IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Biden : si les USA déclenchent une "véritable guerre armée", cela pourrait être le résultat de cyberattaques,
Le président US semble exaspéré par les cyberattaques répétées contre son pays

Le , par Bill Fassinou

319PARTAGES

14  0 
En visite au bureau du directeur du renseignement national mardi, le président Joe Biden a prévenu que si les États-Unis se retrouvaient dans une véritable guerre armée avec une grande puissance, cela pourrait bien être le résultat d'une cyberattaque importante contre le pays. Ces déclarations interviennent alors que les tensions avec la Chine et la Russie montent en raison d'une série de cyberattaques perpétrées contre des infrastructures critiques et gouvernementales américaines. Biden estime que les cyberattaques causent davantage de dommages, désignant la Chine et la Russie comme la plus grande menace pour la sécurité nationale des États-Unis.

Le prochain grand conflit armé pourrait partir d'une violation cybernétique

Les États-Unis pourraient-ils déclarer la guerre à la Chine et à la Russie sous prétexte de cyberattaques ? Le président Joe Biden a répondu par l'affirmative mardi lors d'une conférence de presse à l'Office of the Director of National Intelligence (ODNI). « Si nous nous retrouvons dans une guerre, une véritable fusillade avec une grande puissance, ce sera à la suite d'une violation cybernétique de grande conséquence et les capacités augmentent de façon exponentielle », a-t-il déclaré. D'après lui, les cyberattaques, notamment les attaques par ransomware, sont capables de causer des dommages et des perturbations dans le monde réel.



En effet, la cybersécurité est devenue l'une des principales priorités de l'administration Biden après une série d'attaques très médiatisées contre des entités telles que la société de gestion de réseau SolarWinds, la société Colonial Pipeline qui gère un système d'oléoduc provenant de Houston, la société de transformation de la viande JBS et la société de logiciels Kaseya, qui ont eu des répercussions sur les États-Unis bien au-delà des entreprises piratées. Ces attaques ont lieu entre automne 2020 et juillet 2021, et certaines d'entre elles ont affecté l'approvisionnement en carburant et en nourriture dans certaines régions du pays.

Biden n'a pas précisé comment les États-Unis mesurent une violation "de grande conséquence". Mais ses remarques interviennent après qu'il a communiqué à son homologue russe Vladimir Poutine une liste d'infrastructures critiques que les États-Unis considèrent comme inaccessibles aux acteurs étatiques lors du sommet du 16 juin à Genève entre les deux. Ainsi, les déclarations de Biden hier pourraient constituer un rappel sur le fait que ces infrastructures sont intouchables et les attaquer serait synonyme d'une déclaration de guerre aux États-Unis. Le sénateur Angus King (I-ME) s'est fait l'écho des déclarations de Biden.

« Je pense que cela signifie qu'il comprend qu'une cyberattaque peut être facilement aussi destructrice, si ce n'est plus, que le largage d'un missile ou d'une bombe et que cela pourrait constituer une violation très grave du droit international et du droit de la guerre, selon la nature de l'attaque. Je ne pense pas qu'il y ait de doute que s'il y a une future guerre armée, elle commencera par la cybernétique », a déclaré le sénateur Angus King, qui est membre de la commission du renseignement du Sénat et coprésident du Cyberspace Solarium Commission mandatée par le Congrès.

« Ce ne sera pas nécessairement l'événement déclencheur, mais ce sera ce que l'adversaire fera pour tenter initialement de nous aveugler ; ou qui que ce soit entre qui la guerre a lieu. C'est la cybernétique qui sera la première étape de toute guerre armée à l'avenir », a-t-il ajouté. D'un autre côté, le représentant Jim Langevin (D-RI), coprésident du Congressional Cybersecurity Caucus, estime que l'analyse de Biden est juste et a prévenu qu'une brèche pourrait conduire à un conflit armé. « Le président a raison, et quiconque ne pense pas qu'une cyberviolation pourrait conduire à un conflit armé vit dans une réalité alternative », a-t-il déclaré.

