IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

S'appuyant sur l'apprentissage automatique, le tracteur autonome de John Deere permet aux agriculteurs de quitter la cabine et le champ
Et de surveiller l'évolution à l'aide de leurs smartphones

Le , par Stéphane le calme

200PARTAGES

10  0 
Le fabricant d'équipements agricoles John Deere a annoncé son dernier kit d'agriculture autonome : un ensemble de matériel et de logiciels qui combine l'apprentissage automatique avec les fonctions de guidage automatique alimentées par GPS de l'entreprise pour créer un « tracteur entièrement autonome ».

La technologie pour soutenir l'agriculture autonome s'est développée rapidement ces dernières années, mais John Deere affirme qu'il s'agit d'un pas en avant important. Grâce à cette technologie, les agriculteurs pourront non seulement lâcher le volant de leur tracteur ou quitter la cabine, mais ils pourront quitter complètement le champ, laissant l'équipement faire le travail sans eux tout en surveillant l'évolution des choses à distance à l'aide de leur smartphone.

« Ce n'est pas une démo. Ce n'est pas une machine conceptuelle. C'est quelque chose que nous avons sur le terrain avec les agriculteurs depuis des années et que nous mettrons en production à l'automne », a déclaré Deanna Kovar, vice-présidente de la production et des systèmes de production agricole de précision chez John Deere.

Cela peut sembler une percée inattendue, mais le monde agricole a sans doute fait des progrès plus constants avec la conduite autonome que les constructeurs automobiles ou les startups technologiques, principalement en raison de la simplicité de la tâche à accomplir. Bien que labourer ou ensemencer un champ soit certainement un travail difficile - obligeant les agriculteurs à parcourir les contours de leur terrain tout en utilisant des équipements compliqués - la composante conduite est relativement simple : les opérateurs suivent des lignes fixes sans avoir à se soucier des piétons ou des autres usagers de la route.


Pour cette raison, des entreprises comme John Deere ont été en mesure d'automatiser de nombreux aspects de la conduite agricole au cours des dernières décennies. La plupart du temps, ils proposent des systèmes de guidage automatique qui utilisent le GPS pour localiser et guider les tracteurs. Les agriculteurs cartographient d'abord les limites de leurs champs, souvent à l'aide de balises ou en contournant le périmètre, et le logiciel trace ensuite un itinéraire. Le conducteur — assis dans la cabine de son tracteur — peut alors surveiller ce chemin et le corriger si nécessaire.

« Nous n'allons pas de l'absence de technologie à une machine autonome », déclare Kovar. « La solution AutoTrac de John Deere a enlevé le travail de direction sur le terrain aux opérateurs depuis près de 20 ans maintenant. » L'annonce d'aujourd'hui, dit-elle, s'appuie sur ces solutions.

La grande différence avec cette nouvelle technologie est que les conducteurs pourront désormais régler et oublier certains aspects de leurs tracteurs autonomes. Le kit d'autonomie de l'entreprise comprend six paires de caméras stéréo qui capturent une vue à 360 degrés autour du tracteur. Cette entrée est ensuite analysée par des algorithmes de vision industrielle, qui détectent les obstacles inattendus.

« Tout ce que [les agriculteurs] ont à faire est de transporter [leur tracteur] jusqu'au champ, de le préparer, de sortir de la cabine et d'utiliser leur téléphone portable pour "se déplacer jusqu'à la ferme" », explique Kovar. « Et toutes les huit heures, ils reviennent pour lui donner du carburant et le déplacer de champ en champ. »

Bien que John Deere présente cela comme un système autonome, il convient de noter qu'il y a des humains dans la boucle, et pas seulement des agriculteurs. Lorsque les algorithmes de l'entreprise détectent quelque chose d'inattendu, les images des caméras seront envoyées à des « téléopérateurs » - essentiellement un centre d'appels de sous-traitants tiers qui vérifieront manuellement si l'obstacle est un faux positif ou si le problème s'est résolu de lui-même. S'il s'agit d'un réel problème, ils signaleront les choses à l'agriculteur via une alerte sur leur application mobile. L'agriculteur peut alors visualiser lui-même les images et décider s'il souhaite tracer un nouveau parcours ou vérifier la situation en personne.

« Nous avons entraîné l'algorithme à savoir que ce sont des oiseaux qui volent, vous n'avez pas à vous arrêter pour les oiseaux. Mais si vous avez, disons, un chien sur le terrain, alors l'algorithme arrête le véhicule », explique Kovar. « Nous ne voulons pas toujours alerter l'agriculteur, car il peut être deux heures du matin. Une partie de la valeur de l'autonomie est de permettre aux agriculteurs de se concentrer sur d'autres tâches ».

Cependant, ce système ne sera pas en mesure de gérer tous les aspects du travail du tracteur. À l'heure actuelle, John Deere se concentre sur le travail du sol — préparer le sol pour la culture, soit en retournant la terre, en éliminant les résidus de récolte ou en retournant ce matériau dans le champ pour restituer les nutriments au sol. Il s'agit d'un travail de « priorité concurrente » qui est généralement effectué au moment de la récolte, dit Kofar, ce qui signifie que les agriculteurs peuvent le mettre de côté au profit de tâches plus urgentes. Cela en fait une cible parfaite pour l'automatisation.

Bien sûr, malgré des années d'essais, il y aura sans aucun doute des problèmes de démarrage lorsqu'il s'agira d'utiliser cette technologie dans les fermes. Conduire un tracteur ne consiste pas seulement à contourner des obstacles, et les agriculteurs doivent également vérifier le bon fonctionnement de leur équipement et l'adapter aux changements environnementaux. Kovar dit que le logiciel de l'entreprise peut surveiller certaines de ces variables, comme vérifier que les tiges individuelles des outils de travail du sol sont toujours opérationnelles, mais il y aura forcément d'autres problèmes.

L'entreprise vendra son nouveau pack d'autonomie en tant qu'équipement à équiper sur un certain nombre de ses tracteurs les plus récents. Mais il n'a pas publié de prix - que ce soit les coûts initiaux ou les abonnements annuels (qu'il facture pour ses produits d'autoguidage). L'équipement sous-jacent, cependant, est déjà extrêmement coûteux. Un tracteur John Deere 8R et une charrue à ciseaux utilisés pour le travail du sol coûteront aux agriculteurs des centaines de milliers de dollars. Il y a aussi la question controversée du droit de réparation. Deere a été fortement critiqué pour avoir exclu les agriculteurs de leurs propres machines, et l'ajout de calculs supplémentaires ne fera qu'accélérer cette tendance.

Comme le dit Kovar, cependant, il ne s'agit que d'une autre étape dans le cheminement de John Deere vers une automatisation toujours plus grande dans l'agriculture. « Il s'agit d'une énorme fusion de toutes les technologies que l'agriculture utilise depuis quelques décennies maintenant », dit-elle. « Il y a des tonnes d'opportunités pour que l'autonomie s'étende tout au long du cycle de production, et chez John Deere, nous nous y engageons. »

Source : John Deere

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Karadoc
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/01/2022 à 16:03
Alors j'espère que c'est vraiment au point. Parce que depuis des décennies, les tracteurs peuvent être lancés en autonomie (marche avant ou marche arrière coincée à faible vitesse), mais ça a causé la mort d'un certain nombre d'agriculteurs qui ont pu se retrouver coincés bêtement (dans le fond d'une grange, dans un bourbier, ou tout simplement qui ont oublié que le tracteur avançait et se sont mis à faire quelque chose sur son chemin en réalisant trop tard que l'engin était sur eux).
Donc un engin autonome dans un champ beaucoup moins facile à analyser en terme de présence humaine qu'une voie de circulation, ça m'inquiète quand-même un peu...
3  0 
Avatar de Jesus63
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 13:54
Alors, je veux pas faire le gaulois réfractaire MAIS. Mais j'ai vu beaucoup de mouvements coté USA au niveau du droit à la réparation des engins agricoles. C'est un pas en arrière, ironiquement d'avoir un tracteur entièrement autonome.

Les entreprises qui bourrent les engins d'électronique ne le font pas par pure bonne grâce, mais surtout parce que c'est impossible à réparer par soi-même.
2  0 
Avatar de vttman
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/01/2022 à 18:49
... LA TERRE ?



Non ... la cabine et le champ patate !?!!!
Ah me voici rassuré
Je sors ...
1  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 07/01/2022 à 13:29
Citation Envoyé par Jesus63 Voir le message
Alors, je veux pas faire le gaulois réfractaire MAIS. Mais j'ai vu beaucoup de mouvements coté USA au niveau du droit à la réparation des engins agricoles. C'est un pas en arrière, ironiquement d'avoir un tracteur entièrement autonome.

Les entreprises qui bourrent les engins d'électronique ne le font pas par pure bonne grâce, mais surtout parce que c'est impossible à réparer par soi-même.


Droit à la réparation : les fermiers obligés de pirater le firmware de leurs propres tracteurs en raison de l'enfermement propriétaire des constructeurs
L'UE et les USA œuvrent à changer la donne
1  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/01/2022 à 13:53
Moi, je trouve au contraire que c'est une excellente nouvelle.

En effet, c'est LA solution au problème des pesticides et autres saloperies que les agriculteurs utilisent à l'envie sur leurs champs et qui les rendent malades !

Là, l'agriculteur il peut utiliser les pires des saloperies et reste loin du champ ! Donc, il ne risque rien. C'est cool !

Merci John Deere (n'aurait-ils pas été rachetés par Mosanto - ou Bayer ?)

PS : Attention, il y a de l'ironie dans le texte ci-dessus
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 14:13
Aucun humain ne va se promener dans un champ quand un paysan est en train de le faucher.

Citation Envoyé par Karadoc Voir le message
Donc un engin autonome dans un champ beaucoup moins facile à analyser en terme de présence humaine qu'une voie de circulation
Je ne suis pas d'accord du tout.
Au contraire avec des capteurs différents le tracteur autonome pourrait remarquer des choses que l'humain ne verrait pas.
Par exemple beaucoup de chevreuil se font rouler dessus par des tracteurs, les animaux doivent rester titanisé dans les herbes et quand le tracteur arrive : paf !
Et ça fait chier l'agriculteur, il subit le traumatisme d'avoir blessé un chevreuil et après il faut l'achever, donc c'est horrible. Le tracteur autonome aurait beaucoup plus de facilité à localiser les animaux planqués dans l'herbe.

Ça m'étonnerait qu'en France il y ait beaucoup d'agriculteurs qui ont le budget et le besoin d'investir dans des machines de ce type.
Par contre aux USA les champs sont tellement grand qu'ils épandent l'engrais avec des avions, du coup là y aurait moyen de remplacer la main d'œuvre par des algorithmes.
Encore des emplois détruit par les algorithmes Ça ne s'arrêtera donc jamais
0  0