IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Microsoft dit que la NSA doit annuler le contrat de 10 Md$ de dollars avec Amazon pour le cloud computing,
Une nouvelle bataille s'installe entre les deux après celle du contrat JEDI du Pentagone

Le , par Bill Fassinou

324PARTAGES

6  0 
Microsoft a annoncé jeudi qu'il contestait la décision de la National Security Agency (NSA) d'attribuer un contrat de cloud computing de plusieurs milliards de dollars à son grand rival Amazon. Le contrat, d'une valeur d'environ 10 milliards de dollars, porte sur la modernisation du stockage des données classifiées de la NSA. Microsoft affirme que si la NSA avait correctement évalué les offres, il aurait gagné. Le GAO (Government Accountability Office), l'organisme du Congrès des États-Unis chargé du contrôle des comptes publics du budget fédéral des États-Unis, décidera de l'issue de la contestation d'ici la fin du mois d'octobre.

Après avoir passé des années à se disputer le contrat de cloud computing JEDI du ministère de la Défense, d'une valeur de 10 milliards de dollars, Microsoft et Amazon se disputent un autre marché public. Mais pour cette fois-ci, les rôles sont inversés ; Amazon est le gagnant et Microsoft devient le protestataire. En effet, Amazon Web Services (AWS) a été récemment désigné vainqueur d'un contrat de cloud computing de 10 milliards de dollars, appelé "WildandStormy", pour le compte de la NSA. Cependant, le géant de Redmond conteste la victoire d'AWS, estimant que les offres ont été mal évaluées.



Microsoft affirme que la NSA n'a pas procédé à une évaluation correcte lors de la sélection d'un fournisseur pour son nouveau projet. La société, qui n'a sans doute pas encore digéré le fait qu'Amazon ait réussi à contester le contrat JEDI de 10 milliards de dollars conclu entre lui et le Pentagone, a déposé en juillet une plainte officielle auprès du GAO. Dans une déclaration au média NextGov, une ressource d'information quotidienne pour les décideurs fédéraux en matière de technologie, un porte-parole de la NSA a confirmé l'attribution et les protestations, refusant de s'étendre davantage sur la question.

« Le soumissionnaire non retenu a déposé une plainte auprès du Government Accountability Office. L'Agence répondra à la protestation conformément aux règlements fédéraux appropriés », a déclaré le porte-parole. Un porte-parole de Microsoft a déclaré : « Sur la base de la décision, nous déposons une protestation administrative via le Government Accountability Office. Nous exerçons nos droits légaux et le ferons avec soin et de manière responsable ». Cette situation intervient alors que les agences de renseignement américaines cherchent depuis quelques années à remanier leurs ressources informatiques et de stockage.

À l'heure actuelle, bon nombre des opérations cloud des agences utilisent des produits dits GovCloud de divers fournisseurs, dont AWS et Microsoft Azure. Le passage à l'informatique dématérialisée a été stimulé il y a plusieurs années par l'augmentation exponentielle des données que les agences de renseignement recueillaient et analysaient. Cette augmentation dépassait la capacité des agences à stocker toutes ces données en interne. AWS a été l'un des premiers gagnants et a obtenu un contrat de 600 millions de dollars avec la CIA en 2013. En raison de l'accroissement des données, les agences veulent de nouvelles infrastructures.

Ainsi, la NSA, la CIA et le Pentagone ont lancé des appels d'offres pour de nouveaux contrats de cloud computing. En novembre 2020, la CIA a annoncé l'attribution de son programme "Commercial Cloud Enterprise" avec un contrat de 15 ans d'une valeur de plusieurs dizaines de milliards de dollars. Selon les médias américains, AWS, Microsoft, Google, Oracle et IBM ont été retenus pour concourir et tenter de remporter le contrat. En fait, au fur et à mesure des différents besoins de l'agence, les cinq entreprises se feront concurrence pour obtenir des contrats de sous-traitance. Pour l'heure, l'on ignore encore beaucoup de choses sur le contrat WildandStormy de la NSA.

Selon certaines sources, il ferait partie de l'initiative de cloud hybride de l'agence, qui combine des services de cloud plus traditionnels avec des produits de type HaaS (hardware-as-a-service). Greg Smithberger, directeur de l'information de la NSA, a déclaré l'année dernière que l'infrastructure serait mise en place par l'un des plus grands acteurs du secteur, mais il n'est pas clair s'il faisait référence à AWS à l'époque. Selon la NSA, le besoin d'une infrastructure HaaS découle du fait que certaines applications de l'agence nécessitent une informatique plus spécialisée. Certains éléments [du réseau] seraient un peu plus exotiques.

L'approche hybride quant à elle permettrait à la NSA de se décharger de la gestion d'une plus grande partie de ses opérations, ce qui lui permettrait de répartir ses besoins plus traditionnels et plus spécialisés en matière de stockage et de calcul tout en continuant à travailler avec les mêmes fournisseurs. « La NSA est toujours allumée, tout le temps, et fonctionne à très haute capacité - c'est comme un moteur à réaction qui est grand ouvert tout le temps, étant donné les exigences de la NSA », a déclaré John Sherman, DSI par intérim du ministère du département de la Défense. GovCloud ne supporterait plus cette charge de travail.

« Il n'y a rien d'élastique dans ce qui se passe avec la mission à Fort Meade. Le logiciel qu'ils ont dans GovCloud doit maintenant fonctionner, dans certains cas, sur du métal nu pour être en mesure d'obtenir cette puissance supplémentaire de performance de cela », a-t-il ajouté. AWS est un fournisseur clé de cloud computing à la communauté du renseignement depuis près de dix ans, ce qui confère au service un avantage considérable sur ses concurrents. Ces dernières années, Microsoft a tenté de décrocher ces contrats en construisant des installations qui peuvent être accréditées pour traiter des données secrètes et top secrètes.

Mais malgré la présence de Microsoft dans le domaine, AWS continue d'avoir le dessus. « [Le prix de la NSA] ne fait que réaffirmer qu'Amazon reste le fournisseur de cloud à battre au sein du gouvernement fédéral », a déclaré Chris Cornillie, analyste chez Bloomberg Government, à NextGov. « Microsoft a parcouru un long chemin et en a fait une course de chevaux à double sens au sein du gouvernement, mais Amazon nouait des relations et rassemblait des certifications de sécurité il y a une décennie, et Microsoft joue toujours un rôle de rattrapage », a-t-il conclu.

Sources : Plainte de Microsoft, NextGov

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

La NSA attribue un contrat secret de 10 milliards de dollars à Amazon sur le cloud computing pour moderniser son principal référentiel de données, Microsoft a déjà entamé une procédure de contestation

Le juge arrête les travaux sur le contrat JEDI de Microsoft, une victoire pour Amazon, qui avait contesté l'attribution du contrat

Contrat JEDI avec le Pentagone : Amazon porte officiellement plainte pour contester la décision d'attribuer le contrat sur le cloud de 10 milliards de dollars à Microsoft

Le Pentagone annule le contrat JEDI de 10 milliards de dollars que se disputaient Amazon et Microsoft, et lancera un nouvel appel d'offres pour le Cloud Computing

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 14/08/2021 à 8:26
Je pense surtout qu un gouvernement pourrait utiliser ce genre de contrat pour faire avancer les autres dossiers.

On sait que les GAFA ont des positions dominantes parce qu'ils font tout pour empêcher l interopérabilité entre eux.

Attribuer des contrats " tout ou rien" dans ces conditions c est leur donner raison.

Alors que 10 appels d offre de 1 milliard avec une condition d interopérabilité forte aurait pu changer des choses. Ça reste des sommes qui sont trop attirante pour les laisser passer
0  0