IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Meta ne menace pas de partir de l'UE bien que cette perspective enchante plus d'un », rétorque la société mère de Facebook
Pour qui les règles du transfert transatlantique de données sont floues

Le , par Patrick Ruiz

251PARTAGES

8  0 
Bruno Le Maire et son homologue allemand – Robert Habeck – sont d’avis que l’Europe se porterait mieux sans Facebook. La sortie des deux hauts responsables politiques allemands et français faisait suite à la menace voilée de Meta de retirer Facebook et Instagram de l’UE. La société mère de Facebook remonte au créneau et précise : « Meta ne menace pas de partir de l’UE même si cette perspective enchante plus d’un. » L’entreprise jette néanmoins la question du supposé flou en matière de réglementation du transfert transatlantique sur la table.


L’intégralité de la mise au point de Meta

La presse a rapporté que nous "menacions" de quitter l'Europe en raison de l'incertitude entourant les mécanismes de transfert de données entre l'UE et les États-Unis. Cela n'est pas vrai. Comme toutes les sociétés cotées en bourse, nous sommes légalement tenus de divulguer les risques importants à nos investisseurs. La semaine dernière, comme nous l'avons fait au cours de nos quatre derniers trimestres financiers, nous avons révélé que l'incertitude persistante concernant les mécanismes de transfert de données entre l'UE et les États-Unis constitue une menace pour notre capacité à servir les consommateurs européens et à exercer nos activités en Europe.

Nous n'avons absolument aucun désir de nous retirer de l'Europe ; bien sûr, nous ne le souhaitons pas. Mais la simple réalité est que Meta, comme beaucoup d'autres entreprises, organisations et services, dépend des transferts de données entre l'UE et les États-Unis afin d'exploiter nos services mondiaux. Nous ne sommes pas les seuls. Au moins 70 autres entreprises dans un large éventail de secteurs, dont dix entreprises européennes, ont également soulevé les risques liés aux transferts de données dans leurs déclarations de résultats.

Les transferts internationaux de données sont à la base de l'économie mondiale et soutiennent un grand nombre de services qui sont fondamentaux pour notre vie quotidienne. Depuis de nombreuses années, le cadre juridique soutenant le transfert de données outre-Atlantique est confronté à de graves perturbations. L'accord Safe Harbour a été invalidé par la Cour de justice européenne en 2015. L'été dernier, le Privacy Shield, qui était utilisé par plus de 5000 entreprises des deux côtés de l'Atlantique, a également été invalidé par la Cour de justice européenne. Ces décisions ont été prises sur la base d'un conflit entre les lois européennes et américaines sur la protection des données. Nous voulons que les droits fondamentaux des utilisateurs de l'UE soient protégés et que l'internet continue de fonctionner comme prévu : sans friction, dans le respect des lois applicables - mais sans être confiné par les frontières nationales.

Les entreprises ont besoin de règles claires et mondiales pour protéger les flux de données transatlantiques à long terme et, comme d'autres entreprises dans un large éventail de secteurs, nous surveillons de près l'impact potentiel sur les millions de personnes et d'entreprises qui utilisent nos services au fur et à mesure que ces développements progressent.

Comme d'autres entreprises, marques et organisations commerciales internationales et européennes, nous espérons voir des progrès continus dans les négociations pour le remplacement du Privacy Shield afin de protéger les transferts de données transatlantiques, d'assurer des protections solides de la vie privée et de garder les communautés, les économies, les entreprises et les familles mondiales connectées.

Source : Meta

Et vous ?

Que pensez-vous des actuelles règles en matière de transfert transfrontalier de données ?

Voir aussi :

Meta menace de retirer Facebook et Instagram du marché européen si le groupe n'est plus autorisé à échanger les données des utilisateurs européens avec les États-Unis

Les chercheurs de Facebook ont découvert qu'il avait des impacts négatifs pour 360 millions d'utilisateurs, certains « manquaient de contrôle sur le temps qu'ils passaient sur Facebook »

Une mère du Connecticut poursuit Meta (Facebook) et Snap au motif de leur contribution au suicide de sa fille de 11 ans, happée par une présumée dépendance extrême aux réseaux sociaux

Les utilisateurs excessifs des médias sociaux, en particulier de Facebook, prennent des décisions altérées comme les toxicomanes, selon une étude

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 9:31
Il y a un truc qu'on appelle "le retour à la ligne" bien pratique pour rendre l'écrit plus lisible et agréable.
il y a un autre truc qu'on appelle "le plan dialectique", qui permet de structurer le propos pour le rendre plus intelligible

Parce que là on vient de se prendre deux pavés dans la tronche, c'est indigeste
10  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2022 à 9:53
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
C'est marrant
Ça fonctionne dans les 2 sens, parce que là dans le contexte on ne peut pas savoir si je dis le contraire de ce que je veut exprimer, ou pas.