« Rien qu'au cours des cinq dernières années, les hackers d'État russes et chinois ont causé des milliards de dollars de dommages à notre économie, et en ce moment même, ils sondent nos infrastructures critiques », a ajouté Langevin. Toutefois, depuis la sortie de la liste de Biden, le pays a travaillé à renforcer sa cybersécurité. Il a aussi sanctionné des individus qu'il considère comme liés à des attaques. Le pays en a inculpé certains, puis a accusé différentes entités gouvernementales étrangères, telles que l'agence de contre-espionnage de la Chine, le ministère de la Sécurité d'État, d'être impliquées dans des cyberattaques.

Biden considère la Chine et la Russie comme des menaces pour son pays

Au cours de ces dernières années, l'United States Cyber Command (USCC) s'est efforcé de perturber les pirates informatiques supposément liés au gouvernement russe qui ont cherché à intervenir dans les élections américaines ces dernières années en leur envoyant des messages directs et en interrompant leur accès à Internet. Lors de son discours devant quelque 120 employés et hauts responsables de l'ODNI, Biden a remercié les membres des agences de renseignement américaines, souligné sa confiance dans le travail qu'ils accomplissent et affirmé qu'il n'exercera aucune pression politique sur eux.

L'ODNI supervise 17 organismes de renseignement américains. Biden a également mis l'accent sur les menaces posées par la Chine et a déclaré à propos du président Xi Jinping : « il est très sérieux dans sa volonté de devenir la force militaire la plus puissante du monde, ainsi que l'économie la plus importante et la plus proéminente du monde d'ici le milieu des années 40, dans les années 2040 ». Depuis sa prise de fonction le 20 janvier dernier, l'administration Biden a accusé les gouvernements russe et chinois, ou des pirates informatiques basés dans ces deux pays, des cyberattaques contre ses infrastructures.

Les responsables américains ont prévenu que l'administration répondrait par un "mélange d'outils visibles et invisibles", mais les cyberattaques ont continué. Bien qu'il n'ait pas précisé contre qui une telle guerre pourrait être menée, Biden a immédiatement cité le président russe Vladimir Poutine, affirmant que la Russie diffusait des informations erronées avant les élections de mi-mandat de 2022 aux États-Unis. « C'est une pure violation de notre souveraineté », a-t-il déclaré. De même, avant ses propos d'hier, il avait déjà déclaré qu'il n'excluait pas une cyberattaque de représailles en réponse à une attaque visant des entités américaines.

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement américain évoque la possibilité d'une réponse cinétique à la suite d'une cyberattaque. Les administrations Obama et Trump ont toutes deux reconnu que les États-Unis se réservaient le droit de répondre aux cyberattaques par des moyens militaires. Les remarques de Biden, qui font allusion à une éventuelle escalade, interviennent aussi après que son administration a demandé à plusieurs reprises au Kremlin de prendre les choses en main et de contribuer à la lutte contre les pirates informatiques qui ciblent les entités américaines à l'intérieur de ses frontières.

« Le président Biden exprime deux choses, je crois. En premier, il avertit la Russie, la Chine et d'autres pays que nous ne sommes pas tenus de limiter notre réponse à une cyberattaque au seul domaine cybernétique », a déclaré Larry Pfeiffer, ancien haut responsable de la CIA et de la NSA et aujourd'hui directeur du Hayden Center. « Il exprime également son inquiétude quant à ce qui pourrait se produire en cas de cyberattaque qui tourne mal – une cyberattaque qui crée une cascade inattendue de conséquences allant bien au-delà des effets escomptés », a-t-il ajouté. Ils sont nombreux à argumenter dans ce sens.

« Si une cyberattaque entraînait des décès ou d'autres résultats particulièrement destructeurs, les États-Unis pourraient faire escalader les choses bien au-delà d'une simple riposte dans le cyberespace », explique Matt Tait, ancien analyste de l'agence britannique de renseignement électromagnétique GCHQ. « Cela dit, le public ne devrait pas supposer que les cyberincidents sont en général un précurseur automatique d'un conflit armé, ou qu'il s'agit d'un changement significatif de posture de la part des États-Unis », a ajouté Tait. Les propos de Tail rappellent des événements qui ont eu lieu lors de la dernière décennie.

Par exemple, le Pentagone a lancé une attaque de drone en 2015 pour tuer Junaid Hussain, qui dirigeait la branche de piratage de l'État islamique et encourageait la violence contre les responsables américains. En 2019, l'armée israélienne a annoncé avoir lancé des frappes aériennes visant un bâtiment qui, selon elle, abritait des soldats du Hamas se préparant à lancer une cyberattaque. Selon les analystes, il s'agissait de la première fois qu'un gouvernement annonçait qu'il répondait à une cyberattaque ou à un cybercomportement par une réponse cinétique, ou une guerre pouvant inclure une force létale.

Enfin, Ben Johnson, un ancien hacker de la NSA, prévient toutefois qu'une réponse armée des États-Unis pourrait sacrifier "inutilement" des vies américaines, d'autant plus que la Russie et la Chine continuent de mener des cyberopérations visant des entités américaines. « Avec la Russie et la Chine qui continuent d'être agressives, la Maison-Blanche n'a pas une tâche facile », a déclaré Johnson. « Nos dirigeants et les agences fédérales doivent continuer à faire avancer la planification stratégique et le développement des capacités, et être prudents dans les réponses que nous utilisons pour essayer de limiter l'escalade avant que des vies ne soient perdues », a-t-il conclu.

Source : La Maison Blanche

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Pensez-vous qu'une guerre armée sur motif de cyberattaques est vraiment justifiée ?
Pensez-vous que la Chine et la Russie sont réellement à l'origine de ces cyberattaques répétées ?
Pensez-vous que ces nouvelles mises en garde de la Maison-Blanche feront cesser les cyberattaques ?
Pensez-vous que les déclarations de Joe Biden montrent que les États-Unis sont dépassés par ces cyberattaques ?

Voir aussi

La cyberattaque contre Kaseya, la plus importante attaque par ransomware au monde, a touché des milliers d'entreprises dans 17 pays. Les hackers réclament 70 millions de dollars

Les États-Unis prévoient une contre-attaque cybernétique "agressive" contre la Russie dans le cadre d'un changement majeur de tactique destiné à servir d'avertissement aux puissances rivales

Au moins 30 000 organisations US ont été piratées via des failles dans Microsoft Exchange. Des correctifs ont été publiés, mais l'attaque continuerait sur les serveurs non patchés

Des pirates informatiques auraient accédé au réseau de Colonial Pipeline en utilisant un mot de passe compromis, obtenu potentiellement sur le dark web

Le gang REvil est à l'origine de l'attaque au rançongiciel contre le fournisseur de viande JBS. Ces pirates utilisent des tactiques de haute pression pour extorquer leurs victimes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ormond94470
Membre actif https://www.developpez.com
Le 28/07/2021 à 21:30
Habitudes des USA :
-Perdre toutes leurs guerres.
-Accuser de cyberattaque un pays sans preuve.
-Espionner sans crainte la terre entière pour notre bien.
10  6 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/07/2021 à 9:25
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Pensez-vous qu'une guerre armée sur motif de cyberattaques est vraiment justifiée ?
Ben non, normalement ils devraient corriger les failles pour améliorer la sécurité.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Pensez-vous que la Chine et la Russie sont réellement à l'origine de ces cyberattaques répétées ?
Nous n'avons aucun moyen de le savoir, n'importe quel riche peut embaucher des hackers pour attaquer n'importe qui.
Regarder le scandale de l'entreprise israélienne qui propose des outils pour pouvoir espionner tout le monde. C'est un peu pareil, c'est également un outil qui peut se retrouver entre des mauvaises mains.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Pensez-vous que ces nouvelles mises en garde de la Maison Blanche feront cesser les cyberattaques ?
Si les commanditaires des attaques ne sont pas liés aux gouvernement Russe et Chinois, ça ne risque pas de changer grand chose.
Au contraire, ce sont peut-être des ennemis de la Russie et de la Chine qui financent des attaques contre les USA, pour que les USA régissent.

C'est une attaque sous faux drapeaux comme quand des policiers se déguisent en manifestant pour casser des vitrines.
Ou comme ça :
Quand le Mossad se faisait passer pour la CIA pour frapper en Iran
En langage d'espion, cela s'appelle une opération "pirate" ("false flag" en anglais: sous faux drapeau). Selon les révélations de la revue Foreign Policy, le Mossad israélien s'est fait passer pendant plusieurs années pour la CIA américaine afin de recruter des activistes du groupuscule islamiste fondamentaliste baloutche Joundallah, en guerre contre les autorités de Téhéran. Cette manipulation remonterait à 2007-2008, sous l'administration Bush: les agents israéliens auraient recruté des cadres du groupuscule terroriste à Londres.
Dans l'histoire il est déjà arrivé qu'on paie des terroristes pour foutre la merde, aujourd'hui c'est encore plus simple de payer des hackers, de leur demander de faire croire qu'ils travaillent pour la Russie ou la Chine, et d'attaquer les USA.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Pensez-vous que les déclarations de Joe Biden montrent que les États-Unis sont dépassés par ces cyberattaques ?
Les présidents US comme Obama ou W. Bush veulent juste un prétexte pour lancer une grosse guerre au cas où.
Obama était à 2 doigts de démarrer une grosse guerre en Syrie, à un moment il parlait de ligne rouge.
Bush a fait une guerre en Irak parce que des terroristes afghans ont attaqué 2 tours.

Les USA ne tolèrent pas que le Chine devienne la première puissance économique mondiale, donc ils sont prêt à démarrer une guerre mondiale pour éviter ça.
5  3 
Avatar de PomFritz
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/07/2021 à 15:52
Citation Envoyé par ormond94470 Voir le message
Habitudes des USA :
-Perdre toutes leurs guerres.
-Accuser de cyberattaque un pays sans preuve.
-Espionner sans crainte la terre entière pour notre bien.
Autant, je ne me fais aucune illusion sur les US, je m'en fais encore moins sur la Russie et la Chine. Après, on peut débattre qui a commencé ou qui provoque qui, mais dans le doute... Pas l'mpression que ceux d'en face nous promettent un monde meilleur.
4  2 
Avatar de Christian_B
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/08/2021 à 2:48
Biden a oublié de dire ce qu'il pensait des cyber-attaques, manœuvres d'espionnages massifs et autres activités illicites et déloyales des États-Unis (y compris envers leurs "alliés" menés avec les plus puissants moyens informatiques du monde.
Ils sont toujours persuadés d'avoir droit à des privilèges exclusifs légitimes (divins ?) et ce point de vue est trop souvent relayé ailleurs.
Le meilleur moyen d'éviter des escalades catastrophiques pour tout le monde serait sans doute, dans ce domaine comme dans d'autres, des accords internationaux garantis par des moyens permettant leur respect.
Mais vu cette mégalomanie nationaliste des E-U (et de quelques autres quoique avec moins de moyens), l'impuissance de l'ONU face aux États ayant le droit de veto et l'état des relations internationales qui en résulte, c'est mal parti.
1  0 
Avatar de jvallois
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 31/07/2021 à 23:56
Citation Envoyé par ormond94470 Voir le message
Habitudes des USA :
-Perdre toutes leurs guerres.
Ha ?
Je n'avais pas remarqué que les kommandanturs étaient encore en place dans le coin...

Le Maître du Haut Chateau est un roman et une série forts intéressants, mais ce n'est pas la réalité...
1  1 
Avatar de pascalm58
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 08/08/2021 à 10:37
"Habitudes des USA :
-Perdre toutes leurs guerres.
-Accuser de cyberattaque un pays sans preuve.
-Espionner sans crainte la terre entière pour notre bien.
"

"Perdre toutes leurs guerres."
Heureusement qu'ils n'ont pas perdu celle contre les nazis.
On pourrait dire la même chose de la France (cf. guerres coloniales)

"Accuser de cyberattaque un pays sans preuve."
N'est-ce pas le but d'une cyberattaque : ne pas laisser de traces ?

