IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SpaceX affirme avoir perdu 40 satellites Starlink à cause d'une tempête géomagnétique,
Les satellites sont programmés pour se désintégrer en cas d'échec de la mise sur orbite

Le , par Bill Fassinou

1.5KPARTAGES

4  0 
SpaceX a annoncé mardi qu'il pourrait perdre jusqu'à 40 de ses satellites Starlink récemment lancés en raison d'une tempête géomagnétique. Cela représente près de 80 % des 49 satellites que l'entreprise a lancés jeudi dernier. Les satellites devraient maintenant se désorbiter et brûler dans l'atmosphère en raison de la méthode que SpaceX utilise pour déployer ses satellites. La société déploie ses satellites sur des orbites basses (à environ 210 kilomètres au-dessus de la Terre) afin que, dans le cas très rare où un satellite ne passerait pas les contrôles initiaux du système, il se désorbite rapidement avant de s'"autodétruire".

Le jeudi 3 février, la fusée Falcon 9 de SpaceX a lancé 49 satellites Starlink en orbite terrestre basse depuis le complexe de lancement 39A (LC-39A) du Centre spatial Kennedy en Floride. Cependant, SpaceX a annoncé ce mardi que les satellites déployés la semaine dernière ont été fortement affectés par une tempête géomagnétique environ 24 heures après leur lancement. La tempête aurait provoqué "une traînée jusqu'à 50 % plus élevée que lors des lancements précédents", ce qui a empêché les satellites déployés d'atteindre leur orbite correcte autour de la Terre. Une analyse préliminaire a montré que 80 % des satellites avaient été endommagés.



« L'équipe Starlink a mis les satellites en mode sécurisé, c'est-à-dire qu'ils ont volé sur le côté (comme une feuille de papier) pour minimiser la traînée. Les analyses préliminaires montrent que l'augmentation de la traînée à basse altitude a empêché les satellites de quitter le mode sécurisé pour entamer des manœuvres d'élévation d'orbite, et que jusqu'à 40 des satellites vont rentrer ou sont déjà rentrés dans l'atmosphère terrestre », a déclaré SpaceX. En effet, une tempête géomagnétique est une perturbation majeure résultant d'une augmentation soudaine du vent solaire du Soleil qui interagit avec le champ magnétique de la Terre.

Ces tempêtes peuvent provoquer des phénomènes de "météo spatiale" susceptibles de perturber les systèmes électriques sur Terre et d'entraîner des dommages dus aux radiations pour les personnes se trouvant hors de notre champ magnétique dans une station spatiale ou un vaisseau. SpaceX affirme avoir ordonné aux satellites récemment lancés de se tourner vers l'atmosphère lorsqu'il a détecté la tempête géomagnétique, mais la traînée les a quand même endommagés. La société a ajouté qu'une fois dans l'atmosphère, les 40 satellites défectueux vont se désintégrer, de sorte qu'aucun débris orbital n'est créé.

Dans un billet de blogue mardi, SpaceX explique : « les satellites désorbités ne présentent aucun risque de collision avec d'autres satellites et, de par leur conception, ils se désintègrent lors de leur rentrée dans l'atmosphère. Cela signifie qu'aucun débris orbital n'est créé et qu'aucune partie du satellite ne touche le sol. Cette situation unique démontre les efforts considérables déployés par l'équipe Starlink pour s'assurer que le système est à la pointe de la réduction des débris en orbite ». Comme vous pouvez le constater, SpaceX profite de l'occasion pour vanter une nouvelle fois le peu d'impact de ses satellites sur le ciel.

L'aspect non polluant des satellites Starlink a été remis en question le mois dernier. Une nouvelle étude a confirmé en effet que les satellites Starlink laissent des traces sur les images des astronomes lorsqu'ils sont en orbite, ce qui pourrait empêcher les astronautes d'identifier des astéroïdes dangereux. Le réseau a suscité l'inquiétude croissante des astronomes, qui craignent qu'une "mégaconstellation" de dizaines de milliers de satellites n'altère le ciel nocturne et n'entrave la capacité des scientifiques à étudier l'univers lointain. Les astronomes sont en train de former un bloc intergouvernemental pour lutter contre ce problème.

Josef Aschbacher, directeur de l'Agence spatiale européenne, a déclaré en décembre que Musk "établissait les règles" dans l'espace et a appelé l'Union européenne à coordonner son action pour s'assurer que la constellation de satellites Internet de SpaceX n'empêche pas les autres pays de lancer leurs propres satellites. Le même mois, la Chine a accusé les États-Unis d'ignorer les obligations découlant des traités internationaux après deux supposées "rencontres rapprochées" au cours desquelles la station spatiale chinoise a été contrainte de manœuvrer pour éviter des collisions avec des satellites Starlink.

Par ailleurs, il semble que les satellites Starlink existants sur des orbites opérationnelles plus élevées n'ont pas été affectés par la tempête. Étant donné que le coût de SpaceX pour le lancement d'une fusée Falcon 9 serait d'environ 15 millions de dollars (peut-être 30 millions de dollars si l'on tient compte d'une partie du coût de développement global) et que la plupart des satellites sont "démolis", pour utiliser le jargon de SpaceX, la société vient de dépenser environ 12 millions de dollars qui ne seront pas remboursés par les clients Internet de Starlink (24 millions de dollars si l'on tient compte des coûts de développement).

Les voyages spatiaux et les satellites semblent être une proposition coûteuse et risquée. Cependant, SpaceX a récemment franchi la barre des 2 000 satellites Starlink en orbite et prévoit d'en lancer 12 000, voire beaucoup plus, de sorte que la perte de 40 d'entre eux n'est peut-être pas un drame dans le grand ordre des choses. SpaceX a également récemment étendu la disponibilité de son service Internet par satellite Starlink.

Source : SpaceX

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

SpaceX : la pénurie de puces a un impact sur « notre capacité à honorer » les commandes Starlink, Starlink quitte la version bêta, mais « les pénuries de silicium ont retardé la production »

La station spatiale chinoise a apparemment dû éviter deux fois les satellites Starlink d'Elon Musk, selon une plainte de la Chine auprès du Bureau des affaires spatiales de l'ONU

Les astronomes remarquent un nombre croissant de traces de satellites Starlink sur les images de télescopes, qui viennent perturber les observations des astres depuis le sol

L'UE ne veut pas laisser l'Internet satellitaire à Starlink, une étude de faisabilité pour un système spatial indépendant de communications a été confiée aux géants européens de la technologie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de gabriel21
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 12:09
Comme quoi, on ne s'improvise pas lanceur spatial et encore moins opérateur satellitaire...
Il devrait demander conseil à la NASA.
Les tempêtes magnétiques et solaires sont des phénomène récurrents et maîtrisés. En 2000, j'avais un professeur à l'université de Montpellier II, qui bossait sur la protection de systèmes électroniques et informatiques de l'ISS. Cela reste, avec les collisions, les principales causes de pertes et de vieillissement des satellites.
C'est pour ça que de nombreux satellites ne sont pas miniaturisé malgré les coûts exorbitant du lancement. Car plus est loin de la planète, plus l’électronique est mal menée par les rayonnements électromagnétiques. Et le champs magnétique terrestre est en pleine ébullition en ce moment. Il varie rapidement et à tendance à se rétrécir. La miniaturisation augmente la sensibilité des composants au rayonnement du fait que l'on réduit la consommation énergétique et les voltages de fonctionnement. Le risque que l'onde transporte une énergie suffisante pour modifier de manière non contrôlée une information stocké dans un processeur voir dans les mémoires, augmente.

Starlink a fait des choix très discutables. Des unités multipliées par des milliers du fait d'un orbite bas. Une miniaturisation poussé à l’extrême. Bref le sans gène américain standard qui ne voie que pour leur gueule et qui en ont rien à faire d'impacter le monde entier : saturation de l'orbite basse (complique la tâche des lanceurs, NASA y compris), pollution visuelle, pollution chimique etc.

Les connexions réseaux via satellite existent depuis plus de 30 ans avec des opérateurs tel que VSAT, INMARSAT, IRIDIUM pour des stations fixe et mobile. De nombreuses armées ont aussi leurs propres satellites (géo-stationnaire, moyenne et haute atmosphère) et ne sont pas impacté par les tempêtes magnétiques.
8  2 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2022 à 19:22
bonne nouvelle !
9  4 
Avatar de PolumX
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 09/02/2022 à 23:32
Que quarante.
6  3 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 10:42
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
bonne nouvelle !
Dans quel sens ? Si c'est au niveau du nombre d'objets en orbite, c'est pas vraiment le cas. Les satellites morts devront être remplacés ce qui n'est pas particulièrement mieux. Il y aura probablement un lancement de plus qui mettra un second étage de lanceur supplémentaire en plus en orbite.
4  1 
Avatar de mith06
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 11:07
Il y aura probablement un lancement de plus qui mettra un second étage de lanceur supplémentaire en plus en orbite.
Dans le cadre des mission Starlink ou ravitaillement de l'ISS. SpaceX fait effectuer une poussée de déorbitage à son deuxième étage après la séparation des charges utiles.
le deuxième étage retombe sur terre généralement dans le pacifique sud.
4  2 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 11/02/2022 à 9:43
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Dans le cadre des mission Starlink ou ravitaillement de l'ISS. SpaceX fait effectuer une poussée de déorbitage à son deuxième étage après la séparation des charges utiles.
le deuxième étage retombe sur terre généralement dans le pacifique sud.
Ca fait toujours un corps de moins en orbite, c'est bon a savoir. Mais les satellites perdus seront quand même relancés donc la pertes de ces satellites ne sont pas une bonne chose quelque soit le point de vue.

Citation Envoyé par gabriel21 Voir le message
Comme quoi, on ne s'improvise pas lanceur spatial et encore moins opérateur satellitaire...
Il devrait demander conseil à la NASA.
N'importe quel novice en la matière est au courant, et Space X n'est plus un novice depuis longtemps. Il a déjà plus d'un millier de satellites en orbite qui ont forcément déjà du subir pas mal de tempêtes et qui fonctionnent assez bien pour avoir un service actif.

Citation Envoyé par gabriel21 Voir le message
Les tempêtes magnétiques et solaires sont des phénomène récurrents et maîtrisés. En 2000, j'avais un professeur à l'université de Montpellier II, qui bossait sur la protection de systèmes électroniques et informatiques de l'ISS. Cela reste, avec les collisions, les principales causes de pertes et de vieillissement des satellites.
Si les tempêtes solaires sont une des principales cause des pertes de satellite, c'est justement qu'elles ne sont pas si maitrisées que ça. On a certes des contre-mesures, mais elles ne sont pas parfaites et elles ont des coûts (financier, poids, complexité,...) qui parfois ne valent juste pas la peine. Généralement les satellites out assez de protection pour ne pas être endommagés irrémédiablement, mais il peuvent tout de même subir des indisponibilités de service temporaire que l'on peut gérer. A première vue le soucis est que l'indisponibilité est arrivée a un moment critique qui avait été mal anticipé. C'est difficile depuis notre chaise de juger comme ça un programme dont on ne connait pas les détails. Les satellites de Starlink étant nombreux et avec une durée de vie assez faible la perte est peut-être dans le domaine de l'acceptable.

Citation Envoyé par gabriel21 Voir le message
Car plus est loin de la planète, plus l’électronique est mal menée par les rayonnements électromagnétiques. Et le champs magnétique terrestre est en pleine ébullition en ce moment. Il varie rapidement et à tendance à se rétrécir.
Sauf que la en l’occurrence, il étaient sur une orbite très basse donc relativement a l’abri.

Citation Envoyé par gabriel21 Voir le message
Starlink a fait des choix très discutables. Des unités multipliées par des milliers du fait d'un orbite bas.
Pour le coup, l'orbite basse n'est pas un choix discutable. Comme tu le dis, l'internet en orbite géostationnaire, ça existe depuis plus de 30 ans et on a déjà pas mal de fournisseurs différents. Mais au niveau des performances, particulièrement sur la latence, ça n'est pas fameux vu que chaque aller-retour doit parcourir au minimum quatre fois 36 000 km.
S'il n'est pas en orbite basse, Starlink perd tout intérêt.
2  1 
Avatar de gabriel21
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 11/02/2022 à 15:19
Citation Envoyé par Uther Voir le message
A première vue le soucis est que l'indisponibilité est arrivée a un moment critique qui avait été mal anticipé. C'est difficile depuis notre chaise de juger comme ça un programme dont on ne connait pas les détails. Les satellites de Starlink étant nombreux et avec une durée de vie assez faible la perte est peut-être dans le domaine de l'acceptable.
Cette durée de vie faible qui est inhérente à l'orbite basse est justement le cœur du problème. Même l'armée américaine qui déployait à une époque ce type de satellite pour couvrir une zone de combat, a remonté ses orbites du fait du coût financier d'un satellite militaire de télécommunication et du fait qu'ils sont à portée de tir des système anti aérien S400 et S500 fabriqué par la fédération russe et vendu à l'étranger.
La critique est facile, mais l'art est complexe. Oui, mais Starlink passe son temps à critiquer tout le monde et à prendre de haut les agences spatiales et les observatoires du monde entier. Si SpaceX a l'attention de la NASA, c'est uniquement pour se débarrasser de la dépendance américaine au lanceur SOYOUZ russe et a son système de propulsion. Récemment encore, l'administration américaine a du commander des moteurs et des lanceurs SOYOUZ et ceci malgré les sanctions anti-russe. Tout cela parce que le lanceur de SpaceX et le module Dragon ne sont pas complètement opérationnel. Beaucoup de promesses sont faites par la société, mais les résultats se font attendre.
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Sauf que la en l’occurrence, il étaient sur une orbite très basse donc relativement a l’abri.
Justement non, en ce moment, il y a beaucoup de trous dans le champs et le pole nord magnétique fluctue suffisamment pour impacter les systèmes de positionnement par satellite. Certaines tempêtes magnétiques font même des dégâts sur des infrastructures au sol.
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Pour le coup, l'orbite basse n'est pas un choix discutable. Comme tu le dis, l'internet en orbite géostationnaire, ça existe depuis plus de 30 ans et on a déjà pas mal de fournisseurs différents. Mais au niveau des performances, particulièrement sur la latence, ça n'est pas fameux vu que chaque aller-retour doit parcourir au minimum quatre fois 36 000 km.
S'il n'est pas en orbite basse, Starlink perd tout intérêt.
Je suis d'accord, mais le coût en matière première est très élevé : 12000 satellites au total dont 7500 à 500Km et 4500 à 1200Km. Et il est question de monter à 42000 satellites, par contre je n'ai pas le détails, mais vu qu'il s'agit de latence, nous pouvons estimé qu'il s'agira pour une grosse partie de satellites à 500 km. Ceux à 500 Km devront être remplacé régulièrement, nous sommes très loin des 4 satellites géostationnaires ou des 90 satellites IRIDIUM (780 km). A titre de comparaison le nombre de satellite de positionnement (GPS, GALILEO, GLONASS, BEIDOU) est compris entre 25 et 30 par système pour une orbite entre 18000 et 23000 km. Même la NASA commence à s'inquiéter de la multiplication des objets en orbite. L'ISS est elle même dans les 400 Km mais nécessite un apport constant en carburant pour la maintenir en orbite.
L'objectif d'abaisser la latence de 600ns à 30ns a pour moi un coût matériel et des impacts trop lourd pour être bon. Que se passera t il quand les européens, les russes, les indiens et les chinois (d'autres pays ont fait part de leur mécontentement, mais seuls les cités ont des moyens de pression voir de destruction) en auront mare de la pollution visuelle et chimique de Starlink et menaceront d'à abattre les satellites de Starlink pour s'assurer qu'il n'y aura plus de survol de leurs états. Le sujet commence déjà à être débattu à l'ONU, où nombreux pays estiment que ce n'est pas aux USA à validé le projet mais à l'ONU.
1  0 
Avatar de gabriel21
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 11/02/2022 à 18:17
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Oui Musk et arrogant et il ne faut rien prendre de ce qu'il annonce trop au sérieux, il n’empêche que Space X est quand même relativement en réussite en ce moment. Les falcons 9 sont un gros succès. Dragon n'a certes pas l'historique de Soyouz, mais a déjà fait deux lancements habités vers l'ISS alors que Boeing, un acteur historique du spatial, est encore en galère. La Nasa compte aussi sur le Falcon Heavy a court terme et sur le Starship HLS pour l'avenir.
Une réussite sur les lanceurs pas sur les satellites. Le falcon est un bel engin et révolutionnaire par sa capacité de récupérer une partie du lanceur. En Europe, il s'agit d'entreprises différentes. D'après un copain ancien directeur de vol technique d'Ariane Space, ce ne sont pas du tout les mêmes compétences ni les mêmes enjeux. Quand à Boeing, je préfère ne pas en parler tellement je vais être grossier, si cet entreprise ne se reprend pas rapidement, elle risque de perdre la totalité de ses contrats militaires et ceux de la NASA. L'administration américaine en a marre de ces malfonctions et de ses retards.
Maintenant, pour l'instant, le gros des rotations vers l'ISS reste avec SOYOUZ, que cela soit les lancements des européens ou des russes, mais aussi américain. Bien que pour ces derniers le lanceur Falcon devrait remplacer à moyen terme SOYOUZ. Mais je n'ai pas vu passer de date. La dernière avancée était 2020, mais elle a été repoussé à une date ultérieure.
Citation Envoyé par Uther Voir le message

On est d'accord que c'est pas la bonne période, mais l'orbite basse reste l'endroit le moins a risque.
Oui et non, ils ont allégé et miniaturisé au maximum leurs satellites (250kg à comparer au 860 kg des IRIDIUM NG et 550 Kg de la première génération). Du coup, leur sensibilité aux ondes sont plus important. Il y a effectivement eu des tests mené par des universités notamment américaine, mais la majorité de ces satellites de recherche avait de base une durée de vie inférieur à 1 an et souvent pour des raisons humanitaires (satellite photo lors du cyclone qui a touché Haiti en 2010 par exemple).
Citation Envoyé par Uther Voir le message

Je pense que tu mélange nanoseconde et millisecondes, parce que sinon les chiffres correspondent. Si les latences étaient de l'ordre de la nanoseconde ça ne serait en effet pas un problème, mais c'est un million de fois plus.
Oups erreur de frappe, nous sommes d'accord ce sont des millisecondes
1  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 17:06
Je ne suis pas du tout favorable à Starlink, mais SpaceX sait faire des lancements, ils l'ont prouvé à maintes reprises. Pour les satellites... ça ne m'ennuierait pas qu'ils continuent les erreurs.
1  1 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 11/02/2022 à 17:24
Citation Envoyé par gabriel21 Voir le message
Oui, mais Starlink passe son temps à critiquer tout le monde et à prendre de haut les agences spatiales et les observatoires du monde entier. Si SpaceX a l'attention de la NASA, c'est uniquement pour se débarrasser de la dépendance américaine au lanceur SOYOUZ russe et a son système de propulsion. Récemment encore, l'administration américaine a du commander des moteurs et des lanceurs SOYOUZ et ceci malgré les sanctions anti-russe. Tout cela parce que le lanceur de SpaceX et le module Dragon ne sont pas complètement opérationnel. Beaucoup de promesses sont faites par la société, mais les résultats se font attendre.
Oui Musk et arrogant et il ne faut rien prendre de ce qu'il annonce trop au sérieux, il n’empêche que Space X est quand même relativement en réussite en ce moment. Les falcons 9 sont un gros succès. Dragon n'a certes pas l'historique de Soyouz, mais a déjà fait deux lancements habités vers l'ISS alors que Boeing, un acteur historique du spatial, est encore en galère. La Nasa compte aussi sur le Falcon Heavy a court terme et sur le Starship HLS pour l'avenir.

Citation Envoyé par gabriel21 Voir le message
Justement non, en ce moment, il y a beaucoup de trous dans le champs et le pole nord magnétique fluctue suffisamment pour impacter les systèmes de positionnement par satellite. Certaines tempêtes magnétiques font même des dégâts sur des infrastructures au sol.
On est d'accord que c'est pas la bonne période, c'est pour ça que j'ai dit "relativement". Mais l'orbite basse reste l'endroit le moins à risque.

Citation Envoyé par gabriel21 Voir le message
L'objectif d'abaisser la latence de 600ns à 30ns a pour moi un coût matériel et des impacts trop lourd pour être bon.
Je pense que tu mélange nanoseconde et millisecondes, parce que sinon les chiffres correspondent. Si les latences étaient de l'ordre de la nanoseconde ça ne serait en effet pas un problème, mais c'est un million de fois plus.
0  1