IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk lance la dernière version bêta du Full Self-Driving de Tesla et déclare qu'elle n'est "pas géniale",
Alors que l'entreprise avait promis d'atteindre une autonomie de niveau 5 cette année

Le , par Bill Fassinou

150PARTAGES

4  0 
Elon Musk et Tesla continuent de donner raison aux critiques qui les accusent de faire du battage médiatique quant aux capacités réelles du Full Self-Driving (FSD). La société a déployé cette semaine la dernière version bêta de version 9.2 du FSD, mais Musk a déclaré dans un tweet lundi que cette mise à jour du logiciel n'est pas "géniale". Le tweet critique de Musk est intervenu quelques jours seulement après qu'il a vanté les prouesses de Tesla en matière de systèmes autonomes et de composants pour ces derniers lors d'un événement appelé "Tesla AI Day".

« FSD Beta 9.2 n'est en fait pas génial imo, mais l'équipe Autopilot/AI se mobilise pour s'améliorer aussi vite que possible », a écrit lundi Elon Musk, PDG de Tesla, sur Twitter. « Nous essayons d'avoir une seule pile pour les autoroutes et les rues de la ville, mais cela nécessite une reconversion massive de NN », a-t-il ajouté. Le tweet critique de Musk fait suite au lancement d'une enquête officielle sur le système Autopilot de Tesla par les autorités fédérales chargées de la sécurité des véhicules aux États-Unis la semaine dernière. Les autorités américaines appellent à une réglementation plus stricte du secteur.



En effet, si la fonction Full Self-Driving de Tesla semble parfois impressionnante, les vidéos des bêta-testeurs montrent qu'elle n'est pas à la hauteur dans les moments critiques. Dans l'une de ces vidéos, l'on peut voir une voiture Tesla avec l'Autopilot activé s'approchant d'un petit chantier de construction se diriger soudainement vers un trou marqué par des cônes orange. Dans les versions bêta précédentes, les Teslas ont réussi à prendre des virages dans les rues de la ville avant de foncer sur des voitures en stationnement ou de s'égratigner en passant à travers des buissons envahissants qui s'étendent sur le trottoir.

La société vend actuellement un pack comportant le FSD pour 10 000 dollars ou 199 dollars par mois aux États-Unis. Ce système d'aide à la conduite haut de gamme ne rend pas les véhicules électriques Tesla sûrs à utiliser sans un conducteur attentif derrière le volant. Environ neuf heures après sa remarque critique, Musk a ajouté un autre tweet au même fil de discussion en disant qu'il venait de tester la version bêta 9.3 de la FSD en conduisant de Pasadena à l'aéroport de Los Angeles et qu'il l'avait trouvée "bien meilleure". Le FSD Beta 9.3 n'est pas encore disponible pour les milliers de conducteurs Tesla inscrits au programme FSD Beta.

Le FSD Beta n'est disponible que pour certains conducteurs ayant déjà acheté le FSD et les employés de Tesla. La version bêta présente des fonctionnalités nouvelles ou récemment révisées qui sont ajoutées aux fonctions d'aide à la conduite haut de gamme de la voiture. Les conducteurs acceptent généralement de garder leurs expériences privées, bien que certains utilisateurs publics du FSD Beta soient autorisés à poster des vidéos sur les médias sociaux montrant et critiquant les dernières fonctionnalités qu'ils ont essayées sur les routes américaines.

Les régulateurs pourraient un jour décider d'interdire les essais de véhicules sur les routes publiques avec des conducteurs qui ne sont pas des professionnels formés. Mais pour l'instant, aucune réglementation n'empêche Tesla de transformer ses clients, et tous ceux avec qui ils partagent la route, en cobayes. Le tweet critique de Musk lundi est intervenu quelques jours après qu'il s'est enorgueilli des prouesses de Tesla en matière de systèmes autonomes à Tesla AI Day. Lors de cet événement, jeudi dernier, Tesla a présenté une puce personnalisée pour l'entraînement des réseaux d'IA dans les centres de données.

Ces puces sont destinées à former des modèles permettant d'identifier automatiquement divers obstacles qui apparaissent sur la route dans les flux vidéo enregistrés par les caméras à l'intérieur des véhicules Tesla. Aujourd'hui, le FSD est vendu avec la promesse de permettre à un véhicule Tesla de changer automatiquement de voie, de naviguer sur l'autoroute, de se placer sur une place de stationnement ou d'en sortir et de parcourir une petite distance à un rythme lent sans personne au volant. Tesla indique que, plus tard dans l'année, le FSD inclura également la possibilité de se diriger automatiquement dans les rues de la ville.

Cette fonctionnalité a été longtemps retardée. La version bêta du FSD inclut la fonction de pilotage automatique dans les rues de la ville, bien qu'elle soit imparfaite et incomplète. En outre, selon certains analystes, le tweet de Musk donne du poids aux arguments selon lesquels Tesla n'atteindra pas une autonomie complète de si tôt. En sus, en mars dernier, l'agence fédérale américaine NTSB (National Transportation Safety Board) a accusé Tesla de commercialiser un système de conduite autonome, inachevé et défaillant. La semaine dernière, une enquête a été ouverte sur l'Autopilot après une série d'accidents l'impliquant.

L'Autopilot est la version de base du système d'aide à la conduite de Tesla, et il fait désormais partie de l'équipement standard de ses voitures. Selon la NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration), les véhicules Tesla équipés du système Autopilot, ou simplement d'un régulateur de vitesse tenant compte de la circulation ont percuté des véhicules de premiers secours au moins 11 fois aux États-Unis, faisant au moins 17 blessés et un mort. Cette constatation est à l'origine de l'enquête officielle visant à déterminer si le système Autopilot présente des défauts de sécurité que la NHTSA pourrait obliger Tesla à corriger.

En outre, à la fin de la semaine dernière, la nouvelle présidente du NTSB, Jennifer Homendy, a déclaré dans une interview accordée à Bloomberg : « Qu'il s'agisse de Tesla ou de n'importe qui d'autre, il incombe à ces fabricants d'être honnêtes dans ce que leur technologie fait et ne fait pas ». Par ailleurs, il est important de noter que le développement du FSD de Tesla a connu une histoire longue et mouvementée. En juin 2016, Musk avait déclaré qu'il pensait que les véhicules entièrement autonomes n'étaient que dans quelques années.

« Je considérerais vraiment que la conduite autonome est fondamentalement un problème résolu. Je pense que nous sommes fondamentalement à moins de deux ans de l'autonomie complète », a-t-il déclaré. Des mois plus tard, Tesla a commencé à livrer des voitures avec le nouveau matériel Autopilot, dont l'entreprise a déclaré à l'époque qu'il serait capable d'une conduite autonome complète. (Cette déclaration s'est avérée ne pas être entièrement vraie - certains propriétaires doivent payer pour un nouvel ordinateur afin d'accéder au Full Self-Driving).

En 2016, Tesla a également commencé à vendre aux clients un accès futur à la fonction pour 5 000 dollars, un prix que l'entreprise augmentait par paliers jusqu'à 10 000 dollars. Pourtant, après des années de développement et de prédictions manquées, le FSD n'est toujours pas prêt pour l'heure de grande écoute. Au début de l'année, Tesla a changé d'approche, passant de l'écriture d'un logiciel reposant sur une combinaison de radars et de caméras à la suppression des radars sur ses voitures Model 3 et Y. Cette modification a éloigné son approche de celle de ses pairs.

Ces derniers utilisent des radars, des caméras et des lidars pour tenter de dépasser le niveau 2 de la conduite autonome. La suppression du radar, ainsi que l'ajout de la conduite autonome dans les rues de la ville, a obligé les ingénieurs de Tesla à refaire une grande partie du logiciel, ce qui a encore retardé sa sortie à grande échelle. Il n'est pas clair si Musk pense que Tesla sera encore en mesure d'atteindre son objectif de fin d'année d'atteindre le niveau 5 d'autonomie, c'est-à-dire une voiture qui peut se conduire toute seule à tout moment sans intervention humaine.

Selon un document interne de l'entreprise, Tesla est actuellement au niveau 2. « Le ratio d'interaction avec le conducteur devrait être de l'ordre de 1 ou 2 millions de miles par interaction avec le conducteur pour passer à des niveaux d'automatisation plus élevés. Tesla a indiqué qu'Elon extrapole sur les taux d'amélioration lorsqu'il parle des capacités L5. Tesla ne pouvait pas dire si le taux d'amélioration permettrait d'atteindre le niveau L5 d'ici la fin de l'année civile », indique le mémo.

Source : Elon Musk

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

L'agence fédérale américaine NTSB accuse Tesla de commercialiser l'Autopilot, un système de conduite autonome, inachevé et défaillant et appelle à une réglementation plus stricte du secteur

Autopilot de Tesla : les États-Unis enquêtent sur la fonctionnalité après que 11 Tesla se soient écrasées contre des véhicules d'urgence

Les États-Unis demandent à Tesla de rappeler 158 000 véhicules pour cause de panne d'écran tactile, le défaut de sécurité concerne les anciens véhicules Models S et X

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !