IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

En attendant qu'Activision Blizzard reconnaisse leur syndicat, les travailleurs de sa branche Raven QA mettent fin à la grève.
Le rachat par Microsoft pourrait compliquer ce processus

Le , par Stéphane le calme

162PARTAGES

4  0 
Activision Blizzard a refusé de reconnaître un syndicat créé par un groupe de travailleurs de l'assurance qualité. Le nouveau syndicat, appelé Game Workers Alliance, a été créé par le groupe de 34 travailleurs de Raven Software. Raven Software est une filiale d'Activision Blizzard, propriétaire de la très populaire franchise Call of Duty et soutenue par le mouvement ABK Workers Alliance. Les travailleurs ont demandé vendredi à la direction de reconnaître officiellement le syndicat, qui a botté en touche en proposant une autre solution à leur situation. Si les employés ont arrêté de faire grève pour le moment et espèrent avoir une réponse favorable par la suite, le rachat du groupe par Microsoft pourrait compliquer les choses, et donner une raison à la direction de refuser la reconnaissance du syndicat. En cas de réponse négative, il est possible qu'ABK Workers Alliance reconduise ce mouvement de grève, même si rien n’est annoncé pour le moment.

Embourbé dans un scandale de harcèlement sexuel et de discrimination fondée sur le sexe depuis l'année dernière, Activision a cherché des solutions pour une sortie de crise. Plus tôt ce mois-ci, l'éditeur a fait étalage de quelques actions qu'il a menées jusque-là. « Après avoir effectué des enquêtes, 37 employés ont quitté la société et 44 autres ont reçu des réprimandes écrites, des avertissements formels ou d'autres mesures disciplinaires », a déclaré la société. L'éditeur du jeu « Call of Duty » a déclaré qu'il travaillait encore sur une mise à jour provisoire et qu'il n'avait pas encore prévenu les employés.

La dernière action majeure d'Activision-Blizzard avant son rachat par Microsoft a été de licencier une douzaine de testeurs au sein de Raven Software, un studio qui est principalement à l’œuvre sur Call of Duty Warzone. Suite à ces licenciements décrits comme étant injustifiés, l’équipe QA (contrôle qualité) avait décidé d’entrer en grève dans la foulée, début décembre, soutenue par le mouvement ABK Workers Alliance, qui œuvre depuis des mois pour former un syndicat. Une grève qui a désormais pris fin, suite aux récents événements entourant Activision-Blizzard.

Plus de 30 testeurs d'assurance qualité chez Raven Software, géré par Activision Blizzard, ont officiellement demandé à la direction de reconnaître leur syndicat..

Les 34 testeurs, pour la plupart chargés de travailler sur le jeu populaire Call of Duty: Warzone, ont reçu une majorité de signatures au sein de leur département pour former un syndicat. Les travailleurs de l'aspirant syndicat ont cité les licenciements récents, les heures supplémentaires excessives, les bas salaires, les attentes de délocalisation et les allégations de culture d'entreprise toxique au sein de leur société mère comme raisons les motivant à se syndiquer.

Activision Blizzard a déclaré dans un communiqué qu'il « examinait attentivement la demande de reconnaissance volontaire ». Il a ajouté qu'il estimait « qu'une relation directe entre l'entreprise et les membres de son équipe offre les meilleures opportunités aux collaborateurs », mais qu'il respecterait les droits des travailleurs à adhérer à un syndicat.

Dans un dossier déposé mercredi 19 janvier auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, la société a déclaré qu'aucun de ses employés ne faisait partie d'un syndicat et qu'à sa connaissance, il n'y avait pas de grève ou d'arrêt de travail en cours. Pourtant, plusieurs dizaines de travailleurs de l'entreprise ont été engagés dans un arrêt de travail de plusieurs semaines, qui a commencé après que la direction d'Activision Blizzard a licencié 12 sous-traitants de Raven le 3 décembre. Des membres de ce groupe ont déclaré que l'entreprise avait donné des assurances sur huit mois, promis des augmentation de salaires, de sorte que les licenciements ressemblaient à une trahison. Ils ont commencé à recueillir des signatures dans le but de se syndiquer et se sont mis en grève le 6 décembre, publiant des revendications qui comprenaient la réembauche des entrepreneurs licenciés à des postes à temps plein.

Si elle était reconnue, la Game Workers Alliance serait le premier syndicat d'une entreprise de jeux vidéo à succès. À la fin de l'année dernière, Vodeo est devenue la première entreprise de jeux vidéo nord-américaine à se syndiquer. Avec un peu plus d'une douzaine de travailleurs, le studio indépendant s'est organisé dans des conditions très différentes, mais les employés d'Activision Blizzard ont déclaré avoir appris de leur exemple dans leurs efforts.

