IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les machines à voter du comté du Colorado interdites après une atteinte à la sécurité
Des données avaient été publiées sur un site alimentant des théories du complot

Le , par Stéphane le calme

209PARTAGES

11  0 
Des fonctionnaires du Colorado ont déclaré jeudi qu'un greffier du comté local avait donné le droit à une personne non habilitée à entrer dans une installation sécurisée lors d'une mise à niveau annuelle du logiciel d'équipement électoral du comté, compromettant ainsi l'équipement.

La greffière du comté de Mesa, Tina Peters, pourrait avoir des problèmes juridiques. Elle a participé à une conférence dirigée par un éminent théoricien du complot électoral.

Cette violation de la sécurité signifie que le comté de Mesa, dans l'extrême ouest de l'État, ne pourra pas utiliser l'équipement Dominion Voting pour ses élections d'automne (Dominion Voting Systems Corporation est une société qui vend du matériel et des logiciels de vote électronique, y compris des machines à voter et des tabulateurs, aux États-Unis et au Canada). Bien que l'accès non autorisé n'ait pas créé de risque de sécurité direct et imminent pour les élections du Colorado, la secrétaire d'État du Colorado, Jena Griswold, a déclaré que l'enquête de son bureau avait confirmé que la personne non autorisée avait divulgué en ligne les mots de passe du logiciel sous-jacent de la machine à voter.

« Nous savons que cette information a été publiée par un théoricien du complot la semaine dernière », a déclaré Griswold, se référant au Gateway Pundit, un site d'information conservateur qui traite des théories du complot électoral.

Elle a interdit au comté de Mesa d'utiliser l'équipement de vote actuel pour la prochaine élection. Le comté peut le remplacer et installer de nouveaux équipements dans les prochaines semaines ou faire un décompte en novembre.

Les commissaires du comté de Mesa se sont réunis en session exécutive pour obtenir des conseils juridiques et discuter de l'avenir du contrat Dominion du comté. La porte-parole du comté, Stephanie Reecy, a déclaré que les commissaires ne commenteraient pas les enquêtes en cours tant qu'elles ne seraient pas terminées.

« Il reste encore de nombreuses questions sans réponse, et le Conseil travaille en étroite collaboration avec un conseiller juridique pour déterminer les prochaines étapes », a déclaré Reecy. « Le conseil d'administration continue de se concentrer sur la garantie de l'intégrité du processus de vote dans le comté de Mesa ».

Comment la violation s'est produite

Lors d'une conférence de presse, Griswold a déclaré que ses enquêteurs avaient découvert que le nom d'une personne non autorisée avait été entré dans le journal des personnes présentes pour une mise à jour logicielle sécurisée menée par les employés de Dominion à la division électorale du comté fin mai.

Griswold a déclaré que la présence de la personne enfreignait les règles pour plusieurs raisons. « Ce n'est pas un employé – vous devez être un employé pour y assister. Vous devez également faire vérifier vos antécédents et le bureau du greffier du comté a spécifiquement induit mon bureau en erreur en disant qu'il s'était conformé aux règles ».

Des vidéos et des photos de cette mise à jour ont ensuite été partagées en ligne par Ron Watkins, un membre influent du mouvement du complot QAnon.

Le procureur du comté de Mesa, Dan Rubinstein, a chargé un enquêteur d'examiner la violation de la sécurité, ce qui pourrait potentiellement conduire à des accusations criminelles.

« Je peux confirmer que nous n'avons pas entamé cette enquête en pensant à une personne ou à un acte criminel et nous réserverons notre jugement à ce sujet jusqu'à ce que l'enquête soit terminée », a déclaré Rubinstein dans un e-mail à Colorado Public Radio. « Je ne suis pas non plus en mesure de spéculer sur la durée de l'enquête, car il est trop tôt pour que nous puissions en mesurer la portée ».

Un porte-parole de Dominion Voting Systems, basé à Denver, qui fournit du matériel électoral au Colorado et à 27 autres États, a déclaré que la société continuait de travailler en pleine coopération avec les autorités de l'État et du comté de Mesa.

Griswold a également déclaré qu'une semaine avant la violation, Peters avait ordonné à son personnel d'éteindre le système de vidéosurveillance qui surveille les machines à voter et qu'il n'a été rallumé que récemment. Elle a déclaré que son bureau attend toujours plus d'informations et de documents et n'a pas été en contact avec Peters depuis le lancement de l'enquête.

Peters est actuellement hors de l'état pour un « cyber symposium » organisé par Mike Lindell, le PDG de MyPillow. Lindell est devenu un champion des théories du complot selon lesquelles l'élection a été volée à l'ancien président Donald Trump. La preuve de fraude que Lindell a déclaré qu'il révélerait lors du symposium ne s'est pas matérialisée.

Dominion Voting Systems poursuit Lindell pour diffamation, affirmant qu'il a diffusé de fausses informations selon lesquelles ses machines à voter auraient truqué l'élection présidentielle de novembre. La société lui réclame des dommages-intérêts de plus de 1,3 milliard de dollars. Il a également poursuivi divers organes de presse conservateurs et personnalités des médias pour avoir fait ce qu'il dit être de fausses affirmations sur les élections et le travail de Dominion.

« Je suis une conservatrice et elle ne l'est pas »

S'exprimant lors de la conférence de Lindell, Peters a accusé Griswold d'avoir lancé une enquête à motivation politique.

« Elle est déjà venue dans mon bureau plusieurs fois au cours des deux dernières années depuis que je suis l'élu, parce que je suis républicain, je suis conservateur et elle ne l'est pas. Et elle arme sa position pour attaquer les gens qui ne sont pas d'accord avec elle », a déclaré Peters.

Elle a qualifié le comté de Mesa de « dernier bastion de la liberté » dans le Colorado et a déclaré qu'elle s'était engagée à aider les électeurs à obtenir plus d'informations sur les élections de novembre 2020.

Peters a critiqué Griswold pour avoir rendu l'enquête autant publique et a déclaré qu'elle avait renvoyé son propre personnel : « Ils ont été harcelés. Ils ont été violemment menacés. Le secrétaire d'État du Colorado a fait du comté de Mesa la cible de violents reproches ».

Matt Crane, chef de la Colorado County Clerks Association, a eu des mots durs pour ce qui s'est passé dans le comté de Mesa, mais a souligné que la violation n'affectait que les machines électorales locales.

« C'était un acte solo, intentionnel et égoïste qui a mis en péril la conduite des élections et le comté de Mesa. Il affecte la compétence des électeurs dans tout l'État. Nous avons entendu des gens dire que c'est héroïque. Pour être clair. Il n'y a rien d'héroïque ou honorable à propos de ce qui s'est passé dans le comté de Mesa », a déclaré Crane, un républicain et ancien greffier du comté d'Arapahoe.

Ni Griswold ni Crane n'ont dit s'ils pensaient que Peters devrait démissionner.

« Je pense qu'il est prématuré de parler de démission ou de quoi que ce soit d'autre », a déclaré Crane. « Voyons ce qui se passe avec cette enquête continue, et en fin de compte, c'est aux habitants de ce comté de décider. »

Peters a été élu greffier en 2018. L'ancienne femme d'affaires et nouvelle venue politique a remporté le poste contre un employé de longue date du bureau du greffier. L'année dernière, elle a subi un contrecoup généralisé lorsque son bureau a découvert 574 bulletins de vote qui n'avaient jamais été collectés dans une boîte de dépôt lors des élections de l'automne 2019.

Peters a survécu à une tentative de la révoquer en raison des bulletins de vote et d'autres problèmes, notamment des allégations selon lesquelles elle n'aurait pas réussi à maintenir un personnel adéquat dans la division électorale.

Source : Colorado Public Radio

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !