IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon aurait reçu 4,7 milliards de dollars de subventions dans le monde pour construire des centres de données, des entrepôts et des bureaux,
Selon un rapport

Le , par Bill Fassinou

1.9KPARTAGES

5  0 
Amazon fait à nouveau l'objet de critiques en raison des subventions dont il bénéficie de part et d'autre dans le monde. Un récent rapport d'UNI Global Union et Good Jobs First allègue que le géant de Seattle a bénéficié d'au moins 4,7 milliards de dollars d'allégements fiscaux dans le monde au cours des dix dernières années pour des entrepôts, des centres de données, des bureaux, des centres d'appels et des projets de production cinématographique. Les auteurs du rapport accusent Amazon d'être "un fraudeur fiscal notoire qui s'empare agressivement de l'argent des contribuables, et pas seulement de celui des consommateurs".

Amazon s'appuierait sur les bonnes grâces des États pour s'étendre

Amazon est le leader mondial du commerce électronique, avec un chiffre d'affaires astronomique de 469,8 milliards de dollars en 2021. La société continue d'injecter des milliards de dollars dans son développement, mais ses projets d'expansion sont vivement critiqués par des groupes de défense et des organismes de surveillance. Ils allèguent que le géant du numérique abuse des programmes de subvention mis en place par les États. Le nouveau rapport d'UNI Global Union, une fédération syndicale internationale, et Good Jobs First, retrace les allégements fiscaux dont a bénéficié l'entreprise au cours de la dernière décennie dans différentes régions du monde.



Le rapport note que sur cette période, le groupe américain a reçu au moins 4,7 milliards de dollars d'allégements fiscaux pour des entrepôts, des centres de données, des bureaux, des centres d'appels et des projets de production cinématographique. Toutefois, c'est aux États-Unis que l'entreprise a reçu la majorité des allégements fiscaux consignés dans le rapport, soit environ 4,1 milliards de dollars dans le cadre de ses projets. Parmi les 600 millions de dollars d'allégements fiscaux accordés au géant de la vente en ligne dans d'autres pays, on compte 15,6 millions de dollars pour l'entrepôt d'Amazon à Leipzig, en Allemagne.

Il y a ensuite 10,44 millions de dollars pour un entrepôt Amazon à Fife, en Écosse ; 5,1 millions de dollars pour un entrepôt dans les Asturies, en Espagne ; 1,3 million de dollars pour un entrepôt près de Lyon, en France ; 2,3 millions de dollars pour un centre d'appels à Édimbourg, en Écosse ; environ 262 millions de dollars pour un centre de données Amazon Web Services (AWS) - la division des services de cloud computing de la société - à Montréal, au Québec ; et environ 180 millions de dollars pour un centre de données AWS à Sao Paulo, au Brésil. Amazon est accusé de s'appuyer régulièrement sur les impôts des contribuables pour se développer.

« Amazon, le mastodonte technologique aux 1 400 milliards de dollars et fraudeur fiscal notoire, ne se contente pas d'attirer l'argent des consommateurs, il cherche aussi agressivement à obtenir l'argent des contribuables », a écrit UNI Global Union dans un communiqué. En outre, le rapport indique que ces 600 millions de dollars ne sont que la partie émergée de l'iceberg des avantages fiscaux d'Amazon en dehors des États-Unis. UNI Global Union et Good Jobs First ont identifié 407 installations d'Amazon dans 13 pays "où il existerait des preuves ou des raisons de croire qu'Amazon a reçu des fonds publics pour ses projets".

Le rapport note que pour ces pays, les données complètes ne sont pas disponibles en raison de la faiblesse des lois et des pratiques de divulgation, ce qui signifie que le total pourrait être beaucoup plus élevé, écrivent les chercheurs. Parmi les pays où UNI Global Union et Good Jobs du rapport ont trouvé des preuves ou des "raisons de croire" qu'Amazon a reçu des subventions de la part des gouvernements, on trouve l'Argentine, le Bahreïn, le Brésil, le Canada, le Chili, la Chine, la France, l'Inde, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, la Pologne, l'Afrique du Sud, l'Espagne et le Royaume-Uni.

Selon le rapport, cette situation est particulièrement opaque pour les centres de données, où les subventions les plus importantes sont "les rabais sur l'électricité et les exemptions de taxes sur les services publics, qui deviennent généralement des droits permanents une fois accordés". Amazon s'appuierait aussi sur des machinations pour dissimuler ses subventions. Par exemple, Amazon aurait reçu un accord de non-divulgation en Espagne lorsqu'il négociait des subventions pour un entrepôt dans ce pays. Les chercheurs estiment que les gouvernements devraient cesser de "gaspiller ainsi l'argent des contribuables".

« Le modèle commercial de livraison rapide d'Amazon signifie que l'entreprise doit construire des entrepôts dans des communautés situées à proximité des principales voies de transport, des aéroports et d'autres bases commerciales. Il n'y a aucune raison pour que les gouvernements nationaux, régionaux, étatiques ou locaux compensent les coûts d'exploitation d'Amazon nécessaires à la mise en œuvre de sa stratégie. Ils devraient cesser de subventionner Amazon et utiliser plutôt cet argent pour investir dans les petites entreprises et les services publics », a déclaré Kenneth Thomas, associé de recherche chez Good Jobs First.

Amazon réfute les allégations et estime que le rapport est trompeur

Le rapport, intitulé "Amazon.com's Hidden Worldwide Subsidies", semble montrer à quel point le coût de l'expansion d'Amazon à l'étranger est peu connu des contribuables étrangers. UNI Global Union et Good Jobs First se sont basés sur données provenant de documents publics, de rapports d'investisseurs et de déclarations d'entreprises pour identifier les subventions. Depuis 2001, l'Amazon Tracker de Good Jobs First comptabilise les subventions reçues par le géant du commerce électronique et ses filiales aux États-Unis, dont la grande majorité est allée aux centres de distribution des entrepôts.

Alors que les villes, en particulier dans les zones désespérément à la recherche d'emplois, utilisent souvent des allégements fiscaux pour attirer de grandes entreprises comme Amazon, les chercheurs affirment que ce processus déplace les petites entreprises et nuit aux contribuables qui ont souvent désespérément besoin d'autres ressources publiques. « Le problème est qu'ils ne constituent pas une utilisation très efficace de l'argent public. Amazon pourrait facilement payer ces projets eux-mêmes, ils ont des milliards et des milliards de dollars », a déclaré Kenneth Thomas, chercheur principal du rapport.

« Mais au lieu de cela, ils utilisent leur influence pour que le gouvernement paie une partie du projet alors que cet argent pourrait être investi dans l'éducation, les soins de santé ou les infrastructures », a-t-il ajouté. Il y a tout juste une semaine, les résultats financiers de l'entreprise ont montré que le leader mondial du commerce électronique a largement dépassé les prévisions de bénéfices. L'excédent du dernier trimestre s'est élevé à 14,3 milliards de dollars (12,5 milliards d'euros), soit près de deux fois plus qu'il y a un an. Sur l'ensemble de l'exercice fiscal écoulé, Amazon a augmenté ses ventes de près de 22 % pour atteindre un chiffre d'affaires de 469,8 milliards de dollars.

« Amazon est l'une des entreprises les plus riches et à la croissance la plus rapide au monde. Elle a réalisé 44 milliards de dollars de ventes en Europe en 2020, mais n'a payé aucun impôt sur les sociétés - tout en espionnant les travailleurs et en dégradant les conditions de travail. Il ne devrait pas recevoir un centime des contribuables », a déclaré Christy Hoffman, secrétaire générale d'UNI Global Union. « En accordant des subventions à Amazon, les États aident une multinationale qui sous-paie les travailleurs, déprime les salaires, contribue à la chute des petites entreprises et adopte un comportement anticoncurrentiel », a ajouté Hoffman.

Amazon a réagi, qualifiant le rapport de "délibérément trompeur" et citant les emplois et les investissements que la société a finalement offerts. « Il s'agit d'un rapport intentionnellement trompeur émanant d'une organisation intéressée. Les communautés du monde entier conçoivent des programmes de développement économique pour aider à créer des emplois et des investissements locaux, et Amazon est fier de travailler avec ces communautés pour y parvenir. Au cours de l'année dernière, nous avons créé plus de 300 000 emplois dans le monde entier, et au cours de la dernière décennie », a déclaré un porte-parole de la société.

« Nous avons contribué à l'économie à hauteur de plus de 1 000 milliards de dollars rien qu'aux États-Unis », a ajouté le porte-parole. Mais le rapport insiste sur le fait que les pays et leurs gouvernements infranationaux devraient divulguer les noms des entreprises qui ont bénéficié des subventions. Les auteurs recommandent ensuite aux gouvernements de cesser de subventionner Amazon. Rappelons qu'actuellement, l'entreprise s'inquiète de voir les employés de Bessemer, en Alabama, voter à nouveau pour savoir si un syndicat américain s'installera pour la première fois chez Amazon.

Good Jobs First se concentre sur les allégements fiscaux que les entreprises privées reçoivent des fonds publics et a déjà montré que les contribuables subventionnent chaque aspect des opérations gargantuesques de l'entreprise. UNI Global Union représente plus de 20 millions de travailleurs dans 150 pays et défend les droits des travailleurs.

Sources : UNI Global, Rapport de l'enquête (PDF)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des subventions reçues par Amazon au cours des dix dernières années ?
Est-il illégal qu'un gouvernement subventionne des entreprises pour faciliter leur installation dans un pays ?
Les gouvernements devraient-ils arrêter de subventionner Amazon ou d'autres entreprises de sa tranche comme le recommande le rapport ?

Voir aussi

Amazon paiera 0 $ d'impôts fédéraux sur 11,2 Md$ de bénéfices en 2018 selon un rapport, et New York proteste contre la construction de son siège

Amazon va acheter la moitié de l'énergie produite par un immense parc éolien offshore aux Pays-Bas, cela s'inscrit dans les plans de l'entreprise pour atteindre zéro émission de carbone d'ici 2040

Les juges européens rejettent la facture fiscale de 300 millions de dollars exigés à Amazon, après une première décision annulée contre Apple il y a moins d'un an

En Suède, Amazon, Google et Facebook ont besoin de la moitié d'une centrale nucléaire à eux seuls, le pays pourrait faire face à de graves pénuries d'électricité, selon un rapport

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de encoremoi21258
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 11/02/2022 à 9:21
Ce n'est pas pour rien que les riches sont de plus en plus riches, les gouvernements y sont pour beaucoup, avec nos impôts.
2  1