Les entreprises bluffent et ça ne fonctionne pas.
FB : Si on ne peut pas stocker les données aux USA on se casse !
UE : Barrez-vous !
FB : Nous n'avons jamais voulu partir.
7  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/03/2022 à 9:13
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Le problème est que toute donnée quittant l'UE ne peut être transférée que dans un pays dont les normes de confidentialité sont jugées équivalentes. Les données qui se trouvent sur le sol américain peuvent être récupérées par les espions américains, ce que nous savons depuis que l'ancien contractant de la National Security Agency (NSA), Edward Snowden, a révélé les programmes américains de surveillance en ligne en 2013.
À mon avis la NSA a accès données contenues dans des serveurs en Europe…
Les entreprises comme Google, Apple, Meta, etc, collaborent avec les services de surveillance US.
Il est même possible qu'il y ait des portes dérobées dans des systèmes d'exploitation, dans du matériel réseau (routeur), dans des composants (processeur), etc.

Espionnage : introduction des backdoor par la NSA dans les produits de Cisco
Espionnage : le gouvernement américain a-t-il tenté d’intégrer un backdoor dans Linux ?
Un logiciel espion extrêmement sophistiqué a infecté des disques durs depuis près de 2 décennies, la NSA serait à l'origine de la campagne d'espionnage
La Chine exclut Apple, Cisco et Intel de la liste des achats du gouvernement
La CIA s'est servie de VLC et de plusieurs autres logiciels portés par la communauté du libre pour mener ses opérations d'espionnage

C'est bien d'essayer de se défendre face à la surveillance US, malheureusement il est quasiment impossible de s'en protéger.
9  2 
Avatar de sylsau
Membre averti https://www.developpez.com
Le 09/02/2022 à 14:04
Meta a tenté son coup de pression il y a quelques jours. Devant la joie générale que cela a provoqué à l'idée de voir Meta partie de l'Europe, les dirigeants ont vite décidé de faire machine arrière dans leurs déclarations. Il ne faut pas se tromper, c'est Meta qui a besoin de l'Europe, et sûrement pas l'inverse !
5  0 
Avatar de Cryptor
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 16:47
L'arrêt de ces plateformes pourrait être extrêmement préjudiciables pour de nombreux indépendants et petits commerces. Beaucoup trop d'indépendants ne compte que là dessus pour leur communication numérique, car se payer un dev (même CMS) c'est un coût qu'ils ont du mal à mesurer. On voit là comme ça peut être dangereux de rendre son business dépendant de ce genre de plateforme, je trouve ça dingue qu'aucune campagne de sensibilisation à la "dé-GAMAMisation" des entreprises ne soit engagé par la DINUM (le ministère du numérique).
Concrètement je parle de coiffeurs, d'artisans, d'artistes, de restaurants...ces commerces qui font notre quotidien.
C'est pas facile de sensibiliser les gens à ce sujet, on se heurt souvent à beaucoup d'incompréhension.

A titre personnel je suis pour dégager tout ces groupes qui vampirisent et monnayent l'attention et les données personnelles de personnes qui n'ont pas conscience de ce qu'on leur fait.
4  0 
Avatar de BleAcheD
Membre averti https://www.developpez.com
Le 09/02/2022 à 9:11
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Ce genre de chose ne peut pas naitre d'une volonté politique.
Si un réseau social était financé par l'UE, personne ne voudrait l'utiliser.
C'est pas vraiment ce que j'ai dis.
Je pensais plutôt a des entreprises Européenne qui aurait pu profiter du (faux) départ de Meta.
3  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2022 à 9:40
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
La presse diffuse des fausses informations comme d'habitude !
C'est marrant, il y a des trucs qui déclenchent des réactions automatiques chez toi sans que tu ne te poses la question de "qui raconte des craques" (pour le cas présent)
4  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2022 à 14:11
Citation Envoyé par sylsau Voir le message
c'est Meta qui a besoin de l'Europe
Les investisseurs ne veulent pas que l'entreprise perde autant d'argent.
Facebook gagne de l'argent en "vendant" nos informations personnelles, plus il y a d'utilisateurs plus il gagne d'argent.
3  0 
Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 11/02/2022 à 14:12
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
La presse diffuse des fausses informations comme d'habitude !

Pour qu'un site dépasse Facebook, il faut qu'une équipe développe une autre solution qui réponde mieux aux envies des utilisateurs.
Et après il y a plein de facteurs qui rentrent en compte. Google a essayé de faire un réseau social ça n'a pas fonctionné, ça illustre le fait que ce n'est pas simple de créer quelque chose de populaire.
Facebook pourrait connaitre le même sort que Myspace, si les utilisateurs migraient vers une autre solution.
Le problème d'une plate forme comme Facebook c'est qu'elle était là la première. Et donc les utilisateurs vont avant tout là ou il y a les autres personnes en grande majorité.

Donc développer un concurrent de Facebook qui apporte juste la même chose (eventuellement en mieux) mais le milliard de gens en moins ça ne marchera pas.

Les autre réseaux sociaux ont marchés car ils offrent autre choses que Facebook.
3  0 
Avatar de GLDavid
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 8:57
Bonjour

Mouais, j'aurais pensé Metabuddies mais Zuckerberg n'est pas si humain que ça.
C'est marrant de constater que les habitudes sont les mêmes depuis 1994:


@++
4  1