L'armée Française (la Marine) a été elle-même espionnée par les Russes, mais c'est de "bonne guerre", les preuves elle les a.
Mais quand on s'attaque à des hôpitaux : c'est une tentative de meurtre, alors doit-on se contenter de ne rien dire parce-qu’on n'a pas de preuves mais que des faisceaux d'indices.
Aller donc demander aux Ukrainiens s'ils ne savaient pas que les cyberattaques de 2017 venaient de la Russie, y a t-il des preuves concrètes ?
S'il y avait vraiment des preuves directes d'une cyberattaque par un pays contre un autre : si ces pays ne sont pas en guerre, ce serait alors une déclaration de guerre

"Espionner sans crainte la terre entière pour notre bien"
C'est là un des problèmes de l'Amérique "America first", mais avec la Chine et la Russie c'est certainement pire mais on n'en sait rien.

C'est peut-être une chance pour nous que les USA soit un Jupiter, comme cela elle attire tous les astéroïdes sur son sol, et en plus elle peut dire sans crainte ce que beaucoup de pays pensent de la Russie et de la Chine.
Pour s'en rendre compte il suffit d’imaginer ce que le monde serait si les USA n’existait pas.
Je conseille de regarder cet excellent reportage sur la Chine qui est encore en replay sur Arte, on comprendra mieux pourquoi il est préférable de subir les défauts très chiants de l'Amérique (ce qui n'empêche pas de les critiquer, ni de combattre ces défauts, ni de s'opposer à leurs décisions unilatérales comme l'a fait Chirac pour la guerre en Irak) que de devenir un modèle de citoyen Chinois.

On notera aussi que la Chine n'hésite à soudoyer ou à tout le moins payer très cher des anciens premiers ministres Européens (entre autres) pour influencer la politique de leur pays en leur faveur.

La Russie a choisi le piratage informatique pour favoriser l'élection de Trump qui leur était plus favorable, voir plus manipulable.
En Ukraine elle a lancé des cyberattaques afin d'ouvrir un second front

Pour moi, la Chine lance des cyberattaques pour créer de la confusion voir le chaos afin de pirater plus facilement les secrets de fabrique et les stratégies commerciales des entreprises de hautes technologies, les obligeant à surinvestir financièrement dans leur protection, renchérissant mécaniquement leurs produits par rapport à ceux en provenance de la Chine.
Ainsi la Chine est gagnante sur tous les tableaux : gains sur la R&D, sur le marketing, et destruction économique de leurs concurrents en rendant artificiellement leurs produits plus chers, sur un marché donné.
0  0 
Avatar de Christian_B
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/08/2021 à 9:47
Citation Envoyé par pascalm58  Voir le message
"[I]Habitudes des USA [...]
"Perdre toutes leurs guerres."
Heureusement qu'ils n'ont pas perdu celle contre les nazis.
On pourrait dire la même chose de la France (cf. guerres coloniales)

Je trouve que cette partie du débat est non seulement très éloignée du sujet et de la situation actuelle, mais conduit à rapprocher de manière confuse des situations très différentes et assez graves pour être prises plus au sérieux.
1) Les États-Unis ont certes joué un rôle déterminant dans la 2ème guerre mondiale (notamment au Japon) mais d'autres acteurs aussi, dont l'URSS (malgré la dictature stalinienne). 80% des victimes en Europe (des deux côtés) se trouvaient dans les pays de l'Est. L'affaiblissement de l'Allemagne et de ses alliés de ce fait a joué un rôle déterminant et souvent sous-estimé dans leur écrasement final.
2) Les guerres coloniales sont très différentes des guerres "classiques" entre États préexistants. Elles résultent d'une réaction des colonisés (quand ils en ont les moyens) à des invasions coloniales dont la violence et le racisme n'a rien à envier à ceux du nazisme, même si beaucoup préfèrent l'oublier. Depuis longtemps, des nations impériales, y compris certaines à peu près démocratiques à l'intérieur, se sont comportées à l'extérieur comme des dictatures féroces qui traitaient les colonisés comme des sous-hommes. Et ce n'est pas fini, quoique sous des formes différentes (soutien à des dictatures et des caricatures de démocratie, ventes d'armes etc.).
0  0 
Avatar de Christian_B
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/08/2021 à 9:49
Citation Envoyé par pascalm58  Voir le message
"[I]Habitudes des USA [...]
"Perdre toutes leurs guerres."
Heureusement qu'ils n'ont pas perdu celle contre les nazis.
On pourrait dire la même chose de la France (cf. guerres coloniales)

Je trouve que cette partie du débat est non seulement très éloignée du sujet et de la situation actuelle, mais conduit à rapprocher de manière confuse des situations très différentes et assez graves pour être prises plus au sérieux.
1) Les États-Unis ont certes joué un rôle déterminant dans la 2ème guerre mondiale (notamment au Japon) mais d'autres acteurs aussi, dont l'URSS (malgré la dictature stalinienne). 80% des victimes en Europe (des deux côtés) se trouvaient dans les pays de l'Est. L'affaiblissement de l'Allemagne et de ses alliés de ce fait a joué un rôle déterminant et souvent sous-estimé dans leur écrasement final.
2) Les guerres coloniales sont très différentes des guerres "classiques" entre États préexistants. Elles résultent d'une réaction des colonisés (quand ils en ont les moyens) à des invasions coloniales dont la violence et le racisme n'a rien à envier à ceux du nazisme, même si beaucoup préfèrent l'oublier. Depuis longtemps, des nations impériales, y compris certaines à peu près démocratiques à l'intérieur, se sont comportées à l'extérieur comme des dictatures féroces qui traitaient les colonisés comme des sous-hommes. Et ce n'est pas fini, quoique sous des formes différentes (soutien à des dictatures et des caricatures de démocratie, ventes d'armes etc).
0  0 
Avatar de Christian_B
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/08/2021 à 10:53
Citation Envoyé par pascalm58  Voir le message
"[I]
Pour moi, la Chine lance des cyberattaques pour créer de la confusion voir le chaos afin de pirater plus facilement les secrets de fabrique et les stratégies commerciales des entreprises de hautes technologies, les obligeant à surinvestir financièrement dans leur protection, renchérissant mécaniquement leurs produits par rapport à ceux en provenance de la Chine.
Ainsi la Chine est gagnante sur tous les tableaux [...]

Proposition hasardeuse si elle est une simple supposition sans faits vérifiés et sélective donc fausse. La Chine, comme tous les acteurs publics ou privés misant beaucoup sur les réseaux numériques, est évidemment obligée d'investir dans la protection des systèmes informatique. En quoi ont-ils un avantage sans avoir actuellement une situation dominante sur les réseaux ?

Elle est surtout une championne de la répression de sa population à l'aide d'une surveillance massive assortie de sanctions systématiques.

A l'international, jusqu'à preuve du contraire, sa préoccupation première paraît être de développer ses exportations, y compris de haute technologie, ce qui suppose une certaine crédibilité que les États-Unis combattent par des affirmations arbitraires en miroir.
C'est le même principe que naguère la propagande des USA autour des "armes de destruction massive" dont ils sont pourtant les champions.

Malheureusement peu d'États en ayant les moyens sont exempts de reproches (compris la France encensée par certains) en manière de crapuleries informatiques.
Triste monde à cet égard.

Heureusement, ces actes n'entraînent pas (jusqu'à présent) des guerres ouvertes, sinon il y aurait de multiples guerres croisées, y compris par exemple de l'Allemagne et la France, entre autres, contre leurs "alliés" anglo-saxons qui les espionnent sans vergogne.
Ou plutôt ce serait déjà terminé avec un tableau digne de la plus sinistre SF apocalyptique.
Par nécessité vitale, on n'en est plus à l'époque où quelques actes hostiles (par exemple l'assassinat d'un archiduc ...) suffisaient comme prétexte pour déclencher une guerre mondiale. Enfin je l'espère
0  0