IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook va investir au moins 10 milliards de dollars cette année dans sa division consacrée au développement du métavers
Et s'attend à dépenser plus « au cours des prochaines années »

Le , par Stéphane le calme

125PARTAGES

8  0 
Facebook Inc. a déclaré qu'il va commencer à publier les résultats financiers de Facebook Reality Labs, sa division métavers chargée de créer du matériel, des logiciels et du contenu AR et VR, dans laquelle il prévoit de dépenser au moins 10 milliards de dollars. Facebook, qui a enregistré un bénéfice en hausse de 17 % au troisième trimestre, a averti que les nouveaux changements de confidentialité d'Apple Inc. pèseraient sur son activité numérique durant le trimestre en cours. Une mise à jour sur iOS en avril s'accompagne d'une nouvelle fonctionnalité de confidentialité obligeant les utilisateurs à s'inscrire activement pour permettre aux applications de les suivre sur d'autres applications et sites Web. Le réseau social s'appuie en partie sur ce suivi pour mesurer l'efficacité des publicités.

Dans son rapport publiant les résultats financiers de son troisième trimestre 2021, Facebook a déclaré :

« À partir de nos résultats pour le quatrième trimestre 2021, nous prévoyons de diviser Facebook Reality Labs, ou FRL, en un segment de reporting distinct. Comme nous en avons discuté, nous consacrons des ressources importantes à nos produits et services de réalité augmentée et virtuelle, qui constituent une partie importante de notre travail pour développer la prochaine génération d'expériences sociales en ligne. Les nouvelles informations sectorielles fourniront des informations supplémentaires sur la performance de FRL et les investissements que nous réalisons. ».

« Dans le cadre de cette structure de reporting, nous fournirons des revenus et un bénéfice d'exploitation pour deux segments : le premier segment, Family of Apps, comprendra Facebook, Instagram, Messenger, WhatsApp et d'autres services. Le deuxième segment, Facebook Reality Labs, comprendra du matériel, des logiciels et du contenu liés à la réalité augmentée et virtuelle. Nous prévoyons que notre investissement dans Facebook Reality Labs réduira notre bénéfice d'exploitation global en 2021 d'environ 10 milliards de dollars. Nous nous engageons à donner vie à cette vision à long terme et nous prévoyons d'augmenter nos investissements au cours des prochaines années ».

La division, qui fabrique déjà le casque Oculus Quest et la gamme d'appareils d'appel Portal, se positionne clairement comme la prochaine grande évolution à l'intérieur de Facebook. Le PDG Mark Zuckerberg a parlé sans arrêt du métavers au cours des derniers mois. Cette fois-ci, Facebook a annoncé qu'il allait commencer à déclarer des bénéfices spécifiquement pour son segment Reality Labs, tandis que la principale activité publicitaire de Facebook, avec un revenu de 28 milliards de dollars au cours du seul dernier trimestre, sera déclarée dans un autre compartiment. C'est un signe pour les investisseurs que l'activité de Reality Labs est importante et qu'elle doit être jugée séparément de la valeur qu'ils accordent à Facebook aujourd'hui.

Les cadres de Facebook martèlent que Facebook ne cherche pas, avec le « métavers », à construire un nouvel univers fermé, à l'image de son réseau social « aucune entreprise ne possédera ni n'exploitera le métavers ». « Comme Internet, sa caractéristique principale sera son ouverture et son interopérabilité. Pour lui donner vie, la collaboration et la coopération seront nécessaires entre les entreprises, les développeurs, les créateurs et les décideurs politiques », affirment-ils.

Facebook, qui a massivement investi dans la réalité virtuelle (VR) et la réalité augmentée (AR), notamment en rachetant des sociétés comme Oculus, entend connecter ses près de trois milliards d'utilisateurs grâce à plusieurs appareils et applications.

Zuckerberg pense que le métavers serait accessible sur VR, AR, PC, appareils mobiles et consoles de jeux.

« Ce n'est pas un investissement qui va être rentable pour nous dans un avenir proche », a déclaré Zuckerberg aux analystes. « Mais nous pensons fondamentalement que le métavers sera le successeur de l'Internet mobile ».


L'entreprise a raté les attentes de revenus

Cette annonce est peut-être une stratégie pour détourner l'attention de ce qui se passe dans les revenus de Facebook. L'entreprise a raté les attentes de revenus d'environ 1 milliard de dollars (bien qu'à l'échelle de Facebook ce ne soit pas énorme), ce qui témoigne de certaines des difficultés de l'entreprise en ce moment. Facebook incrimine un certain nombre de facteurs pour cela : COVID-19, l'économie et les récents changements de suivi des publicités d'Apple (une observation qui a également été faite la semaine dernière lorsque Snap a également annoncé des revenus).

Le nouveau message d'Apple qui est arrivé dans une mise à jour du logiciel iOS sur les iPhone au début du mois de juin, demande explicitement aux utilisateurs de chaque application s'ils acceptent d'être suivis dans leur activité sur Internet. La plupart disent non, de la société Branch, qui a analysé la croissance des applications mobiles. Selon Branch, ce mois-là, les utilisateurs ont autorisé les applications à suivre leur comportement dans seulement 25 % des cas, ce qui a mis fin à un flux de données qui a alimenté le secteur de la publicité ciblée pendant des années. « Cela a été assez dévastateur pour la majorité des annonceurs. La grande question est la suivante : sommes-nous en présence d'une volatilité à court terme, où nous pouvons nous attendre à un retour à la moyenne, ou s'agit-il d'une nouvelle normalité ? », a déclaré Eric Seufert, un analyste de l'industrie mobile, sur le blog professionnel Mobile Dev Memo.

Les annonceurs Facebook, en particulier, ont remarqué un impact au cours de juin. Les acheteurs de médias qui gèrent des campagnes publicitaires sur Facebook pour le compte de leurs clients ont déclaré que Facebook n'est plus en mesure de voir de manière fiable combien de ventes ses clients réalisent, il est donc plus difficile de déterminer quelles publicités Facebook fonctionnent. La perte de ces données a également un impact sur la capacité de Facebook à présenter les produits d'une entreprise à de nouveaux clients potentiels. Il est également plus difficile de « recibler » les gens avec des publicités qui montrent aux utilisateurs des articles qu'ils ont regardés en ligne, mais qu'ils n'ont peut-être pas achetés.

La plupart des sites de vente au détail intègrent un logiciel Facebook qui renvoie des données détaillées sur les clients au réseau social, notamment lorsqu'un utilisateur de Facebook effectue un achat. Facebook peut alors utiliser ces données pour mieux comprendre à quoi ressemble le client cible d'un détaillant et montrer les publicités de ce détaillant à d'autres personnes sur Facebook qui correspondent à ce profil, ce que l'on appelle une audience « similaire ».

Mais comme les gens ont demandé à Facebook et à d'autres applications de ne pas suivre leur comportement, le réseau social a commencé à perdre l'accès à ces données. Gil David, acheteur média chez Run DMG, qui dépense environ un million de dollars par mois en publicités Facebook pour ses clients, a déclaré que l'entreprise connaissait auparavant la grande majorité des ventes de ses clients. Aujourd'hui, ces données sont incohérentes. Pour un gros client, Facebook n'a capté que 64 % des ventes. Avec un client plus petit, seulement 42 %.

Facebook a enchaîné les scandales durant ce trimestre

Facebook a passé quelques semaines difficiles pour Facebook. Une série d'articles dans la presse a détaillé les faux pas importants de l'entreprise, y compris les problèmes de modération et les préoccupations concernant la santé mentale des jeunes utilisateurs. La dénonciatrice qui a divulgué ces documents a ensuite témoigné devant le Congrès.

Devant un panel du Sénat, elle a déclaré :

« Si nous avions une surveillance appropriée ou si nous réformions [l'article] 230 pour rendre Facebook responsable des conséquences de leurs décisions de classement intentionnelles, je pense qu'ils se débarrasseraient du classement basé sur l'engagement », a déclaré Haugen. « Parce que cela expose les adolescents à plus de contenu anorexique, cela sépare les familles, et dans des endroits comme l'Éthiopie, cela attise littéralement la violence ethnique ».

Haugen s'est assuré de faire la distinction entre le contenu généré par les utilisateurs et les algorithmes de Facebook, qui priorisent le contenu dans les fils d'actualité et stimulent l'engagement. Elle a suggéré que Facebook ne devrait pas être responsable du contenu que les utilisateurs publient sur ses plateformes, mais qu'il devrait être tenu responsable une fois que ses algorithmes commencent à prendre des décisions sur le contenu que les gens voient.

Pourtant, malgré l'appel à la réforme de l'article 230, Haugen a également averti que la réforme à elle seule ne suffirait pas à surveiller de manière adéquate la large portée de l'entreprise. « La gravité de cette crise exige que nous rompions avec les cadres réglementaires précédents », a-t-elle déclaré. « Les modifications apportées aux protections de la vie privée obsolètes ou les modifications apportées à la section 230 ne seront pas suffisantes. »

Il faut compter également sur la grosse panne qui a affecté les applications Facebook pendant plusieurs heures durant le mois d'octobre.

Lors d'un appel avec des investisseurs lundi, le PDG Mark Zuckerberg a affirmé que les documents divulgués faisaient partie d'un « effort coordonné » pour « donner une fausse image de notre entreprise ». Il a ensuite changé de sujet en évoquant le travail de Facebook pour courtiser les jeunes et construire le métavers.

Métavers, qu'est-ce que c'est ?

Le concept de métavers devient rapidement un mot à la mode dans le domaine de la technologie et des affaires. Mais qu'est-ce que ça veut dire ?

Métavers est un terme large. Il fait généralement référence à des environnements de monde virtuel partagés auxquels les gens peuvent accéder via Internet. Le terme peut désigner des espaces numériques rendus plus vivants par l'utilisation de la réalité virtuelle (VR) ou de la réalité augmentée (AR). Certaines personnes utilisent également le mot métavers pour décrire les mondes de jeu, dans lesquels les utilisateurs ont un personnage qui peut se promener et interagir avec d'autres joueurs.

Il existe également un type spécifique de métavers qui utilise la technologie blockchain. Dans ceux-ci, les utilisateurs peuvent acheter des terrains virtuels et d'autres actifs numériques à l'aide de cryptomonnaies.

De nombreux livres et films de science-fiction se déroulent dans des métavers à part entière (des mondes numériques alternatifs qui ne se distinguent pas du monde physique réel). Mais cela reste de la fiction. Actuellement, la plupart des espaces virtuels ressemblent plus à l'intérieur d'un jeu vidéo qu'à la vraie vie.

Les fans du métavers y voient la prochaine étape du développement d'Internet.

En attendant, le plus grand réseau de médias sociaux au monde fait l'objet d'un examen minutieux par les législateurs et les régulateurs mondiaux, y compris par la Federal Trade Commission qui a déposé une plainte antitrust alléguant des pratiques anticoncurrentielles.

Source : Facebook

Et vous ?

Partagez-vous le point de vue de Mark Zuckerberg qui pense que « le métavers sera le successeur de l'Internet mobile » ?
Quelle lecture faites-vous de ces éléments ?

Voir aussi :

Facebook suivrait « secrètement » les utilisateurs d'iPhone, même après le refus de ces utilisateurs
Comment Apple a réussi à se jouer de Facebook ? La mise à jour iOS 14.5 d'Apple aurait déclenché un effondrement imparable de la capacité de Facebook à collecter les données
96 % des utilisateurs d'iPhone ont refusé le suivi des applications depuis le lancement d'iOS 14.5, ce qui montre que la grande majorité des gens veulent préserver leur vie privée
Apple pourrait commencer à appliquer les nouvelles règles de notification de confidentialité des applications, dans les semaines à venir, malgré les démarches de Facebook contre la mesure
iOS 14 : Facebook incite les utilisateurs à ne pas refuser le pistage publicitaire, assurant que le pistage permet d'aider les entreprises qui reposent sur la publicité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de AndMax
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 27/10/2021 à 13:29
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Partagez-vous le point de vue de Mark Zuckerberg qui pense que « le métavers sera le successeur de l'Internet mobile » ?
Non. Les applications de Mark Zuckerberg sur mobile sont déjà réputées pour faire un usage très important des batteries. Je n'ose pas imaginer ce que cela deviendra avec l'intégration d'un métavers qui fera un usage intensif du GPU.

"Zuckerberg pense que le métavers serait accessible sur VR, AR, PC, appareils mobiles et consoles de jeux." En limitant ainsi le nombre d'appareils qui peuvent s'y connecter, il semble évident qu'il mettra encore une fois en œuvre un logiciel privateur pour la partie client, du code non ouvert, non libre, et donc ça ne pourra en aucun cas être un successeur de l'Internet mobile, mais juste une prison de plus qui tentera de vous influencer, voler vos données, et vous arnaquer, en plus de dégrader les performances de votre batterie ou de rendre obsolète votre matériel. Je pense surtout qu'il veut pousser les gens à acheter ses lunettes VR.

Lors des débuts de Second Life, toute la presse disait également de cela serait le futur de l'Internet (il y a environ 15 ans). Aujourd'hui même si le PIB annuel dans Second Life semble se situer autour de 650 millions de dollars d'après le site JDN, c'est loin de représenter l'avenir de quelque chose. C'est un métavers parmis d'autres, et pourtant, il a l'avantage de proposer une technologie libre et ouverte. OpenSimulator a le mérite de vous permettre d'héberger vos propres serveurs pour un métavers.
4  0