IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une modératrice qui a regardé des heures de vidéos traumatisantes poursuit TikTok pour avoir échoué à protéger sa santé mentale

Le , par Stéphane le calme

38PARTAGES

21  0 
Une ancienne modératrice de contenu pour TikTok poursuit la grande enseigne chinoise de médias sociaux et sa société mère, ByteDance, pour avoir échoué à prendre des mesures pour protéger sa santé mentale après avoir regardé d'innombrables heures de vidéos traumatisantes impliquant du cannibalisme, des viols, des mutilations animales et des suicides, parmi de nombreuses autres activités dérangeantes.

Dans le recours collectif proposé, Candie Frazier, qui travaillait pour une société contractante tierce nommée Telus International, a déclaré que les modérateurs de TikTok travaillent à un rythme épuisant et sont obligés de revoir des centaines de vidéos par jour avec quelques pauses, selon Bloomberg. Les modérateurs travaillent par équipes de 12 heures, a expliqué Frazier, et n'ont qu'une heure de pause pour le déjeuner et deux pauses de 15 minutes.

Malgré les longs quarts de travail, les modérateurs doivent souvent regarder plusieurs vidéos à la fois, allant de trois à 10, et ne revoir que 25 secondes de chaque vidéo, a-t-elle déclaré. ByteDance surveille de près les performances des modérateurs et « punit lourdement tout temps passé à ne pas regarder des vidéos ».

La plainte indique que TikTok et ses partenaires n'ont pas respecté les normes reconnues par l'industrie visant à atténuer les méfaits de la modération de contenu. Il s'agit notamment d'offrir aux modérateurs des pauses plus fréquentes, un soutien psychologique et des garanties techniques telles que le flou ou la réduction de la résolution des vidéos en cours d'examen.

À la suite de son travail, Frazier dit qu'elle a subi « un traumatisme psychologique grave, notamment une dépression et des symptômes associés à l'anxiété et au stress post-traumatique ». La plainte précise que Frazier a « du mal à dormir et quand elle dort, elle fait des cauchemars horribles. Elle reste souvent éveillée la nuit en essayant de s'endormir, en rejouant des vidéos qu'elle a vues dans sa tête. Elle a des attaques de panique graves et débilitantes ».

Le témoignage dans la plainte de Frazier correspond aux rapports de modérateurs de contenu travaillant (généralement indirectement) pour d'autres grandes entreprises technologiques comme Facebook, YouTube et Google. Au cours des dernières années, les terribles conditions de travail auxquelles sont confrontés ces modérateurs - une main-d'œuvre absolument cruciale pour maintenir la rentabilité de certaines des plus grandes entreprises du monde - sont de plus en plus scrutées. Des rapports comme celui de Frazier, cependant, suggèrent que malgré l'attention supplémentaire, les conditions de travail des modérateurs sont toujours incroyablement difficiles.

La plainte de Frazeri a été déposée par le cabinet d'avocats californien Joseph Saveri, qui avait déjà déposé un procès similaire en 2018 contre des modérateurs examinant du contenu pour Facebook. Cette affaire a donné lieu à un règlement de 52 millions de dollars payé par Facebook à ses modérateurs de contenu.


« Bien que nous ne commentions pas les litiges en cours, nous nous efforçons de promouvoir un environnement de travail attentionné pour nos employés et nos sous-traitants », a déclaré la porte-parole de TikTok, Hilary McQuaide. « Notre équipe de sécurité s'associe à des entreprises tierces pour le travail essentiel consistant à aider à protéger la plateforme et la communauté TikTok, et nous continuons à développer une gamme de services de bien-être afin que les modérateurs se sentent soutenus mentalement et émotionnellement ».

Frazier cherche à ce que TikTok la paie, ainsi que d'autres, pour les blessures psychologiques qu'ils ont subies. En outre, elle souhaite que le tribunal oblige l'entreprise à mettre en place un fonds médical pour les modérateurs de contenu.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/01/2022 à 20:18
Pour moi le problème c'est juste le manque de répression, je veux dire les mecs qui postent ces vidéos, y'a même pas genre 1% de punis, judiciairement.

Tant qu'il n'y aura pas un assez fort taux de personnes vraiment sanctionné, la modération ne suffira jamais.

En outre on peut se demander comment un modérateur peut discerner des contenus genre "insultant" quand il switch d'une vidéo porno à une vidéo sanglante à une vidéo avec une blague raciste.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 30/12/2021 à 21:20
Que TikTok sans f**** de la santé mentale de ces employés ne me surprend absolument pas.

TikTok c'est aussi ça : https://informations.handicap.fr/a-t...eger-12755.php https://iphonesoft.fr/2020/03/17/tik...discrimination

Une modération pareille est absolument INACCEPTABLE.

Surtout quand à côté on voit cela : https://www.influenth.com/tiktok-rej...t-lhomophobie/
L’hypocrisie de ce média est extrême ; d'un côté, on prétend luter contre des discriminations ; de l'autre ont discrimine soi-même, est pas qu'un peu.
0  0 
Avatar de TotoParis
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 28/12/2021 à 14:07
« Bien que nous ne commentions pas les litiges en cours, nous nous efforçons de promouvoir un environnement de travail attentionné pour nos employés et nos sous-traitants », a déclaré la porte-parole de TikTok, Hilary McQuaide. «Notre équipe de sécurité s'associe à des entreprises tierces pour le travail essentiel consistant à aider à protéger la plateforme et la communauté TikTok, et nous continuons à développer une gamme de services de bien-être afin que les modérateurs se sentent soutenus mentalement et émotionnellement ».

Ben si mec, tu commentes une affaire en cours. Et visiblement, t'es qu'un gros menteur en plus.
0  2