IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les États-Unis autorisent Huawei à acheter des puces automobiles
Ce qui provoque des réactions négatives

Le , par Bill Fassinou

191PARTAGES

4  0 
À en croire les déclarations de hauts fonctionnaires de Washington ces dernières semaines, Huawei pourrait faire son retour sur le marché américain après plus deux ans sur la liste des entreprises indésirables dans le pays. Un rapport exclusif de Reuters mercredi indique que les États-Unis ont accordé des licences autorisant les fournisseurs à vendre des puces à Huawei pour les composants automobiles, tels que les écrans vidéo et les capteurs. La rumeur indique également que la nouvelle ne réjouit pas tout le monde, certains reprochant à l'administration Biden de relâcher la pression sur les entreprises d'espionnage chinoises.

Huawei est peut-être de retour sur le marché américain

Huawei, le plus grand fabricant d'équipements de télécommunications au monde, a été gêné par les restrictions commerciales imposées par l'administration Trump sur la vente de puces et d'autres composants utilisés dans ses activités liées aux équipements de réseau et aux smartphones. L'entreprise est inscrite sur une longue liste d'entreprises chinoises considérées comme une menace pour la sécurité nationale des États-Unis. À travers un décret, l'ex-président Donald Trump, a gelé les relations commerciales entre Huawei et les entreprises américaines. Cela a eu un impact considérable sur la production de smartphones de l'entreprise.



En fait, le décret a interdit aux entreprises américaines de vendre Huawei des biens et des technologies sans une licence spéciale du gouvernement. Dès son installation, la nouvelle administration Biden a renforcé la ligne dure sur les exportations vers Huawei, refusant les licences de vente de puces à Huawei pour une utilisation dans ou avec des appareils 5G. Selon les rapports financiers, Huawei a enregistré la plus forte baisse de revenus de son histoire au premier semestre 2021. La société a fait état d'une baisse de 16,5 % de son chiffre d'affaires trimestriel, par rapport à l'année précédente, en raison de la chute des revenus tirés des smartphones.

Les restrictions américaines l'ont poussé à vendre une partie de son activité autrefois dominante dans le domaine des téléphones et avant que les nouveaux secteurs de croissance n'aient atteint leur pleine maturité. À titre d'exemple, en novembre dernier, Huawei a procédé à la vente de sa marque de smartphone Honor. Mais ces dernières semaines, des personnes familières avec le processus de demande auraient déclaré à Reuters que les États-Unis avaient accordé des licences autorisant les fournisseurs à vendre des puces à Huawei pour des composants de véhicules tels que des écrans vidéo et des capteurs.

Ces autorisations interviennent au moment où Huawei oriente ses activités vers des articles qui sont moins susceptibles d'être soumis à des interdictions commerciales américaines. Les puces automobiles ne sont généralement pas considérées comme sophistiquées, ce qui abaisse la barre de l'approbation. Une personne proche de ces approbations de licences a déclaré que le gouvernement américain accorde des licences pour les puces dans les véhicules qui peuvent avoir d'autres composants avec une capacité 5G. Selon la personne, le département du Commerce n'a pas le droit de divulguer les approbations ou les refus de licence.

Interrogé sur le sujet, un porte-parole du ministère américain du Commerce a déclaré que le gouvernement continuait à appliquer de manière cohérente les politiques d'octroi de licences « afin de restreindre l'accès de Huawei aux marchandises, aux logiciels ou aux technologies pour des activités qui pourraient nuire aux intérêts de la sécurité nationale et de la politique étrangère des États-Unis ». Cela dit, la décision n'est pas populaire auprès de tout le monde. Le sénateur Marco Rubio a qualifié cette décision de « nouvel exemple de l'échec du président Biden à protéger la sécurité économique et nationale de l'Amérique ».

Plusieurs personnes s'opposent à ces accords de licences

Rubio a déclaré que Huawei exportait depuis longtemps "l'autoritarisme numérique" de Pékin et a exhorté l'administration Biden à renforcer les sanctions et les restrictions à l'encontre de Huawei et d'autres entreprises technologiques chinoises "au lieu d'accorder des dérogations". Le sénateur républicain Tom Cotton, qui s'est montré très critique à l'égard de Huawei par le passé, a déclaré dans un communiqué : « Il est inacceptable que l'administration Biden relâche la campagne de pression contre les entreprises d'espionnage chinoises comme Huawei ». Toutefois, certains experts ne considèrent pas ces accords de licence comme un risque.

« S'il s'agit vraiment d'un produit de base, je pense que nous voudrions que les entreprises occidentales et alliées obtiennent ces revenus », a déclaré Cordell Hull, un haut fonctionnaire du ministère du Commerce sous l'administration Trump qui a contribué à l'élaboration des politiques américaines sur les exportations vers la Chine. « En soi, je ne vois pas un énorme risque (de sécurité nationale) », a-t-il ajouté. De son côté, une porte-parole de Huawei a refusé de commenter les licences, mais a déclaré que l'entreprise s'engageait sur un nouveau marché avec de grandes ambitions, dont celui de devenir un fournisseur de taille.

« Nous nous positionnons comme un nouveau fournisseur de composants pour les véhicules connectés intelligents, et notre objectif est d'aider les OEM (constructeurs) automobiles à construire de meilleurs véhicules », a-t-elle déclaré. Soulignant le passage aux voitures intelligentes, le président sortant de la société chinoise, Eric Xu, a annoncé au salon de l'automobile de Shanghai plus tôt cette année que Huawei avait signé des contrats avec trois constructeurs automobiles chinois appartenant à l'État, dont le groupe BAIC, pour fournir "Huawei Inside". Il s'agirait d'un système d'exploitation pour véhicules intelligents.

Dans un autre signe de l'ambition de Huawei dans cet espace, après que les fournisseurs ont reçu des licences autorisant la vente de dizaines de millions de dollars de puces à Huawei, la société leur aurait demandé de faire une nouvelle demande et de demander des valeurs plus élevées comme un ou deux milliards. Les licences sont généralement valables pour quatre ans. Richard Barnett, directeur du marketing d'une société mondiale de conseil en électronique appelée Supply Frame, a déclaré que Huawei n'en est qu'au "début" de sa tentative d'investir dans le marché des véhicules intelligents estimé à 5 000 milliards de dollars.

Selon Barnett, ce marché présente un fort potentiel de croissance à l'intérieur et à l'extérieur de la Chine. « Les voitures et les camions sont maintenant des ordinateurs sur roues », a déclaré Barnett. « Cette convergence est ce qui motive l'orientation stratégique de Huawei pour devenir un acteur plus important dans ce domaine », a-t-il ajouté.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

La société chinoise Huawei annonce une baisse de 16,5 % de son chiffre d'affaires trimestriel, par rapport à l'année précédente, en raison de la chute des revenus tirés des smartphones

La Maison-Blanche prolonge d'un an son décret mettant Huawei et ZTE sur liste noire, gelant ainsi leurs relations commerciales avec des entreprises américaines

Huawei procède à la vente de sa marque de smartphone Honor, pour tenter d'échapper aux sanctions américaines et s'approvisionner en composants électroniques afin de maintenir la marque en vie

Covid-19 : Les ventes de smartphones en déclin de 20 % au premier trimestre selon Gartner. Huawei observe sa première baisse de ventes mais conserve la seconde place du classement

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Zefling
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/08/2021 à 9:55
Ce qui est drôle c'est les société de la tech américaines ne sont pas un problème pour la sécurité national des autres pays, quand on voit ce que l'on laisse faire.
Alors que pour moi, c'est limite pire niveau espionnage.
6  1 
Avatar de marc.collin
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/08/2021 à 18:46
est ce que si huawei devient trop fort dans l'autonomile, les usa font faire de la propagande et les sanctionner?
5  1 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 27/08/2021 à 15:16
Citation Envoyé par Zefling Voir le message
Ce qui est drôle c'est les société de la tech américaines ne sont pas un problème pour la sécurité national des autres pays, quand on voit ce que l'on laisse faire.
Alors que pour moi, c'est limite pire niveau espionnage.
Il y a une différence fondamentale : les USA sont nos alliés donc ils sont gentils. Huawei c'est la Chine du camp géopolitique d'en face donc ils sont méchants. Bref les mêmes raisons pour lesquelles on ne vaccine pas avec du Spoutnik V ou du Sinovac dans nos contrées.
5  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/08/2021 à 14:08
Citation Envoyé par air-dex Voir le message
Bref les mêmes raisons pour lesquelles on ne vaccine pas avec du Spoutnik V ou du Sinovac dans nos contrées.
Oui, le Sinovac, c'est de la merde, hein. Je te concède que le spoutnik V, lui, aurait pu avoir son utilité.
0  1