IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les Afghans suppriment leurs comptes de médias sociaux alors que les talibans se saisissent de matériels de surveillance US
Ces dispositifs pourraient aider à punir les militants de l'ancien régime

Le , par Bill Fassinou

152PARTAGES

3  0 
Les talibans s'empareraient l'un après l'autre des systèmes d'identification des Afghans et les équipements de surveillance mis en place par les Américains au cours de ces deux dernières décennies. Dans cette atmosphère, les Afghans s'empressent pour supprimer toute trace numérique les concernant, y compris leurs comptes de médias sociaux, afin d'échapper à toute forme de représailles de la part des nouveaux tenants du pouvoir. Les médias locaux avaient rapporté la semaine dernière que les Afghans faisaient la course pour effacer leur vie en ligne (ou leur historique numérique) pour échapper à la biométrie.

Les Afghans font tout ce qu'ils peuvent pour disparaître d'Internet

Depuis la reprise du pouvoir par les talibans, chaque photo et chaque point de données est potentiellement un lien avec le mode de vie sous l'ancien régime, et donc une raison pour les talibans de se venger. Craignant d'être visés par les opérations de surveillance en ligne des talibans, les alliés afghans des États-Unis se précipitent en masse pour supprimer leurs profils de médias sociaux. Pendant ce temps, de nombreux groupes de défense de la vie privée et des droits de l'homme s'inquiètent du fait que le programme de données américain dont les talibans pourraient hériter pourrait avoir des répercussions sur les libertés civiles.



Le 16 août, le groupe Human Rights First, basé à New York, a annoncé que des combattants talibans avaient mis la main sur des outils de surveillance américains. Ces appareils, connus sous le nom de Handheld Interagency Identity Detection Equipment (HIIDE), étaient utilisés par les soldats pour scanner les données biométriques des Afghans afin de faire correspondre les empreintes digitales sur les engins explosifs improvisés (EEI), et pour d'autres enquêtes médico-légales de ce type. L'avis de Human Rights First comprenait des guides multilingues destinés aux alliés afghans sur la protection de leur identité numérique.

« Nous comprenons que les talibans sont désormais susceptibles d'avoir accès à diverses bases de données et équipements biométriques en Afghanistan, dont certains ont été abandonnés par les forces militaires de la coalition », a déclaré la semaine dernière le groupe de défense des droits de l'homme dans un communiqué. « Cette technologie est susceptible d'inclure l'accès à une base de données avec des empreintes digitales et des scans de l'iris, et d'inclure une technologie de reconnaissance faciale ». Cet avertissement correspond à de nombreux rapports faisant état de la suppression par les Afghans de leurs profils sur les médias sociaux.

L'Agence américaine pour le développement international (USAID) aurait fait circuler des courriels à ses partenaires en Afghanistan leur conseillant de "supprimer les photos et les informations qui pourraient rendre des individus ou des groupes vulnérables". Cela dit, l'ancien procureur de l'armée américaine John Maher a déclaré que cet avertissement spécifique concernant la prise d'équipement HIIDE par les talibans est probablement exagéré. Maher, qui a travaillé sur le programme de biométrie afghan lorsqu'il était responsable du centre de justice de Parwan, a déclaré que les appareils HIIDE sont protégés par un mot de passe.

Selon lui, après qu'un soldat utilise l'appareil et télécharge les données dans la base de données centrale, le protocole prévoit d'effacer l'appareil. « Même si les [talibans] parviennent à pénétrer dans ce dispositif, ils obtiendront une liste non classifiée de leurs propres membres », a déclaré Maher. En outre, il a déclaré que contrairement à ce que l'on pense, les talibans ne peuvent pas exploiter ces systèmes pour mener des opérations pour localiser leurs ennemis sans l'aide d'un acteur extérieur mieux outillé. En effet, Maher a déclaré qu'il pense qu'ils devraient être aidés par des gouvernements plus sophistiqués comme la Chine ou l'Iran.

« Je suis sceptique quant à la sophistication des talibans », a-t-il déclaré. Néanmoins, si les dispositifs HIIDE ne présentent peut-être pas de risque pour les Afghans, les talibans ont déjà utilisé des systèmes biométriques pour cibler leurs ennemis. Selon un rapport de 2016 de TOLOnews, en 2016, ils auraient utilisé une base de données gouvernementale pour vérifier si les passagers d'un bus étaient des membres des forces de sécurité. Pour d'autres, à l'instar de Klon Kitchen - chercheur principal à l'American Enterprise Institute - la saisie des dispositifs HIIDE par les talibans est l'une des nombreuses fautes imputables à Washington.

Klon Kitchen a déclaré que les risques liés à la sécurité posés par les équipements de surveillance américains abandonnés ne sont qu'une des nombreuses conséquences d'un retrait bâclé des États-Unis d'Afghanistan. « Un retrait correct aurait impliqué la suppression de tous les fichiers numériques dans les installations et serveurs américains en Afghanistan, la destruction de tous les ordinateurs et autres équipements physiques, et la collaboration avec les entreprises technologiques et les plateformes de médias sociaux pour protéger les identités afghanes », a déclaré Kitchen.

« Pendant ce temps, les informations biométriques recueillies sur des dizaines de millions d'Afghans restent dans les bases de données du gouvernement américain, et peuvent être utilisées par le FBI, le ministère de la Sécurité intérieure et d'autres agences pour des enquêtes. Ce sont des données interagences maintenant », a-t-il déploré. Selon les médias américains, jusque-là, les responsables du ministère de la Défense (DoD) n'ont pas donné des réponses convaincantes sur le statut et la sécurité des données afghanes, notamment à la question de savoir s'il existe encore des bases de données centralisées en Afghanistan.

Les systèmes de fichage des populations sont-ils dangereux ?

Plusieurs groupes de défense de la vie privée s'insurgent contre la quantité croissante de données que les gouvernements récoltent aujourd'hui sur leurs sujets et qui peuvent par la suite constituer un danger pour eux. Selon un rapport du média américain The Epoch Times, plus largement, le programme biométrique du DoD a suscité un débat sur le rôle que cette technologie devrait jouer dans la société. « Ce n'est rien de plus compliqué que les données relatives aux empreintes digitales, qui ont plus de 100 ans », a déclaré Maher au sujet des inquiétudes suscitées par la collecte de données biométriques par le gouvernement.

Les partisans des programmes biométriques soulignent les avantages de la lutte contre la criminalité. Outre les innombrables affaires résolues grâce à la collecte des empreintes digitales, les experts en médecine légale ont fait des percées dans le domaine de l'analyse de l'ADN, aidant à résoudre des affaires comme celui du "Golden State Killer". Ils affirment aussi que la collecte de données biométriques sur les citoyens permet aux gouvernements d'établir des identités numériques - permettant aux gens de voyager plus facilement, d'ouvrir des comptes bancaires, de recevoir des soins médicaux et d'accéder à d'autres services sociaux.

« Imaginez un monde où l'embarquement ne prend pas cinq jours, mais seulement quatre heures. Où pour prouver que vous êtes éligible pour recevoir votre pension de l'ONU, cela ne prend que deux minutes à partir du smartphone dans la paume de votre main, comparé à deux mois en utilisant l'ancienne poste régulière », peut-on lire sur un site Web des Nations Unies, vantant les mérites de l'UN Digital ID. « L'identifiant numérique de l'ONU est le même moteur sous-jacent qui alimentera tous ces cas d'utilisation et bien d'autres encore », renseigne également le site Web.

Cependant, les défenseurs des libertés civiles et de la vie privée ont exprimé des inquiétudes quant à l'utilisation de la biométrie par les gouvernements à des fins de répression. Dans son livre "First Platoon", l'auteure Annie Jacobsen a comparé le programme afghan au programme "Physicals for All" du Parti communiste chinois imposé aux musulmans ouïghours en Chine. « En plus des échantillons d'ADN, le programme a permis de collecter des données biométriques sur 36 millions de Chinois ouïghours, notamment des scans de l'iris, des images faciales, des empreintes vocales et bien d'autres choses encore », a déclaré Jacobsen.

« Les groupes de défense des droits de l'homme ont raison de le dénoncer, mais ils n'ont pas encore admis que ce programme "Physicals for All" est directement modelé sur le programme du Pentagone en Afghanistan », a-t-elle déclaré. Jacobsen a fait valoir que le programme afghan pourrait venir aux États-Unis sous la forme d'une technologie de traçage des contacts et de passeport vaccinal. Elle a souligné que Palantir, la même société qui a construit le logiciel pour le programme afghan, travaille maintenant avec le département américain de la santé et des services sociaux (HHS).

