Talend : échapper légalement à l'impôt sur les données
Un livre blanc pour comprendre et faire face à cette charge « injuste » et imprévisible

Le , par Idelways, Expert éminent sénior
Talend : échapper légalement à l'impôt sur les données
Nouveau livre blanc pour comprendre et faire face à cette charge « injuste » et imprévisible


Les entreprises qui utilisent des solutions traditionnelles et propriétaires d'intégration de données subissent un impôt considérable à payer aux fournisseurs de ces solutions.

L'impôt sur les données : un concept déroutant et imprévisible et une charge supplémentaire qui peut affecter sévèrement les activités des entreprises qui s'efforcent d'optimiser leurs actifs de données.

Talend, éditeur français de logiciel Open Source spécialisé dans l'intégration et la gestion des données, sort à ce sujet un nouveau livre blanc pour expliquer cet impôt aux entreprises et les aider à prendre les mesures nécessaires pour diminuer, d'une manière tout à fait légale, son montant.

Une diminution qui s'avère d'autant plus indispensable que cet impôt s'applique en fonction du volume des données traitées par les fournisseurs, des volumes qui doublent tous les 18 à 36 mois selon une étude menée par IDC.

« Pour une gouvernance et une gestion des données efficaces, ces données doivent être traitées, nettoyées et harmonisées entre les systèmes » selon Talend qui explique les principes fondamentaux et les pièges de cet impôt — jugé « injuste » — accompagnés d'exemples concrets de ses « victimes ».

Du changement de la technologie d'intégration de données utilisée à la délocalisation de ses projets d’intégration vers un paradis fiscal, Talend passe en revue les options qui s'offrent aux entreprises...

Cliquez-ici pour télécharger gratuitement ce livre blanc.


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Jester Jester - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 12/05/2011 à 18:36
Je me souviens l'avoir lu (je l'ai repris par conscience professionnelle quand même), c'est un pur document marketing pour capter du prospect.

En gros il nous apprend que les tarifs des éditeurs tels que BO sont fonction du nombre de processeurs et du nombre de connecteurs. Rien à voir avec le volume de données comme le fait croire l'article.

En décisionnel, c'est la base de données qui sert de staging area qui est la plus sollicitée. Sauf si on utilise l'ETL comme un gros bourrin, mais alors le problème n'est plus technique mais humain. La limitation sera d'ailleurs plus la mémoire vive dans tous les cas (et quid du parallélisme de Talend).

L'idée que quand le volume de données augmente on a juste à ajouter des processeurs à l'infrastructure ETL est risible. Cela n'arrive déjà pas tous les 4 matins et cela demande beaucoup de temps humain pour préparer une telle solution.
Offres d'emploi IT
Ingénieur analyste programmeur (H/F)
Safran - Auvergne - Montluçon (03100)
Ingénieur développement fpga (traitement vidéo) H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY
Architecte et intégrateur scade/simulink H/F
Safran - Ile de France - Vélizy-Villacoublay (78140)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil