IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des plaintes accusent Siri, Alexa et Google d'écouter quand ils ne sont pas censés le faire
Et Apple devrait faire face à un procès concernant la confidentialité de Siri

Le , par Bill Fassinou

171PARTAGES

10  0 
Comme la plupart des dispositifs l'Internet des objets (IdO), les assistants vocaux soulèvent énormément d'inquiétudes quant à la confidentialité des données et à la vie privée. Bien que les plaintes contre Apple, Amazon et Google, à propos de leurs assistants vocaux ne datent pas d'aujourd'hui, une série de nouvelles plaintes accusent Siri, Alexa et Google Assistant d'enregistrer les conversations privées des utilisateurs sans leur accord. Jeudi, Apple a demandé à un tribunal fédéral américain de rejeter les plaintes, mais un juge a déclaré que la société ne pourrait pas échapper au procès cette fois-ci.

Les entreprises technologiques encouragent depuis longtemps l'installation de dispositifs d'écoute dans les foyers et les poches, afin de convaincre les consommateurs de s'en remettre à leurs assistants vocaux pour tous les petits besoins qui se présentent. Mais certains s'inquiètent de plus en plus du fait que ces dispositifs enregistrent même lorsqu'ils ne sont pas censés le faire ; et ils portent leurs craintes devant les tribunaux. Par le passé, il y a eu de nombreux incidents de violation de données liés à ces enceintes connectées, mais les entreprises concernées n'ont pas été inquiétées pour autant.



Par exemple, en janvier 2020, il a été révélé que l'application Ring d'Amazon partage de nombreuses informations personnelles à l'insu des utilisateurs ; elle a été surprise en train de donner des informations à Facebook, que les utilisateurs aient un compte ou non. Quelques mois en arrière, en juillet 2019, Google a reconnu qu'il partage avec des tiers les conversations entre ses enceintes connectées et les utilisateurs afin d'améliorer l'IA qui les alimente. Bien sûr, ces actions ont suscité des actions en justice, mais Google, Amazon et Apple ont chaque fois fait pression pour que les poursuites soient abandonnées.

Mais jeudi, un juge a déclaré qu'Apple ne pourra pas s'en sortir comme les autres fois. Le juge Jeffrey S. White, du tribunal fédéral de district d'Oakland, a décidé que l'entreprise devra continuer à se battre contre un procès alléguant que son assistant vocal Siri a enregistré de manière inappropriée des conversations privées. En fait, il a décidé que les plaignants, qui tentent de faire de l'affaire un recours collectif, pouvaient continuer à faire valoir que Siri s'est mis en marche à l'improviste, a enregistré des conversations qu'il n'aurait pas dues et a transmis les données à des tiers, violant ainsi la vie privée des utilisateurs.

White a précisé que la plupart des actions en justice pouvaient être poursuivies, malgré la demande d'Apple de les rejeter. Le juge a toutefois rejeté un élément concernant le préjudice économique des utilisateurs. Cette affaire est l'une des nombreuses actions en justice intentées contre Apple, Google et Amazon concernant des allégations de violation de la vie privée par des assistants vocaux. Selon les entreprises, ces technologies sont censées faciliter les tâches quotidiennes des utilisateurs. Elles se connectent à des haut-parleurs et peuvent diffuser de la musique, régler un minuteur ou ajouter un article à une liste de courses.

Les entreprises nient qu'elles écoutent les conversations à des fins autres que celles prévues, à savoir l'aide aux tâches ou la diffusion de musique. Amazon n'a pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires. Apple a cité des documents déposés auprès des tribunaux, et Google a déclaré qu'il allait se battre contre cette action en justice. « Ce type de technologie est conçu pour écouter son mot d'éveil. C'est une tâche difficile, car les voix varient souvent de manière significative d'une personne à l'autre », a déclaré Noah Goodman, professeur associé d'informatique et de psychologie à l'université de Stanford.

« Les entreprises ont beau essayer, il est peu probable qu'elles puissent se débarrasser complètement des fausses alertes », a-t-il ajouté. Ce procès, ainsi qu'un procès similaire contre Google qui est également en cours devant le tribunal fédéral de Californie, risque d'être une bataille difficile pour les deux entreprises au sujet de la façon dont elles traitent les informations privées qu'elles collectent auprès de millions d'utilisateurs. Selon eMarketer, la popularité des assistants vocaux est montée en flèche ; il a estimé à la fin de l'année dernière que 128 millions de personnes aux États-Unis en utiliseraient un au moins une fois par mois.

