IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Souveraineté numérique de l'UE : les acteurs du secteur du cloud ne sont pas convaincus,
Les hyperscaleurs américains et asiatiques mènent toujours la danse en Europe

Le , par Bill Fassinou

96PARTAGES

13  0 
L'Europe continue-t-elle d'ignorer les acteurs locaux du cloud computing malgré les revendications de souveraineté numérique ? Eh bien, c'est le constat "amer" que fait le groupe EUCLIDIA (European Cloud Industrial Alliance - l'Alliance industrielle européenne du cloud). Dans une lettre ouverte publiée la semaine passée, les membres de l'alliance s'indignent du fait que "malgré leurs efforts pour proposer des services de cloud computing compétitifs et plus sûrs, les autorités européennes continuent de dérouler le tapis rouge aux acteurs non européens qui ont abusé à plusieurs reprises de leur position dominante".

Le dernier effort en date des législateurs européens pour affirmer la résilience et le leadership technologique de l'UE aux yeux du monde est l'"EU Chips Act". Le projet de loi vise à accroitre la production de puces de l'UE d'ici 2030, en produisant jusqu'à 20 % des semiconducteurs nécessaires pour les besoins des entreprises locales. Il est vital que l'UE réduise sa dépendance à l'égard des importations en provenance d'Asie et d'ailleurs, et atténue les risques géopolitiques. Les futures industries européennes devraient pouvoir bénéficier de capacités de fabrication de puces basées en Europe et à la pointe de la technologie.



Un sommet sur "le sujet brûlant de la souveraineté numérique" a eu lieu la semaine dernière. Accueilli par la France, actuelle présidente du Conseil des ministres européens, le sujet revêt une importance particulière pour les eurocrates inquiets pour la vie privée de leurs citoyens. Selon l'ordre du jour de la conférence, "sécurité, innovation, réglementation et valeurs, et ouverture" sont les quatre piliers sur lesquels repose la souveraineté numérique européenne. L'on pourrait supposer que les "valeurs" signifient qu'il faut éviter de se plier à l'interprétation des autorités américaines en faveur de la position de l'Europe sur la question.

Cependant, il semble que les actes ne suivent pas les promesses, et les acteurs locaux du cloud semblent totalement frustrés par cet état de choses. L'on accuse en effet la France de ne pas donner le bon exemple. Alors que l'Hexagone possède OVHcloud, considéré comme le leader européen du cloud computing, il a demandé néanmoins en 2021 l'appui de Google et de Microsoft dans le cadre de sa stratégie dite de "cloud de confiance". Ce n'est pas tout à fait l'alternative locale rêvée par eurocrates, car cela démontre que malgré l'enjeu, la France n'est pas opposée à un certain flirt avec les grandes entreprises américaines de l'informatique dématérialisée.

Avant cela, le président Emmanuel Macron avait déclaré lors d'un événement au palais de l'Élysée en juin 2021 qu'il souhaitait favoriser l'émergence de 10 géants technologiques européens évalués à au moins 100 milliards d'euros d'ici 2030. La déclaration de Macron avait été applaudie par certains et décriée par d'autres qui le considèrent comme étant modeste. « En France, nous avons un bilan qui nous permet de dire que c'est crédible », a ajouté Macron. Au total, la France compte 15 licornes en 2021 – c'est-à-dire des startups valorisées à plus d'un milliard de dollars – contre seulement trois en 2017.

Toutefois, les acteurs locaux du cloud, tels que le français Scaleway (anciennement Online SAS), ont été quelque peu mécontents au fil du temps. En octobre, Yann Lechelle, PDG de Scaleway, s'est plaint de "messages contradictoires". Scaleway a ensuite quitté le projet de souveraineté des données de l'UE, Gaia-X, en novembre. Lechelle s'est inquiété du fait que le projet ne faisait que "renforcer le statu quo" et a noté que certaines nations préféraient continuer à travailler avec les entreprises technologiques américaines. Scaleway est également membre de l'EUCLIDIA, qui regroupe des entreprises européennes à participation majoritaire.

Dans une déclaration en date du 3 février, les membres de l'alliance ont déclaré qu'ils étaient d'avis qu'il n'était pas nécessaire de reconstruire la souveraineté numérique à partir de zéro, que l'Europe "possède un solide héritage technologique". Ils citent les technologies du cloud (conteneurs, services cloud, etc.) qui auraient été inventées dans la région. Ils ajoutent qu'"il y a un écosystème dynamique de PME qui se battent, avec intelligence et détermination, depuis deux décennies pour rester compétitives sur des marchés majoritairement dominés par une poignée d'acteurs américains, dans le cadre d'une concurrence contestée et contestable".

L'autre chose décriée par les membres de l'EUCLIDIA est la volonté de l'UE d'assouplir ses propres règles en matière d'aides d'État. Ces règles ont en effet été conçues pour empêcher les subventions déloyales des pays de l'UE de nuire à la concurrence. Cependant, alors qu'elle fait face à des difficultés pour financer le projet de loi "EU Chips Act", elle envisage d'assouplir les aides d'État afin de faciliter la création de nouvelles installations de fabrication de puces. Les analystes pensent que l'UE ne devrait pas faire recours à une telle mesure, mais qu'il est possible d'aller dans le sens du soutien de certains secteurs stratégiques.

C'est ce que semble demander le groupe EUCLIDIA. Selon lui, un projet de loi "Buy European Tech Act" l'aiderait à bénéficier du même "soutien public américain généreux - et enviable - et du même financement du ministère américain de la Défense" que celui dont bénéficient les acteurs américains dans le secteur public américain. Le groupe a appelé les décideurs à prêter attention aux entreprises locales. «Sans ce soutien proactif pour conquérir de nouveaux marchés, et sans une démonstration claire de la confiance, il sera impossible pour l'industrie européenne du cloud de lutter à armes égales avec ses concurrents », a-t-il déclaré.

« L'Europe numérique sera impuissante, dépendante et témoin de la désindustrialisation », prévient-il. Plus tôt cette semaine, le Conseil européen de la protection des données a pris sa première mesure d'application coordonnée avec une enquête sur l'utilisation des services basés sur le cloud par le secteur public. À propos de cette action spécifique, le PDG de Scaleway, Lechelle, a déclaré à l'époque : « le cloud computing moderne perturbe l'ancien modèle en termes de distribution et d'accélération [et] prive les clients de la propriété et de la souveraineté dont ils bénéficiaient dans l'ancien modèle de licence ».

EUCLIDIA compte également des personnalités telles que Frank Karlitschek, PDG de Nextcloud. La plateforme de productivité autohébergée est connue pour avoir déposé une plainte antitrust auprès de l'UE contre Microsoft concernant l'offre groupée de OneDrive avec Windows. Enfin, les réglementations européennes sont également pointées du doigt comme un obstacle à l'atteinte des objectifs de souveraineté numérique. Selon un certain Bert Hubert, entrepreneur et développeur de logiciels, les réglementations en Europe pèseraient sur les entreprises IT du continent et ne lui permettent pas d'atteindre la souveraineté numérique.

Source : Lettre ouverte de l'Alliance EUCLIDIA

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des inquiétudes soulevées par l'Alliance EUCLIDIA ?
En l'état actuel des choses, l'Europe parviendra-t-elle à une souveraineté numérique dans 10 ans ?
Quelles sont les approches de solution que vous proposez pour atteindre les objectifs de souveraineté numérique dans l'UE ?

Voir aussi

L'UE pourrait avoir des difficultés à financer la loi sur les puces de 48 milliards de dollars, car les fonds disponibles seraient déjà alloués à d'autres projets

La France choisit Google et Microsoft pour la protection des données sensibles, Bruno Le Maire, Amélie de Montchalin et Cédric O ont présenté la stratégie nationale pour le cloud

L'UE se fixe pour objectif 2030 de produire des semiconducteurs de pointe, tandis que le Sénat US envisage un financement de 30 milliards $ pour stimuler le secteur de la fabrication de puces

Le cloud souverain n'est pas crédible ? Scaleway abandonne GAIA-X, un projet de développement d'une infrastructure de données compétitive, sécurisée et fiable pour l'Union européenne

Les réglementations en Europe pèseraient sur les entreprises IT du continent et ne lui permettent pas d'atteindre la souveraineté numérique, selon Bert Hubert, entrepreneur et développeur de logiciels

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/02/2022 à 10:14
Il est vital que l'UE réduise sa dépendance à l'égard des importations en provenance d'Asie et d'ailleurs, et atténue les risques géopolitiques... « L'Europe numérique sera impuissante, dépendante et témoin de la désindustrialisation »
C'est la journée du "j'enfonce les portes ouvertes"?

1. L'Europe numérique ne sera pas témoin de la désindustrialisation de l'Europe! La désindustrialisation de l'Europe a déjà eu lieu!!!

2. La "réindustrialisation de l'Europe pour diminuer son indépendance" n'est qu'une vaste blague!

2 exemples:

Avec le Covid, les discours "nous ne pouvons plus être dépendants de la Chine pour les masques et les médicaments" fleurissaient. Quelle est la situation après plus de 2 ans? Des entreprises européennes se sont mises à produire des masques et au final ont cessé leur activité. Pourquoi? Parce qu'un masque européen coûte au minimum 3 fois plus chers! Les composants entrant dans la fabrication des médicaments proviennent toujours à plus de 90% de l'Inde et de la Chine! Aucune production n'a été relocalisée en Europe.

Les producteurs de panneaux solaires en Europe disparaissent les uns après les autres, alors que l'on nous vend à longueur de journée du "réchauffement de la planète". Pourquoi? Parce que la Chine qui a noyé le marché mondial en allant jusqu'à produire à perte (les fabricants chinois sont ensevelis d'aide de l'état chinois!) offre des panneaux solaires jusqu'à 100% moins chers.

Tant que l'Europe n'imposera pas des taxes sur les produits chinois pour empêcher la concurrence déloyale, le continent européen sera éternellement à la ramasse!
8  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 24/02/2022 à 22:29
Bonsoir,

Atos et plusieurs partenaires européens lancent Structura-X pour construire une infrastructure cloud souveraine qui répond aux exigences du projet Gaia-X de l'UE

Quel est votre avis sur le sujet ?
C'est une vaste mascarade ! Souvenez vous di projet OX.io ... un webmail censé être leader et européen ! Que nenni ... On l'attend encore ce projet.

L'UE s'arrange toujours pour faire appelle à de la techno us ... Donc il ne faut rien attendre. Ou alors c'est du cosmétique.

Scaleway a eu raison de lacher l'affaire.
3  0 
Avatar de nickylarson
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 24/02/2022 à 22:54
Le succès de ce projet n’aura d’égal que le cours de bourse de l’action Atos… 🤓
0  1