IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le chiffre d'affaires d'Amazon pour l'ensemble de l'année 2021 a augmenté de 22 % pour atteindre 469,8 milliards de dollars,
Malgré le passage des clients au multicloud

Le , par Bill Fassinou

169PARTAGES

7  0 
Amazon a enregistré des ventes records en 2021, en dépit des efforts des régulateurs visant à encourager les entreprises à passer au multicloud pour ne pas dépendre d'un seul fournisseur et éviter les risques inhérents. Le géant américain du commerce électronique a annoncé que son chiffre d'affaires net pour l'ensemble de l'année 2021 a augmenté de 22 % pour atteindre 469,8 milliards de dollars, contre 386,1 milliards de dollars en 2020. Pour le quatrième trimestre (Q4), qui s'est terminé le 31 décembre, le chiffre d'affaires d'Amazon a augmenté de 9 % à 137,4 milliards de dollars, contre 125,6 milliards de dollars au Q4 2020.

Le chiffre d'affaires d'Amazon a connu une forte hausse en 2021

Amazon a enregistré quatre trimestres consécutifs de croissance des ventes des services de cloud computing, une série que les analystes qualifient d'impressionnante. Cette performance atténue les craintes qu'une réorientation des clients vers de multiples fournisseurs de clouds ne nuise à sa part de marché dominante. Les avertissements des régulateurs sur la nécessité de réduire les risques, ainsi que certaines pannes très médiatisées, ont poussé de plus en plus les équipes techniques de certaines sociétés à adopter une approche appelée "multicloud". La diversification peut également offrir de meilleurs prix et des options de sauvegarde.



Le problème s'est posé en mars de l'année dernière lorsque les installations strasbourgeoises du leader français du cloud computing OVHcloud ont été frappées par un incendie. À la suite de l'incident, Octave Klaba, PDG d'OVHcloud, a annoncé aux clients que plus d'un millier de sauvegardes ne seront probablement pas récupérables, une mauvaise nouvelle pour les clients qui dépendent essentiellement d'OVHcloud ou n'ayant pas fait de sauvegardes internes. Un autre exemple de ce type est les pannes répétées d'AWS (Amazon Web Service), la division cloud computing d'Amazon, vers fin 2021, rendant chaque fois indisponible une grande partie du Web.

Cependant, les solides performances d'Amazon dans le domaine du cloud, que la société a démontré lors de la publication de ses résultats trimestriels jeudi dernier, soulignent la croissance robuste d'une grande partie du secteur du cloud, en particulier pour les plus grands acteurs. Amazon a annoncé que son chiffre d'affaires avait augmenté de 9 % lors du quatrième trimestre pour atteindre 137,4 milliards de dollars, contre 125,6 milliards de dollars au Q4 2020. Le bénéfice net de la société au cours du dernier trimestre de l'année 2021 a presque doublé, passant de 7,2 milliards de dollars à 14,3 milliards de dollars par rapport à l'année précédente.

Les actions d'Amazon ont bondi de 14 % dans les échanges prolongés. Le chiffre d'affaires pour l'ensemble de l'année 2021 a augmenté de 22 % pour atteindre 469,8 milliards de dollars, contre 386,1 milliards de dollars en 2020, malgré les perturbations de la chaîne d'approvisionnement mondiale. Le bénéfice net de la société pour l'ensemble de l'année a augmenté de 33,4 milliards de dollars, contre 21,3 milliards de dollars un an plus tôt, tandis que son bénéfice par action (BPA) s'est élevé à 64,81 dollars, contre 41,83 dollars l'année précédente. Son résultat d'exploitation a également augmenté.

Il est passé de 22,9 milliards de dollars en 2020 à 24,9 milliards de dollars en 2021. L'entreprise a également annoncé qu'elle augmentait le tarif de son abonnement Prime aux États-Unis, invoquant la hausse des salaires et des coûts de transport ainsi que l'expansion continue des avantages offerts aux membres pour justifier cette décision. Les nouveaux tarifs seront effectifs à partir du 18 février pour les nouveaux membres et seraient la première augmentation du prix Prime depuis 2018. En janvier, Amazon a annoncé que son premier magasin physique de vêtements, Amazon Style, ouvrira plus tard cette année en Californie.

Le magasin proposera des vêtements pour femmes et hommes, des chaussures et autres accessoires de plusieurs marques. En outre, Amazon a également divulgué pour la première fois les revenus de son activité publicitaire à croissance rapide. Les services publicitaires ont augmenté de 32 % d'une année sur l'autre à 9,7 milliards de dollars au cours du trimestre. En effet, la publicité a toujours été considérée comme une activité secondaire pour Amazon. Mais la société a eu tellement de succès pour attirer les dollars publicitaires qu'elle est maintenant troisième sur le marché américain, derrière Google et Facebook.

Google a déclaré des recettes publicitaires de 61,2 milliards de dollars au Q4 2021, tandis que Facebook a enregistré des ventes publicitaires de 32,6 milliards de dollars au cours de cette période. « Cela avait été la majorité des autres revenus. Nous sommes très satisfaits de la croissance de la publicité. Elle continue de générer de la valeur », a déclaré le directeur financier d'Amazon, Brian Olsavsky, lors d'un appel téléphonique avec les journalistes. De plus, Amazon a annoncé avoir réalisé un gain de près de 12 milliards de dollars grâce à son investissement dans la société de véhicules électriques Rivian.