Cependant, à mesure qu'ils gagnent en popularité, de plus en plus de gens se réveillent et s'inquiètent du fait qu'ils pourraient écouter un peu trop attentivement pour être confortables. Une enquête menée par le Washington Post en 2019 a révélé qu'Amazon conservait une copie de tout ce qu'Alexa enregistre après avoir entendu son nom, même si les utilisateurs ne s'en rendaient pas compte. Selon les médias américains, le procès contre Google est intenté par les mêmes avocats des plaignants de l'affaire Apple et allègue que la société ne devrait pas utiliser les informations apprises lorsqu'elle s'allume à tort pour la publicité.

Dans ses réponses à la poursuite, le géant de Cupertino affirme qu'elle ne vend pas les enregistrements de Siri et que les enregistrements ne sont pas associés à un "individu identifiable". « Apple estime que la vie privée est un droit humain fondamental et a conçu Siri pour que les utilisateurs puissent l'activer ou le désactiver à tout moment. Apple travaille activement à l'amélioration de Siri pour éviter les déclenchements par inadvertance et fournit des indices visuels et sonores (reconnus par plusieurs plaignants) afin que les utilisateurs sachent quand Siri est déclenché », a déclaré la société dans sa motion de rejet.

Dans un communiqué envoyé par courriel jeudi au Washington Post, Google a déclaré qu'il gardait les informations en sécurité. « Par défaut, nous ne conservons pas vos enregistrements audio et nous facilitons la gestion de vos préférences en matière de confidentialité, avec des choses comme des réponses simples à vos questions sur la confidentialité ou l'activation du mode invité. Nous contestons les allégations dans cette affaire et nous nous défendrons vigoureusement », a déclaré le porte-parole José Castañeda. Les assistants vocaux sont censés s'activer lorsqu'on leur demande de le faire - en disant "Hey, Siri", par exemple.

Mais l'action en justice allègue que les plaignants ont vu leurs appareils s'activer même s'ils n'ont pas prononcé le mot "wake". « Ces conversations ont eu lieu à leur domicile, dans leur chambre et dans leur voiture, ainsi que dans d'autres endroits où les plaignants Lopez et A.L. étaient seuls ou avaient une attente raisonnable en matière de vie privée », allègue la poursuite. En 2019, Apple a largement suspendu son utilisation d'une pratique qui permettait à des réviseurs humains d'écouter et de "noter" les enregistrements de Siri. À l'époque, elle a déclaré qu'elle utiliserait des transcriptions générées par ordinateur pour la révision.

Les entreprises affirment qu'elles utilisent ces évaluations pour savoir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas afin d'améliorer leurs produits. Quelques mois plus tard, l'Associated Press a rapporté qu'Apple avait recommencé à faire appel à des réviseurs humains pour écouter les enregistrements, en donnant aux utilisateurs la possibilité de se retirer. Les poursuites judiciaires demandent aux entreprises de se pencher sur ce qu'elles font lorsqu'elles entendent quelque chose qui n'était pas prévu.

Nicole Ozer, directrice de la technologie et des libertés civiles de l'ACLU de Californie, a déclaré que ces poursuites sont un signe que les gens se rendent compte de la quantité d'informations que la technologie vocale recueille. « Je pense que ce procès montre que les gens commencent enfin à réaliser que Siri ne travaille pas pour nous, mais pour Apple », a-t-elle déclaré.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

L'app Ring d'Amazon partage de nombreuses infos personnelles à l'insu des utilisateurs. Elle a été surprise en train de donner des informations à Facebook, que les utilisateurs aient un compte ou non

Des tiers écoutent ce que vous dites à Google Home au motif de ce qu'il faut améliorer l'IA, d'après Google

RGPD : une enquête montre comment des applications populaires comme Tinder ou Grindr envoient des données hautement personnelles à des milliers de partenaires publicitaires

Amazon confirme que les enregistrements vocaux des clients d'Alexa sont conservés pour toujours tant qu'ils ne les suppriment pas manuellement

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sergio_is_back
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 07/09/2021 à 12:36
Franchement qui a besoin de ça chez lui ?

Pas moi en tout cas !
4  1 
Avatar de Taillise
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 10/09/2021 à 17:22
On s'inquiète de ce que les assistants vocaux écoute, mais on peut en dire autant des caméras d'ordinateur qui s'activent parfois sans qu'on leur ait rien demandé (depuis je l'ai scotchée)
3  0 
Avatar de natponch
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 06/09/2021 à 17:02
Un jour, des gens travaillant dans la vente de publicités se sont dit..... Tient il nous faudrait un micro pour écouter chaque personne afin de pouvoir leur vendre encore mieux ces pubs...!
3  1 
Avatar de esperanto
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 07/09/2021 à 8:09
Citation Envoyé par cd090580 Voir le message
En même temps ce genre d'appareil est bien obligé d'écouter pour pouvoir répondre....
Le titre est trompeur, ce n'est en effet pas le fait d'écouter, mais bien le fait d'enregistrer, et surtout d'envoyer sur le réseau en dehors du cadre initialement prévu, qui pose problème.

En principe, ces outils ne doivent rien enregistrer ni envoyer au réseau jusqu'à ce qu'ils entendent un mot-clé. Au contraire, des exemples de déclenchement hors contexte se sont multipliés, et difficile de savoir si c'est un bug ou une fonctionnalité voulue par le fabricant.

Citation Envoyé par cd090580 Voir le message
Il serait plus que temps de faire une loi qui régule cette publicité.......et d'arrêter de voir le pognon avec tout....
On dit souvent que si c'est gratuit c'est vous le produit. Il y a quand même une exception: je ne vois pas de pognon, ni de publicité, quand j'utilise des logiciels libres. Et je sais, ou je peux savoir en étudiant le code source, qu'il n'y a pas d'entourloupe. Les outils cités dans l'article ne le sont manifestement pas.
1  0 
Avatar de impopia
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 10/09/2021 à 17:22
On pourrait faire en sorte que lors de l'installation du système d'exploitation sur l'ordinateur / mobile on puisse choisir : installer l'assistant vocal ou non; on verrait alors combien de gens veulent vraiment l'installer. Mais non, l'assistant vocal est installé de force, avec dit-on, la possibilité de l'"inactiver", mais, par exemple sur les systèmes Apple, il est de plus en plus difficile car les paramètres à configurer sont éparpillés dans le paramétrage de toutes les applications, et même après qu'on "inactive" on ne peut pas être sûr de ce qui "transpire".
C'est clairement de la mauvaise volonté, ce qui dit tout concernant le but de ces assistants vocaux.
On est hyper assistés, qu'on le sache ou pas, qu'on le veuille ou pas.
Conclusion : j'attends avec impatience que Linux soit porté sur le nouvaeaux Macbook M1...
1  0 
Avatar de electroremy
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 11/09/2021 à 12:27
Un électronicien a publié dans Elektor un projet de "silencieux" pour enceinte connectée.
Le principe est simple : un appareil à reconnaissance vocale détecte le mot clef ("Alexa", "Siri") et coupe, au bout d'un certain temps, le micro de l'enceinte connectée
De cette façon, en dehors des sollicitations volontaires, l'enceinte connectée ne peux plus écouter ce qu'il se passe.

Qu'on se le dise : la seule donnée personnelle sécurisée est celle qui n'est pas collectée.

La solution est de limiter la connectivité au strict minimum nécessaire :
- préférer un objet non connecté à un objet connecté si possible
- si un objet connecté est nécessaire, l'éteindre lorsqu'il ne sert pas

Je suis en train de concevoir mon propre système domotique avec Arduino. Tout sera en filaire sur un réseau local indépendant.
J'aurais peut-être un module qui fera le lien avec Internet mais uniquement pour des fonctions très limitées.

De même, j'ai un média center avec un RaspBerry Pi, il n'est pas relié à Internet, il peut juste lire des MP3 stockés sur une clef USB ; je peux aussi y connecter mon téléphone en bluetooth pour lire des podcasts sur ma chaine Hifi

Il est absolument aberrant de voir des appareils utilisés uniquement à l'intérieur de la maison avoir besoin d'une connection Internet.
Un usage local, avec ou sans fil, peut se faire de façon locale (filaire, infrarouge, ultrasons, bluetooth ou wifi local)

Souvent la collecte de données et même la connectivité est présente alors qu'elle ne sert à rien.
Le problème étant que les fournisseurs de matériels et de logiciels impose cette connexion pour leur propres intérêts.
C'est à nous, en tant qu'acheteurs et en tant que citoyens, à décider de ne pas utiliser de produits "sur-connectés"
2  1 
Avatar de cd090580
Membre actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2021 à 22:11
En même temps ce genre d'appareil est bien obligé d'écouter pour pouvoir répondre....

Il serait plus que temps de faire une loi qui régule cette publicité.......et d'arrêter de voir le pognon avec tout....
1  1