Cette collaboration vise à rassembler des ensembles de données disparates et à fournir une meilleure visibilité au HHS sur la propagation du Covid. « L'argument selon lequel ce qui se passe en Chine - c'est-à-dire la mise en banque obligatoire des données biographiques de toute une population, y compris l'ADN - ne pourrait jamais se produire en Amérique est optimiste. La pandémie de 2020 a suscité l'enthousiasme pour les programmes de recherche de contacts dirigés par le gouvernement aux États-Unis, ouvrant la voie à des programmes de qualité militaire pour la mise en banque des données biologiques des Américains », a-t-elle déclaré.

« Parce que la maladie est au centre de cette nouvelle menace, la réalité que les échantillons de cellules ADN des citoyens intéressent le gouvernement n'est plus de la science-fiction », a-t-elle ajouté. Le militant antiguerre Scott Horton a approuvé la thèse de Jacobsen. « Il suffit de regarder le Patriot Act : il était censé nous protéger des terroristes, et pourtant ils l'utilisent tout le temps sur tout le monde. Cette fois, ce sont les conservateurs qui pourraient être victimes du retour de bâton, les agences fédérales américaines intensifiant leurs activités de surveillance intérieure », a déclaré Horton.

« Vous savez, les personnes qui ont soutenu la guerre en font maintenant les frais. C'est la guerre contre le terrorisme qui revient à la maison. C'est ce qui arrive toujours », a-t-il conclu.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Pensez-vous que le fichage des populations comporte des dangers pour ces dernières ?
La lutte contre le terrorisme justifie-t-elle la collecte massive de données personnelles par les gouvernements ?

Voir aussi

Les Afghans s'efforcent d'effacer leur historique numérique et d'échapper à la biométrie pour se prémunir des représailles des talibans

Le porte-parole des talibans accuse Facebook d'étouffer la liberté d'expression en censurant les comptes liés à l'organisation. Twitter apparaît pour l'heure moins ferme, plus en prudence

Facebook, Twitter et LinkedIn sécurisent les comptes des utilisateurs afghans dans un contexte de prise de contrôle par les talibans

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Cpt Anderson
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/08/2021 à 11:28
Je pense que ceux qui ont soutenu les US et le gouvernement afghan de papier, qui ont cru en la démocratie occidentale et qui sont abandonnés à leur triste sort aujourd'hui vont prendre très chers...

On compte tous sur ce bon vieux BHL pour aller soutenir les populations sur place. Avec un peu de chance, il sera pécho par les talibans, ca nous débarrasserait.
8  3 
Avatar de Cpt Anderson
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 25/08/2021 à 9:30
Citation Envoyé par olaxius Voir le message
ça pue un peu beaucoup ce genre de remarque non !!!
Quand je lis ça et aucune réaction ça me laisse pantois .
Et dire que j'ai eu des remontrances des modérateurs car j'avais eu l'outrecuidance de médire sur la syntaxe étrange des articles du fait de mauvaises traductions !
Allo quoi !!!
C’était du 2e degré, mais apparemment, t'as pas compris. Même si je n’apprécie pas notre béchamel national, je ne lui souhaite pas de se faire zigouiller par la fine équipe des talibans.
2  0 
Avatar de walfrat
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/08/2021 à 10:06
Citation Envoyé par GordonFreeman Voir le message
La bonne phrase (oui qui à été dites et redites) celui qui est prêt à perdre de sa liberté pour sa sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre.
Et comme toujours toute les bonne phrases peuvent être reprise à tort et à travers.

Quelle liberté as tu vraiment perdu ? Comment obtiens tu justice si la justice ne peux pas enquêter ? (anonymat en ligne, sites web à l'étranger, ...). Malheureusement pour qu'une démocratie fonctionne elle a un point en commun avec une dictature, il lui faut suffisamment de moyen.

Tu peux te sentir menacé par certaines mesures alors que d'autres font confiance, comme la vaccination.

La sécurité, ce n'est pas magique, et malheureusement, pour des considérations politiques, on entend très peu parler de la réalité.

https://www.insee.fr/fr/statistiques...mmaire=4318291

15% de la population ne se sente pas toujours en sécurité à leur domicile, 20% dans le voisinage.

En 2018, en France métropolitaine, 3,8 millions de ménages ont déclaré avoir été victimes d’une atteinte aux biens ayant visé leurs résidences ou leurs véhicules. Parmi eux, 490 000 ménages ont été victimes d’un cambriolage ou d’une tentative de cambriolage de leur résidence principale
Il faut a cela rajouter tout ce qui se passe sur Internet : https://www.vie-publique.fr/en-bref/...u-sur-internet

La sécurité ça ne tombe pas du ciel et ça s'entretient.

Je ne dis pas que toute les mesures gouvernementales sont justifiés, mais il me semble clairement que un certain nombre de personne vivent en mode bisounours et quand ils se font avoir, ils vont se plaindre que la justice peut rien faire pour eux.

Personnellement j'aimerais bien avoir des témoignages de personnes qui travaillent dans les différent milieu judiciaire afin d'avoir une vrai vision de ce qui se passe sous le rideau, mais j'imagine qu'on criera à la propagande d'état.

Parce qu'au final, sur ce forum, il n'y a quasiment personne qui a une vrai idée de la réalité sur les domaines liés à la sécurité.

Pour revenir sur le sujet, les articles en ligne sont clair, l'objectif principale des USA étaient que l'afghanistan n'héberge pas de cellulles terroriste anti-USA et d'éviter la présence de la Russie et de la Chine, mission accomplie, on rentre à la maison. Le reste c'est du bonus.

Edit : j'ai oublié le point le plus crucial : Combien de personnes ferment leur gueule sur les réseaux sociaux par peur d'être harceler par une bande de malades anonymes qui ne seront pas punis ? Elle est où leur liberté à eux ? (compte bannis ? j'en recréer un aussitôt).
2  1 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/08/2021 à 14:10
Bonjour,

Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Et comme toujours toute les bonne phrases peuvent être reprise à tort et à travers.

Quelle liberté as tu vraiment perdu ?

[...]

Tu peux te sentir menacé par certaines mesures alors que d'autres font confiance, comme la vaccination.

La sécurité, ce n'est pas magique, et malheureusement, pour des considérations politiques, on entend très peu parler de la réalité.
Très simplement , une personne X qui travaille dans un milieu donné. Cette personne émet une opinion publique internet/média/place publique/rassemblement publique.

Le milieu professionnel qui le côtoie peut mettre une forme de pression sociale et sociétale .

> licenciement
> barrage pour retrouver du travail dans le milieu
> mise au placard
> intimidation
> action en justice pour des motifs futiles (essayer de faire cracher de l'argent à la personne sous forme d'amende pour ce qu'elle a dit ou fait, même de manière anecdotique ... )
> "acharnement de l'administration" pour trouver la petite bête

Cela concerne en général des personnes avec une certaine "personnalité d'importance publique" .

Cela peut aussi toucher , le quidam plus "moyen" . Par exemple qu'un ou des élus voir des administrations "minorent" un administré pour le forcer à déménager, car celui ci est dans une forme "d'opposition politique locale".

Citation Envoyé par walfrat Voir le message
https://www.insee.fr/fr/statistiques...mmaire=4318291

15% de la population ne se sente pas toujours en sécurité à leur domicile, 20% dans le voisinage.

Il faut a cela rajouter tout ce qui se passe sur Internet : https://www.vie-publique.fr/en-bref/...u-sur-internet

La sécurité ça ne tombe pas du ciel et ça s'entretient.
C'est la le problème de fond ... Combien par lassitude ne porte plus plainte ? (vol à répétition, dégradation répétitive, ...) . Je serais bien plus prudent sur cette "baisse" des chiffres ...

Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Je ne dis pas que toute les mesures gouvernementales sont justifiés, mais il me semble clairement que un certain nombre de personne vivent en mode bisounours et quand ils se font avoir, ils vont se plaindre que la justice peut rien faire pour eux.
100% d'accord ...

Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Personnellement j'aimerais bien avoir des témoignages de personnes qui travaillent dans les différent milieu judiciaire afin d'avoir une vrai vision de ce qui se passe sous le rideau, mais j'imagine qu'on criera à la propagande d'état.
En France les personnes, travaillant dans le milieu de la police, justice, lutte contre les fraudes de toutes natures, sont plutôt mal perçues.

En effet la moitier de la fraude détectée se concentre sur +/- 20 pays . A chaque fois que les pays en question sont citées, pour des raisons "politiques" ou de "bienscéance" , les personnes travaillant dans le milieu sont taxées de racistes ... 3 zones géographiques sont régulièrement citées : moyen orient, pays de l'est, pays d'asie du sud est.

Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Parce qu'au final, sur ce forum, il n'y a quasiment personne qui a une vrai idée de la réalité sur les domaines liés à la sécurité.
Tout simplement, c'est un débat de fond , qu'il est quasi impossible d'avoir pour les raisons précitées ... Me souffle t on dans l'oreillette, qu'il ne faut pas faire d'amalgame au risque de froisser l'opinion publique.
1  0 
Avatar de TotoParis
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/08/2021 à 14:21
Le départ des américains est une débandade des plus curieuse : il était évident que les talibans allaient réoccuper le pays, et qu'en plus Trump ayant planifié le le départ des troupes... Mais les américains ont laissé un tas de matériels et fichiers ultra-sensibles, et énormément d'armement. Franchement, on a de quoi se poser des questions...
0  0 
Avatar de abstract123
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 28/08/2021 à 18:00
BHL est un sioniste. Ne faites pas semblant de ne pas savoir.

De toute façon, les motifs humanitaires ne sont toujours que des moyens de propagande.

@TotoParis, TU n'as pas compris que l'OTAN a été vaincu en Afghanistan? Tout CE que entends comme mensonge de propagande c'est pour détourner l'attention: c'est de la faute des autres, c telle excuse, c une erreur de l'administration x ou y, ... Tout ça c'est du bla bla pour se détourner de la vérité.
1  1 
Avatar de olaxius
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 25/08/2021 à 8:45
On compte tous sur ce bon vieux BHL pour aller soutenir les populations sur place. Avec un peu de chance, il sera pécho par les talibans, ca nous débarrasserait.
ça pue un peu beaucoup ce genre de remarque non !!!
Quand je lis ça et aucune réaction ça me laisse pantois .
Et dire que j'ai eu des remontrances des modérateurs car j'avais eu l'outrecuidance de médire sur la syntaxe étrange des articles du fait de mauvaises traductions !
Allo quoi !!!
3  4 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/08/2021 à 12:38
BHL c'est un clown tout le monde se fout de sa gueule et ça depuis très longtemps (voir Desproges).
Pourquoi BHL est l’homme le plus détesté du web
Si la posture d’intellectuel ultra médiatique et moraliste de BHL a très vite suscité l’animosité, Internet a considérablement amplifié le phénomène en rendant visibles toutes les petites et grandes humiliations qu’a connues le philosophe. Sa mégalomanie et son coté va-t-en-guerre sont raillés. On ne compte plus les photomontages où l’image de BHL est incrustée en pleine champ de bataille de la Guerre des étoiles ou devant la statue de la Liberté de la Planète de Singe avec cette légende savoureuse : “Il le savait bien avant Charlton Heston”.

Pour l’auteur du Tumblr “Liberté je crie ton nom”, parodiant des photos de BHL, c’est la volonté du philosophe de se mettre en scène sur des zones de conflit qu’il explique la multiplication de ces détournements : “Les photos de Bhl en Libye ont un potentiel comique indéniable: un intellectuel aux cheveux longs et soignés, avec une chemise blanche immaculée, face à des combattants barbus et couverts de poussière… Le décalage est énorme. Il y a un vrai côté Oui-oui va voir la guerre”.
Ce qui est dramatique c'est qu'il arrive que BHL influence la politique Française
BERNARD-HENRI LEVY LE VRP DE LA GUERRE
Et le plus ignoble, ce que cet affreux personnage, ce messager de la guerre et de la mort, veut nous faire croire qu'il en appelle à la guerre en Syrie pour sauver les vies des enfants et des civils innocents, en oubliant que c'était déjà le refrain qu'il nous avait servi pour pousser à la guerre en Irak et en Libye !
C'est connu comme truc (article de 2011) :
BHL, chef de guerre
Vous l’aurez peut-être remarqué, nous avons un nouveau Ministre des Affaires Etrangères, je ne veux pas parler de Monsieur Alain Juppé, mais de Monsieur Bernard-Henri Lévy. Inutile de vous faire les présentations, mon propos n’est pas d’entonner le énième chant du pour ou contre la nouvelle philosophie, ni de chanter la ritournelle de l’engagement des intellectuels, mais de m’interroger sur un curieux symptôme de notre époque : la politique de la France passe désormais par l’auteur de

(2010). Tout d’abord un petit rappel de forme avant d’en venir au fond. Nul doute que Bernard Henri Lévy ait entrainé le Président de la République dans la guerre. Nul doute qu’il ait entrainé les Américains dans la guerre. Il suffit de lire la presse américaine pour s’en convaincre. Nul doute qu’il ait quelque peu mis à mal le couple franco-allemand. L’influence de Bernard-Henri Lévy sur la décision du Président de faire la guerre en Libye est un fait acquis. Il ne reste plus qu’à narrer dans le détail comment fut préparée la rencontre du Président avec les rebelles de Benghazi.
0  1