enfant ni du bazooka. On est dans l'hypocrisie la plus totale, quand on fait mine de lutter contre les enfants et les bazookas, quand le problème réel vient de la personne responsable qui a laissé faire.
Il est très difficile d'empêcher les enfants d'aujourd'hui d'accéder à de la pornographie.
Parce que même en configurant le contrôle parentale de la Freebox et en installant une application de contrôle parental sur le smartphone et le pc de l'individu mineur, il ne sera pas totalement à l'abris.

Les enfants équipés de smartphone à l'âge de 9 ans en moyenne
Neuf ans et 9 mois, c'est l'âge moyen d'acquisition du premier téléphone portable. Aujourd'hui, près d'un enfant sur huit entre 7 et 10 ans est déjà équipé, deux enfants sur 3 dans la tranche d'âge 11 - 14 ans.
Si des parents sont très impliqués dans l'éducation de leur enfant ils peuvent faire un truc comme ça :
Bill Gates, Steve Jobs… Quand les patrons de la Silicon Valley interdisent les écrans à leurs enfants
Troubles de l'attention, retard de langage, addiction… En mai, les professionnels de la santé et de la petite enfance ont publié une tribune dans Le Monde dénonçant les "graves effets d’une exposition massive et précoce des bébés et des jeunes enfants à tous types d’écrans". "Nous recevons de très jeunes enfants stimulés principalement par les écrans, qui, à 3 ans, ne nous regardent pas quand on s’adresse à eux, ne communiquent pas, ne parlent pas, ne recherchent pas les autres, sont très agités ou très passifs", écrivaient-ils.
Mais généralement ce qu'ils se passent c'est que les parents donnent une tablette à leur enfant pour que les enfants soient silencieux dans leur coin.
0  0