IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Pourquoi le gouvernement suédois est contraint de restituer 1,6 million de dollars en Bitcoin à un trafiquant de drogue

Le , par Stéphane le calme

290PARTAGES

19  0 
Les autorités suédoises ont saisi 36 BTC d'un trafiquant de drogue, d'une valeur d'un peu moins de 150 000 $ au moment de ses poursuites il y a deux ans. Au moment où la Kronofogden l'a vendue aux enchères, l'Autorité n'était censée saisir que 150 000 $. Cependant, en deux ans, la valeur de la cryptomonnaie a été multipliée par plus de 10. Elle doit donc restituer les 33 bitcoins restants au trafiquant de drogue, soit un peu plus de 1,6 million de dollars. Une situation que le procureur Tove Kullberg a qualifiée de « malheureuse ».

Le gouvernement suédois s'est retrouvé dans la situation imprévue de payer environ 1,6 million de dollars de bitcoins (BTC) à un trafiquant de drogue condamné – puis emprisonné. La Kronofogden, ou encore Swedish Enforcement Authority, a diverses responsabilités, notamment l'exécution, le recouvrement des créances et les injonctions de payer, ainsi que l'assistance, l'allégement de la dette et la surveillance en cas de faillite.

Il y a deux ans, un individu a été condamné par un tribunal suédois pour avoir gagné illégalement 36 bitcoins grâce à la vente de drogue en ligne. Pourtant, Tove Kullberg, son procureur de l'époque, avait utilisé la valeur équivalente du bitcoin en fiat pour plaider sa cause. Le tribunal a donc jugé que l'homme devait être privé de l'équivalent de ce qu'il avait gagné illégalement en bitcoin. À l'époque, ce montant correspondait à environ 1,3 million de couronnes suédoises (environ 150 000 $).

S'il a été condamné à faire de la prison, la cour de justice de l’époque a également décidé de récupérer la somme totale des bitcoins. Cependant, la justice fait deux erreurs : la première, c’est que c’est la somme en monnaie fiduciaire qui est inscrite dans le dossier, et non pas le nombre de bitcoins. Et la deuxième, les bitcoins ne sont pas vendus tout de suite : entre la condamnation du vendeur de drogue et la vente des bitcoins, il se passe deux ans et le prix de la cryptomonnaie a explosé.


Aussi, pour pouvoir satisfaire les exigences du tribunal, la Kronofogden n'a besoin que de vendre 3 bitcoins aux enchères. Il reste désormais 33 BTC, d'une valeur d'un peu plus de 1,6 million de dollars dans le cours actuel, qui doivent être légalement restitués à son propriétaire. S'adressant à la radio suédoise, Kullberg a déclaré que la façon dont elle avait choisi de défendre sa cause était, rétrospectivement, « malheureuse à bien des égards [...] Cela a entraîné des conséquences que je n'étais pas en mesure de prévoir à l'époque ».

Elle a ajouté: « La leçon à tirer de cela est de garder la valeur en bitcoin, que le profit du crime devrait être de 36 bitcoins, quelle que soit la valeur du bitcoin à l'époque ».

Le Telegraph, qui a rapporté cette histoire, note que cette affaire est la première dans l’histoire judiciaire du pays où des bitcoins ont été saisis. Aucune jurisprudence n’avait été établie lors du jugement, a raconté Tove Kullberg.

« Je pense que les procureurs devraient investir dans des formations sur ce sujet. Les cryptomonnaies sont un élément avec lequel nous allons avoir beaucoup à faire dans le futur. Plus de connaissance nous aurons à ce sujet, moins d’erreurs nous ferons », a-t-elle conclu. Un appel qui a déjà un écho : Asa Lindhagen, la ministre des finances suédoise a récemment annoncé que le gouvernement allait resserrer la vis sur les échanges de cryptomonnaies.

Les crypto-monnaies, que ce soit en raison de leur volatilité ou de leur conception technique, continuent de défier les autorités et les procédures légales dans le monde entier. Au Royaume-Uni, un groupe de travail sanctionné par le gouvernement a récemment proposé un framework de règlement des différends qui aiderait à normaliser les moyens de traiter les différends liés aux contrats intelligents. En raison de la non-reconnaissance du bitcoin comme monnaie légale ou de son substitut, un tribunal russe s'est prononcé l'année dernière contre la restitution des jetons volés à la victime d'un crime majeur.

Une cryptomonnaie au centre de la controverse

Christine Lagarde préoccupée par le rôle du bitcoin dans la facilitation des activités criminelles

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, s'est attaquée au rôle du bitcoin dans la facilitation des activités criminelles, affirmant que la cryptomonnaie a mené à « des activités malveillantes ».

« Pour ceux qui avaient supposé qu'elle pourrait se transformer en monnaie – désolé, mais c'est un atout et c'est un actif hautement spéculatif qui a mené des activités malveillantes ainsi que des activités de blanchiment d'argent lucratives et totalement répréhensibles », a déclaré Lagarde dans un événement en ligne organisé par Reuters.

Selon elle, « il doit y avoir une réglementation, qui doit être appliquée et approuvée[...] au niveau mondial, car s’il y a des failles, alors ces failles doivent être comblées. » Lagarde estime que la réglementation du bitcoin pourrait être initiée au niveau du G7, puis transférée au G20, et ensuite étendue à d’autres pays.

Les préoccupations concernant le blanchiment d'argent et la capacité des entreprises financières à connaître l'identité de leurs clients ont été au premier plan du débat sur la cryptomonnaie. Alors que les critiques affirment que des instruments comme le bitcoin facilitent le transfert illicite de fonds, les défenseurs de la cryptomonnaie affirment que le réseau de registres numériques connu sous le nom de blockchain permet de tracer l'argent plus facilement que l'argent liquide et peut en fait aider les forces de l'ordre.


Bitcoin est un schéma de Ponzi postmoderne pour le développeur Haskell Stephen Diehl

Le développeur Haskell Stephen Diehl, auteur de What I Wish I Knew When Learning Haskell, estime que le bitcoin est le Ponzi postmoderne :

« Un stratagème classique de Ponzi est une fraude financière dans laquelle des individus effectuent des manipulations bancaires ainsi que des manipulations des états comptables pour payer continuellement de nouveaux investisseurs grâce à d'anciens investisseurs tout en maintenant l'illusion des rendements. En termes économiques, investir dans un système de Ponzi est un jeu à somme négative et est une forme de jeu comme le poker ou la roulette. Le jeu est une consommation et, contrairement aux entreprises productives, rien de valeur n'est créé à partir du processus. Il y a une réserve d'argent fixe et chaque personne qui fait un profit le fait nécessairement au détriment de quelqu'un d'autre qui perd. Tout gagnant unique est nécessairement payé par plusieurs perdants. Les jeux à somme négative ne génèrent pas, dans l'ensemble, de la richesse ou de l'utilité et redistribuent simplement les fonds d'entrée à différents participants. Il y a un rendement attendu négatif de s'engager dans cette classe d'activités. »

« Dans le programme de vingt ans de Bernie Madoff, de nombreux investisseurs ont vraiment gagné de l’argent, et investir dans des projets de Ponzi au bon moment peut en effet vous rendre très riche. Certaines personnes deviennent également extrêmement riches en jouant à la roulette, mais ce n'est pas le cas de la majorité et vous n'entendrez jamais parler de ceux qui ont tout perdu. C'est l'essence de la raison pour laquelle les stratagèmes de Ponzi sont illégaux et considérés comme une forme de fraude, ils sont une forme de jeu d'argent qui dépend de l'asymétrie de l'information et de la collusion où le reste de la société supporte les coûts et les externalités négatives pour aider les victimes lorsque la musique s'arrête inévitablement et qu'il n'y a plus de chaises. »

« Bitcoin n'est pas différent. L'achat d'un bitcoin, c'est acheter une entrée dans une base de données comptable, une collection de bits extrêmement coûteuse. Il n'a aucune manifestation dans le monde réel, ne produit rien, n'a pas d'actifs, de revenus, de clients, de trésorerie ou de dividendes. La valeur actuelle nette du bitcoin est nulle et ne peut jamais être différente de zéro. Cette valeur provient uniquement d’une forme de spéculation récursive, une illusion selon laquelle davantage de victimes viendront à spéculer dans la spéculation, perpétuant ainsi l’escroquerie et faisant monter la “valeur “ spéculée plus haut. C'est un contrat à terme avec un sous-jacent sur la crédulité humaine, un pari qu'il y aura plus d'imbéciles à l'avenir pour payer les imbéciles actuels. Einstein a dit un jour: “ Deux choses sont infinies: l'univers et la stupidité humaine; et je ne suis pas sûr pour ce qui concerne l'univers“ et dans l'étrange monde à l'envers d'aujourd'hui, vous pouvez désormais investir dans la thèse d'Einstein et cela s'appelle bitcoin. »

« Une réserve de valeur ne peut pas être basée uniquement sur la foi en une réserve inépuisable d'imbéciles prêts à payer monotonement davantage pour quelque chose indéfiniment. Il devrait être intuitivement évident pour chaque écolier que ce jeu de chaises musicales ne peut pas durer éternellement et ne durera pas. La réalité a une manière de s'affirmer et à un moment donné, ce schéma épuisera le bassin des imbéciles qui se retrouveront en train de prendre une part pathétique dans l'illusion collective d'une non-monnaie totalement inutile dans le monde réel. Les bitcoins sont totalement inadaptés à des fins monétaires, ils ne soutiennent aucune activité économique, ne sont pas adaptés aux transactions en tant qu'unité d'échange et ne peuvent jamais remplir aucune fonction au-delà d'une bulle spéculative vide. »

Le bitcoin est le meilleur investissement de ces dix dernières années, selon Bank of America

Bank of America (BofA) a publié un rapport en décembre 2019 dans lequel elle indique que le bitcoin représente l’investissement le plus abouti de ces dix dernières années, affirmant que les investisseurs qui ont investi 1 $ en 2010 avaient en décembre 2019 90 026 dollars. Dans le rapport, les experts de la BofA ont abordé, entre autres, les meilleurs et les pires actifs en matière d'efficacité des investissements des dix dernières années.

Source : Telegraph

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de doc
Membre averti https://www.developpez.com
Le 22/08/2021 à 21:49
Est ce que le monde est sérieux ?
7  0 
Avatar de yoyo3d
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 23/08/2021 à 13:50
il doit y avoir une réglementation, qui doit être appliquée et approuvée[...] au niveau mondial, car s’il y a des failles, alors ces failles doivent être comblées
elle à pas mal aux ovaires celles là...
Les gouvernements et les "ultra gros comptes" qui se partagent la richesse financière mondiale s'arrangent toujours pour contourner les lois à leur seuls bénéfices....
et la, Mme Lagarde voudrait que l'on se penche sur d'autres lois...(des nouvelles hein, on ne va pas modifier les anciennes ) parce que "il y à des failles" sous entendu qui profitent à des activité "illégales"... heu elles en pense quoi nos personnalités élues mises en examen pour détournement , prise illégale d'intérêt, placement dans des paradis fiscaux etc

ce schéma épuisera le bassin des imbéciles qui se retrouveront en train de prendre une part pathétique dans l'illusion collective d'une non-monnaie totalement inutile dans le monde réel. Les bitcoins sont totalement inadaptés à des fins monétaires, ils ne soutiennent aucune activité économique, ne sont pas adaptés aux transactions en tant qu'unité d'échange et ne peuvent jamais remplir aucune fonction au-delà d'une bulle spéculative vide.
bon alors je ne suis pas pratiquant de la chose, ni même connaisseur, j'essaye juste de m'intéresser au sujet en tentant de comprendre le fonctionnement du bousin....mais:
il s'agit bien d'une "monnaie" qui permet d'échanger certains produits contre des valeurs numériques financières.
ce n'est pas plus ridicule que de payer ma tesla en dollars US ou ma baguette en euros ou dans une quelconque monnaie locale, si celle ci est reconnue par la banque du pays ou je me trouve...
et en ce qui concerne la bulle spéculative vide.... les bourse mondiales se posent quand même en championnes toutes catégories pour "spéculer" sur des valeurs sans se soucier des impactes que cela peut avoir sur:
- le travail (emploies détruits suite à chute de valeur ou rachat purement spéculatif),
- l'alimentation (les bourses spéculent également sur les ressources agro-alimentaires comme le bles, le mais etc...des trucs pas important quoi, c'est pas comme si une partie de la population mondiale crevais de fin...)
- et nos propres valeurs financières placées dans ces mêmes banques qui gèrent (humour là...) nos petits comptes de salariés ....
1  0 
Avatar de dotzero
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 23/08/2021 à 16:55
Même si le Bitcoin ne deviendra pas une monnaie, c'est trop tard pour le transfert des fonds par des organisations criminelles. On peut le voir comme une "marchandise" qui peut être envoyée en ligne, sans taxes, sans contrôle, sans traces. Et ceux sont ces criminels qui ne vont pas laisser le schéma de Ponzi s'effondre, ils le financent.
1  2 
Avatar de Axel Mattauch
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 28/08/2021 à 12:08
[...]la cour de justice de l’époque a également décidé de récupérer la somme totale des bitcoins. Cependant, la justice fait deux erreurs : la première, c’est que c’est la somme en monnaie fiduciaire qui est inscrite dans le dossier, et non pas le nombre de bitcoins. Et la deuxième, les bitcoins ne sont pas vendus tout de suite : entre la condamnation du vendeur de drogue et la vente des bitcoins, il se passe deux ans et le prix de la cryptomonnaie a explosé.
L'argument est fallacieux.Que la valeur vénale soit exprimée en verroterie ou en US$ ou en n'importe quoi d'autre: ce qui a été bloqué par l'administration fait l'objet du délit.

Quant aux monnaies virtuelles, il s'agit du contraire de valeurs d'échange, puisque leur objectif n'est pas de garantir une valeur, mais de spéculer pour "créer de la valeur" à partir de rien. Il suffira d'attendre le tarissement de nouveaux entrants. La monnaie virtuelle s'autodétruira et aura fait quelques méga riches (qui auront converti à temps) et beaucoup de méga pauvres (ceux qui auront trop tardé et tous les autres dont la monnaie "réelle" aura été érodée du fait des méga riches).
0  1