IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le président de la Banque mondiale critique l'accord de Microsoft pour acheter Activision Blizzard
Estimant que l'argent aurait pu être mieux investi dans les économies en difficulté des pays pauvres

Le , par Stéphane le calme

140PARTAGES

8  0 
David Malpass n'a pas critiqué le rachat de Microsoft directement, mais plutôt la facilité d'accès à l'argent dont dispose l'entreprise lorsque les mêmes prêts ne sont pas disponibles pour les pays les plus pauvres pour alimenter leur développement. Il a dit qu'il avait été frappé par l'ampleur de l'acquisition d'Activision Blizzard par Microsoft qui, à 69 milliards de dollars, éclipsait les 23,5 milliards de dollars de contributions en espèces convenues en décembre par les pays donateurs les plus riches à l'Association internationale de développement, le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres - environ 8 milliards de dollars annuellement pendant trois ans.

Microsoft va faire l'acquisition d'Activision Blizzard pour 95,00 $ par action, dans le cadre d'une transaction entièrement en espèces évaluée à 68,7 milliards de dollars, y compris la trésorerie nette d'Activision Blizzard. Lorsque la transaction sera conclue, Microsoft deviendra la troisième plus grande société de jeux au monde en termes de chiffre d'affaires, derrière Tencent et Sony. L'acquisition prévue comprend des franchises emblématiques des studios Activision, Blizzard et King comme «Warcraft», «Diablo», «Overwatch», «Call of Duty» et «Candy Crush», en plus des activités mondiales d'eSport via la Major League Gaming. L'entreprise possède des studios dans le monde entier avec près de 10 000 employés.

Microsoft en a profité pour annoncer qu'il comptait plus de 25 millions d'abonnés au Game Pass et « offrira autant de jeux Activision Blizzard que possible dans Xbox Game Pass et PC Game Pass », couvrant à la fois les titres existants et nouveaux, selon le PDG de Microsoft Gaming, Phil Spencer. Call of Duty, Diablo et World of Warcraft font partie de plusieurs franchises très réussies développées sous l'égide d'Activision Blizzard. « Les joueurs du monde entier adorent les jeux Activision Blizzard, et nous pensons que les équipes créatives ont leur meilleur travail devant elles », a indiqué Phil Spencer. « Ensemble, nous construirons un avenir où les gens pourront jouer aux jeux qu'ils veulent, pratiquement partout où ils veulent ».


Mais David Malpass, le président de la Banque mondiale, ne voit pas cette acquisition d'un bon œil ; pour lui, le rachat par Microsoft pour 69 milliards de dollars du développeur de jeux Activision Blizzard est semblable à une allocation de capital discutable à un moment où les pays pauvres ont du mal à restructurer leurs dettes et à lutter contre le COVID-19 et la pauvreté.

Malpass a déclaré lors d'un événement virtuel du Peterson Institute for International Economics que davantage de capitaux devaient affluer vers les pays pauvres, mais ces flux ont été perturbés par des politiques monétaires inhabituellement souples dans les pays développés.

Il a déclaré avoir été frappé par l'ampleur de l'accord d'acquisition de Microsoft pour l'éditeur de "Call of Duty" Activision Blizzard. Cela a éclipsé les 23,5 milliards de dollars de contributions en espèces convenues en décembre par les pays donateurs les plus riches à l'Association internationale de développement, le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres (environ 8 milliards de dollars par an sur trois ans), a-t-il déclaré.

« Vous devez vous demander : "Attendez une minute, est-ce la meilleure allocation de capital ?" », a déclaré Malpass à propos de l'accord avec Microsoft. « Cela va au marché obligataire. Vous savez, une énorme quantité de flux (de capitaux) va au marché obligataire ».

Pour mémoire, une obligation est une part d’un emprunt donnant droit à la perception d’un intérêt. Le prêteur récupère son capital lorsque l’obligation arrive à son échéance. C’est sur le marché obligataire (marché des obligations) que s'organise la confrontation de l'offre et de la demande de financements à moyen et long terme par émission de dette obligataire (obligations).

Malpass a noté que ce n'est qu'une petite partie du monde en développement qui a accès à ce financement obligataire, tandis que trop de capitaux restent embouteillés dans les pays avancés, en particulier dans les actifs de réserve de la banque centrale utilisés pour soutenir les achats d'obligations à long terme.

Ses commentaires ont fait écho à un appel similaire la semaine dernière aux banques centrales pour qu'elles réduisent leurs avoirs obligataires à long terme afin de libérer des capitaux de prêt.

« Cela vous place dans une situation où une énorme quantité de capital est allouée à des régions du monde déjà à forte intensité de capital - les économies avancées - qui construisent de plus en plus sur des infrastructures et des biens immobiliers déjà fortement construits, par exemple », indique Malpass.

« En attendant, un retour à des rendements mondiaux plus normaux est nécessaire pour apporter plus de capacité de financement aux petites entreprises du monde en développement », a-t-il déclaré. « Afin de faire face au flux de réfugiés, à la malnutrition qui sévit, etc., il doit y avoir plus d'argent et de croissance dans les pays en développement », a ajouté Malpass.

Malpass demande aux pays riches de freiner le marché obligataire pour libérer des capitaux de prêt pour d'autres raisons.

Bien que Malpass puisse avoir raison sur le fait que le marché est mis en place pour aider les entreprises riches à devenir encore plus riches, dans ce cas particulier, l'accord de Microsoft était un achat entièrement en espèces qui consommerait environ 53% de leur trésorerie, ce qui signifie que la politique monétaire n'avait pas vraiment d'impact sur la transaction.

Si le rachat d'Activision Blizzard par Microsoft est peut-être le sujet du jour, la Banque mondiale devra peut-être trouver un autre cas illustrant mieux le problème.

Source : entretien avec le président de la Banque mondiale

Et vous ?

Que pensez-vous des propos du président de la Banque mondiale ? Êtes-vous d'accord avec les arguments qu'il avance ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de what_the_hack
Inactif https://www.developpez.com
Le 21/01/2022 à 12:16
Le président d'une banque critique le capitalisme ? Qu'est ce qu'il ne faut pas entendre.

Ne me comprennez pas mal, je sais bien que cette banque est différente des privées et le directeur n'en profite pas autant que ceux des privées. Leur but à eux n'est pas de voler. Mais leur institution reste au cœur du système capitaliste, c'est même l'une des fondations du capitalisme. Sans eux, les pays seraient bien moins connectés au niveau monétaire.
3  0 
Avatar de Kannagi
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 22/01/2022 à 17:54
Citation Envoyé par Leruas Voir le message
Bill Gates a donné combien de dizaines de milliards pour le développement des pays pauvres justement ?
Microsoft c'est surement pas le pire des "Big Tech" en terme de repartage des richesses
Bill Gates, le philanthrope qui donne d’une main pour reprendre de l’autre

La philanthropie de Bill Gates alimente la machine capitaliste

D'ailleurs Bill Gates n'a jamais était philanthrope par vocation , juste qu'il a été accusé de pratique anti-trust , et comme il avait mauvaise presse , il a utilisé ces milliards pour se payer une belle image (et aidé ces copains milliardaires ) , une pierre deux coups !

Et comme je lisais :
ce déluge de philanthropie a contribué à l’avènement d’un monde où les milliardaires concentrent toujours plus de pouvoir sur les politiques d’éducation, l’agriculture mondiale et la santé comme jamais auparavant
Cela devrait pas être un groupe d'homme cynique qui devrait décidé comment aider les gens et la planète , on se retrouvera comme dans robocop 2 , où on aura un maire qui achètera une ville , et vous dira : "que n'importe qui peut acheter des actions, qu'est qu'il y'a de plus démocratique que ça ? "

Le soucis de cet achat ,c'est qu'il est "impossible" , la division XBOX n'aurait pas pu l'acheter (et n'importe quel gros acteur du JV , comme Sony ou Nintendo ou Valve non plus) ,c'est surtout MS qui a suffisamment de fond pour faire cette transaction et ça pose certaine question pour l'avenir (même hors JV ).
2  0 
Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 21/01/2022 à 11:21
Le principe d'une entreprise est de faire de l'argent, la charité, c'est toujours bien mais c'est optionnel. Et ca fait vivre les employés (A nuancer avec certaines sociétés qui pressent les gens comme des citrons au salaire le plus bas possible évidemment).

Enfin la fin de l'article est claire :

Bien que Malpass puisse avoir raison sur le fait que le marché est mis en place pour aider les entreprises riches à devenir encore plus riches, dans ce cas particulier, l'accord de Microsoft était un achat entièrement en espèces qui consommerait environ 53% de leur trésorerie, ce qui signifie que la politique monétaire n'avait pas vraiment d'impact sur la transaction.

Si le rachat d'Activision Blizzard par Microsoft est peut-être le sujet du jour, la Banque mondiale devra peut-être trouver un autre cas illustrant mieux le problème.
Je ne doute pas que facilement 95% des opérations entre société passe par le marché des obligations, mais pas de chance pour lui, il c'est planté.
2  1 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/02/2022 à 14:28
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Partagez-vous la vision qu'a le PDG de Microsoft du métavers ?
Non.

Je pense que la VR a du potentiel (enfin, surtout la AR en fait), mais d'une part les périphériques sont très très chers pour ce que c'est, et d'autre part ils n'ont pas grand chose d'intéressant à nous donner.

Pour ce qui est du Metavers, venant de FB c'est une arnaque de plus pour piquer plus de données aux gens, mais vu qu'ils essayent de vendre, ils vont nous en gaver comme des oies.
1  0 
Avatar de darklinux
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/02/2022 à 1:45
Enfin bref : liser " le samouraï virtuel " c 'est en poche et c 'est très bien
0  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 10:36
Le métavers pour les jeux je n'y crois pas (en VR).
Il va falloir encore du temps avant que les casques soient pratiques et ne soient pas littéralement deux écrans que l'on colle à 1cm des yeux, avec les conséquences qui vont avec.

Par contre effectivement pour tout ce qui n'est pas des jeux, il y a un énorme intérêt (visiter un appartement sans se déplacer, ...)
0  0 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/05/2022 à 23:38
Citation Envoyé par LittleWhite Voir le message
Je ne vois pas en quoi les autorités anti-trust ferait quelque chose. Microsoft n'a pas le monopole du marché du jeux vidéo (il y a toujours Sony et Nintendo), ni même le monopole du "Call Of Duty" (il y a toujours Battlefield).
Sinon, il faudrait aussi parler de Tencent ou encore de THQ qui deviennent de gros acteurs/racheteurs de studio ... ce qui appui mon point du: il n'y a pas de monopole.
Xbox n'est pas un exemple de ce que vous appelez un vente liée. Est-ce possible de vendre sur Xbox sans donné un sous à Microsoft?
0  0 
Avatar de Leruas
Membre averti https://www.developpez.com
Le 22/01/2022 à 11:19
Bill Gates a donné combien de dizaines de milliards pour le développement des pays pauvres justement ?
Microsoft c'est surement pas le pire des "Big Tech" en terme de repartage des richesses
1  5