IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

The Billion Dollar Code : la série Netflix à propos des développeurs allemands qui ont poursuivi Google pour l'algorithme de Google Earth
Qui se serait servi du code de leur produit Terravision

Le , par Stéphane le calme

869PARTAGES

15  0 
On entend toujours parler des « gagnants » dans le monde de la haute technologie : Bill Gates, Steve Jobs, Mark Zuckerberg, Elon Musk, Jeff Bezos, Jack Ma, etc. Mais pour chaque gagnant, il y a beaucoup de « perdants » ; les personnes qui ont ouvert la voie aux autres pour leur permettre de gagner impitoyablement des milliards grâce à leurs efforts. The Billion Dollar Code est basé sur une histoire vraie concernant les fondateurs d'une entreprise qui ont poursuivi Google pour l'algorithme utilisé sur Google Earth.

En 2014, la société de logiciels allemande ART+COM a poursuivi Google, affirmant que le numéro un de la recherche avait utilisé le code de son produit Terravision pour créer Google Earth. Dans la série en quatre parties The Billion Dollar Code, les téléspectateurs vont et viennent entre une déposition de 2017 pour l'affaire, où des versions d'âge moyen de l'artiste Carsten Schlüter (Mark Waschke) et du hacker Juri Müller (Misel Maticevic) donnent leur témoignage, et la période 1993-94 où les deux se sont rencontrés et ont développé leur logiciel.

En 1993 à Berlin, Carsten (Leonard Scheicher) était un artiste numérique qui exposait son art dans des clubs et en tant que projet d'études supérieures. Ses professeurs n'ont pas été impressionnés par le programme qui plantait. Mais Juri (Marius Ahrendt), un développeur qui faisait partie d'un collectif de hackers bien connu, voit les graphismes de Carsten dans un club et a approché l'artiste, lui disant à quel point il les appréciait et surtout comment il pouvait résoudre leurs problèmes et les améliorer.

Lorsque Juri invite Carsten à lui rendre visite au collectif de hackers, les deux finissent par se rapprocher de leur amour commun pour la technologie, et Juri lui montre exactement quelle machine peut rendre ses graphismes plus fluides (un Onyx RealityEngine de Silicon Graphics) en lui montrant un graphique en rotation de la terre. Cette nuit-là, Carsten réfléchit à l'idée de manière artistique, concevant la possibilité de zoomer du graphique du globe jusqu'à un quartier particulier.


Bande annonce (doublage en Français)

Pour obtenir le financement nécessaire pour obtenir la puissance de calcul dont ils auront besoin, le couple doit s'adresser à la mégacorporation Deutsche Telekom (DT), qui finançait de nombreuses nouvelles technologies à l'époque. Dans l'espoir de décrocher le financement, Carsten promet que le logiciel sera prêt pour une conférence à Kyoto dans un an. Ils ont constitué une équipe composée à la fois du collectif de hackers et des amis artistes de Carsten, mais Juri, sous pression pour trouver une solution à un problème qui n'a jamais été examiné auparavant, craque presque lorsqu'il ne parvient pas à faire fonctionner le logiciel à quelques semaines seulement de l'échéance, la DT voulant voir une version bêta fonctionnelle.


Une question de perspective

Les créateurs Oliver Ziegenbalg et Robert Thalheim ont déclaré à Variety qu'ils voulaient modeler l'histoire de The Billion Dollar Code sur les « beaux perdants » de l'affaire ART+COM-Google, et cet angle est ce qui distingue l'émission des autres « les nerds de l'informatique changent le monde » histoires que nous avons vues. Dans bien trop de cas, nous voyons les « gagnants » dans l'histoire de la haute technologie, des histoires sur Gates, Jobs et Zuckerberg. Mais, comme l'ont dit les créateurs, qui ne voudrait pas voir l'histoire des Winklevoss ? Pour mémoire, le film The Social Network raconte comment les jumeaux Cameron et Tyler Winklevoss ont confié à Mark Zuckerberg le développement d'un site permettant de connecter les étudiants entre eux. Ces deux anciens étudiants d'Harvard ont accusé le fondateur de Facebook de les avoir spoliés lors de la création du premier réseau social au monde, notamment en volant une partie de leurs idées pour développer Facebook.


Les annales de la haute technologie sont jonchées de ces histoires, c'est pourquoi voir l'histoire du point de vue des « perdants » est si rafraîchissant. The Billion Dollar Code joue dans la mission idéaliste de Carsten et Juri, leur accordant du respect plutôt que de la dérision. Une façon de voir cela est pendant les scènes de déposition, où l'avocat de Google, Eric Spears (Seumas F. Sargent) adopte une posture menaçante interprétée par l'avocate d'ART + COM, Lea Hauswirth (Lavinia Wilson) comme la peur de la part de Google. Ces scènes donnent un peu de contexte aux scènes des années 90, montrant à quel point des gens naïfs et idéalistes comme Carsten et Juri étaient à l'époque (peut être le sont-ils restés). Leurs jeunes eux représentent avec précision des personnes qui avaient une vision et ont écrit des logiciels cherchant à donner vie à cette vision, pas pour la richesse, le pouvoir ou la gloire.

Il est difficile de dramatiser le processus de développement logiciel, il y a donc toujours des moments « eureka » ajoutés au récit qui ne se sont probablement jamais produits de cette façon. Mais il y a plus qu'assez de discours sur la technologie pour que les geeks de l'informatique soient convaincus que les écrivains ont fait leur diligence raisonnable.

Et vous ?

Êtes-vous intéressé par cette série ?
The Billion Dollar Code vous rappelle-t-il à The Social Network (pour mémoire, il s'agit d'un film qui raconte l'histoire de la création de Facebook, mettant sur scène Mark Zuckerberg ainsi que d'autres étudiants d'Harvard) ? Dans quelle mesure ?
Que pensez-vous des « perdants » dans ce genre d'histoire ?
Quelle histoire sur la création d'un empire technologique aimeriez-vous voir adapter au cinéma ou au petit écran ?
Quelle perspective aimeriez-vous avoir : celle des « vainqueurs » ou celle des « perdants » ?
D'ailleurs, dans ce genre d'histoires, y a-t-il forcément des « perdants » selon vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Astraya
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 18/10/2021 à 17:48
Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
job avait dit
« les bons artistes copient, les grands artistes volent« . Et d’ajouter : « nous avons toujours été sans scrupule lorsqu’il s’agit de voler de grandes idées« .
Ce n'est pas de steve jobs. Ca aussi il l'a volé.
1  0 
Avatar de DjDeViL66
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 18/10/2021 à 15:21
Merci pour l'info de cette série elle est déjà dispo sur mon netflix be
0  0 
Avatar de marc.collin
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 18/10/2021 à 16:02
job avait dit
« les bons artistes copient, les grands artistes volent« . Et d’ajouter : « nous avons toujours été sans scrupule lorsqu’il s’agit de voler de grandes idées« .
0  1 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/10/2021 à 13:12
Lorsqu'on regarde la messagerie gmail en html, on retrouve thunderbird. D'ici à ce qu'il y ait eu transpilage...
0  2