IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Intel a déclaré aux employés non vaccinés qu'ils seront confrontés à des congés sans solde
Mais ils ne risquent pas le licenciement contrairement aux employés de Google

Le , par Stéphane le calme

59PARTAGES

12  0 
Intel a déclaré aux travailleurs que les personnes non vaccinées qui n'obtiennent pas d'exemption pour des raisons religieuses ou médicales seront en congé sans solde à partir d'avril. La société californienne de semi-conducteurs a déclaré aux employés le mois dernier qu'ils avaient jusqu'à la date limite du 4 janvier pour se faire vacciner contre le COVID-19 ou demander une exemption, citant un mandat du gouvernement pour les entrepreneurs fédéraux. La constitutionnalité des mandats généraux du gouvernement est en suspens. Un tribunal fédéral de Géorgie a bloqué le mandat de l'entrepreneur au début du mois, mais le gouvernement fait appel. Cette décision fait suite à une décision similaire de Google, qui a donné aux employés jusqu'au 18 janvier pour se faire vacciner. S'ils ne le font pas, ils seront placés en « congé administratif payé » pendant 30 jours. Ensuite, ils seront placés en « congé personnel sans solde » jusqu'à six mois, suivi d'un licenciement. Google, Facebook, Microsoft et HPE font partie d'un certain nombre d'entreprises exigeant que le personnel et les sous-traitants soient vaccinés avant d'entrer dans leurs bureaux.

Intel est la dernière entreprise à mettre ses employés non vaccinés en congés non payés dans un contexte d'une augmentation soudaine des cas de Covid-19. L'entreprise aurait émis un avertissement aux travailleurs dans une note du 7 décembre dans laquelle elle a indiqué que toute personne qui n'a pas été vaccinée et qui n'a pas soumis une exemption avant le 4 janvier sera mise en congé sans solde.

Selon une copie de la note, la directrice des ressources humaines Christy Pambianchi a informé les employés que les excuses acceptables incluent les exemptions médicales et religieuses, et a déclaré que l'entreprise examinerait ces demandes jusqu'au 15 mars. Mais si ces exemptions ne sont pas accordées, a-t-elle ajouté, les employés non vaccinés seront mis en congé sans solde pendant au moins trois mois à compter du 4 avril, mais « ne seront pas licenciés » et continueront de recevoir leurs prestations de santé fournies par Intel pour la durée de leur congé.

Ceux qui bénéficient d'une exemption devront subir des tests hebdomadaires, même s'ils travaillent à distance.

Intel a d'abord informé les employés de la date limite de vaccination du 4 janvier en novembre, mais n'avait pas directement expliqué ce qui leur arriverait s'ils ne se conformaient pas. La directive semble s'inspirer en partie d'un mandat de l'administration Biden de style similaire qui exige que les entrepreneurs fédéraux soient vaccinés, un mandat qui ne semble actuellement pas totalement juridiquement valable, du moins en ce qui concerne les tribunaux. Intel, pour sa part, semble conscient de cet éventuel embûche juridique.

« Nous surveillons de près l'environnement juridique et pensons qu'il faudra du temps pour que le cas en Géorgie, ainsi que d'autres cas similaires, soit entièrement résolu », a déclaré la société dans un communiqué.


L'approche d'autres entreprises technologiques concernant le vaccin

De nombreuses entreprises, déjà confrontées à des pénuries de personnel, craignent que l'exigence de vaccins ne donne aux employés une autre raison de démissionner. Dans le même temps, les entreprises se battent pour trouver de nouvelles façons d'encourager les travailleurs à se faire vacciner après que des efforts tels que l'offre de primes en espèces n'aient pas augmenté les taux de vaccination assez rapidement.

« La raison pour laquelle de nombreux travailleurs refusent le vaccin est pour des raisons politiques et idéologiques », a déclaré Stuart Appelbaum, président du Retail, Wholesale and Department Store Union, qui représente les travailleurs des usines alimentaires du Midwest, où les taux de vaccination sont relativement faibles. « Dans les endroits où nous avons le plus grand nombre de partisans de Trump, c'est là que nous voyons un grand nombre de résistants aux vaccins. »

Mais de nombreux syndicats se méfient des vaccins pour un autre ensemble de raisons qui ne sont pas principalement politiques. Ils disent que bon nombre de leurs membres s'inquiètent des effets secondaires potentiels sur la santé ou se hérissent à l'idée qu'un employeur interfère dans ce qu'ils considèrent comme une décision personnelle en matière de santé.

Google

Les employés de Google sont actuellement confrontés à la menace d'un congé administratif de 30 jours s'ils ne fournissent pas leur statut de vaccination ou leurs exemptions avant le 13 janvier (une suspension qui, contrairement à celle d'Intel, pourrait potentiellement les exposer à un licenciement).

En juillet, le PDG de Google, Sundar Pichai, a envoyé un courriel au personnel pour annoncer l'obligation de se faire vacciner pour les employés qui reviennent au bureau. « Toute personne venant travailler sur nos campus devra être vaccinée. Nous mettons en place cette politique aux États-Unis dans les semaines à venir et l'étendrons à d'autres régions dans les mois à venir. La mise en œuvre variera en fonction des conditions et réglementations locales, et ne s'appliquera pas tant que les vaccins ne seront pas largement disponibles dans votre région », a écrit Sundar Pichai, PDG d'Alphabet, dans un billet de blog.

Facebook

Les vaccins obligatoires pour les employés venant travailler dans les bureaux américains. Lori Goler, vice-présidente des ressources humaines de Facebook, a déclaré dans un communiqué : « À l'occasion de la réouverture de nos bureaux, nous exigerons que toute personne venant travailler dans l'un de nos campus américains soit vaccinée. La manière dont nous appliquerons cette politique dépendra des conditions et réglementations locales. Nous disposerons d'un processus pour les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées pour des raisons médicales ou autres et nous évaluerons notre approche dans d'autres régions en fonction de l'évolution de la situation. Nous continuons à travailler avec des experts pour nous assurer que nos plans de retour au travail donnent la priorité à la santé et à la sécurité de chacun ».

Amazon

Ici les vaccins ne sont pas obligatoires. Pour ce qui est de l’objectif de réouverture des bureaux, Amazon a déclaré en juillet que la plupart de ses bureaux sont déjà ouverts, que les employés commencent à revenir et qu'elle s'attend à ce que beaucoup d'entre eux soient de retour au bureau de façon régulière d'ici septembre. Les employés des entreprises auront des options de travail hybrides flexibles, tandis que « les employés occupant des postes qui nécessitent un travail sur site, tels que les ingénieurs en matériel et les opérations de première ligne » continueront à travailler sur site, selon un récent billet de blog. Amazon a déclaré que les employés qui ne sont pas complètement vaccinés doivent porter des masques au bureau, et qu'il garde un œil sur la situation, obtient des informations des professionnels de la santé et donne la priorité à la sécurité des employés.

Microsoft

Les vaccins ne sont pas obligatoires. La réouverture des bureaux était prévue pour le 7 septembre au plus tôt pour un retour au bureau sans restriction de santé. Ashley Stewart, journaliste spécialisée dans la technologie et les finances, a rapporté en avril que Microsoft a repoussé la date de réouverture de juillet pour « offrir une plus grande flexibilité aux employés dans leurs projets d'été ». En janvier, Kurt DelBene, qui dirige la réponse de l'entreprise à la pandémie, a déclaré que Microsoft n'exigerait pas de vaccins.

Apple

Apple prévoit de rétablir sa politique d'obligation de porter un masque dans la plupart de ses magasins de détail aux États-Unis, tant pour les clients que pour le personnel, même s'ils sont vaccinés.

Netflix

Les vaccins sont obligatoires sur les productions américaines pour les acteurs et le personnel de production travaillant dans la "zone A". La "zone A" comprend les acteurs et les personnes qui les côtoient de près. En ce qui concerne l’objectif de réouverture des bureaux, Netflix a déclaré l'année dernière que ses bureaux ne rouvriraient pas tant qu'une « majorité de personnes » n'auraient pas été vaccinées. L'objectif était de rouvrir après la fête du Travail, le 7 septembre. Netflix est devenu en juillet le premier grand studio de production à normaliser l'obligation de se faire vacciner pour toutes les productions américaines, en l'exigeant pour les acteurs ainsi que pour les équipes travaillant à proximité d'eux.

Uber

Uber a été réticent à exiger des vaccins, mais la société pourrait être forcée de reconsidérer la question après qu'un participant à la réunion du conseil d'administration d'Uber qui avait le COVID-19 a infecté d'autres employés, a rapporté le journaliste Tom Dotan.

Lyft

La société de covoiturage Lyft, basée à San Francisco, qui avait déjà rendu la vaccination obligatoire pour les employés reprenant le travail, a reporté sa réouverture de septembre à février.

« Nous prévoyons que la situation du COVID restera fluide au cours des prochains mois, ce qui rend difficile pour nous de fixer une date de retour claire sans possibilité de la déplacer à nouveau », a déclaré le PDG de Lyft, Logan Green, dans un mémo au personnel. Les vaccins sont donc obligatoires pour les employés. Un porte-parole de Lyft a déclaré : « Nous encourageons vivement les conducteurs et les passagers à se faire vacciner, mais il n'y a aucune obligation ».

Lyft a déclaré que 88 % des employés interrogés sont entièrement vaccinés, tandis que 91 % prévoient de l'être d'ici septembre, ajoutant que « Nous avons un processus en place pour gérer les adaptations et les exemptions pour les membres de l'équipe qui ont des raisons médicales, religieuses ou autres raisons personnelles de ne pas recevoir le vaccin ».

Exiger des vaccinations « est le moyen le plus efficace de créer un environnement sûr et de donner aux membres de notre équipe la tranquillité d'esprit lorsque nous retournons au bureau », a déclaré Ashley Adams, porte-parole de Lyft.

Mais ces décisions ne s'étendaient pas aux travailleurs avec lesquels les entreprises passent un contrat pour conduire des millions de clients vers et depuis leurs destinations. Les chauffeurs sont encouragés à se faire vacciner, mais ni Lyft ni Uber n'ont l'intention de les exiger.

Source : Oregon Tech

Et vous ?

Êtes-vous pour ou contre l'obligation d'être vaccinée pour un employé ? Dans quelle mesure ?
Que pensez-vous de la mesure prévoyant des tests Covid hebdomadaire pour les employés en télétravail total ayant reçu une exemption chez Intel ?
Que pensez-vous de la mesure de Google qui prévoit à un moment donné de mettre fin au contrat de ses employés non vaccinés ?
Quelle politique vaccinale applique votre entreprise ?

Voir aussi :

Microsoft exigera une preuve de vaccination contre le Covid-19 pour entrer dans ses locaux aux USA, les géants de la Tech prennent des précautions face à la propagation de la variante Delta
Google a déclaré à ses employés qu'ils perdraient leur salaire et seraient éventuellement licenciés s'ils ne respectaient pas ses règles de vaccination contre la COVID-19

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !