IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Location de robot : la nouvelle réponse de la Silicon Valley à la pénurie de main-d'œuvre
Dans les petites usines américaines

Le , par Nancy Rey

157PARTAGES

8  0 
Alors qu'un certain nombre d'entreprises font face à une pénurie de main-d'œuvre et à des demandes de salaires plus élevés à travers le monde, certaines se tournent de plus en plus vers les robots pour le travail automatisé. Celles qui n'ont pas les moyens d'acquérir une énorme flotte de robots se tournent vers un nouveau modèle : la location de robots. La Silicon Valley a donc trouvé un nouveau moyen de persuader les petites entreprises de s'automatiser : louer un robot. Les investisseurs en capital-risque soutiennent de ce fait un nouveau modèle financier : louer des robots, les installer et les entretenir, facturer les usines à l'heure ou au mois, réduire le risque et les coûts initiaux.

L'amélioration de la technologie et la nécessité de payer des salaires plus élevés aux humains ont entraîné une forte augmentation des ventes de robots aux grandes entreprises américaines. Mais peu de ces automates parviennent aux petites entreprises, qui craignent les coûts initiaux élevés et manquent de talents en matière de robotique.

L'augmentation du nombre de robots intervient alors que les USA sont confrontés à une grave pénurie de main-d'œuvre, ce qui oblige les entreprises à se démener pour trouver des travailleurs et dans de nombreux cas, à les payer plus cher qu'avant la pandémie. Au début du mois, le ministère du travail américain a indiqué que les offres d'emploi atteignaient 10,1 millions à la fin du mois de juin, dépassant de 1,4 million le nombre de personnes au chômage. Ce chiffre est en hausse par rapport au mois de mai, qui comptait 9,5 millions d'ouvertures, les entreprises s'efforçant de convaincre les gens de reprendre le travail dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Le nombre total d'offres d'emploi aux États-Unis a dépassé les 10 millions en juin pour la première fois, alors que les entreprises s'efforcent de ramener les travailleurs sur le marché du travail et de pourvoir les postes ouverts


Saman Farid, un ancien investisseur en capital-risque qui a investi dans les robots pendant plus de dix ans et qui a constaté les difficultés liées à l'intégration des robots dans les usines, a créé la société de location de robots Formic Technologies avec le soutien de Lux Capital et d'Initialized Capital, un investisseur de la première heure de la start-up Cruise, spécialisée dans les technologies de conduite autonome.

Garry Tan, partenaire d'Initialized Capital et investisseur dans Formics, a déclaré qu'il y a une convergence d'événements qui font de la possibilité de louer des robots une réalité plutôt qu'un rêve : une meilleure technologie de vision informatique et d'intelligence artificielle des robots, des taux d'intérêt bas et la menace des tensions entre les États-Unis et la Chine sur les chaînes d'approvisionnement. « Il est au centre de trois des plus grandes mégatendances qui animent toute la société aujourd'hui », a déclaré Tan.

Les technophiles et les propriétaires de petites entreprises ne se comprennent pas toujours, un dilemme qui a conduit un groupe industriel, l'Association for Manufacturing Technology, à ouvrir un bureau à San Francisco il y a deux ans, pour rapprocher les deux parties. En effet, le modèle de location fait peser une grande partie de la charge financière sur les jeunes entreprises de robotique, qui courent le risque de voir un fabricant perdre un contrat ou modifier un produit. Les petites usines ont souvent de petites séries de produits plus personnalisés qui ne valent pas un robot. Et Silicon Valley Robotics, un groupe industriel qui soutient les start-up de robots, affirme que dans le passé, le financement a été un défi. Pourtant, certains investisseurs de premier plan sont à bord. Tiger Global, le plus gros bailleur de fonds des start-up technologiques cette année, a soutenu trois entreprises de robots proposant des abonnements en sept mois.


Bob Albert, dont la famille est propriétaire de Polar Hardware Manufacturing, une usine d'emboutissage de métaux vieille de 105 ans à Chicago, a cru à l'argument de Formic selon lequel il paierait moins de 10 dollars de l'heure pour un robot, contre plus de 20 dollars de l'heure pour un travailleur humain moyen. Ce mois-ci, il a vu un bras robotisé prendre une barre de métal dans un bac, tourner sur lui-même et la placer dans une machine plus ancienne qui la plie pour en faire une poignée de porte de 107 cm. « Si le robot fonctionne vraiment bien, nous l'utiliserons beaucoup. Et si ça ne marche pas, aucun de nous ne s'en sort vraiment bien. Nous avons moins autant à perdre qu’eux dans le deal », a déclaré Albert, qui était satisfait des premiers résultats.

Westec Plastics Corp, une usine familiale de moulage de plastique à Livermore, en Californie, a obtenu son premier robot en janvier 2020 et en possède maintenant trois (nommés Melvin, Nancy et Kim) de Rapid Robotics, qui facture 3 750 dollars par mois par robot la première année et 2 100 dollars à partir de la deuxième année. « Melvin fonctionne 24 heures sur 24, dans les trois équipes, et il a remplacé trois opérateurs à plein temps », a déclaré la présidente Tammy Barras, ajoutant qu'elle économise environ 60 000 dollars en coûts de main-d'œuvre par an avec ce seul robot. « Nous avons dû augmenter nos salaires de manière significative cette année en raison de ce qui se passe dans le monde. Et heureusement, Melvin n'a pas augmenté son taux de rémunération. Il ne demande pas d'augmentation », a-t-elle précisé.

Barras, qui compte 102 employés, affirme que les robots ne peuvent pas remplacer les humains aujourd'hui, car ils ne peuvent effectuer que des tâches répétitives et simples, comme prendre un cylindre rond en plastique et estampiller le logo d'une entreprise sur le bon côté. Jordan Kretchmer, cofondateur et PDG de Rapid Robotics, dit rencontrer un certain scepticisme. « Souvent, nous sommes entrés dans une entreprise et nous avons vu un cimetière de robots achetés dans le passé », a-t-il déclaré. Mais il a ajouté : « Les robots peuvent être faciles et ils fonctionnent lorsqu'ils sont entre les mains des bonnes personnes ».

Et vous ?

L'homme vs. L'ordinateur : une machine peut-elle faire votre métier ?

À votre avis dans quelles tâches un robot peut-il remplacer l'humain ?

Voir aussi :

L'intelligence artificielle a entraîné une baisse de 50 à 70 % des salaires, créant ainsi des inégalités de revenus et menaçant des millions d'emplois

Les travailleurs col-blanc bien rémunérés et bien éduqués seront lourdement touchés par l'IA, l'IA étant douée dans les tâches qui exigent de la planification, du raisonnement, selon un rapport

L'IA constitue-t-elle une menace contre l'emploi ? Non, elle en créera des*millions de plus qu'elle n'en détruira selon Byron Reese, voici comment

Jack Dorsey, PDG de Twitter, à Andrew Yang : « L'IA vient pour les emplois de programmation informatique », car elle va bientôt créer ses propres logiciels

Ce sont les cadres, et non les travailleurs, qui perdent leur emploi à cause de l'IA et des robots, grâce aux vastes gains d'efficacité introduits dans des processus qui nécessitaient la supervision

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/09/2021 à 14:20
Citation Envoyé par electroremy Voir le message
Le PIB/ha en France a augmenté de façon continue mais après 1983 les salaires ont arrêté de suivre...
C'est vrai, la richesse est absorbé par des parasites (intermédiaires, actionnaires, etc), l'argent part dans les poches de ceux qui ne produisent rien.
Les salaires stagnent, l'inflation augmente, le pouvoir d'achat diminue, c'est une des principales raisons de l'apparition du mouvement des gilets jaunes.
Les gens ont raison de ne pas être satisfait, ils se font avoir depuis des décennies.

Citation Envoyé par electroremy Voir le message
On a les moyens de passer à la semaine de 4 jours (32 heures) sans baisse de salaire...
Ça dépend quelle entreprise. Je pense qu'il y a des toutes petites entreprises qui ne peuvent pas se le permettre de payer quelqu'un à plein temps pour 32h de travail.
2  0 
Avatar de Pocus
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 03/09/2021 à 16:43
Intéressante vidéo. La femme à la fin fait un jeu de mot sans le vouloir: "You gonna miss the boat". Elle aurait pu dire 'the bot'

Sinon 60k $ économisés par an par salariés... ca fait peur pour la MO peu qualifiée!
1  0 
Avatar de kourpitz
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 04/09/2021 à 9:20
A paris, une jeune stat'up a étudié les mouvements du pizzaïolo et les a reproduit avec un robot à 3 bras ! Les clients sont bluffés. Un robot peut donc faire des actes bien plus complexes que ceux décrits dans cet article :
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/08/2021 à 13:37
Citation Envoyé par Arya Nawel Voir le message
Avec une telle utilisation, ils ne dureront pas, surtout avec la façon dont les choses sont faites de nos jours et les matériaux de mauvaise qualité qui sont fabriqués.
Non mais là c'est de la location, dans un milieu industriel, donc c'est conçu pour durer.
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Westec Plastics Corp, une usine familiale de moulage de plastique à Livermore, en Californie, a obtenu son premier robot en janvier 2020 et en possède maintenant trois (nommés Melvin, Nancy et Kim) de Rapid Robotics, qui facture 3 750 dollars par mois par robot la première année et 2 100 dollars à partir de la deuxième année. « Melvin fonctionne 24 heures sur 24, dans les trois équipes, et il a remplacé trois opérateurs à plein temps », a déclaré la présidente Tammy Barras, ajoutant qu'elle économise environ 60 000 dollars en coûts de main-d'œuvre par an avec ce seul robot. « Nous avons dû augmenter nos salaires de manière significative cette année en raison de ce qui se passe dans le monde. Et heureusement, Melvin n'a pas augmenté son taux de rémunération. Il ne demande pas d'augmentation », a-t-elle précisé.
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
L'homme vs. L'ordinateur : une machine peut-elle faire votre métier ?
Si les entreprises injectent des centaines de milliards chaque année dans la recherche et le développement de robot, peut-être que dans 50 ans ils commenceront à pouvoir faire certaines tâches que je réalise, mais c'est pas gagné.
0  0 
Avatar de calvaire
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/08/2021 à 21:01
ces visionnaires devraient aller dans une usine de voiture...
Certe y'a pleins de robots mais y'a aussi pleins d'ouvrier, l'usine Peugeot de Sochaux c'est 9000 salariés.

On peut pas monter et faire fonctionner une usine sans humain, les robots réduise la main d'oeuvre mais pas forcément de beaucoup en fonction des domaines.
0  0 
Avatar de calvaire
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 28/08/2021 à 9:14
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Les sommes investies dans la recherche et le développement des robots et de l'intelligence artificielle (algorithme) sont énormes, donc à force quelque chose de performant pourrait en sortir.
nous n'en sommes pas encore la, je n'ai encore jamais vu d'algorithme capable de ce genre de prouesse et un robot soudeur dans une usine ca coute cher, il faut produire en volume pour le rentabiliser et il faut des techniciens pour l'entretenir et le réparer.

Pour moi dans l'avenir on va aller de plus en plus vers des produits spécifique répondant au plus pres des besoins des consommateurs, donc des produits plus sur mesure et produit en quantité moindre. Il suffit de voir la multiplication des modèles de smartphone par exemple, chacun répondant a des besoins spécifique. Depuis le début de l'année rien que, pour xiaomi par exemple on est a plus de 30 modèles.

Ce que je vois c'est que la main d'oeuvre en France a baissée et la main d'oeuvre ailleurs (Pologne, Chine...) a augmenté. On arrive de plus en plus à un équilibre ou les entreprises n'ont plus trop d'intérêt a délocalisé.
Si Intel fabrique ces CPU aux USA ou en Israel c'est que les couts sont pas si élevée que ca. Une main d'oeuvre au final ca coute que quelques centime sur des millions/millairds de produits.
D'ailleurs j'aimerais bien connaitre le prix de la main d'oeuvre sur une voiture produite en France et en Roumanie/Maghreb/Turquie. A mon avis le prix doit etre de quelques centaine d'euro en plus.
J'arrive a trouver des tshirt avec de la matière premiere et de la fabrication 100% française à 30€, On trouve certes moins cher mais on trouve aussi de grande marche made in Bangladesh à 100€... A 30€ je trouve qu'on se défend plutot bien.
0  0 
Avatar de electroremy
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 10/09/2021 à 12:45
L'automatisme en général (et les robots en particulier) a beaucoup progressé en milieu industriel

Lorsque j'étais élève ingénieur à la fin des années 1990, la vision par ordinateur était encore au stade expérimental

Aujourd'hui, elle est couramment utilisée en industrie, des modules camera + CPU tout fait sont disponibles chez les fournisseurs et ils sont faciles à programmer pour des applications de type "pièce bonne / pièce mauvaise" ou "trouver l'orientation de la pièce sur un tapis pour la prendre avec un robot"

Des tas de choses qui étaient considérées comme "non automatisables" le peuvent aujourd'hui.

Des technologies qui relevaient de la science fiction ou qui étaient réservées à une élite sont aujourd'hui banales.

Une usine dans laquelle j'ai été missionné a une ligne de production dans laquelle des meubles sont fabriqués et assemblés de A à Z par une machine automatique. Les employés ont seulement besoin d'alimenter les magasins de la machine en planches, en colle, en pièces de quincaillerie et en panneaux de bois. La machine emballe même les meubles dans des cartons en collant une étiquette avec l'adresse du destinataire.

Il va falloir sérieusement se poser la question du temps de travail... Sujet ô combien sensible alors qu'en fait c'est purement rationnel

On a un monde où de plus en plus de travail peut être réalisé par des machines.
C'est une bonne nouvelle, à condition de diminuer progressivement le temps de travail pour le bien de tous, et aussi l'écologie (semaine de 3 ou 4 jours => moins de trajets en voiture)

Au lieu de ça :
- on a un nombre important de chômeurs qu'il faut indemniser pour des raisons sociales évidentes, car on ne va pas jeter les gens à la rue
- on a de plus en plus de métiers inutiles, dont la seule utilité est... d'occuper les gens "c'est un job dépourvu de sens mais c'est toujours mieux que le chômage"

La technologie nous offre une chance que nous n'exploitons pas, dommage.
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/09/2021 à 13:30
Citation Envoyé par electroremy Voir le message
C'est une bonne nouvelle, à condition de diminuer progressivement le temps de travail pour le bien de tous, et aussi l'écologie (semaine de 3 ou 4 jours => moins de trajets en voiture)
Votre vision de l'avenir est beaucoup trop utopiste.
Il y a plein de raisons qui font que je ne crois pas à ce scénario, par exemple :
- Les entreprises n'ont pas le budget pour embaucher plus de monde.
- Si les weekends duraient 3 ou 4 jours, certains partiraient à 600 km.
0  0 
Avatar de electroremy
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 10/09/2021 à 14:04
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Les entreprises n'ont pas le budget pour embaucher plus de monde.
Les inégalités ont explosé, l'argent est bien là.
Le PIB/ha en France a augmenté de façon continue mais après 1983 les salaires ont arrêté de suivre...
On a les moyens de passer à la semaine de 4 jours (32 heures) sans baisse de salaire... mais il faudra que les dirigeants et actionnaires acceptent de revenir à une rémunération "décente" ; l'impossibilité n'est pas économique mais politique, et ça ne sera pas évident

Pour une réduction plus forte du temps de travail, il faudrait une baisse de salaire, mais cette baisse de salaire sera compensée en partie :
- par les économies de frais de transport
- par les économies de garde d'enfant
- par les économies liées à un chômage bien plus faible et donc des cotisations sociales plus faibles

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Si les weekends duraient 3 ou 4 jours, certains partiraient à 600 km.
C'est déjà le cas avec le télétravail

Et c'était même le cas avant le télétravail à Paris, avec les "navetteurs" (cadres qui vont bosser en TGV)

D'ailleurs ces longs trajets restent pénibles en voiture ; 600km tu en fais la majeure partie en train, ça vaut le coup en prenant un abonnement et c'est à la fois plus confortable et plus écolo. Le train permet aussi de travailler sur ordinateur, pour un poste partiellement télétravaillable le trajet en train est donc travaillable.

C'est assez amusant de constater que depuis 150 ans les arguments contre la baisse du temps de travail sont toujours les mêmes, et que les catastrophes annoncées ne se sont jamais produites.
0  0 
Avatar de electroremy
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 10/09/2021 à 20:59
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ça dépend quelle entreprise. Je pense qu'il y a des toutes petites entreprises qui ne peuvent pas se le permettre de payer quelqu'un à plein temps pour 32h de travail.
C'est une bonne remarque, toutes les activités n'ont pas les mêmes contraintes, et en particulier le ratio chiffre d'affaires/main d'oeuvre.

Il faut en tenir compte pour ne pas planter financièrement certaines entreprises.

Cela peut se faire en ajustant les taux de cotisations prélevés sur la main d'oeuvre et les taux de cotisations prélevés sur la production, en tenant compte aussi d'autres facteurs (taille de l'entreprise, ...)

Des taux judicieusement choisi aboutiraient à une auto-régulation (faire en sorte que la solution optimale sur le plan fiscal soit aussi la plus vertueuse sur le plan social)
0  0