« Immédiatement après le travail [début décembre], nous nous sommes tous réunis, des personnes sont venues chez moi et nous nous sommes réconfortés et nous avons pleuré ensemble », a déclaré aux médias Onah Rongstad, actuellement testeur d'assurance qualité de Raven Software. « Et puis au cours des prochains jours, nous nous sommes réunis et avons dit que nous ne pouvions pas rester silencieux à ce sujet, nous ne pouvions pas laisser cela se produire, puis avons finalement décidé de faire grève. Nous avons eu un vrai rassemblement chez Raven QA [Quality Assurance] après le début de la grève début décembre, et nous serions vraiment ravis de pouvoir être syndiqués à la suite de cela ».

Activision Blizzard opte pour une autre solution. La grève désormais stoppée, en attente d’une réponse

Quelques jours après que les travailleurs de Raven Software QA ont annoncé leur intention de se syndiquer avec l'aide du Communication Workers of America (CWA), Activision a informé les travailleurs lundi qu'il réorganisait le département. L'entreprise a annoncé la nouvelle au personnel le jour où les employés de Raven QA ont repris le travail après une semaine de grève.

« Chez Activision Blizzard, nous respectons profondément le droit de tous les employés de prendre leurs propres décisions quant à l'adhésion ou non à un syndicat. Nous avons soigneusement examiné et examiné la demande initiale du CWA la semaine dernière et avons essayé de trouver une solution mutuellement acceptable avec le CWA qui aurait conduit à un processus électoral accéléré. Malheureusement, les parties n'ont pas pu parvenir à un accord », a déclaré le porte-parole d'Activision.

ABK Workers Alliance a donc prévenu sur Twitter que la grève prend fin, le temps que leur syndicat soit reconnu par leurs supérieurs.


« En attendant la reconnaissance de notre syndicat, la grève de Raven QA est terminée. Les fonds de grève inutilisés sont stockés pour de futurs efforts de syndicalisation/grève. Nous publierons ou retweeterons toutes les mises à jour de GWU ici. Nous apprécions tout le soutien de la communauté tout au long de la grève ! »

« En novembre, nous avons entamé le processus de conversion de nos employés temporaires en statut [d'emploi à temps plein] », a déclaré Brian Raffel, directeur du studio Raven Software, dans un e-mail au personnel. Maintenant, je suis ravi de partager que nos collègues de l'assurance qualité seront intégrés directement au sein de diverses équipes du studio, notamment l'animation, l'art, la conception, l'audio, la production et l'ingénierie ». Dans l'e-mail, Raffel a déclaré que « la décision d'intégrer notre équipe d'assurance qualité » était en préparation depuis « plusieurs mois ».

Un porte-parole d'Activision Publishing a confirmé que le studio faisait transiter ses agents d'assurance qualité pour « s'intégrer » à différents départements. Voici la déclaration dans son intégralité :

« Aujourd'hui, Raven Software a partagé une mise à jour organisationnelle qui poursuit le travail que le studio a commencé en novembre, qui fera passer les équipes d'assurance qualité pour travailler directement aux côtés des équipes d'animation, d'art, de conception, d'audio, de production et d'ingénierie au sein de Raven. Ce changement améliorera le travail collaboratif de nos équipes pour soutenir nos jeux et nos joueurs et renforcera encore les opportunités pour notre talentueux personnel d'assurance qualité.

« Il s'agit de la prochaine étape d'un processus qui a été soigneusement examiné et en cours depuis un certain temps, et cette structure permet à Raven de s'aligner sur les meilleures pratiques d'autres studios Activision de premier plan. Il s'agit également d'une étape importante dans notre plan plus large visant à intégrer davantage l'assurance qualité dans le processus de développement alors que nos équipes s'efforcent d'offrir la meilleure coordination de leur catégorie dans les opérations de service en temps réel et en direct ».

De la poudre aux yeux, pour le patron du CWA

Néanmoins, Tom Smith, qui est à la tête de CWA, a qualifié cette décision de « rien de plus qu'une tactique pour contrecarrer les travailleurs de Raven QA qui exercent leur droit de se syndiquer ». Smith exhorte également le ministère de la Justice et la Federal Trade Commission à se pencher sur la fusion de Microsoft annoncée plus tôt cette année, qui va placer Activision Blizzard directement sous l'aile de Microsoft Gaming.

« Lorsque la direction utilise des mots à la mode dénués de sens comme "alignement", "synergie" et "réorganisation", ils envoient un message aux travailleurs : "nous prenons toutes les décisions, nous avons tout le pouvoir" », a-t-il déclaré. « Les travailleurs se syndiquent pour avoir une voix sur leur lieu de travail afin de rectifier ces déséquilibres de pouvoir. C'est pourquoi les grandes fusions technologiques qui pourraient augmenter et concentrer davantage le pouvoir des entreprises, comme l'acquisition proposée d'Activision Blizzard par Microsoft, méritent une véritable surveillance. Cet examen est encore plus important lorsqu'une entreprise comme Activision Blizzard empêche ses employés d'exercer des droits protégés par la loi américaine ».

Le rachat par Microsoft pourrait rendre le processus plus difficile

Il n'est pas clair si la restructuration aura un impact sur la capacité des travailleurs de l'assurance qualité à se syndiquer.

L'État de Californie a poursuivi Activision Blizzard en juillet 2021, affirmant que l'entreprise encourageait une culture de travail dans laquelle le personnel féminin était fréquemment harcelé.

Il y a quelques jours, Microsoft a annoncé son intention d'acquérir Activision Blizzard Inc. dans le cadre d'une transaction entièrement en espèces évaluée à 68,7 milliards de dollars. Lorsque la transaction sera conclue, Microsoft deviendra la troisième plus grande société de jeux au monde en termes de chiffre d'affaires, derrière Tencent et Sony. L'acquisition prévue comprend des franchises emblématiques des studios Activision, Blizzard et King comme «Warcraft», «Diablo», «Overwatch», «Call of Duty» et «Candy Crush», en plus des activités mondiales d'eSport via la Major League Gaming. L'entreprise possède des studios dans le monde entier avec près de 10 000 employés.

Bobby Kotick continuera d'occuper le poste de PDG d'Activision Blizzard, et lui et son équipe continueront de se concentrer sur les efforts visant à renforcer davantage la culture de l'entreprise et à accélérer la croissance de l'entreprise. Une fois l'accord conclu, l'activité d'Activision Blizzard rendra compte à Phil Spencer, PDG de Microsoft Gaming.

En rachetant Activision Blizzard, Microsoft met la main sur des marques à l’attractivité immense, parmi lesquelles : Overwatch, Diablo, Guitar Hero, Call of Duty, Warcraft, Crash Bandicoot, StarCraft, Spyro ou encore Tony Hawk’s. Outre les licences évoquées, Microsoft gonfle un peu plus sa force de frappe en matière de studios de développement. Blizzard Entertainment, Beenox, Demonware, Digital Legends, High Moon Studios, Infinity Ward, King, Major League Gaming, Radical Entertainment, Raven Software, Sledgehammer Games, Toys for Bob ou Treyarch rejoignent l’organigramme de la branche Xbox.

Sources : lettre à la SEC d'Activision, ABK Workers Alliance

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/02/2022 à 14:28
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Partagez-vous la vision qu'a le PDG de Microsoft du métavers ?
Non.

Je pense que la VR a du potentiel (enfin, surtout la AR en fait), mais d'une part les périphériques sont très très chers pour ce que c'est, et d'autre part ils n'ont pas grand chose d'intéressant à nous donner.

Pour ce qui est du Metavers, venant de FB c'est une arnaque de plus pour piquer plus de données aux gens, mais vu qu'ils essayent de vendre, ils vont nous en gaver comme des oies.
1  0 
Avatar de darklinux
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/02/2022 à 1:45
Enfin bref : liser " le samouraï virtuel " c 'est en poche et c 'est très bien
0  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 10:36
Le métavers pour les jeux je n'y crois pas (en VR).
Il va falloir encore du temps avant que les casques soient pratiques et ne soient pas littéralement deux écrans que l'on colle à 1cm des yeux, avec les conséquences qui vont avec.

Par contre effectivement pour tout ce qui n'est pas des jeux, il y a un énorme intérêt (visiter un appartement sans se déplacer, ...)
0  0 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/05/2022 à 23:38
Citation Envoyé par LittleWhite Voir le message
Je ne vois pas en quoi les autorités anti-trust ferait quelque chose. Microsoft n'a pas le monopole du marché du jeux vidéo (il y a toujours Sony et Nintendo), ni même le monopole du "Call Of Duty" (il y a toujours Battlefield).
Sinon, il faudrait aussi parler de Tencent ou encore de THQ qui deviennent de gros acteurs/racheteurs de studio ... ce qui appui mon point du: il n'y a pas de monopole.
Xbox n'est pas un exemple de ce que vous appelez un vente liée. Est-ce possible de vendre sur Xbox sans donné un sous à Microsoft?
0  0