IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Bye-bye les mineurs ! Comment le grand changement d'Ethereum va-t-il fonctionner ?
Le passage à Proof of Stake rendrait l'activité de minage inutile

Le , par Bill Fassinou

265PARTAGES

9  0 
La fondation Ethereum progresse dans ses efforts visant à changer l'algorithme qui régit la blockchain Ethereum. À la fin du projet, l'Ethereum, qui est aujourd'hui la blockchain la plus utilisée au monde, passera de l'algorithme de la preuve de travail (Proof of Work - PoW) à l'algorithme de la preuve d'enjeu (Proof of Stake - PoS). Cette mise à jour du réseau introduira des changements majeurs, et peut-être la suppression des "mineurs" qui suivent et valident les transactions sur la blockchain Ethereum. Elle devrait également permettre de réduire de 99 % la consommation énergétique du réseau.

La preuve de travail : fonctionnement et impact environnemental

En effet, les cryptomonnaies ne fonctionneraient pas sans une technologie sous-jacente appelée blockchain, qui remplit une fonction ancienne : la tenue d'un registre des transactions ordonnées dans le temps. Ce qui diffère des registres papier et crayon, c'est que le grand livre est partagé sur des ordinateurs du monde entier et géré non pas par une autorité centrale, comme un gouvernement ou une banque, mais par tous ceux qui veulent y participer. Satoshi Nakamoto est le mystérieux et toujours inconnu créateur du bitcoin et de sa blockchain. Avec le Bitcoin, Satoshi Nakamoto a apporté des améliorations au système de preuve de travail.



Selon les experts, il a résolu le problème de double dépense qui a affecté les projets de monnaie numérique précédents : la blockchain enregistrant chaque transaction sur son réseau, une personne tentant de réutiliser un bitcoin déjà dépensé serait facilement repérée. En outre, les mineurs sont au cœur de la preuve de travail. La preuve de travail nécessaire pour publier le dernier bloc est effectuée par des mineurs dont les ordinateurs effectuent des millions de calculs par tâtonnement pour transformer une entrée donnée en une sortie requise. Le premier mineur qui réussit à produire la sortie requise la partage avec le réseau.

Le mineur est ensuite récompensé pour cet effort par des cryptomonnaies gratuites. Le système fixe aussi une valeur plancher pour les pièces : personne n'investira l'électricité, le matériel informatique et les autres dépenses liées au minage si les pièces ne valent pas au moins ce montant. Selon les experts, les systèmes de preuve de travail existaient bien avant le livre blanc sur le bitcoin publié par Nakamoto en 2008, mais le concept n'avait jamais été mis à profit de façon aussi spectaculaire. Cependant, au cours de ces six dernières années, le système est de plus en plus critiqué pour son impact sur l'environnement.

Plusieurs études ont montré que les mineurs de bitcoin utilisent aujourd'hui autant d'électricité que certains petits pays. En fait, lorsque le bitcoin était à peine connu et valait quelques centimes, le minage était aussi bon marché. Mais à mesure que sa valeur augmentait, une sorte de course aux armements s'est mise en place, les mineurs déversant des ressources dans la quête pour être les premiers à valider un bloc et gagner de nouvelles pièces. En conséquence, la consommation d'électricité du système est désormais énorme : la facture d'électricité annuelle du réseau Bitcoin dépasserait celle de pays comme le Chili et le Bangladesh.

C'est pourquoi des investisseurs soucieux de l'environnement ont appelé à éviter le bitcoin, l'ether, la monnaie numérique native du réseau Ethereum, et toute autre monnaie utilisant la preuve de travail. Cette course a également conduit à une domination croissante des énormes fermes minières centralisées, ce qui est contraire à un système conçu pour être décentralisé, puisqu'une blockchain pourrait en théorie être réécrite par une partie qui contrôlerait la majorité de la puissance minière. Pour résoudre ces problèmes, la fondation Ethereum a décidé de passer à la preuve d'enjeu, qui, selon elle, est un système beaucoup plus économique.

Ce changement a été annoncé depuis plusieurs années déjà et la mise en œuvre progressive est prévue pour le début de 2022. Les partisans de la preuve d'enjeu affirment que ce changement illustrera une autre différence entre l'Ethereum et le Bitcoin : la volonté de changer et de considérer le réseau comme un produit de la communauté autant que du code.

La preuve d'enjeu permettrait à l'Ethereum de se passer des mineurs

L'idée derrière la preuve d'enjeu est que la blockchain peut être sécurisée plus simplement si vous donnez à un groupe de personnes des incitations de type carotte et bâton pour collaborer à la vérification et à la contre-vérification des transactions. Cela fonctionne comme suit :

  • toute personne qui met en jeu 32 ethers peut participer ;
  • les personnes de ce pool sont choisies au hasard pour être des "validateurs" d'un lot de transactions, un rôle qui leur demande d'ordonner les transactions et de proposer le bloc résultant au réseau ;
  • les validateurs partagent ce nouveau morceau de blockchain avec un groupe de membres du pool qui sont choisis pour être des "attestateurs". Un minimum de 128 attestateurs est requis pour toute procédure de bloc donnée ;
  • les attestateurs examinent le travail du validateur et l'acceptent ou le rejettent. S'il est accepté, les validateurs et les attestateurs reçoivent de l'ether gratuit.


Alors, quels sont les avantages de ce système ? La fondation Ethereum a annoncé au début de l'année que le passage à la preuve d'enjeu réduirait d'environ 99 % la consommation d'énergie de la blockchain Ethereum, estimée à 45 000 gigawattheures. Comme toute autre entreprise dépendant du cloud computing, son empreinte carbone ne serait alors que celle de ses serveurs. En outre, l'on s'attend également à ce que la vitesse du réseau soit augmentée. C'est important pour l'Ethereum, qui a l'ambition de devenir une plateforme pour un large éventail de transactions financières et commerciales.

Actuellement, l'Ethereum traite environ 30 transactions par seconde. Vitalik Buterin, le créateur de l'Ethereum, pense qu'à la fin du projet, ce chiffre pourrait passer à 100 000 par seconde. Par ailleurs, le changement le plus récent, appelé "hard fork London", apporté au réseau est entré en vigueur début août. London est le plus grand changement apporté à la blockchain Ethereum depuis 2015 et comprenait une fonctionnalité de réduction des frais appelée EIP 1559. La réduction des frais réduit l'offre d'ether dans le cadre de chaque transaction, créant la possibilité que l'Ethereum devienne déflationniste.

Selon le site ultrasound.money, qui suit l'offre et la consommation de l'ether, à la mi-août, 3,2 éthers étaient détruits par minute à cause de l'EIP 1559. Cela pourrait exercer une pression à la hausse sur le prix de l'Ether à l'avenir. Un autre changement en préparation est appelé "sharding", qui divisera le réseau Ethereum en 64 régions géographiques. Les transactions au sein d'un "shard" seront traitées séparément, et les résultats seront ensuite réconciliés avec un réseau principal relié à tous les autres "shards", ce qui rendra le réseau global beaucoup plus rapide.

Quels sont les inconvénients ?

Dans un système de preuve d'enjeu, il serait plus difficile que dans un système de preuve de travail pour un groupe de prendre le contrôle du processus, mais cela serait toujours possible. Plus une personne ou un groupe met en jeu d'ether, plus il a de chances d'être choisi comme validateur ou attestateur. Toutefois, la fondation Ethereum a annoncé que des mesures économiques dissuasives ont été mises en place pour décourager les comportements néfastes pour le réseau. Par exemple, un validateur qui tente de manipuler le processus pourrait perdre une partie des 32 ether qu'il a mis en jeu.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

L'Ethereum vient d'activer son hard fork "London", une mise à niveau importante de la blockchain qui modifie la façon dont les frais de transaction sont calculés

L'Ethereum consommera au moins 99 % d'énergie en moins à l'issue du projet The Merge, qui constitue la transition d'Ethereum de Proof-of-Work à Proof-of-Stake

L'Ethereum compte réduire sa consommation d'énergie de 99 % en remplaçant le système de validation par preuve de travail par preuve d'enjeu

La valeur de l'ether, la cryptomonnaie native du réseau Ethereum, dépasse les 3 000 dollars et quadruple en 2021

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de smarties
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/08/2021 à 19:12
J'espère que ça fonctionnera et que les transactions commerciales pourrons se développer car c'est ce qui manque avec les autres cryptomonnaies qui n'ont qu'une valeur spéculative.
6  0 
Avatar de Franck Z
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 21/08/2021 à 13:02
Quelle usine à gaz...
1  0 
Avatar de web bea
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 23/08/2021 à 9:23
Là il est juste question de passer une crypto, l'ETH, en PoS.
La fin du mining ça serait si toutes les cryptos qui utilisent actuellement le PoW passait en PoS ce qui n'est pas encore le cas.

Même s'il est vrai que la plupart des cartes graphiques des mineurs sont actuellement sur de l'ETH, il n'y a pas que l'ETH qui se mine avec la puissance de calcul des GPUs et il n'y a pas non plus que les cartes graphiques qui servent à miner. Il y a aussi les ASICs qui minent d'autres cryptos avec d'autres algorithmes (BTC avec SHA256, LTC avec Scrypt, etc.) les FPGAs ou les processeurs.

L'essentiel de l'énergie électrique consommée dans le monde à des fins de mining l'est d'ailleurs par les ASICs sur le BTC.
1  0 
Avatar de youtpout978
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/08/2021 à 16:43
Mwè ça ne semble pas être pour cette année.
0  0 
Avatar de Jesus63
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 24/08/2021 à 15:21
Personnellement, quand les cryptomonnaies se mêlent à l'écologie, j'ai l'impression de voir les GAFAMs qui se vantent d'avoir acheté leur part d'empreinte carbone fictive pour le prochain siècle.
Y'a quelque chose qui cloche, quoi, ça sonne un peu faux. L'effort reste appréciable, mais on noie le poisson un peu moins vite. Rien de bien nouveau au final.
Je pense que je vais me mettre dans le business des crypto-consciences. Quitte à s'acheter une conscience, autant me donner votre argent; Vous vous sentirez bien et moi aussi, rien qu'un échange de bons procédés. Et puis comme c'est pas interdit par la loi, ça peut pas être mauvais, hein?... Hein?
0  0 
Avatar de zgetman
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 18/08/2021 à 12:46
En effet la consommation énergétique des réseau fonctionnant sur le principe du proof of work est trop important.
D'autres réseaux existent déjà sur le mode "proof of stake". Le réseau Pi network permet de profiter du mode proof of stake. Initié depuis un peu plus d'un an, n'hésitez pas à en profiter (app android/ios disponible). Pour s'inscrire n'hésitez pas à utiliser mon code de parrainage G43l (L minuscule a la fin).
En vous connectant chaque jour, vous obtiendrez des "Pi" (monnaie liée au Pi network). Invitez des amis, construisez votre cercle de confiance et cumulez vos gains.
(compréhension de l'anglais utile pour comprendre les communications réalisées par la communauté)
1  10 
Avatar de Christophe_33
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 18/08/2021 à 16:34
salut zgetman, j'ai utilisé ton code parainage, vais tester ca!
0  9