IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Bruxelles annonce la mise en service du pass sanitaire européen
Mais des zones de frictions demeurent autour de ces certificats COVID numérique de l'UE

Le , par Stéphane le calme

113PARTAGES

14  0 
Depuis le 1er juillet, le pass sanitaire européen est officiellement disponible. Le pass sanitaire de l'UE, aussi connu sous le nom de certificat vert numérique de l'UE, a pour objectif de faciliter les voyages au sein de l'Union dans le contexte de la crise sanitaire. Ce certificat sanitaire contiendra un code QR prouvant que son titulaire a été vacciné, qu'il a passé un test PCR ou antigénique rapide négatif ou qu'il est immunisé après avoir été infecté par le Covid-19. Le certificat ne donnera pas de droit automatique aux personnes ayant recours à des vaccins non autorisés par l'Agence européenne du médicament, comme les vaccins chinois et russes utilisés en Hongrie. Le certificat ne reconnaît que les vaccins COVID-19 autorisés dans l'UE (qui incluent les vaccins AstraZeneca, Pfizer / BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson).

Le certificat peut être affiché sur un appareil numérique ou imprimé. Il faut noter qu'il ne s'agit pas d'un document de voyage : les citoyens des pays de l'Union devront toujours être munis d'un passeport ou d'une pièce d'identité. Ici, l'avantage réside dans le fait que les personnes disposant du certificat ne devraient pas avoir à subir un test COVID-19 supplémentaire ou une quarantaine lorsqu'elles voyagent dans l'UE. Il est gratuit et reconnu au sein des 27 États membres, ainsi qu'en Suisse, en Islande, en Norvège et au Liechtenstein.

Certains pays de l'UE ont déjà délivré et reconnu le certificat. L'Allemagne, par exemple, a déclaré mi-juin avoir déjà émis 5 millions de certificats. Il y aura une période de mise en place progressive de six semaines pour permettre à tous les pays membres de l'UE d'être à jour.

Des pays non membres de l'UE, comme le Royaume-Uni, ont commencé à déployer leurs propres systèmes. L'Angleterre a son propre laissez-passer COVID-19 via le National Health Service (NHS), qui peut également montrer une preuve de vaccination, un résultat de test récent ou une infection passée. Les Écossais et les Pays de Galles peuvent obtenir une version papier. L'UE ne reconnaît pas actuellement le laissez-passer NHS, bien que certains pays de l'UE le fassent, et cela pourrait changer à mesure que les pays s'efforcent de rendre les systèmes compatibles.


Dans un communiqué de presse, Bruxelles a annoncé son entrée en vigueur :

« Aujourd'hui, une nouvelle étape importante a été franchie concernant le certificat COVID numérique de l'UE avec la mise en service du système technique au niveau de l'UE, qui permet de vérifier les certificats d'une manière sûre et en assurant le respect de la vie privée. Le certificat de l'UE a été proposé par la Commission afin de permettre la reprise des déplacements en toute sécurité cet été. Ce certificat sera gratuit, sûr et accessible à tout un chacun. Disponible sous format numérique ou sous format papier, ce certificat constituera la preuve que son titulaire a été vacciné contre la COVID-19, qu'il a reçu un résultat négatif à un test de dépistage ou qu'il s'est rétabli à la suite d'une infection.

« À la suite de l'accord politique intervenu le 20 mai entre le Parlement européen et le Conseil au sujet du règlement régissant le certificat, l'ossature technique des systèmes de l'UE est mise en service aujourd'hui. Mis en place en seulement deux mois, le service passerelle de l'UE permet la vérification des dispositifs de sécurité contenus dans les codes QR de tous les certificats. Les citoyens et les autorités pourront ainsi s'assurer que les certificats sont authentiques. Au cours du processus de vérification, aucune donnée à caractère personnel n'est échangée ou conservée. La mise en service du service passerelle permet d'achever les travaux préparatoires au niveau de l'UE.

« Depuis le 10 mai, 22 pays ont déjà testé le service passerelle avec succès. Le règlement sera appliqué à partir du 1er juillet, mais tous les États membres pour lesquels les tests techniques se sont avérés concluants et qui sont prêts à délivrer et à vérifier des certificats peuvent désormais commencer à utiliser le système sur une base volontaire. Dès aujourd'hui, sept États membres — la Bulgarie, la Tchéquie, le Danemark, l'Allemagne, la Grèce, la Croatie et la Pologne — ont décidé de se connecter au service passerelle et ont commencé à délivrer les premiers certificats de l'UE, tandis que certains pays ont décidé de ne lancer le certificat COVID numérique de l'UE que lorsque toutes les fonctions auront été déployées à l'échelle nationale. Par conséquent, davantage de pays adhéreront dans les jours et semaines à venir. Une vue d'ensemble actualisée est disponible sur une page web prévue à cet effet ».

Le service passerelle de l'UE a été mis en place par T-Systems et SAP et est hébergé au centre de données de la Commission à Luxembourg. Il permet de vérifier les signatures numériques contenues dans les codes QR de tous les certificats sans traitement de données à caractère personnel. Les clés de signature nécessaires à cette vérification sont stockées sur des serveurs au niveau national; par l'intermédiaire du service passerelle, ces clés peuvent être consultées par des applications ou systèmes de vérification nationaux dans toute l'UE.

La Commission a également mis au point un logiciel de référence et des applications pour la délivrance, le stockage et la vérification des certificats, afin de faciliter le déploiement au niveau national; ils sont publiés sur GitHub et utilisés par douze États membres.

Des zones de frictions demeurent

Alors que les pays ont convenu que les autorités sanitaires nationales délivreraient les certificats, ils sont divisés sur l'entité qui doit les vérifier, où et quand.

Citant des problèmes de confidentialité, l'Allemagne et l'Autriche n'ont pas donné aux compagnies aériennes l'accès aux dispositifs de vérification dont elles auraient besoin pour scanner le QR codes. La France a distribué de tels outils dans les aéroports et l'Espagne a construit un système par lequel les QR codes peuvent être vérifiés avant que les passagers ne se rendent à l'aéroport.

Et un pays, l'Irlande, n'a pas encore mis en place de système de vérification pour les certificats numériques, après que son système de santé national a récemment été la cible de cyberattaques.

Les divergences ont mis en évidence les défis auxquels l'UE fait face en permettant la libre circulation à travers le bloc.

Cette semaine, un groupe de compagnies aériennes et de représentants d'aéroports a exhorté les États membres à mettre en place des systèmes de vérification avant le départ (parallèlement aux enregistrements en ligne, par exemple) pour éviter les situations chaotiques dans les aéroports à l'arrivée. Faisant écho à certaines préoccupations partagées par l'industrie du voyage, la Commission européenne a noté que les 27 États membres avaient prévu plus de 10 processus de vérification.

« Le certificat numérique Covid-19 est un outil important qui donnera idéalement confiance aux gens dans l'assouplissement des restrictions de voyage », a déclaré Thomas Reynaert, directeur général d'Airlines for Europe, une organisation basée à Bruxelles qui représente les plus grands transporteurs du bloc. « Mais cela ne peut fonctionner pour les voyageurs que si les États membres le mettent en œuvre de manière harmonisée ».

Comment faire pour disposer du pass sanitaire ?

Il y a plusieurs possibilités. Si vous êtes vacciné, vous devez télécharger votre attestation de vaccination depuis la plateforme de l'Assurance-maladie. Si vous avez réalisé un test PCR négatif, vous allez recevoir un SMS ou un mail pour vous connecter à une plateforme baptisée Sidep sur laquelle vous pourrez télécharger votre pass. Vous pourrez vous connecter grâce à FranceConnect. Enfin, si vous avez contracté le virus depuis le 20 avril, même procédure : connectez-vous sur la plateforme Sidep pour récupérer votre test positif. Celui-ci fera office de pass sanitaire.

Déclarations des membres du collège

Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur, s'est exprimé en ces termes : « La mise en service aujourd'hui du service passerelle constitue une étape importante qui permettra aux États membres de commencer à utiliser le service passerelle et à délivrer des certificats COVID numériques de l'UE. Sept États membres, c'est un bon départ. J'encourage les autres États membres à leur emboîter le pas dès que possible. Une préparation en temps utile permettra à l'ensemble du système d'être opérationnel d'ici au 1er juillet, date à laquelle la proposition entrera en application; l'Union sera ainsi à l'heure au rendez-vous, pour permettre la réouverture cet été. »

Stella Kyriakides, commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire, a ajouté ce qui suit : « Le certificat COVID numérique de l'UE montre la valeur ajoutée de solutions de santé en ligne efficaces pour nos citoyens. Il est important que, dans les semaines à venir, tous les États membres finalisent entièrement leurs systèmes nationaux de délivrance, de stockage et de vérification des certificats, de sorte que le système soit opérationnel à temps, pour la saison des vacances. Les citoyens de l'UE se réjouissent de pouvoir à nouveau se déplacer, et ils souhaitent le faire en toute sécurité. L'obtention d'un certificat de l'UE est une étape essentielle dans cette perspective ».

Didier Reynders, commissaire chargé de la justice, a déclaré à ce sujet : « Le certificat COVID numérique de l'UE fournit aux citoyens européens un outil commun leur permettant de recommencer à se déplacer librement et en toute sécurité. Il illustre la primauté technologique de l'Europe dans le plein respect de nos valeurs et de nos principes: protection des données, caractère inclusif et proportionnalité. Il est important que tous les États membres mettent à profit les prochaines semaines pour se préparer parfaitement, de manière à ce que le système soit totalement opérationnel le 1er juillet. »

Source : Commission européenne

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jiji66
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/07/2021 à 8:23
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
............
Sinon le niveau des commentaires viens de descendre, on va finir par être classé forum complotiste (ou juste idiot).
Moi je pensais être sur un forum d'informatique où parler de technique était une chose centrale.
Il se trouve que si les sujets sont autour du pass sanitaire ou du bitcoin; les discussions tournent autour de tout, sauf de la réalité technique du fonctionnement de ces nouveaux outils.
C'est bien dommage.
4  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/07/2021 à 14:51
Citation Envoyé par Jiji66 Voir le message
Sauf que le PC, si le vaccin/antivirus ne marche pas ou est mal programmé et fait des dégâts irréversibles je peux toujours le reformater... Pour l'ADN humain, c'est plus compliqué.
Où est-ce que tu as vu qu'un vaccin modifiait ton ADN ?
Sais-tu de quoi tu parles au juste ? Quel niveau as-tu en biologie ? Parce que là, désolé, mais c'est du grand n'importe quoi.
4  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/07/2021 à 13:55
Citation Envoyé par Jiji66 Voir le message
Sauf que le PC, si le vaccin/antivirus ne marche pas ou est mal programmé et fait des dégâts irréversibles je peux toujours le reformater... Pour l'ADN humain, c'est plus compliqué.
Je ne sais pas où on a vu que le vaccin à ARN messager modifiait l'ADN, puisqu'il ne sert qu'à la communication inter cellulaire. Quand bien même, ce ne serait pas bien grave, puisque beaucoup de virus modifient votre ADN (dont 90% ne sert rien), ce qui n'a généralement aucun effet et vous ne léguèrez peut-être même pas forcément cette modification à vos descendants (chez qui elle ne servira à rien non plus).
Et si cela peut vous rassurez, vous êtes vous même un OGM issu de votre papa et de votre maman. L'immunité n'est pas stockée dans les gênes et cet ARNm ne sert qu'à informer les lymphocytes de se focaliser sur telle ou telle protèine.

Mais rien ne dit que les vaccins à ARNm soit dangereux, rien ne dit non plus qu'ils soient très efficaces en pratique.
3  0 
Avatar de sevyc64
Modérateur https://www.developpez.com
Le 05/07/2021 à 21:03
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Mais rien ne dit que les vaccins à ARNm soit dangereux, rien ne dit non plus qu'ils soient très efficaces en pratique.
Ils sont d'ailleurs, de manière générale, plutôt inefficaces.

Pour la petite histoire, la recherche sur les traitements à ARN messager, vaccins ou autres, existe depuis un peu plus d'une décennie, que ce soit pour la grippe, le cancer, le sida, maladies génétiques, maladies cardiaques, etc..
Coté vaccin, le plus prometteur était la grippe avec un taux d’efficacité qui a eu de la peine à dépasser les .... 30% seulement.

A tel point que, toutes les firmes pharmaceutiques qui développent habituellement les vaccins avaient abandonné les recherches sur cette technique à l'aube de 2020.

Que cette technique ait marché pour le virus du covid relève en réalité d'un très chanceux coup de poker.
Et elle ne prédit en rien de pouvoir être étendu et généralisée.
Cependant les connaissances acquisent avec ce vaccin vont très certainement relancer la recherche avec de nouvelles pistes.
3  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/07/2021 à 16:32
Citation Envoyé par BenoitM Voir le message
C'est sur que de passé de 300 morts par jours à 75 ce n'est pas bien attractif.
Mais c'est vrai que c'est un peu dommage pour notre système de pension où on avait enfin une solution efficace
Disons que les gens ne comparent pas les solutions entre elles, mais les solutions par rapport à un idéal (qui n'existe pas, cette saloperie est là, et va rester encore un peu). Comparé à ne rien faire, oui, c'est très attractif, mais ce n'est pas ça que voient les gens.

Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
30% reste un peu faible quand l'efficacité du vaccin traditionnel contre la gripe monte à 60%, c'est-à-dire que votre risque d'attraper la grippe passe de 3 à 2%. Pour une personne en bonne santé, se faire vacciner ne sert à rien, mais pour une personne à risque, cela a du sens.
Le souci, c'est qu'un vaccin offre une immunité collective par effet de seuil. Si on est en dessous du seuil de vaccination, alors le virus continue à se balader facilement. Dès qu'on est au dessus, pooof, ça s'arrête. donc c'est utile de se faire vacciner même si on est pas une cible : on participe à l'effort collectif pour passer au delà du seuil. Autre souci, spécifique au CIVOD, celui-ci, c'est que les nouveaux variants, en particulier le delta, sont plus contagieux que les précédents, et que le seuil en question monte dont au fur et à mesure que le temps passe. Non seulement il faut tous se faire vacciner, mais il faut le faire vite.

(mais évidemment, si je dis ça, ça sera sorti de se contexte par des antivax primaires qui diront "ils veulent nous faire peur!!!". Non, c'est le virus qui me fait peur, surtout quand je vois les séquelles de nombreux survivants, Jean-Kevin Augustin en tête)

Le 6 octobre 2020, (.../...)il s'engage pour deux saisons avec le FC Nantes. Arrivé sans condition physique,(.../...)

Le 4 mars 2021, à la suite d'examens médicaux poussés, le club annonce que le mauvais état physique du joueur depuis son arrivée est dû au syndrome du Covid long, séquelles à long terme engendrées par la Covid-1921. Le club explique que « le joueur va à présent poursuivre un protocole médical strict, adapté à son état de santé actuel, nécessaire au recouvrement de la totalité de ses moyens et de sa forme physique ».
3  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/07/2021 à 11:57
Bonjour,

Citation Envoyé par philippeBen Voir le message
Le pass sanitaire ou plutot commettre soumettre les peuples a se faire empoisonner a l'echelle mondiale.
La vaccination n'est pas obligatoire mais vu tout l arsenal déployé pour vous y contraindre, on se demande pourquoi?

A savoir que les labos et les grands groupes pharmaceutiques ont fait adopté par les pays membres qui achetent les vaccins, un certains nombres de clauses, les rendant totalement "NON RESPONSABLE" en cas décès ou pathologies graves.
A savoir aussi que les pays membres paieront avec l argent des contribuables les frais de justice et d 'avocats de ces grands groupes pharmaceutiques, toutes actions en justice menées par des personnes desirant le faire.
Le vaccin n'est pas obligatoire donc si il vous arrive une grosse tuile, c'est votre responsabilité et non celle des labos et lobbies.

Donc le pass sanitaire est pour moi une action obligatoire de se faire vacciner.

Il ne reste plus qu' a prendre les armes et reprendre notre pays en main et non le laisser à tous ces pourritures verreux qui ne pensent qu'a eux.
Sur ton PC , tu mets un antivirus pour te prémunir . C'est une forme de "vaccin" ou d'antidote .

Quand un PC tombe à cause d'un ransomware , tu n'attaques pas la fabriquant ?

Le vaccin est à voir comme un effet "préventif" et non "curatif" . On a pas encore inventé le vaccin qui annihile le covid .

Bon pour l'aspect "hache de guerre" avec les labos en d'effet indésirable , on parle ici de cas rares . Ne faisons pas une généralité ... Il est vrai que les labos font tout pour ne pas se prendre de procès aux fesses , et se dédouaner du moindre problème. C'est discutable.
6  4 
Avatar de redcurve
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/07/2021 à 9:56
Il arrive que le système mélange les personnes donc vous pouvez vous retrouver avec le pass de quelqu'un d'autre et pas forcément un français
2  0 
Avatar de BenoitM
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 06/07/2021 à 15:33
Citation Envoyé par Jiji66 Voir le message
Pour revenir à ce qui nous intéresse; Certains vaccins actuellement utilisés contre le 'COVID-19' utilisent une technique dite ARNm (Pfizer, BioNtech, Moderna, ...). Le but du jeu est de faire produire par les cellules du corps humain une protéine (Spike) qui correspond à celle du virus afin d'éduquer le système immunitaire à combattre cette même protéine.
Première difficulté : il faut s'assurer que le système immunitaire ne n'attaque pas aux cellules productrices de la protéine. Je rappelle que cette technique ARNm à été utilisée avec sucés pour combattre des cancers en permettant au système immunitaire de reconnaître des cellules considérées comme saines par le système immunitaire comme devant être détruites par celui-ci. D’où certaines interrogations que je partage, du risque de développement de maladies auto-immunes. Je précise que si j'ai un cancer et que j'en ai pour 1 an à vivre, celà ne me gène pas d'utiliser une technique ARNm même si le risque existe de déclencher une maladie auto-immune dans 10 ans.
Euh je comprends dans le cas du cancer le risque de maladie auto-immune.
Mais le Covid n'est pas dans notre corps donc pour moi il y a peu de chance d'avoir une réaction auto-immune.

Donc oui, des "mécanismes" utilisant l'ARN peuvent modifier l'ADN. C'est la raison pour laquelle l'utilisation de thérapies géniques pour combattre les virus de type SARS-CoV2 et décrites médiatiquement comme des "vaccins" n'est pas une opérations sans interrogations.
https://www.francetvinfo.fr/sante/de...s_3147473.html
Tout comme le soleil... Supprimons le soleil

Bon après c'est comme dans tout, il faut calculer les risques et bénéfices...
2  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/07/2021 à 10:40
Ah ben si tu veux attendre 5 ans qu'on soit sur de tout, on va avoir d'énormes dégâts. On est dans une double gestion du risque : qu'est-ce qui se passe si on vaccine, et qu'est-ce qui se passe si on ne vaccine pas. Et si tu soupèses honnêtement, la vaccination n'est pas bien attractive, mais la non-vaccination est bien pire encore.
2  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/07/2021 à 11:26
On a quand même d'autres sources que gouvernementales. On peut faire ses propres méta-études par rapport aux innombrables études qui sortent, et on peut quand même mesurer l'efficacité - réelle, même si pas totale - des mesures préconisées (distanciation sociale, aération, port du masque, vaccination). On est dans le domaine de la statistique, et on peut toujours trouver des contres-exemples, mais en gros, la masse de merdes est moindre quand on applique les règles que quand on ne les applique pas. Ca se mesure.
2  0