IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon collecte et stocke de manière inappropriée les données biométriques des consommateurs via Alexa
Selon un nouveau recours collectif

Le , par Stéphane le calme

251PARTAGES

6  0 
Amazon Alexa, plus connu sous le nom Alexa, est un assistant virtuel développé par Amazon et utilisé pour la première fois dans les enceintes intelligentes Amazon Echo et Amazon Echo Dot. Il est capable d'interaction vocale, de jouer de la musique, de lister des tâches à effectuer, de régler des alarmes, de diffuser des podcasts, de lire des livres audio et de fournir des informations sur la météo, la circulation, les sports et d'autres informations en temps réel telles que les actualités.

Ce produit d'Amazon fait beaucoup parler de lui en raison du fait qu'il est très vendu et aussi parce qu'il compte plus de 1000 employés qui travaillent dessus au quotidien dans le but de le perfectionner. Seulement, en 2019, il a été découvert que ces employés d'Amazon qui travaillent à améliorer son assistant vocal écoutent les enregistrements vocaux de ce qui se dit dans les maisons et les bureaux des propriétaires d’Echo, lorsque ce dernier est activé. Ces employés peuvent écouter jusqu'à 1000 enregistrements par jour.

En général, lorsque vous donnez un ordre à un périphérique Amazon Echo, seul le logiciel de reconnaissance vocale d'Amazon écoute. Mais, il a été découvert qu'une copie de l'audio est envoyée à un humain dans l'un des bureaux d'Amazon dans le monde. Cette personne écoute l'enregistrement audio, le transcrit et ajoute des annotations pour aider les algorithmes d'Amazon à s'améliorer. Les enregistrements incluent à la fois des commandes Alexa explicites et des conversations en arrière-plan.

D'ailleurs, 2 employés ont déclaré avoir entendu ce qu'ils pensaient être un cas d'agression sexuelle, mais se sont fait dire que ce n'était pas à Amazon de prendre des mesures. Il faut aussi préciser que ces travailleurs ont également un forum de discussion interne où ils peuvent obtenir de l'aide pour analyser un mot confus, mais aussi partager certains enregistrements qu'ils trouvent amusants.


Amazon collecte et stocke de manière inappropriée les données biométriques des consommateurs via ses assistants virtuels basés sur la voix Alexa

La plaignante principale, April Schaeffer, affirme qu'Amazon utilise des appareils équipés de l'assistant virtuel Alexa, tels que son haut-parleur connecté Amazon Echo et sa tablette Fire, en plus de nombreux autres produits de la société, pour capturer et stocker des empreintes vocales et créer des transcriptions. Elle souhaite représenter une classe de consommateurs de l'Illinois qui possèdent un appareil compatible Alexa.

Schaeffer affirme qu'Amazon viole la loi de l'Illinois sur la confidentialité des informations biométriques (BIPA), qui régit la manière dont les entreprises collectent, stockent et utilisent les données biométriques des citoyens.

Amazon enfreint la BIPA en ne rendant pas disponible de politique publique sur la manière dont il a l'intention de détruire définitivement les identifiants biométriques, et les a plutôt vendus, loués, échangés ou en a profité d'une autre manière, selon le recours collectif.

Schaeffer affirme qu'Amazon viole également la BIPA en divulguant prétendument les données biométriques des utilisateurs sans leur consentement et en ne les stockant, ne les transmettant pas ou ne les protégeant pas en utilisant une norme de diligence raisonnable telle que définie par la loi.

Les utilisateurs d'Amazon Alexa ne peuvent pas empêcher les appareils de collecter des empreintes vocales à moins qu'ils ne coupent le son de l'appareil ou ne le désactivent, ce qui va à l'encontre de l'objectif de l'appareil, selon le recours collectif.

Le demandeur affirme que, bien qu'Amazon affirme que les appareils Alexa ne commencent à écouter qu'après un mot « réveil », ils capturent fréquemment des conversations après avoir été déclenchés de manière incorrecte.

« Un groupe de chercheurs a découvert plus de 1 000 séquences de mots qui déclenchent de manière incorrecte des haut-parleurs connectés, comme Alexa. Par exemple, Alexa peut être activée par inadvertance par les mots "inacceptable" ou "élection" », indique le recours collectif.

Schaeffer demande un procès devant jury et des dommages-intérêts statutaires de 5 000 $ pour chaque violation intentionnelle de la BIPA ou des dommages statutaires de 1 000 $ pour chaque violation par négligence de la BIPA pour elle-même et tous les membres du groupe.

Un recours collectif similaire a été déposé à Seattle en juillet, alléguant que les appareils Alexa d'Amazon avaient enregistré les conversations des utilisateurs sans leur consentement. L'entreprise s'est également retrouvée l'année dernière dans le cadre d'un recours collectif qui alléguait avoir obtenu illégalement des identifiants biométriques à des fins de reconnaissance faciale. Le recours collectif a été déposé à Seattle le 8 juillet par la plaignante principale Carol Cooper, qui allègue que la société viole la loi sur la confidentialité des informations biométriques (BIPA) de l'Illinois.

Cooper dit que son Alexa a capturé et stocké ses données biométriques sous la forme de ses enregistrements vocaux sans son consentement, puis les a diffusées à des tiers.

Selon le recours collectif, malgré l'affirmation d'Amazon selon laquelle Alexa ne capture les conversations qu'après avoir entendu le « mot d'éveil », des rapports et des études ont montré que les appareils compatibles Alexa capturent fréquemment des conversations par accident sans être déclenchés par le « mot d'éveil ». L'allégation cite des recherches qui ont découvert plus de 1 000 séquences de mots qui déclenchent de manière incorrecte des haut-parleurs connectés, comme Alexa. Par exemple, Alexa peut être activé par inadvertance par les mots « inacceptable » ou « élection ».

La plainte ajoute qu'après qu'un utilisateur a parlé à un appareil Alexa, Amazon collecte, capture et stocke les empreintes vocales de l'utilisateur et les transcriptions des empreintes vocales, et il ne supprime pas l'empreinte vocale ou la transcription créée par cette demande.

« Au lieu de cela, Amazon capture, collecte et conserve indéfiniment l'empreinte vocale sur ses serveurs pour une utilisation et une analyse continues, afin, entre autres, d'améliorer ses capacités de reconnaissance vocale et vocale », affirme la revendication.

Selon Cooper, Amazon viole la BIPA en obtenant, en utilisant et en stockant des identifiants biométriques sans obtenir au préalable une autorisation écrite ; n'informant pas correctement les utilisateurs par écrit que leurs identifiants biométriques étaient collectés et stockés, ou pour combien de temps ; n'élaborant pas de politique écrite établissant un calendrier de conservation et des lignes directrices pour la destruction permanente des identifiants biométriques ; et vendant et tirant profit des données biométriques des utilisateurs.

« Dans le cas d'Amazon, l'apprentissage automatique d'Alexa est renforcé par ce qui représente probablement des centaines de millions, voire des milliards, d'empreintes vocales qu'Amazon a stockées sur ses serveurs, qu'elle utilise pour affiner constamment la compréhension du langage naturel qui est essentielle au fonctionnement d'Alexa », lit-on dans la plainte.

Le recours collectif cite un article de Bloomberg qui dit qu'Amazon.com, Inc. emploie des milliers de personnes dans le monde, à la fois des employés à temps plein d'Amazon et des sous-traitants, qui écoutent des enregistrements vocaux, ont accès aux empreintes vocales et passent en revue les transcriptions capturées par l'appareil Echo d'Amazon.

« Les équipes utilisent également des salles de discussion internes pour partager des fichiers audio "lorsqu'elles ont besoin d'aide pour analyser un mot confus - ou tombent sur un enregistrement amusant" », selon la plainte.

Cooper allègue également que les empreintes vocales des utilisateurs sont agrégées avec des données provenant d'autres sources Amazon, telles que l'historique des achats, l'historique des commandes ou des rappels pour créer des profils d'informations qu'Amazon utilisera à ses propres fins commerciales.

Alexa d'Amazon collecte plus de données que n'importe quel autre assistant intelligent, selon une étude de Reviews

Une enquête sur l'utilisation des assistants intelligents menée par Reviews.org a montré que 56 % des personnes interrogées sont préoccupées par la collecte de données. Après avoir analysé les conditions générales d'Alexa, Google Assistant, Siri, Bixby et Cortana, il est apparu clairement qu'un certain degré de collecte de données est finalement inévitable.

Ces cinq services collectent votre nom, votre numéro de téléphone, la localisation de votre appareil et votre adresse IP, les noms et numéros de vos contacts, votre historique d'interactions et les applications que vous utilisez. Si vous n'aimez pas que ces informations soient stockées, vous ne devriez probablement pas utiliser un assistant vocal.


Dans l'enquête, 60 % des personnes interrogées craignaient que quelqu'un n'écoute leurs enregistrements vocaux, ce qui est une crainte réelle, puisque Google et Apple ont tous deux été surpris en train de le faire. Si Google Assistant et Siri ont désormais besoin de votre autorisation pour enregistrer vos interactions, les autres options vous enregistrent par défaut.

Selon une analyse de Reviews.org, Alexa recueille 37 des 48 points de données possibles, soit le plus grand nombre de données de toutes les autres technologies. Bixby de Samsung a recueilli 34 points de données, et Cortana 32 points de données. Pendant ce temps, Siri n'en recueille que 30, et l'assistant intelligent de Google n'en prend que 28, ce qui en fait les moins invasifs.

Source : plainte

Voir aussi :

La technologie de reconnaissance faciale d'Amazon identifie à tort 28 membres du Congrès US comme des criminels

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/01/2022 à 0:13
et encore une fois..

c'est pas compliquer a comprendre. "il peuvent le faire, donc il le font". ayez cette phrase en tete pour tout et vous ne serez jamais décus
1  0 
Avatar de fodger
Membre averti https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 15:02
sont d'une naïveté déconcertante.
1  1 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 16:25
Ca y est, c'est fait. J'ai complètement perdu le fil du nombre de procès concernant les abus des GAFAM...

Quelqu'un peut résumer svp ?
1  1