IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon a dissous l'armée Twitter qu'il a payée pour faire l'éloge des conditions de travail dans son entreprise
Face au manque d'efficacité de cette campagne d'influence

Le , par Stéphane le calme

142PARTAGES

9  0 
Amazon a mis fin à une campagne d'influence controversée dans laquelle il a payé des travailleurs pour qu'ils tweetent à quel point ils aiment travailler chez Amazon, a rapporté le Financial Times. Les employés des entrepôts du détaillant (qu'il appelle centres de distribution) ont été payés pour partager des impressions positives sur l'entreprise et pour nier les échecs largement signalés sur le lieu de travail (comme le fait que plusieurs employés étaient obligés d'uriner dans des bouteilles afin d'atteindre les objectifs de performance, notamment en réduisant leurs pauses).

L'année dernière, des employés d'un entrepôt d’Amazon en Alabama ont été invités à voter pour décider s'ils allaient devenir le premier entrepôt de l'entreprise à voir son personnel se regrouper en syndicats aux États-Unis. Des bulletins de vote sont parvenus à plus de 5800 travailleurs de l'entrepôt de Bessemer pour leur demander s'ils souhaitent adhérer au Retail, Wholesale and Department Store Union (RWDSU). Le vote a eu lieu jusqu'au 29 mars 2021.

« Le fait d'avoir un syndicat chez Amazon nous donnerait le droit de négocier de façon collective nos conditions de travail, notamment sur des points tels que les normes de sécurité, la formation, les pauses, les salaires, les avantages sociaux et d'autres questions importantes qui amélioreraient notre lieu de travail. Amazon aborde parfois des problèmes au travail, mais tout cela est temporaire. Un contrat syndical est écrit, négocié et Amazon doit légalement suivre les directives et il existe des mécanismes pour les tenir légalement responsables devant nous en tant que travailleurs. Il n'y a pas d'autre moyen d'avoir ce type de relation avec Amazon que d'avoir un syndicat », lit-on sur le site dédié à la cause.

Nombreuses sont les publications qui font état de ce que le géant du commerce en ligne fait usage de : logiciels de navigation, bracelets, caméras thermiques, caméras de sécurité, enregistrements. Chez Amazon, on se justifie en arguant qu’il s’agit de dispositifs destinés à encadrer la productivité des employés : « Les performances des employés sont mesurées et évaluées sur une longue période, car nous savons que divers facteurs peuvent avoir un impact sur la capacité à répondre aux attentes d'un jour ou d'une heure donnés. Nous soutenons les personnes qui ne sont pas performantes au niveau attendu grâce à un accompagnement spécifique pour les aider à s'améliorer. »

Les entrepôts d’Amazon sont automatisés et certains postes sont occupés par des robots. La société s’appuie sur des capteurs animés par une intelligence artificielle afin de suivre la productivité des employés. L’IA est même en mesure de générer de façon automatique les documents nécessaires au licenciement en cas de non-atteinte des objectifs. Ce seul motif a mené au licenciement de plus de 300 employés travaillant dans un des entrepôts de l’entreprise à Baltimore pendant la période allant d'août 2017 à septembre 2018.

Amazon a fait savoir que malgré le fait que le système soit en mesure de produire des documents de licenciement, l'accord d'un superviseur humain est obligatoire pour la décision finale. Dans ce cas, celle-ci est transmise à l'employé concerné par le superviseur humain.

Mais en février, une série de tweets antisyndicaux ont été envoyés à partir de comptes prétendant être des employés.

Twitter en a suspendu plusieurs et Amazon a confirmé qu'au moins un était faux. La plupart des comptes ont été créés quelques jours à peine avant de se lancer dans l'arène, souvent avec seulement quelques tweets, tous liés à Amazon.

« Ce qui me dérange le plus dans les syndicats, c'est qu'il n'y a pas de possibilité de se retirer des cotisations », a tweeté un utilisateur sous le pseudonyme @AmazonFCDarla, malgré une loi de l'État de l'Alabama qui l'empêche. « Amazon prend grand soin de moi », a-t-elle ajouté.

Des utilisateurs ont mis en lumière ces faux comptes. Comme Karen Weise du New York Times qui a remarqué que certains de ces profils faisant les louanges d'Amazon avaient tout à coup changé de pseudonyme : « C'est tellement génial. Vous vous souvenez de ces très vrais travailleurs d'Amazon qui tweetaient de belles choses sur leur travail là-bas ? Eh bien, Leo est maintenant Ciera, Michelle est maintenant Sarah, Rick est maintenant James, etc. »

Un autre compte, qui a plus tard changé sa photo de profil après qu'il a été révélé être faux, a déclaré : « Les syndicats sont bons pour certaines entreprises, mais je ne veux pas avoir à débourser des centaines de dollars par mois uniquement pour les avocats ! » Faisant allusion à ce tweet, le chercheur Tim Sullivan a déclaré : « Amazon ne s'est même pas foulé les chevilles avec celui-ci lol ».


L'armée Twitter d'Amazon

Selon des documents internes partagés par les médias en 2021, la campagne d'influence a été lancée en 2018 en réponse à des vagues de critiques sur les normes de sécurité et les conditions de travail d'Amazon. Les travailleurs ont été sélectionnés pour leur « grand sens de l'humour » et invités à répondre « d'une manière polie - mais directe - » aux critiques de l'entreprise, y compris les décideurs et les politiciens.

Dans un tweet typique, un employé répond à un critique en disant : « Je travaille chez Amazon pour remplir des commandes depuis 2 ans maintenant. Pensez-vous que si je n'étais pas assez payé, je serais toujours là ? Avantages sociaux complets (et généreux). OH! ET j'aime les gens avec qui je travaille ! Ouais - je vais très bien partenaire ! [emoji cow-boy]" »


Les employés étaient reconnaissables sur Twitter grâce au surnom « Amazon FC Ambassador » apposé à la fin de leur nom. Mais l'identité exacte ou le nombre « d' ambassadeurs » n'a jamais été clair. Une enquête Bellingcat a trouvé au moins 53 comptes actifs sur Twitter, mais a noté que les utilisateurs avaient tendance à déployer un langage similaire, à tweeter les mêmes images et même à échanger la propriété des comptes, créant un flou d'identités qui se chevauchent.

Pour beaucoup, cette configuration semblait trop artificielle pour être prise au sérieux, et les comptes sont rapidement devenus la cible de critiques et de moqueries. Cela n'a pas été aidé par le fait que n'importe qui pouvait s'appeler un « ambassadeur Amazon FC » sur Twitter, et un certain nombre de parodies sont rapidement apparues. Comme l'a dit l'opérateur d'un compte parodique populaire : « C'était tellement bizarre pour moi qu'Amazon obligeait ses employés à devenir des espions pour les personnes qui les embauchaient. De plus, leur stratégie était si chaotique qu'elle n'était même pas efficace ».

Cette réaction semble avoir été partagée par les cadres supérieurs d'Amazon. Selon le rapport du FT, « les cadres supérieurs d'Amazon [...] n'étaient pas satisfaits de la faible portée du programme » et en conséquence, l'entreprise « a fermé et supprimé toute trace de la campagne d'influence à la fin de l'année dernière ».

Source : Financial Time

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/01/2022 à 9:37
La nouvelle économie ressemble quand même terriblement à l'ancienne.
9  0 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 19/04/2022 à 14:59
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message

Pensez-vous que cela pourrait nuire aux employés comme le PDG d'Amazon le prétend ?
Ben tiens. Le gars ne va pas se tirer une balle dans le pied en disant le contraire. Quand on lis comment ces derniers sont traités dans les entrepôts par exemple, ils ont tout intérêt à se syndiquer s'ils veulent pouvoir négocier quoi que ce soit avec leur entreprise, étant donné que leurs jobs demandent peu de qualifications (c'est-à-dire que la boîte peut facilement trouver des personnes pour les remplacer).
5  1 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/04/2022 à 16:34
Je ne comprends pas comment une tels chose a pu arriver dans le berceau du libéralisme.

Je suis content pour eux et j'espère que le phénomène prendra de l'ampleurs. Et qu'ils obtiendront du progrès social (pas que dans le salaire).
2  1 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 22/04/2022 à 16:52
Le PDG d'Amazon affirme que les travailleurs sont "mieux lotis" sans syndicat et que le taux d'accidents du travail de l'entreprise est "mal interprété"
Ca c'est selon la police.

Et selon les syndicats ?
2  1 
Avatar de virginieh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/04/2022 à 12:38
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message

Le droit du travail français est très protecteur du salarié.
T'inquiètes pas Macron est en train d'y remédier.
2  1 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 10/04/2022 à 22:49
Bonsoir,

Une nouvelle application de chat chez Amazon pourrait interdire l’usage de mots et expressions comme syndicat, esclavage augmentation de salaire, toilettes, plantation

Comment comparez-vous l’approche Amazon en matière de gestion des syndicats à celle en vigueur dans les entreprises pour lesquelles vous travaillez ?
C'est une politique totalement immonde

Avez-vous le sentiment que les syndicats sont d’une certaine utilité dans le pays où vous travaillez ?
Non ... En Belgique nos syndicats ont inventé la grève tournante . On fait le pied de grue devant un grand bâtiment durant 2h et après on change.

---

Concernant la politique d'Amazon. Tout est fait à contre courant dans ce mastodonte ... Création massive d'emplois précaire . Combien d'emplois en intérim pendant la crise du covid ? 300 k à 400 k ... Une fois la vague covid passé , tout ce beau monde est redevenu chômeur

C'est d'emploi perenne qu'on a besoin, pas d'emploi précaire et de "donner l'illusion de ". La Amazon renforce juste une escroquerie intellectuelle, pour faire croire qu'ils créent de l'emploi, alors qu'en fait non ^^ .

Tous les moyens sont bon pour décourager les salariers/travailleurs de se défendre.
0  0 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 22/04/2022 à 21:29
Bonsoir

Le PDG d'Amazon affirme que les travailleurs sont "mieux lotis" sans syndicat et que le taux d'accidents du travail de l'entreprise est "mal interprété" dans une lettre aux actionnaires

Quel est votre avis sur le sujet ?
Encore un cadre qui essaye de mettre la poussière sous le tapis. Disons le clairement, cela les faits bien chier. Les cadres ont peur de ne pas savoir tenir les négos ... En général dans ce genre de boite , les cadres aient à être des tout puissants que rien ne peut contre dire ... Bah non . Dommage pour eux.

Que pensez-vous des déclarations de Jassy sur la syndicalisation des employés ?
Qu'il en a peur .

Pensez-vous que cela pourrait nuire aux employés comme le PDG d'Amazon le prétend ?
Oui . Nuire aux employés "cadre" précisons ... la question est mal formulée

Quels sont les avantages potentiels pour les employés d'Amazon de se syndiquer ?
Hausse de salaire, instaurer de meilleurs conditions de travail, aller plus dans le sens des employés avec des avantages comme CE et autres ...
1  1 
Avatar de saminata
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 23/04/2022 à 13:40
Je pensais que syndiquer était un droit pour tout le monde.
1  1 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 23/04/2022 à 16:47
Je pensais que syndiquer était un droit pour tout le monde.
Cela va dépendre du pays ou tu te trouves.

Pour les états-unis :
Les États-Unis n'ont pas ratifié la Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical de 1948 ni la Convention n° 98 sur le droit d'organisation et de négociation collective de 1949, toutes deux faisant partie des huit conventions fondamentales de l'Organisation internationale du travail
https://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_...C3%89tats-Unis

Le droit du travail français est très protecteur du salarié.
0  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 25/04/2022 à 6:48
T'inquiètes pas Macron est en train d'y remédier.
Ce n'était pas forcément une critique.
0  0