IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'autoproclamé inventeur du Bitcoin Craig Wright fera face à des allégations de contrefaçon sur sa preuve qu'il est Satoshi Nakamoto
Estime la Haute Cour d'Angleterre

Le , par Stéphane le calme

300PARTAGES

7  1 
Un homme qui prétend être l'inventeur secret de Bitcoin a échoué dans une tentative légale de rejeter un procès devant la Haute Cour et sera accusé d'avoir falsifié la preuve qu'il est Satoshi Nakamoto.

Craig Wright est un entrepreneur australien et un expert en cryptomonnaie. En 2016, il a affirmé être l’homme derrière le pseudonyme Satoshi Nakamoto qui est considéré comme étant à l’origine de la création du Bitcoin (la monnaie cryptographique et le système de paiement peer-to-peer). Il faut dire que déjà fin 2015, l’entrepreneur de 44 ans était déjà fortement soupçonné d’être le père du Bitcoin.

Dans un billet de blog, il a expliqué certains mécanismes sur lesquels repose le système Bitcoin, notamment le processus de vérification de clés, les fonctions de hash, le processus de signature numérique et la vérification de signature. L’objectif était de fournir un maximum d’informations pour permettre la vérification d’un élément qui permettrait au plus grand nombre parmi les communautés de professionnels de l’informatique de vérifier son assertion. Laquelle ? Un porte-parole de Craig Wright avait fait savoir que le Docteur Wright va effectuer une signature de messages sur son blog … ils seront signés avec la clé associée au Bloc 9. Il s’agit de la seule clé définitivement connue comme étant associée au pseudonyme Satoshi, qui a servi à envoyer des bitcoins à Hal Finney, l’un des pionniers et le premier développeur identifié après Satoshi Nakamoto en 2009.

Une démonstration qui n’a pas eu le mérite de convaincre toute la communauté des experts. Si certains, à l’instar de Gavin Andresen, directeur scientifique à la Bitcoin Foundation, ont manifesté leur soutien à Craig Steven, d’autres, comme l’expert en sécurité Dan Kaminsky ont émis de sérieuses réserves sur les conclusions qui pouvaient être tirées de ladite preuve.

Malgré la situation, en janvier 2021, Wright a menacé de poursuites judiciaires les propriétaires de deux sites Web de Bitcoin qu'il a accusés d'avoir volé son livre blanc et d'autres propriétés intellectuelles. Les menaces légales de l'autoproclamé Satoshi Nakamoto, Craig Wright, ont fait que l'un des sites a retiré ce qu'il prétend être « son » livre blanc Bitcoin. Mais le second a refusé d'abandonner aussi facilement. La communauté Bitcoin a alors débattu de la mesure dans laquelle les développeurs et les mainteneurs de Bitcoin Core devraient assumer la charge symbolique de l'hébergement de ce livre blanc, en particulier lorsque cela pourrait inutilement leur faire perdre du temps et de l'argent.

Intervient alors la Crypto Open Patent Alliance

Qu'elles soient exactes ou non, les réclamations légales prennent du temps, de l'énergie et, surtout, des finances à contester. La Cryptocurrency Open Patent Alliance (COPA) est intervenue au nom de la communauté pour protéger ces petits partis, en particulier les développeurs Bitcoin, qui sont essentiels à la communauté, mais n'ont pas une tonne de ressources, selon un porte-parole du conseil d'administration de la COPA proche du dossier.

Il faut dire qu'au-delà de demander de retirer le livre blanc, fin février, Wright a également déposé une plainte exigeant que les développeurs de Bitcoin lui donnent accès aux fonds volés de Mt. Gox. Pourtant, même si les contributeurs de Bitcoin Core n'ont aucun contrôle sur les portefeuilles du réseau, Wright voulait que les développeurs de Bitcoin lui remettent les clefs.

En avril, la Cryptocurrency Open Patent Alliance (COPA) a intenté une action en justice contre Wright au Royaume-Uni pour ses revendications de droit d'auteur sur le livre blanc Bitcoin. L'Alliance a été formée en septembre 2020 et fondée par Square pour mettre en commun les brevets et préserver l'esprit open source de l'industrie. Parmi ses membres figurent Coinbase et une douzaine d'autres sociétés de cryptomonnaie, selon le site Web de la COPA.


Les représentants de Wright ont envoyé à Square un avis de cessation et d'abstention daté du 21 janvier 2021, exigeant que Square cesse d'héberger le livre blanc sur son site. À l'époque, la COPA avait renvoyé une réponse juridique au nom de Square, qui se résumait à ceci : prouvez que vous êtes d'abord Satoshi Nakamoto, le créateur du livre blanc.

Il ne semble pas que Wright ait répondu avec la preuve demandée avant la date limite du 19 février 2021 fixée par la COPA.

« La COPA vise à vraiment responsabiliser la communauté cryptographique avec l'innovation et à éliminer les obstacles à l'innovation », a déclaré un porte-parole au nom du conseil d'administration de la COPA. « Ce n'est pas la dernière chose que nous allons entreprendre au nom de la communauté ».

La plainte demande au tribunal de résoudre la question de savoir si Craig Wright détient les droits d'auteur sur le livre blanc Bitcoin.

Craig Wright n'a pas réussi à faire radier certaines parties de l'affaire de la Crypto Open Patent Alliance (COPA), ce qui signifie le procès (qui le traite essentiellement de menteur pour avoir dit qu'il est le pseudonyme créateur de Bitcoin) ira de l'avant dans son intégralité.

« Depuis environ 2016, le défendeur a déclaré publiquement être Satoshi Nakamoto. Cette demande a été déposée afin de tester ces affirmations », a déclaré Son Honneur le juge Paul Matthews, rendant sa décision fin décembre 2021.

L'identité de Nakamoto est inconnue ; après avoir écrit le livre blanc fondateur de Bitcoin, il a disparu dans l'obscurité vers 2011, bien que les 1,1 million de Bitcoins qu'il a personnellement minés soient toujours visibles sur la blockchain, le registre public des transactions Bitcoin.

La COPA a déclaré :

« … à plusieurs reprises, lorsque Wright a cherché à prouver qu'il était Satoshi au moyen de preuves documentaires, il a été démontré que les documents sur lesquels il se fonde ne sont pas ce qu'il prétend être… Le demandeur établira au procès de cette affaire au moyen d'une preuve informatique que les documents ci-dessus (c'est-à-dire ceux référencés aux paragraphes 28-29, 66 et 66A) ont été, en fait, falsifiés ou autrement falsifiés ».

Une partie du dossier de la COPA contre Wright est ce qu'on appelle le message Sartre, un incident de 2016 où Wright a déclaré aux journalistes qu'il avait la clé privée des Bitcoins « exploitée dans le bloc 9 de la blockchain Bitcoin ». Pour tenter de le prouver, il leur a montré un message qu'il a dit avoir été créé avec la même clef. Le juge Matthews l'a résumé en disant que Wright avait montré à la presse le message, « un hachage du message, et une signature du hachage sous la forme du texte d'un discours de Jean-Paul Sartre ».

La défense de Wright est que la COPA a confondu une interview de presse d'avril 2016 avec un article de mai 2016 sur son blog, admettant que l'article du blog de mai « se rapportait à une signature accessible au public plutôt qu'à une signature privée ».

Malheureusement pour Wright, le juge était sceptique quant à son affirmation selon laquelle la COPA était confuse, écrivant :

« Si la signature fournie était une signature publiquement disponible dans la blockchain, plutôt qu'une qui correspondait à la clé privée associée au bloc neuf de la blockchain Bitcoin, alors elle n'aurait pas pu être fournie comme preuve que le défendeur était Satoshi (qui était ce qui a été avancé) mais ne pouvait être qu'une contrefaçon d'une telle signature. Que cela ait été avancé comme preuve d'être Satoshi Nakamoto est une question à juger. Ainsi, la contrefaçon est en cause ».

Le procès devant la Haute Cour déterminera également si un e-mail de 2008 que Wright aurait envoyé à son partenaire commercial Dave Kleiman est un message authentique ou un faux. La COPA affirme que le domaine information-defense[.]com utilisé dans une copie de l'e-mail déposé comme preuve n'a été créé qu'en 2009. Wright dit que le message a été migré d'un serveur Exchange à un autre, perdant son domaine d'origine dans le processus.

Wright avait précédemment perdu l'opportunité de lancer un procès devant la Haute Cour en 2020 lorsqu'il a poursuivi un YouTuber qui l'avait traité de menteur à propos de sa prétention à être Satoshi, bien qu'au motif qu'il aurait dû poursuivre le YouTuber aux États-Unis plutôt qu'en Grande-Bretagne – ce qui signifie que les juges ont décliné leur compétence. Plus récemment, il a gagné un procès contre la famille de Kleiman. La famille de Kleiman, décédée en 2013, a affirmé que le couple avait collaboré à la création de Bitcoin.

Si la famille avait gagné, Wright aurait dû leur remettre la moitié des 1,1 million de Bitcoins (d'une valeur de dizaines de milliards de dollars au taux de change de cette heure). Heureusement pour l'Australien, il a gagné. Un jury de Floride a conclu que Wright ne devait pas la moitié de 1,1 million de bitcoins à la famille de David Kleiman. Le jury a accordé 100 millions de dollars de droits de propriété intellectuelle à une coentreprise entre les deux hommes, une fraction de ce que les avocats de Kleiman demandaient au procès.

Wright a déclaré après le verdict : « Je n'ai jamais été aussi soulagé de ma vie ». Il a dit qu'il ne ferait pas appel.

Il a également déclaré qu'il se sentait justifié et que le verdict prouve qu'il est le créateur de Bitcoin.

« Le jury a évidemment trouvé que je le suis parce qu'il n'y aurait pas eu de prix autrement », a-t-il déclaré. « Et je suis ».

L'affaire sera jugée en temps voulu. Cela pourrait être cette année ou des retards liés à la pandémie dans le système judiciaire pourraient la repousser à 2023.

Source : décision de justice

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/01/2022 à 17:38
S'il y a des personnes qui sont sûres d'y gagner quelque chose dans cette histoire, ce sont bien les avocats.
Reste à savoir s'ils acceptent d'être payés en crypto-monnaies.
4  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 21/01/2022 à 9:23
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
je piges pas bien, comment peut t'il demontrer etre propriétaire de ses bitcoins si'l ne peut pas y acceder ?
Il ne peut pas. C'est un escroc et il essaye depuis plusieurs années avec des preuves bancales.
3  0 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 21/01/2022 à 10:02
De ce que je comprend, si tu perd l'accès a ton portefeuille bitcoin, tu ne peux plus prouver qu'il t'appartenait de façon 100% indéniable.
1  0 
Avatar de archqt
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 21/01/2022 à 20:43
De ce que je comprends, le protocole a changé et il ne peut plus accéder à ces anciens jetons car il y a eu un espèce de "fork". Grosso-modo il peut prouver qu'il en est le propriétaire mais on a changé le verrou de la porte.
1  0 
Avatar de mith06
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/09/2022 à 15:43
Je vais moi aussi donner une analyse totalement invérifiable sur qui est Satoshi Nakamoto:

En fait je ne le sais pas mais, la Homeland Security Investigations (HSI) le sait!!!
Lors d'une Conference on Financial Intelligence & Investigations on April 29, 2019 in Miami Beach, Florida, ils ont dit que Satoshi serait en fait un groupe de 4 personnes en Californie.

Pour les Anglophones à partir de la 44 ème minute:



également totalement invérifiable donc totalement vrai inutile.
1  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/09/2022 à 21:42
J'ai un très fort doute sur le fait que Craig Wright soit le créateur du bitcoin ...
Je vois surtout une personne ayant un sérieux complexe d'infériorité qui trouve un moyen de briller.
1  0 
Avatar de Waikiki
Membre actif https://www.developpez.com
Le 08/01/2022 à 17:16
Si il perdait, ça remettrait en doute le procès qu'il a gagné récemment contre son ancien associé ? Il pourrait y avoir un autre jugement dans ce cas ?
0  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/01/2022 à 3:22
c'est beau les gens qui veulent au prix d'un ego surdimentionné etre dans la lumeire a tout prix. alors que si c'est lui le gus est milliardaire. alors il transferer une partie des 1.1M de bitocin originels et la preuve sera faite.. ou a t'il comme moi perdu le pass
ou plus vraisemblablement c'est pas lui... au fond on s'en fou
0  0 
Avatar de gabriel21
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/01/2022 à 18:10
J'ai des doutes, les avocat préfèrent de loin les espèces sonnantes et trébuchantes ou bien un bon chèque (pas en bois). Les cartes de paiements sont aussi acceptées.
Mais c'est clair que ce feuilleton risque de durer encore une bonne vingtaine d'année sauf si le bitcoin se casse la figure...

Quand à sa preuve, elle montre juste qu'il a la clé en question, pas qu'il en est l'auteur. Une clé de chiffrement confirme juste que la personne possède cette clé. Il peut avoir eu le clé de manière entièrement illégale, voir il est parvenu à casser la clé en question... Ce ne serait pas la première fois dans l'histoire de la cryptographie qu'une clé, même asymétrique soit cassée.
0  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/01/2022 à 22:29
je piges pas bien, comment peut t'il demontrer etre propriétaire de ses bitcoins si'l ne peut pas y acceder ?
0  0