IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'application Amazon Flex qui « microgère la livraison des colis » serait responsable d'un accident
Selon un chauffeur-livreur de l'entreprise

Le , par Bill Fassinou

292PARTAGES

5  0 
Amazon se défend actuellement contre un procès qui pourrait déterminer si elle est responsable des actions de ses chauffeurs-livreurs contractuels. Après un accident impliquant une camionnette d'Amazon qui l'a laissé paralysé, Ans Rana poursuit Amazon alléguant que sa technologie de surveillance oblige les chauffeurs-livreurs à se précipiter sur la route. Amazon refuse d'assumer la responsabilité de cet accident ou de tout autre accident en raison d'une faille très délibérée. Les chauffeurs-livreurs ne sont pas directement employés par Amazon, mais par un ensemble de sociétés de livraison tierces.

Le sujet n'est pas nouveau : Amazon refuse de considérer les chauffeurs-livreurs comme ses employés directs, mais agit comme si c'était le cas, notamment à travers une surveillance accrue. Ainsi, la flotte de chauffeurs-livreurs d'Amazon a beau être détachée de ses entrepôts, l'entreprise continue de surveiller ses chauffeurs ; elle a installé des caméras en permanence dans ses camionnettes de livraison et a même demandé aux chauffeurs au début de l'année de consentir à une surveillance par IA détectant les bâillements. Cette dernière initiative de l'entreprise a poussé de nombreux chauffeurs-livreurs à démissionner.


Ans Rana

En effet, au début de l'année, l'entreprise a commencé à installer des systèmes de caméras alimentés par l'IA dans ses camionnettes afin de surveiller les taux de productivité et les données de conduite. Comme on peut s'y attendre, le fait d'être constamment surveillé par l'IA d'Amazon est assez anxiogène pour de nombreux conducteurs. Plus d'une poignée de conducteurs ont déclaré avoir uriné dans des bouteilles et manqué des repas pour éviter de mettre en colère les "surveillants" d'Amazon. Pour motiver les chauffeurs à maintenir le rythme, Amazon leur présente des quotas quotidiens, parfois proches de 400 colis par jour.

Aujourd'hui, c'est ce même système de surveillance qui place Amazon dans la ligne de mire d'un procès qui prétend que l'entreprise est responsable d'un accident de voiture qui a changé la vie de quelqu'un. En mars, Ans Rana, un homme de 24 ans, allait voir la nouvelle maison de sa sœur avec son père et son frère, qui conduisait une Tesla Model S, lorsqu'ils ont croisé un véhicule en panne sur l'Interstate 75 à l'extérieur d'Atlanta. Le frère de Rana a ralenti jusqu'à s'arrêter, mais la camionnette de livraison Amazon qui les suivait n'a apparemment rien remarqué. Le conducteur de la camionnette roulerait à près de 20 km/h au-dessus de la vitesse autorisée.

Selon les documents du procès, la camionnette a percuté l'arrière de la Tesla avec une telle force qu'elle a poussé la voiture sur les voies de gauche de l'autoroute, où elle a été heurtée par une Toyota Corolla avant de heurter la barrière médiane. Rana a subi des blessures potentiellement mortelles, notamment un traumatisme crânien, et a dû être placé sous respirateur. Sa moelle épinière a également été endommagée et il n'a pas pu retrouver l'usage de ses jambes ou de ses bras malgré des mois de thérapie et de rééducation. « J'ai perdu mes jambes, ce que je ne souhaite pas à mon pire ennemi », a déclaré Rana à Bloomberg.

En juin, Rana a intenté un procès à Amazon et à son prestataire de services de livraison, affirmant que le géant du commerce électronique est responsable des actions du chauffeur en raison du logiciel que la société utilise pour les surveiller. Selon Rana et ses avocats, Amazon est le principal responsable dans cet accident, car c'est lui qui contrôle en dernier ressort l'opération de livraison. Amazon affirme toutefois qu'il n'est pas responsable, car le chauffeur ne travaillait pas pour lui, mais pour Harper Logistics LLC, un sous-traitant qui s'occupe des livraisons pour l'entreprise technologique.

Amazon surveille étroitement ses chauffeurs à l'aide d'une application pour smartphone et de caméras et capteurs installés dans le véhicule, afin de réduire les délais de livraison et de répondre aux problèmes de sécurité. La plainte rappelle que la société surveille de près un certain nombre d'actions des chauffeurs-livreurs, notamment "la surveillance de la marche arrière, la vitesse, le freinage, l'accélération, les virages, le port de la ceinture de sécurité, les appels téléphoniques, l'envoi de SMS, les caméras embarquées qui utilisent l'intelligence artificielle pour détecter les bâillements, et bien d'autres choses encore".

En outre, la plainte affirme qu'Amazon pousse les sous-traitants et les chauffeurs à privilégier la vitesse au détriment de la sécurité, les employés d'Amazon envoyant des SMS "se plaignant qu'un certain chauffeur est "à la traîne" et doit être "secouru" pour s'assurer que tous les colis sur l'itinéraire d'Amazon sont livrés conformément aux attentes irréalistes et dangereuses d'Amazon en matière de vitesse". Outre Amazon et de l'entrepreneur Harper Logistics LLC, Rana poursuit également le chauffeur Bryan Williams et Old Republic Insurance, la compagnie d'assurance de l'entrepreneur.

Mais il est peu probable que quelqu'un d'autre qu'Amazon soit en mesure de couvrir les frais de Rana, d'autant que les factures médicales dépassent déjà les 2 millions de dollars. La police d'assurance de Harper Logistics ne couvre qu'un million de dollars en responsabilité civile, et la société n'est pas propriétaire des fourgons qu'elle exploite, ce qui signifie que même si elle faisait faillite, elle ne pourrait probablement pas couvrir les coûts. Williams, qui a 23 ans, ne gagne que 15 dollars par l'heure. Amazon, en revanche, a réalisé plus de 3 milliards de dollars de bénéfices au dernier trimestre.

Par ailleurs, la situation de Rana n'est pas un cas isolé. Selon plusieurs sources, rien que cette année, 119 actions en justice concernant des dommages corporels causés par des véhicules ont été intentées contre Amazon. Maria Boschetti, porte-parole d'Amazon, a déclaré : « Nous sommes engagés dans la sécurité des chauffeurs et des communautés où nous livrons ». Elle a ajouté qu'Amazon travaille avec les entrepreneurs de livraison pour "fixer des attentes réalistes qui ne mettent pas de pression excessive sur eux ou leurs associés de livraison".

Boschetti a déclaré que le nombre d'incidents par kilomètre pour les neuf premiers mois de 2021 est en baisse par rapport à la même période de l'année dernière. Les livreurs travaillent généralement par quarts de 10 heures et livrent environ 250 colis, selon l'itinéraire. Ils conduisent des camionnettes de la marque Amazon, portent des uniformes de la même marque et doivent utiliser l'application Flex d'Amazon, qui, selon la poursuite, "microgère chaque aspect imaginable de la livraison des colis".

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des accusations d'Ans Rana ? Sont-elles fondées ?
Amazon est-il responsable des accidents impliquant ses camionnettes de livraison ?
L'entreprise fait-elle bien de dénier toute responsabilité dans l'accident qui a laissé Ans Rana paralysé ?
Pensez-vous que l'État doit intervenir pour obliger Amazon à considérer les chauffeurs-livreurs comme ses propres employés ?

Voir aussi

Un chauffeur d'Amazon démissionne de l'entreprise à cause des caméras connectées à une IA installées dans les camions capables d'enregistrer et analyser son visage et son corps pendant toute la durée

La réponse d'Amazon à la pénurie de livreurs : « Recruter des fumeurs de marijuana », la pénurie gagne du terrain alors que le volume des livraisons augmente

Les livreurs d'Amazon doivent consentir à la surveillance par l'IA dans leurs camionnettes ou perdre leur emploi, les données collectées et le traitement qui en est fait inquiètent les livreurs

Amazon utilise des caméras connectées à une IA dans les camionnettes de livraison et certains conducteurs sont préoccupés par le respect de leur vie privée

Des conducteurs d'Amazon sont persuadés que l'entreprise a réussi à contrecarrer le système des fraudeurs qui plaçaient leurs smartphones dans des arbres pour tromper ses algorithmes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Fagus
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/11/2021 à 11:35
ça ressemble à un montage assez courant.
* la société mère délègue ses activités à risque à des filiales.
* la filiale est endettée et/ou doit reverser ses bénéfices à la société mère
En cas de problème, tout le monde découvre que la société filiale n'a pas de fonds propres et est insolvable.

Ex: les société minières. Quand on se rend compte que les installations étaient sous-dimensionnées (ex : en cas de rupture d'un bassin de déchets dans la rivière), c'est une filiale vide qui assume la responsabilité en faisant faillite.

Tant que le droit autorise l'absence de responsabilité, il n'y a pas de raisons que la faille ne soit pas exploitée, et malheur aux victimes...
4  0 
Avatar de Christian_B
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/11/2021 à 12:24
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
[La plainte rappelle que la société surveille de près un certain nombre d'actions des chauffeurs-livreurs, notamment "la surveillance de la marche arrière, la vitesse, le freinage, l'accélération, les virages, le port de la ceinture de sécurité, les appels téléphoniques, l'envoi de SMS, les caméras embarquées qui utilisent l'intelligence artificielle pour détecter les bâillements, et bien d'autres choses encore".

En outre, la plainte affirme qu'Amazon pousse les sous-traitants et les chauffeurs à privilégier la vitesse au détriment de la sécurité [...]
Dans un pays civilisé, la responsabilité d'Amazon serait évidente. Mais aux Etats-Unis, où le Justice est encore plus lourde et bien plus coûteuse qu'en France dans un tel cas, quand les avocats finassent, j'ai des doutes. Seuls peut-être une improbable grève générale des conducteurs ou une réaction de l'opinion publique (boycott ?) pourrait peut-être faite avancer les choses et produire une jurisprudence.
Ça me rappelle une longue grève des nettoyeurs du métro à Paris, ≃ 40 jours (il y a longtemps), qui avait obligé la RATP à négocier malgré la sous-traitance.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Les livreurs travaillent généralement par quarts de 10 heures et livrent environ 250 colis, selon l'itinéraire.
Impensable Ça fait 2'24" par colis. Il faudrait un grand lotissement où tous les voisins commandent en même temps et que le chauffeur jettent les colis sur le paillasson (bonjour les dégâts)
Il n'y aurait pas un zéro de trop ?

Pour l'occasion j'ai remis ma signature antérieure.
4  0 
Avatar de Jules34
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 23/11/2021 à 15:19
C'est vraiment désolant...

Je reçois pas mal de colis pour la boîte de mon beau père car il y a toujours quelqu'un à la maison et ça arrive assez souvent que des livreurs passent après 19H, voir même 20H. Je leur propose toujours un café, voir même de manger avec nous. Aucuns n'a jamais accepté je comprend mieux pourquoi...
1  0