IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une conductrice d'Amazon a été informée qu'elle serait licenciée si elle arrêtait de livrer des colis malgré les avertissements de tornade
Les actionnaires demandent un audit indépendant

Le , par Stéphane le calme

62PARTAGES

18  0 
Le superviseur du chauffeur d'Amazon a déclaré dans un texte que le retour à l'usine « se terminerait par le fait que vous n'aurez pas de travail demain matin », selon Bloomberg.

Un chauffeur d'Amazon a été informé par son superviseur qu'elle perdrait son emploi si elle arrêtait de livrer des colis, malgré les avertissements de tornades dans la région, selon un rapport de Bloomberg. Le chauffeur-livreur a déclaré à Bloomberg que sa base était située à Edwardsville, dans l'Illinois, le même endroit où six employés d'Amazon sont morts après qu'une tornade a frappé un entrepôt il y a quelques jours.

Environ 80 minutes avant que la tornade ne frappe l'entrepôt, le chauffeur a envoyé un message (vu et pris en capture d'écran par Bloomberg) au superviseur disant : « l'alerte s'est déclenchée ».

Le superviseur lui a dit de « continuer à livrer », ajoutant que « nous ne pouvons pas simplement rappeler les gens pour un avertissement à moins qu'Amazon ne nous le demande », selon les messages texte cités par Bloomberg. Une personne ayant connaissance de la situation a confirmé à Bloomberg l'authenticité des messages entre le chauffeur et le superviseur.

Lorsque la conductrice a envoyé un autre message à son superviseur, environ 30 minutes plus tard, disant qu'elle pouvait entendre des alarmes de tornade, le superviseur a répondu qu'elle devrait continuer ses livraisons, selon les textes rapportés par Bloomberg.

Le superviseur a ensuite envoyé un autre message, disant au chauffeur de « se mettre à l'abri pour l'instant, je viens de recevoir un mot d'Amazon », selon les textes vus par Bloomberg, avant d'ajouter, « prenez environ 15 à 20 minutes, puis continuez comme d'habitude ».

Le chauffeur a ensuite dit à son superviseur dans un message ultérieur qu'elle allait retourner à la base d'Edwardsville pour sa sécurité personnelle, ajoutant qu'il n'y avait aucun endroit pour s'abriter près d'elle et que la tempête serait sur elle dans 30 minutes. « Si vous décidez de revenir, ce choix vous appartient. Mais je peux vous dire que cela ne sera pas considéré comme étant un choix fait pour votre propre sécurité. La pratique la plus sûre est de rester exactement où vous êtes. Si vous décidez de revenir avec vos colis, ce sera considéré comme un refus de votre itinéraire, ce qui finira par vous empêcher de travailler demain matin », a ensuite écrit le superviseur dans le texte au chauffeur, selon Bloomberg.

Après quelques SMS supplémentaires, le superviseur a dit au chauffeur de s'arrêter et de trouver un abri sur place, car une tornade avait frappé l'entrepôt et elle ne pourrait pas y accéder, a rapporté Bloomberg.

Un porte-parole de l'entreprise a déclaré à Bloomberg dans un communiqué que le superviseur n'avait pas suivi les protocoles de sécurité standard. Ils auraient dû dire au chauffeur de trouver un abri s'il pouvait entendre les sirènes de tornade, a déclaré le porte-parole. « En aucun cas le répartiteur n'aurait dû menacer l'emploi du chauffeur, et nous enquêtons sur tous les détails de cet incident et prendrons les mesures nécessaires », a ajouté le porte-parole.

Une nouvelle résolution demande un audit par un tiers des quotas de productivité et des pratiques de surveillance d'Amazon

Citant l'examen récent des conditions de travail de ses employés, un groupe d'actionnaires d'Amazon a déposé une résolution demandant au conseil d'administration de commander un audit indépendant sur la santé et la sécurité au travail dans l'entreprise. La résolution demande que l'audit soit mené avec la contribution des employés d'Amazon et des experts en sécurité et surveillance au travail.

« Alors qu'Amazon s'efforce d'être "le lieu de travail le plus sûr de la planète", un examen est nécessaire des pratiques qui ont fait de l'entreprise un leader des accidents du travail et une cible de critiques et de réglementation », indique la résolution des actionnaires. « Avec des quotas de surveillance et de productivité liés à des taux de blessures élevés, nous exhortons Amazon à commander un audit indépendant de ces pratiques. »

Si Amazon ne conteste pas la résolution, les actionnaires voteront lors de l'assemblée annuelle des actionnaires de la société en mai.

Mary Beth Gallagher, directrice de l'engagement chez Domini Impact Investments, est la personne qui a déposé la résolution. Elle a déclaré qu'Amazon devait évaluer son modèle commercial, ainsi que son taux de rotation élevé et ses taux de blessures. Gallagher a souligné les nombreux problèmes de sécurité et préoccupations soulevés par les lieux de travail d'Amazon pendant la pandémie, et la mort de six personnes dans un entrepôt d'Amazon dans l'Illinois qui a été frappé par une tornade le 10 décembre.

Tous les incidents « ont soulevé de sérieuses questions et attiré l'attention des législateurs, des régulateurs et du public », a déclaré Gallagher dans un communiqué. Elle a déclaré que Domini souhaite que l'audit examine « la manière dont les mesures et la surveillance de la productivité des employés contribuent à un environnement de travail moins sûr et moins stable ».

Courtenay Brown, une employée d'un entrepôt Amazon Fresh dans le New Jersey et chef du groupe de travailleurs United for Respect, a témoigné devant le Congrès le 7 décembre sur les conditions de travail dans son établissement. Elle a dit qu'elle trie jusqu'à 50 000 produits d'épicerie pour la livraison par jour, entrant et sortant de températures aussi basses que -10 degrés Fahrenheit (soit environ -23,33 degrés Celcius). Comme l'entrepôt est en sous-effectif, il y a peu de possibilités de pauses. Et, a-t-elle dit, les travailleurs sont surveillés dès leur arrivée sur le parking.

« Si nous prenons du retard de quelque manière que ce soit au cours de notre quart de travail de 11 heures, nous risquons d'être sanctionnés », a déclaré Brown devant le sous-comité sénatorial des finances sur la responsabilité budgétaire et la croissance économique. « Nous sommes poussés à nos limites au point où nous ne pouvons même plus prendre de pauses toilettes régulières. Souvent, nous devons aller et revenir de la salle de bain en moins de deux minutes pour ne pas avoir d'ennuis. »

Les actionnaires souhaitent que l'audit évalue les quotas de productivité de l'entreprise, les pratiques de surveillance et les effets de ces pratiques sur les taux de blessures et le chiffre d'affaires.

Gallagher dit que l'espoir de son entreprise est qu'une évaluation approfondie « produise des changements de politique d'entreprise qui rendent les lieux de travail plus sûrs pour les associés et cimentent Amazon en tant que leader de l'industrie en matière de santé et de sécurité qu'il déclare vouloir être ».

Source : Bloomberg

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sanderbe
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 19/12/2021 à 17:23
Bonsoir,

Citation Envoyé par steel-finger Voir le message
Tu ne veux pas faire le travail même si c'est dangereux pour toi, ce n'est pas grave des milliers de personnes font la queue pour prendre ta place
C'est la que le système montre toute sa cupidité et perversité !
8  1 
Avatar de jpouly
Membre averti https://www.developpez.com
Le 19/12/2021 à 21:02
Je ne voudrais pas faire mon gauchiste écervelé , mais là, il y a mise en danger du salarié.

Je ne connais pas la loi américaine, mais en France, c'est la taule direct. Sans passer par la case départ.

Et en plus il y a des preuves. J'espère que les autorités américaines vont sanctionner lourdement Amazon.

Et j'espère que les actionnaires vont également faire le ménage.
7  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/12/2021 à 21:28
On s'en fou si des employés Amazon crèvent dans un entrepôt dans une tornade, le plus important c'est que Jeff Bezos puisse utiliser ses milliards de bénéfices pour jouer à Star trek avec le capitaine Kirk, et en bonus pour les émissions de gaz à effet de serre osef, c'est des People ils ont le droit de polluer 100 fois plus que le quidam moyen

5  0 
Avatar de nl.smart
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 19/12/2021 à 16:57
Marche ou crève.
4  0 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/12/2021 à 15:00
Citation Envoyé par nl.smart Voir le message
Marche ou crève.
Ici, c'est Marche ET crève...
4  0 
Avatar de steel-finger
Membre averti https://www.developpez.com
Le 19/12/2021 à 17:17
Tu ne veux pas faire le travail même si c'est dangereux pour toi, ce n'est pas grave des milliers de personnes font la queue pour prendre ta place
1  0 
Avatar de sanderbe
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 19/12/2021 à 17:16
Bonsoir,

Quelle lecture en faites-vous ?
La course à la chaine logisitique , a qui ira le plus vite ... au mépris des règles élémentaires de sécurité.

Je ne suis même plus "choqué" de ce type d'article ...

---

Pour preuve , en 2008 (et wé déjà à l'époque ) ... Il y avait eu une tornade à Hautmont, dans le sud du département du Nord. C'était au mois d'aout.

Une personne de mon entourage, était à l'époque chauffeur-livreur pour une chaine de magasin d’électroménager. La direction lui avait expressément demandé d'aller livrer ... malgré des maisons endommagés par un événement climatique !

Déjà à l'époque on nagé en plein délire ...

---

Plus récemment en France on pourrait citer un drame mortel (fin 2019 de mémoire) . Un camion de 45 tonnes qui avait emprunté un pont et causé la mort de je ne sais plus combien de personne ...

On voit la toute la bêtise humaine à toujours mettre la pression, pour "rentabilité, rentabilité" .
1  1 
Avatar de esperanto
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/12/2021 à 8:19
Citation Envoyé par jpouly Voir le message
Je ne voudrais pas faire mon gauchiste écervelé , mais là, il y a mise en danger du salarié.

Je ne connais pas la loi américaine, mais en France, c'est la taule direct. Sans passer par la case départ.
A condition qu'il y ait dépôt de plainte, ce qui suppose que soit le salarié soit vivant et attaque aux prud'hommes, soit que sa famille le fasse au pénal. Mais quand on sait l'efficacité de la justice française, combien auront le réflexe de cesser le travail en se disant que les prud'hommes leur donneront forcément raison?
Surtout qu'on est en plein mandat du "quoi qu'il en coûte" !
0  0 
Avatar de Jules34
Membre averti https://www.developpez.com
Le 20/12/2021 à 12:02
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Quelle lecture en faites-vous ?
Ce ne sont même plus les coups de pied qui se perdent...
0  0