IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google ne veut pas rater le train du métavers. La société développe un « OS de réalité augmentée » pour « un appareil AR innovant »

Le , par Stéphane le calme

91PARTAGES

14  0 
Des offres d'emploi chez Google indiquent que les nouvelles recrues travailleront sur un « appareil de réalité augmenté innovant ». Et l'un d'eux précise que Google s'attache à rendre l'informatique immersive accessible à des milliards de personnes via des appareils mobiles.

Google a été l'une des premières grandes entreprises technologiques à se lancer dans la recherche et le développement d'appareils de réalité augmentée (RA) modernes. Mais la société a semblé revoir ses ambitions en réalité augmentée à la baisse ces dernières années, alors même qu'Apple et Facebook y ont beaucoup investi. Le numéro un de la recherche en ligne semble prêt à reprendre du poil de la bête.

Sur LinkedIn, le directeur de l'ingénierie du système d'exploitation, Mark Lucovsky, a annoncé qu'il avait rejoint Google. Auparavant, il dirigeait le travail sur le système d'exploitation de réalité mixte pour Meta, et avant cela, il était l'un des principaux architectes de Windows NT chez Microsoft. « Mon rôle est de diriger l'équipe du système d'exploitation pour la réalité augmentée chez Google », a-t-il écrit.

Il a également publié un lien vers certaines offres d'emploi chez Google qui donnent l'impression que Google devient tout aussi sérieux au sujet de la réalité augmentée qu'Apple ou Meta.

L'une des listes ("Senior Software Developer, Embedded, Augmented Reality OS") décrit l'objectif de Google en termes clairs :

« Notre équipe construit les composants logiciels qui contrôlent et gèrent le matériel de nos produits de réalité augmentée (RA). Ce sont les composants logiciels qui s'exécutent sur les appareils RA et qui sont les plus proches du matériel. Alors que Google ajoute des produits au portefeuille de RA, l'équipe OS Foundations est la toute première équipe logicielle à travailler avec du nouveau matériel ».

D'autres déclarent que Google construit un « appareil AR innovant » :

Citation Envoyé par Google
En tant que membre de l'équipe, vous serez responsable du logiciel global de l'appareil photo pour un appareil AR innovant

Ingénieur logiciel senior, caméra, système d'exploitation de réalité augmentée
Citation Envoyé par Google
Dans ce rôle, vous dirigerez la conception et développerez un framework d'entrée pour une plateforme intégrée en temps réel qui constituera la base des expériences AR de prochaine génération. Vous serez responsable du logiciel de périphérique d'entrée global pour un périphérique AR innovant.

Développeur logiciel senior Tech Lead, Input, Réalité augmentée
Plus généralement, l'équipe de réalité augmentée (AR) de Google, qui voyait apposée auparavant « et de réalité virtuelle » au nom du groupe, est « chargée de poser les bases d'une excellente informatique immersive et de prototyper des expériences utilisateur utiles et agréables » :

Citation Envoyé par Google
Nous nous efforçons de rendre l'informatique immersive accessible à des milliards de personnes via des appareils mobiles, et notre portée continue de croître et d'évoluer.

L'équipe RA rend l'informatique plus perspicace, immersive et accessible. Dans ce rôle, vous serez responsable de la création et de l'optimisation du logiciel de bas niveau sur lequel nos produits sont construits.

Ingénieur logiciel senior, Embedded ML, Système d'exploitation de réalité augmentée
Diverses exigences incluent une « compréhension du modèle de noyau et de pilote Linux », ainsi qu'une « expérience du développement de système d'exploitation en temps réel (RTOS) ».

Les rôles sont en grande partie aux États-Unis, mais certains sont situés à Waterloo, en Ontario, le siège du fabricant canadien de lunettes intelligentes North, que Google a acquis en 2020.

Google a proposé des API et des outils pour aider les développeurs RA à créer des expériences pour Android, et la société propose toujours le casque Google Glass (qui fonctionne essentiellement sous Android) aux entreprises clientes. Mais ces listes suggèrent que Google ne se contente plus d'effleurer la surface.

Facebook a récemment été renommé Meta sur la base de la cooptation par le PDG Mark Zuckerberg de l'expression de science-fiction « métavers » pour décrire une nouvelle stratégie d'entreprise qui chercherait à créer une couche numérique de réalité mixte pour les connexions sociales et le travail dans le monde entier. Et il y a eu des rapports fiables selon lesquels Apple présentera son premier casque de réalité mixte l'année prochaine, bien qu'il soit peu probable que ce produit soit un appareil grand public.

Tout cela pour dire que les grands acteurs de la technologie se lancent dans une bataille sur le marché de la réalité augmentée, que Zuckerberg et Tim Cook d'Apple ont décrite comme la prochaine grande plateforme informatique après les smartphones.

Nous sommes encore probablement à une décennie ou plus de l'adoption massive des appareils de réalité augmentée par les consommateurs pour un large éventail de bonnes raisons, mais Google, Apple et Meta se préparent tous pour le long chemin vers cet avenir possible.

Microsoft est aussi lancée dans la partie

Microsoft ne compte pas être à la traîne. L'éditeur a annoncé son intention de créer une plateforme 3D immersive appelée « Mesh for Teams » pour les réunions virtuelles. Comme son nom l'indique, Mesh for Teams s'appuie sur la plateforme de collaboration Teams existante de l'entreprise et implémente les fonctionnalités de réalité mixte de Microsoft Mesh. Annoncé plus tôt cette année, Mesh est une plateforme pour les réunions virtuelles et autres rassemblements collaboratifs en réalité mixte (un terme fourre-tout pour la réalité virtuelle, la réalité augmentée ou toute combinaison des deux) utilisant une variété d'appareils comme les produits HoloLens de l'entreprise et les casques Windows Mixed Reality, entre autres. Les utilisateurs auraient des avatars persistants qui reflètent avec précision leur langage corporel et leurs expressions faciales et pourraient se promener dans un lieu de travail virtuel.

Mesh for Teams serait utilisé pour inviter les employés à se connecter à des espaces de travail collaboratifs 3D ou 2D. Dans le cas de Microsoft cependant, cela ne semble pas limité à un appareil en particulier. Assis autour d'une table de conférence virtuelle, les travailleurs pourraient faire des choses qui ne sont pas possibles dans le monde réel. Par exemple, une présentatrice pourrait voir ses notes dans un espace 3D près d'un tableau blanc virtuel tandis que ceux qui regardent la présentation ne voient que ce qu'elle écrit sur le tableau.

Le service sera livré avec des espaces de travail prédéfinis, mais les entreprises pourront créer et personnaliser les leurs, tout comme les employés peuvent créer des avatars. Rien de tout cela ne nécessitera initialement un casque VR ; les travailleurs pourraient se connecter avec des smartphones et des ordinateurs portables et voir les espaces sur leurs écrans.


Mesh for Teams offre aux utilisateurs des espaces immersifs comme le hall virtuel présenté ici

Selon le billet de blog de Microsoft sur le sujet, la plateforme n'animera initialement que les visages des avatars en fonction d'indices audio lorsque les utilisateurs parlent. Toutefois, Microsoft prévoit d'apporter à ces avatars une mise en miroir basique des expressions faciales des utilisateurs grâce à l'utilisation de webcams.

Microsoft explique que le développement de Mesh for Teams est circonstanciel ; pandémie oblige, les interactions humaines ont été modifiées pendant une certaine période. Suffisamment longtemps pour que naissent de nouvelles tendances :

« Plus d'un an et demi après le début d'une pandémie mondiale qui a forcé les travailleurs du monde entier à abandonner leurs bureaux et à apprendre à collaborer en ligne, les experts en productivité de Microsoft ont observé deux tendances : les travailleurs à distance sont bien plus efficaces que la plupart des chefs d'entreprise ne l'avaient jamais imaginé, et ils se manquer. Ils manquent les moments de couloir, les rattrapages de cuisine et les rencontres fortuites. Ils manquent le langage corporel de l'autre côté de la table de la salle de conférence qui dit des choses qui ne peuvent pas être dites ».

Sources : LinkedIn, carrière Google (1, 2, 3)

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de fatbob
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/12/2021 à 9:58
De la réalité augmentée pour des milliards de personnes oO

Ils travaillent trop dans le virtuel, ces génies. Ils ne font plus le lien entre leur activité et la vie réelle.
Ont-ils entendu parler de l'impact environnemental de l'informatique ? Du GIEC ?

50° à Vancouver et la paella géante avec un milliard de coquillages cuits sur les plage
Barbecue en Australie et en Californie
Record du nombre d'ouragan en 2020
Rafting géant en Chine, en Allemagne, en Belgique...

Ont-ils entendu parler des courbes exponentielles et de ce que ça signifie lorsque c'est appliqués à des situations réelles ?

WTF. Je croyais que les ingés de chez Google étaient des cadors. En fait, ils sont juste fous.
On nage en pleine folie furieuse et ces types continuent à délirer avec la même intensité.
8  0 
Avatar de fatbob
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/12/2021 à 11:16
Citation Envoyé par vaild Voir le message
wtf, quel rapport avec le topic ??
Justement. Personne ne fait jamais de lien entre les comportements techno-fanatiques, consuméristes et l'aggravation des dégradations de notre planète.
Continuons à vanter l'utilité de ces robots personnels, des vidéos Ultra HD, des voitures autonomes, de l'immersion pour tous comme ici, du tourisme planétaire, des offres de transport imbattables, des pulls débiles de noël... sans mettre en face les conséquences de ces comportements et étonnons nous de voir que, malgré le fait qu'on éteint l'eau quand on se lave les mains, les courbes de dégradation ne s'améliorent pas de façon sensibles.
8  1 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/12/2021 à 8:17
Le GIEC rassemble les plus grand chercheurs sur le climat issus de la quasi totalité des pays du monde.
Ces chercheurs compilent depuis des années les travaux sur le climat de leur pairs et en font la synthèse.
cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe...tion_du_climat

Le GIEC a obtenu le prix nobel de la paix en 2007

Donc soit mach1974 est chercheur expert en climatologie et il va pouvoir nous communiquer ici ses études sur le climat contredisant celles des plus grands climatologues du monde, soit c'est un sacré et mauvais menteur, qui fait partie de ces négateurs du climat, si nombreux mais sans le moindre argument, dont les propos sont nuls, non avenus et surtout dénués d'intérêt.

Curieusement, je penche plutôt pour la deuxième solution.
5  0 
Avatar de fatbob
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/12/2021 à 11:18
Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
C'est la preuve d'un bon ingé : on lui donne un défi, il le surmonte.
C'est la direction d'entreprise qui est à blâmer.
L'ingénieur n'a pas le droit de réfléchir aux conséquences de ses actes ?
4  0 
Avatar de fatbob
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/12/2021 à 14:41
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
C'est toujours la même histoire. C'est la faute à qui? Aux consommateurs, aux entreprises ou aux politiciens ?
C'est de la faute à tout le monde mais celle ci est proportionnelle aux leviers sur lesquels chacun peut agir...
Ainsi, un chef d'état européen a autrement plus de moyens et donc de responsabilité (faute) qu'un SDF malien.

Les GAFAM font la pluie et le beau temps du monde informatique. Les CA de ces entreprises ont donc une énorme responsabilité.
De même, les CA des entreprises pétrolières qui continuent à se battre de toute leurs forces pour profiter de la fonte des pôles pour aller prospecter de nouveaux gisements...
4  0 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 15/12/2021 à 11:56
Citation Envoyé par fatbob Voir le message
L'ingénieur n'a pas le droit de réfléchir aux conséquences de ses actes ?
Bien sûr que si. Je remettait juste en cause ta notion de cador: Les ingénieurs de Google sont des cadors, ils ont surmonté les défi techniques. Ils peuvent être des cadors éthiques où non, moraux, immoraux ou amoraux, ils n'en restent pas moins des cadors.
2  0 
Avatar de Dymmm
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 15/12/2021 à 12:47
Citation Envoyé par fatbob Voir le message
L'ingénieur n'a pas le droit de réfléchir aux conséquences de ses actes ?
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
C'est toujours la même histoire. C'est la faute à qui? Aux consommateurs, aux entreprises ou aux politiciens ?
Ce que l'on trouve moral n'est pas forcement légal, ce qui est légal n'est pas forcement moral. Néanmoins, ce n'est ni aux entreprises si aux ingénieurs de définir ce qui est légal ou non.
La responsabilité des lois, au final, va aux électeurs, par l'intermédiaire des personnes élues. Après... comme les élus n'ont pas tellement de compte a rendre aux électeurs... c'est chaqu'un pour soit.

Donc, au final, il n'y aura pas responsables quant que les élus ne seront pas tenus de respecter l'avis des personnes qui les ont élus.

Edit : pour faire court, il nous faut une vrai démocratie, pas notre démocratie représentative.

Edit edit : Et pour reprendre le sujet : ce n'est pas tant la quantité d'informatique présent dans nos vie qui compte, c'est plus son impact qui est a prendre en compte. Si, par exemple, l'ensemble des logiciels etait fait en langage compilé et efficace la problème environnementale serait fortement amoindri.
2  0 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 15/12/2021 à 13:44
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Mais, là tu te places en France. C'est un petit pays. Je pense que tous les français pourraient s'éclairer à la bougie, ne consommer que local, voyager à cheval, que ça ne changerait absolument rien à l'échelle planétaire !
Certes. Ce n'est pas une raison pour ne rien faire.
2  0 
Avatar de fatbob
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 20/12/2021 à 11:52
Citation Envoyé par vaild Voir le message
quel mélange entre des propos très différents...
je vante personnellement (et de manière très active) les nouvelles technos, les actuelles et certaines anciennes, je vante le confort à outrance et la qualité de vie élevée qu'il procure.
le problème n'est absolument pas là !! le problème vient de la manière dont tout ça est fourni : de l'énergie générée à outrance de manière ultra-polluante en chine (et de manière toxique en france), du matos fait à base de terres rares, ou des matériaux prélevés sur des sites écologiques saccagés, etc...

si on veut faire progresser l'écologie, ce n'est pas en critiquant la technologie moderne, qui au contraire peut largement aider sur ce point (genre ma facture d'électricité n'a jamais été aussi basse que depuis que j'ai de la domotique pour m'aider à mieux optimiser ma conso), mais en modifiant notre manière d'appréhender, concevoir et alimenter cette technologie.
Je crois au contraire que le problème est exactement là.
Que les voitures consomment moins d'essence et tout le monde roule davantage pour une consommation globale en augmentation.
Que les prix de la nourriture baissent, et la consommation globale augmente pour en arriver à se retrouver dans la situation où l'un des gros problèmes de santé publique de nos merveilleux pays est l'obésité.

Par ailleurs, il faut prendre les choses globalement : le CO2 n'est qu'un des aspects du problème. L'extraction des ressources non renouvelable en est un autre (et la pollution, la baisse de la biodiversité... Toujours en lien avec notre mode de vie).
Que ferons nous quand tout le sable marin aura été transformé en béton ? Quand les métaux rares utilisés dans nos téléphones deviendront si difficiles à extraire qu'on n'y arrivera plus ?
La question n'est pas de savoir si cela arrivera, la question c'est quand. Parce qu'on en consomme toujours de plus en plus. Donc cela s'épuisera.

En fait, aujourd'hui, la compétition se joue entre le climat et l'économie. Soit l'économie s'effondre complètement avant le climat et l'espèce humaine a une chance de s'en sortir dans la douleur, soit le climat s'emballe avant l'effondrement de l'économie (parce que l'humain semble totalement incapable de réfréner ses envies de toujours plus (même temporairement, le temps de faire le point), y compris en cas d'effondrement imminent de sa civilisation), et là, cela pourrait être vraiment très compliqué d'ici une ou deux générations. Car quand on vise une hausse de la température max à ne pas dépasser, cela signifie qu'il ne faut pas que ça continue à monter, même lentement, ensuite. Or il semblerait bien que certaines boucles de rétroactions positives sont en train de se mettre en place et, une fois ces boucles lancées, notre système deviendra instable jusqu'à ce qu'il retrouve un équilibre qui pourrait être non viable pour les mammifères.
2  0 
Avatar de fatbob
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/12/2021 à 16:08
Citation Envoyé par vaild Voir le message
ton message est inutilement fataliste, avec une utilisation que je trouve abusive d'une forme de pseudo-collapsologie...
Tu as le droit de le penser...
Néanmoins, le dernier rapport du GIEC ne viens pas beaucoup contredire ces constats.
Nous avons plusieurs problèmes à régler :
- baisse de la biodiversité
- disparition de la ressource halieutique
- disparition de la couche vivante du sol (humus)
- disparition des stocks de matières non renouvelables (sable marin, métaux divers, énergies fossiles - pour ces dernières, ce n'est pas forcément un mal -)
- augmentation de la concentration en gaz à effets de serre dans l'atmosphère
- pollution

Et lorsqu'on regarde les courbes, à part quelques niches bien cachées, elles ne sont pas en phase d'inversion.
Or nous sommes déjà bien au dessus du seuil d'alerte si l'on en juge par le fameux "jour du dépassement" qui est de plus en plus tôt pour l'ensemble de la planète (fin juillet)
Je veux bien croire en la divine providence scientifique mais elle a intérêt à se magner de produire un truc miraculeux rapidement parce que la température qu'il serait souhaitable de ne pas dépasser avant la fin du siècle (+1,5°C) est prévue pour 2030.

Vivre sans électricité n'est pas envisageable.
Qu'est ce qui va l'empêcher ? Des incantations chamaniques ?

construire un hypercalculateur, très gourmand en énergie mais alimenté avec une énergie propre (ça existe déjà après tout), qui fait tourner des IA dédiées à la conceptions de moteurs et matériaux propres, ça ça peut aider...
Encore faudrait-il qu'on arrive à soutenir notre rythme d'extraction des matériaux.
C'est l'obscurantisme contre le scientisme religieux. Les IA, même si elles avancent à grand pas, ne sont pas encore capable de nous concevoir des trucs réellement renouvelables (panneaux solaires en bois et feuilles, par exemple).
3  1