Selon Amazon, les bénéfices élevés tirés de Rivian sont le résultat de l'introduction en bourse du fabricant de véhicules électriques en novembre. L'introduction en bourse de Rivian s'est faite à 78 dollars par action, ce qui valorise la société à 66,5 milliards de dollars. L'action a dépassé 172 dollars à son apogée, mais est retombée depuis à environ 60 dollars. Les actions de Rivian ont gagné 3 % dans les échanges prolongés de jeudi. Amazon, qui a investi plus de 1,3 milliard de dollars dans Rivian, possédait 22,4 % des actions de classe A de la société avant l'introduction en bourse.

Les régulateurs poussent les entreprises vers le "multicloud"

L'activité de cloud computing d'Amazon a été l'un des points forts de l'entreprise l'année dernière. Le chiffre d'affaires d'AWS a augmenté de près de 40 % pour atteindre 17,78 milliards de dollars, dépassant ainsi les estimations des analystes. Selon les estimations du cabinet d'analyse Synergy Research Group, les dépenses globales dans les services de cloud computing ont bondi de 37 % pour atteindre 178 milliards de dollars en 2021, contre une croissance de 34 % enregistrée en 2020. Les trois principaux fournisseurs, AWS, Microsoft Azure et Google Cloud, ont également chacun augmenté leur part de marché en 2021.

Canalys a évalué leurs parts à 33 % pour AWS, 22 % pour Azure et 9 % pour Google. Les services cloud sont devenus de gros moteurs de croissance pour les grandes entreprises technologiques. AWS a représenté 13 % du chiffre d'affaires d'Amazon l'an dernier et 74 % de son résultat d'exploitation. Le cloud a représenté 7,5 % des revenus d'Alphabet. L'unité Intelligent Cloud, dont Azure constitue une grande partie, a rapporté 37 % du chiffre d'affaires global de Microsoft. Cette tendance s'observe chez les principaux fournisseurs de services cloud alors que les régulateurs poussent les entreprises vers le "multicloud".

Plutôt que de choisir un seul fournisseur de services clouds en tant que service (IAAS) qui répond le mieux aux besoins de la société, une approche multicloud consiste à adopter un mélange de services IaaS de deux fournisseurs de services en nuage ou plus et à partager les charges de travail entre chacun d'eux, en choisissant les services qui offrent le plus de flexibilité, de fiabilité et de fonctionnalités. Avec une telle concurrence dans le secteur, chaque fournisseur de services cloud doit lancer de nouveaux services et réduire les prix pour offrir aux clients une meilleure offre. Ce fait n'a certainement pas échappé aux entreprises.

Selon une étude récente du cabinet d'analystes Dimensional Research, 77 % des entreprises prévoient d'adopter une stratégie multicloud au cours des deux prochaines années afin de mieux répondre à leurs besoins. En septembre, Wells Fargo & Co a annoncé son intention de passer au multicloud avec Azure et Google. « Le risque de concentration est quelque chose dont on parle en interne, dont on parle dans la communauté réglementaire comme une préoccupation. Mettre tous ses œufs dans le même panier n'est pas toujours la meilleure approche », a déclaré Christopher Marsh-Bourdon, son responsable des environnements hybrides.

Cependant, AWS a déclaré qu'une approche multicloud génère finalement des maux de tête pour les clients. « AWS a prouvé sa fiabilité », a déclaré la société. Selon Sid Nag, vice-président de la société de conseil en technologie Gartner, "l'approche multicloud ne signifie pas répartir votre richesse sur plusieurs clouds". « Il y a toujours un cloud principal avec lequel vous faites la plupart de vos affaires », a-t-il déclaré. Capital One, qui a déclaré être la première grande banque américaine à abandonner complètement les centres de données pour le cloud et à conclure un accord précoce avec AWS, en est un exemple.

Selon deux personnes connaissant bien la question, bien que la banque ait adopté Google et Azure pour certains besoins, elle s'est développée avec AWS pour devenir l'un de ses plus grands utilisateurs. Elles ont refusé d'être identifiées en raison d'accords de confidentialité. En outre, les experts estiment que les complexités d'une approche multicloud peuvent également jouer en faveur d'Amazon. Par exemple, Christopher a déclaré que Wells Fargo & Co prend du temps pour développer son expertise et qu'il lui faudra au moins cinq ans avant de maintenir une présence significative dans le cloud.

Enfin, Sigal Zarmi, membre du conseil d'administration de Hashicorp, une société de logiciels avec un modèle commercial freemium basée à San Francisco, a déclaré que certaines entreprises plus petites ou plus récentes dans le domaine du cloud préfèrent un seul fournisseur.

Source : Amazon

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'approche du "multicloud" ?
Que pensez-vous des prouesses d'Amazon dans le domaine de la publicité ?
Facebook et Google ont-ils de quoi s'inquiéter ?

Voir aussi

AWS d'Amazon enregistre une troisième panne durant le mois de décembre qui a affecté Epic Games Store, Imgur, Hulu, Slack et plusieurs autres services

La panne du cloud d'Amazon a affecté les principaux sites web et les applications de streaming, 24 000 cas de personnes ayant signalé des problèmes avec Amazon ont également été recensés

Alphabet, la société mère de Google, a dépassé les 200 milliards de dollars de revenus annuels pour la première fois, avec un bond de 41 % de ses revenus par rapport à l'année précédente

Apple devient la première entreprise avec une capitalisation à 3 000 milliards de dollars, malgré les problèmes au niveau de sa chaîne d'approvisionnement

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !