IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google aurait payé Apple pour que l'entreprise reste à l'écart du marché de la recherche sur Internet
Selon une plainte

Le , par Stéphane le calme

224PARTAGES

12  1 
California Crane School, Inc. a déposé un recours collectif antitrust contre Google et Apple et les PDG des deux sociétés alléguant des violations des lois antitrust des États-Unis. La plainte accuse Google et Apple d'avoir convenu qu'Apple ne concurrencerait pas Google dans le domaine de la recherche sur Internet. La plainte prétend que les moyens utilisés pour effectuer l'accord de non-concurrence comprenaient :
  1. le fait que Google partagerait ses bénéfices de recherche avec Apple ;
  2. le fait qu'Apple accorderait un traitement préférentiel à Google pour tous les appareils Apple ;
  3. des réunions secrètes régulières entre les dirigeants des deux sociétés ;
  4. des paiements annuels de plusieurs milliards de dollars par Google à Apple pour ne pas concurrencer dans le secteur de la recherche ;
  5. la suppression de la concurrence des concurrents plus petits et exclusion des concurrents du marché de la recherche ;
  6. l'acquisition des concurrents réels et potentiels.

Un recours collectif a été déposé en Californie contre Google, Apple et les PDG des deux géants de la technologie pour avoir prétendument enfreint les lois antitrust. La plainte appelle à la scission de Google et Apple en sociétés distinctes et indépendantes conformément au précédent de la société Standard Oil en Exxon, Mobile, Conoco, Amoco, Sohio, Chevron et autres.

Selon les accusations portées contre Google et Apple, les deux sociétés ont convenu qu'Apple resterait à l'écart des activités de recherche sur Internet de Google. La plainte prétend également que Google a décidé de partager ses bénéfices de recherche avec Apple et accorde à Apple un traitement préférentiel pour tous les appareils Apple ; des paiements annuels de plusieurs milliards de dollars par Google à Apple pour ne pas rivaliser dans le secteur de la recherche ; suppression des concurrents plus petits pour les éloigner du secteur de la recherche ; et l'acquisition d'entreprises concurrentes.

Les allégations incluent également des tarifs publicitaires plus élevés que les tarifs qui seraient dans un système concurrentiel, indique le communiqué.

Les avocats demandent la fin des paiements présumés d'un milliard de dollars à Apple par Google et demandent au tribunal d'interdire les accords de non-concurrence entre les deux sociétés et de mettre fin à l'accord de partage des bénéfices et au traitement préférentiel de Google sur les appareils Apple.

« Ces puissantes entreprises ont abusé de leur taille en bloquant et en monopolisant illégalement les principaux marchés qui, dans un système de libre entreprise autrement, auraient créé des emplois, baissé les prix, augmenté la production, ajouté de nouveaux concurrents, encouragé les innovations et amélioré la qualité des services à l'ère numérique », a indiqué Joseph M. Alioto de Alioto Law, qui représente les plaignants.

Google et Facebook

Ce n'est pas la première fois que Google est accusé d'entente avec une grande entreprise de la technologie sur le secteur de la publicité en ligne. Fin 2020, une actualité indiquait que Google et Facebook se sont engagés à s'entraider s'ils étaient confrontés à une enquête antitrust sur leur accord visant à travailler de concert dans le secteur de la publicité en ligne. Elle s'appuyait sur une version non censurée d'un procès intenté par 10 États américains contre Google.

Dix procureurs généraux républicains, dirigés par le Texas, ont affirmé que les deux sociétés ont conclu un accord en septembre 2018 dans lequel Facebook a accepté de ne pas faire concurrence aux outils de publicité en ligne de Google. En retour, le numéro un des réseaux sociaux a reçu un « traitement spécial » lorsqu'il les a utilisés lui-même.

Selon le Wall Street Journal, qui a évoqué l'affaire, la version non censurée de la plainte précisait que Facebook se verrait attribuer un « pourcentage prédéfini » des enchères publicitaires de Google et qu'un document interne du géant des réseaux sociaux décrivait l'accord comme « plutôt bon marché ». Google a utilisé le langage de « Star Wars » comme nom de code pour l'accord, selon la plainte. Le brouillon de la plainte indique que cet accord était connu sous le nom de « Jedi Blue ».

Des documents internes de Google, eux aussi retirés de la version finale de la plainte, indiquaient que l'accord permettrait de « créer un fossé » pour éviter d'entrer en concurrence directe avec Facebook.

La plainte en elle-même stipule que Google et Facebook étaient conscients que leur accord pourrait déclencher des enquêtes antitrust et ont discuté de la façon de les traiter, dans un passage qui a été suivi de suppressions importantes.

La version préliminaire cite également un e-mail dans lequel Sandberg a déclaré au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, et à d'autres dirigeants que « c'est un gros problème stratégiquement parlant », selon le rapport.

La plainte déposée devant la cour fédérale de Sherman, au Texas, vise à forcer Google à vendre certaines parties de son activité et à payer des amendes pour violation de plusieurs lois d'État. Il est allégué que Google a « effrontément » manipulé ses outils d'achat et de vente de publicité, ses algorithmes et autres produits publicitaires pour s'assurer un maximum de profits et exclure injustement des concurrents potentiels.


« Ce Goliath de l'entreprise utilise son pouvoir pour manipuler le marché, détruire la concurrence et vous nuire, vous, le consommateur », a déclaré le procureur général du Texas, Ken Paxton, dans une vidéo publiée sur le compte Twitter vérifié du Bureau de du procureur. « Ces actions nuisent à chaque personne en Amérique ». Paxton affirme également dans la vidéo que la société a « utilisé à plusieurs reprises son pouvoir monopolistique pour contrôler les prix » dans les annonces en ligne. « Il n'est pas juste que Google puisse nuire aux pages Web que vous visitez et lisez », poursuit Paxton.

Dans quelques détails, la plainte allègue que Google a utilisé son pouvoir de marché pour saboter les « enchères d'en-tête », une pratique qui permet aux annonceurs d'acheminer une seule requête sur plusieurs bourses à la fois. « Google considère que la promotion d'une véritable concurrence par les enchères d'en-tête constitue une menace majeure », affirme la plainte, en citant des communications internes obtenues dans le cadre de l'enquête.

Google a finalement adopté cette pratique, permettant à son serveur d'annonces d'acheminer des requêtes par le biais de plusieurs échanges à la fois. Mais selon la plainte, Google a truqué ce système pour acheminer les demandes vers son propre central, même lorsqu'un concurrent avait soumis une offre plus élevée. Google aurait donné à cette stratégie le nom de code d'un personnage des films Star Wars.

L'Arkansas, l'Idaho, l'Indiana, le Kentucky, le Mississippi, le Missouri, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud et l'Utah ont signé l'action en justice menée par le Texas. Certains États collaborateurs auraient abandonné les poursuites après que plusieurs membres du personnel du Bureau de Paxton l'aient accusé d'avoir accepté des pots-de-vin, ce qui a déclenché une crise plus large au sein du Bureau de l'État.

Selon la plainte, Google a réduit ses frais à près de zéro pour acquérir une position dominante parmi les éditeurs, a utilisé des astuces trompeuses pour négocier des transactions entre éditeurs et annonceurs, et a obtenu des frais élevés des deux parties pour jouer les arbitres. Dans la vidéo postée sur Twitter, le procureur général du Texas a déclaré : « Si le marché libre était un jeu de baseball, Google se positionnerait comme le lanceur, le batteur et l'arbitre ».

Dans une déclaration, Google a dit qu'il contesterait les allégations, qu'il a qualifiées de « déclarations sans fondement », en citant ses récentes baisses de prix et d'honoraires.

« Les allégations du procureur général Paxton concernant la technologie publicitaire sont sans fondement, mais il est allé de l'avant en dépit de tous les faits », a déclaré un représentant de la société. « Nous avons investi dans des services publicitaires de pointe qui aident les entreprises et profitent aux consommateurs. Les prix de la publicité numérique ont chuté au cours de la dernière décennie. Les honoraires des publicitaires sont également en baisse. Les tarifs de Google sont inférieurs à la moyenne du secteur. Ce sont les caractéristiques d'un secteur hautement compétitif », a poursuivi le porte-parole de Google.

Source : plainte

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Sandra Coret
Communiqués de presse https://www.developpez.com
Le 24/05/2022 à 11:48
Google et Apple sont coupables de monopoles dans leurs propres magasins d'applications, et font payer des sommes colossales en échange de leurs services, selon l'Alliance of Digital Foundation en Inde

Le monde numérique laisse souvent de grands noms comme Google et Apple s'en tirer à bon compte et une nouvelle étude prouve que ces deux géants de la technologie sont coupables de monopoles dans leurs propres magasins d'applications.

Le nouveau rapport provient de l'Alliance of Digital Foundation indienne, qui a examiné en détail la situation de ces deux entreprises. Il montre notamment comment les principaux organismes de réglementation mondiaux ont mis en évidence l'influence considérable qu'exercent Apple et Google sur l'ensemble de la communauté des applications mobiles.

En outre, l'étude décrit comment ces deux grands noms de l'industrie technologique font payer des sommes colossales en échange de leurs services. Mais cela ne s'arrête pas là. L'étude met également en lumière certaines des pratiques employées par Google pour empêcher les développeurs d'accepter des modes de paiement extérieurs sur l'un de ses marchés cibles.

Par conséquent, Google se fait une énorme commission par ce biais. De plus, nous voyons maintenant d'éminents développeurs indiens qualifier les protocoles de Google d'injustes et soulever de fortes objections contre leurs politiques.

Les développeurs sont allés jusqu'à qualifier les épreuves du monopole de forme d'abus qui ne serait pas tolérée, car il s'agit non seulement d'une pratique déraisonnable, mais aussi d'un abus de pouvoir.

Au bout du compte, c'est le développeur qui souffre le plus, n'ayant d'autre choix que de se conformer aux règles habituelles. Mais maintenant que le problème commence à être mis en lumière plus que jamais, Apple et Google vont être examinés de près par le public.

Le rapport n'est qu'une partie de ce que les régulateurs mondiaux ont mentionné depuis longtemps en ce qui concerne leurs réserves sur ces deux géants de la technologie abusant du pouvoir et employant le monopole de l'app store.

En ce moment, Apple est au centre d'une enquête très médiatisée dans différents pays importants comme le Japon, l'Inde, les États-Unis, l'Europe et même l'Australie. De même, Google est la cible d'un certain nombre de procédures judiciaires dans des pays similaires.

L'Inde se montre très stricte en la matière, puisque sa commission de la concurrence enquête sur les deux géants de la technologie pour abus de pouvoir sur le marché numérique actuel.


Cette étude particulière met en perspective un grand nombre de politiques des leaders des magasins d'applications, leurs réglementations et leurs effets sur le marché des applications d'aujourd'hui. De même, l'étude souligne les besoins immédiats en matière de pratiques concurrentielles équitables pour tous les magasins d'applications.

Non seulement cela permettra aux utilisateurs et aux développeurs d'élargir leur choix, mais l'étude souligne la façon dont cela permettra de se débarrasser des monopoles et des pratiques connexes qui ignorent les lois sur la concurrence du pays tout en ayant des conséquences délétères sur les principales startups.

Source : Alliance of Digital Foundation

Et vous ?

Que pensez-vous de cette étude ?
Êtes-vous personnellement victime de ce monopole dans les boutiques d'applications de Google et d'Apple ?

Voir aussi :

Google et Apple font face à des attaques des petites entreprises qui pointent du doigt la mise en place de monopoles au travers de leurs app stores, dans le cadre d'une audition au Sénat américain

L'App Store donne à Apple un « pouvoir de monopole » sur les applications iOS, lui permettant de réaliser des profits démesurés, selon le rapport antitrust de la Chambre des représentants US

Apple et Google auraient conclu un accord, il y a 15 ans, pour contrôler Internet, le DoJ porte plainte contre cet accord secret qui vaut des milliards de dollars pour les deux entreprises

Des États américains allèguent que Google préserve « illégalement » le monopole du Play Store, pour profiter d'une commission « extravagante » de 30 % sur les achats in-app
4  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/01/2022 à 8:41
Il y avait peut-être un terme plus approprié que "technologie" dans ce contexte.
Il y a beaucoup moins de liens entre Sony et Tesla qu'entre Google et Apple.
Et là on parle du marché de la recherche sur Internet et je ne vois pas Sony ou Tesla sortir un moteur de recherche…
1  0 
Avatar de koyosama
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 7:36
Je crois que j'ai déjà entendu cela avec Facebook.
Je ne serais pas surpris que le prochain c'est tesla ou PlayStation (peut-etre Microsoft).
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 13:18
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
La plainte prétend que les moyens utilisés pour effectuer l'accord de non-concurrence comprenaient :
  1. le fait que Google partagerait ses bénéfices de recherche avec Apple ;
  2. le fait qu'Apple accorderait un traitement préférentiel à Google pour tous les appareils Apple ;
  3. des réunions secrètes régulières entre les dirigeants des deux sociétés ;
  4. des paiements annuels de plusieurs milliards de dollars par Google à Apple pour ne pas concurrencer dans le secteur de la recherche ;
  5. la suppression de la concurrence des concurrents plus petits et exclusion des concurrents du marché de la recherche ;
  6. l'acquisition des concurrents réels et potentiels.
C'est une plainte complotiste
Il est impossible qu'il existe des arrangements secrets illégaux à plusieurs milliards de dollar entre les plus grandes entreprises du monde

Citation Envoyé par koyosama Voir le message
Je ne serais pas surpris que le prochain c'est tesla ou PlayStation
Ils ne sont pas dans la domaine de la technologie, c'est automobile et jeux-vidéo, pourquoi ils feraient un moteur de recherche ?
Qu'Apple fasse son propre moteur de recherche ça a du sens, ils ont bien leur propre Deezer/Spotify.
Et Microsoft a un moteur de recherche : Bing.

Google s'arrange pour être le principal moteur de recherche, comme ça ils peuvent mettre leur magasins en avant.
0  0 
Avatar de jo1244
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 13/01/2022 à 7:37
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est une plainte complotiste
Ils ne sont pas dans la domaine de la technologie, c'est automobile et jeux-vidéo, pourquoi ils feraient un moteur de recherche ?
ptdr : il n'a pas dit que Tesla et PlayStation pourraient passer un accord sur les moteurs de recherche !
donc pour toi les activités de Tesla ou PlayStation ne relèvent pas de la technologie ? et il ne pourrait pas y avoir un domaine où ils pourraient être en concurrence ?
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/01/2022 à 11:12
Citation Envoyé par jo1244 Voir le message
accord illégal entre Google et Apple
Ouais mais là ça marcherait comment ?
Tesla paierait Sony pour qu'il ne sorte pas de voiture électrique ?
Sony paierait Tesla pour qu'il ne sorte pas de console ?

Enfin bref, si vous voulez.
Il y a des accords secrets entre les grandes entreprises.

Un peu comme les accords entre Bouygues, Orange, SFR avant l'arrivé de Free.
Les prix ne baissaient jamais parce que les opérateurs se mettaient d'accord entre eux.
Puis Free est arrivé avec des forfaits illimités à 16€/mois, c'était un moment historique.
0  0 
Avatar de sylsau
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/01/2022 à 9:40
C'est bien de voir que certains commencent à ouvrir les yeux ...

Un peu tard cela dit.

Il est évident que les GAFAM passent des pactes de non-agression dans leurs domaines respectifs afin de se partager le marché et empêcher des concurrents de venir les dépasser.
1  1 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/01/2022 à 9:49
C'est la conséquence logique de produits bien fichus et ludique (peu importe que ça serve), d'une apparente gratuité et donc d'une armée de consommateurs qui intègrent ça comme définition de ce qui est normal, partie intégrante de la "vie".

Pas plus tard qu'hier j'ai vu passer une pub à la télé pour une voiture ; je serais incapable de dire quel modèle c’était parce que je m'en fiche mais j'ai lu "intègre google". Bientôt il faudra demander si la voiture sait rouler ou si la machine à café sait faire du café une fois acquis le fait que tout ce petit monde est connecté (pourquoi ?)

Bref, pas besoin de passer des accords entre eux, les faits sont déjà en leur faveur
1  1 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/01/2022 à 10:05
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Hein ?

L'article parle d'arrangements illégaux entre grosses entreprises.
Oui et je parle bien de ça aussi.

Bref, pas besoin de passer des accords entre eux, les faits sont déjà en leur faveur
est ce que ces accords changent quelquechose à l'engouement des utilisateurs pour ces "services" ? non, donc le reste (ces accords moisis) n'est que gestion de la situation de monopole qu'ils ont parce que les utilisateurs veulent bien leur donner.

et comme pour les scandales de Facebook qui ont fait ni chaud ni froid aux utilisateurs de facebook, les mêmes utilisateurs en ont rien à cirer de ce qui est présenté ici comme un scandale.
Enfin c'est ce que je constate et que je crains.
0  0 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/01/2022 à 10:30
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est bien que la justice essaie de faire son boulot.
Oui mais ça sert à rien si les consommateurs donnent de toute manière ce monopole à ces boites.

Pour ma part je suis bien plus choqué de voir les constructeurs auto vendre leurs produits avec comme argument de vente que ça "intègre google", enfonçant encre plus le consommateurs dans la dépendance (et ici dans un service dangereux au volant) que de voir ceux qui ont déjà le monopole sur la pub s'arranger sur qui récupère combien du gâteau qu'ils ont déjà.
0  0