IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une proposition de loi pourrait contraindre Apple à donner à l'utilisateur la possibilité de supprimer les applications préinstallées

Le , par Stéphane le calme

461PARTAGES

6  0 
Estimant qu'Apple donne un avantage à ses propres applications en empêchant les utilisateurs de les supprimer de leurs appareils Apple, le député démocrate David Cicilline a fait une proposition de loi qui pourrait contraindre Apple à donner à l'utilisateur la possibilité de supprimer les applications préinstallées. Cicilline a déclaré aux journalistes mercredi qu'une proposition interdisant aux plateformes technologiques de donner un avantage à leurs propres produits par rapport à ceux de leurs concurrents signifierait qu'Apple devrait laisser les consommateurs décider quelles applications utiliser ou supprimer.

« Il serait tout aussi facile de télécharger cinq autres applications que celle d’Apple afin qu’elles n’utilisent pas leur domination sur le marché pour favoriser leurs propres produits et services », a déclaré David Cicilline, démocrate de Rhode Island.

Cette proposition fait partie d'un ensemble de projets de loi bipartites, cinq projets de loi sous l'intitulé « Une économie en ligne plus forte : opportunité, innovation, choix », qui imposeraient de nouvelles contraintes importantes sur le fonctionnement des entreprises technologiques, restreignant les acquisitions et les forçant à quitter certaines entreprises. Le comité judiciaire de la Chambre marquera les cinq projets de loi lors d'une audience la semaine prochaine, a déclaré le représentant Jerrold Nadler de New York, président du comité.

Ces projets de loi bipartites ont été rédigés par des législateurs du sous-comité antitrust qui ont achevé l'année dernière une enquête de 16 mois sur l'état de la concurrence sur le marché numérique et le pouvoir non réglementé exercé par Amazon, Apple, Facebook et Google.

Cicilline a déclaré que l'interdiction d'autopréférence s'appliquerait également au service d'abonnement Prime d'Amazon.com Inc., car elle désavantage certains vendeurs qui dépendent de la plateforme de commerce électronique.

Le projet de loi contient une disposition qui interdirait à Apple, par exemple, de restreindre ou d'empêcher les utilisateurs d'iPhone de désinstaller des applications préinstallées, mais cette disposition n'interdit pas à Apple de préinstaller des applications en premier lieu.

Le projet de loi empêcherait également les plateformes de modifier les paramètres par défaut qui dirigent les utilisateurs vers les produits proposés par la plateforme, selon le texte de la législation.

«*Vous ne pouvez pas empêcher les gens d'utiliser d'autres services identiques. Vous ne pouvez pas exclure d'autres personnes », a déclaré Cicilline.

Lorsqu'on lui a demandé si Microsoft Corp., qui a fait l'objet d'une affaire antitrust épique dans les années 1990, serait soumise aux mesures, Cicilline a déclaré qu'il appartiendrait au ministère de la Justice et à la Federal Trade Commission de prendre cette décision. La législation énonce plusieurs critères, dont au moins 50 millions d'utilisateurs actifs par mois aux États-Unis et une capitalisation boursière de 600 milliards de dollars.

« Le peuple américain nous a envoyés à Washington pour faire avancer les choses. Rien n'est plus important que de s'assurer que chaque Américain a la possibilité d'aller de l'avant », a déclaré Cicilline. « À l'heure actuelle, les monopoles technologiques non réglementés ont trop de pouvoir sur notre économie. Ils sont dans une position unique pour choisir les gagnants et les perdants, détruire les petites entreprises, augmenter les prix des consommateurs et mettre les gens au chômage. Notre programme uniformisera les règles du jeu et garantira que les monopoles technologiques les plus riches et les plus puissants respectent les mêmes règles que le reste d'entre nous. »

« La Big Tech a abusé de sa domination sur le marché pour écraser ses concurrents, censurer le discours et contrôler la façon dont nous voyons et comprenons le monde », a déclaré le représentant Buck. « Apple, Amazon, Facebook et Google ont privilégié le pouvoir sur l'innovation et ont nui aux entreprises et aux consommateurs américains dans le processus. Ces sociétés ont maintenu un pouvoir de monopole sur le marché en ligne en recourant à divers comportements anticoncurrentiels pour étouffer la concurrence. Cette législation brise le pouvoir monopolistique des Big Tech de contrôler ce que les Américains voient et disent en ligne, et favorise un marché en ligne qui encourage l'innovation et offre aux petites entreprises américaines des règles du jeu équitables. Ne rien faire n'est pas une option, nous devons agir maintenant ».

Voici les cinq projets de loi en question :
  1. « L'American Innovation and Choice Online Act » interdira les comportements discriminatoires des plateformes dominantes, y compris l'interdiction de l'autopréférence et de la sélection des gagnants et des perdants en ligne. Le projet de loi est parrainé par le président Cicilline et coparrainé par le représentant américain Lance Gooden (TX-05).
  2. La «*Platform Competition and Opportunity Act*» interdit les acquisitions de menaces concurrentielles par les plateformes dominantes, ainsi que les acquisitions qui étendent ou renforcent le pouvoir de marché des plateformes en ligne. Le projet de loi est parrainé par le représentant américain Hakeem Jeffries (NY-08) et coparrainé par Ranking Member Buck.
  3. La «*Ending Platform Monopolies Act*» élimine la capacité des plateformes dominantes à tirer parti de leur contrôle sur plusieurs secteurs d'activité pour s'auto-préférer et désavantager les concurrents de manière à saper une concurrence libre et équitable. Le projet de loi est parrainé par la représentante américaine Pramila Jayapal (WA-07) et coparrainé par la représentante américaine Lance Gooden (TX-05).
  4. «*L'Augmenting Compatibility and Competition by Enabling Service Switching (ACCESS) Act » encourage la concurrence en ligne en abaissant les barrières à l'entrée et les coûts de changement pour les entreprises et les consommateurs grâce à des exigences d'interopérabilité et de portabilité des données. Ce projet de loi est parrainé par la représentante américaine Mary Gay Scanlon (PA-05) et coparrainé par la représentante américaine Burgess Owens (UT-04).
  5. La « Merger Filing Fee Modernization Act » met à jour les frais de dossier pour les fusions pour la première fois en deux décennies afin de garantir que le ministère de la Justice et la Federal Trade Commission disposent des ressources dont ils ont besoin pour appliquer de manière agressive les lois antitrust. Ce projet de loi est parrainé par le représentant américain Joe Neguse (CO-02) et coparrainé par la représentante américaine Victoria Spartz (IN-05).



La situation européenne

Si les projets de loi américains ne prévoient pas d'interdire la préinstallation des applications, ce n'est pas le cas en Europe. L’un des éléments du projet Digital Service Act auquel les grandes entreprises technologiques américaines vont s’opposer (notamment Apple et Google) est les dispositions limitant les applications préinstallées sur le matériel, car les appareils iPhone et Android sont livrés avec toute une suite de programmes intégrés que vous ne pourrez peut-être jamais supprimer. Apple est également très susceptible de s'opposer à une disposition qui interdirait effectivement aux entreprises de contrôle d'accès de bloquer le chargement latéral ou les magasins d'applications alternatifs ou les méthodes de paiement – tout le cœur du différend actuel entre Epic et Apple.

D'ailleurs, le patron d'Apple n'a pas manqué de le souligner :

« Si je pense aux réglementations technologiques, je pense qu'il y a de bons éléments et je pense que certains aspects de ces réglementations ne vont pas dans le sens du meilleur intérêt pour les utilisateurs. Prenons un exemple : le texte du DMA qui est actuellement en cours de discussion forcerait le side-loading sur l'iPhone. Je pense que cela détruirait la sécurité offerte par l'iPhone et les initiatives de respect de la vie privée que nous avons intégré à l'App Store par exemple via des labels de respect de la vie privée ou des systèmes qui obligent les applications à demander l'autorisation des utilisateurs pour utiliser leurs données. Ces initiatives ne seront disponibles que pour les personnes qui restent au sein de notre écosystème », a déclaré le PDG d'Apple, durant la VivaTech à laquelle il a participé à distance.

Source : communiqué de presse David Cicilline

Et vous ?

Que pensez-vous de cette proposition de loi ?
De l'approche européenne (limiter les applications préinstallées sur le matériel) ou américaine (permettre de supprimer les applications installées par défaut), laquelle a votre préférence ? Dans quelle mesure ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de stardeath
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/06/2021 à 18:39
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Êtes-vous pour ou contre l'ouverture de magasins de téléchargement alternatifs sur iOS ?
pour, on nous rabâche les oreilles à longueur de journée sur la libre concurrence, et là on devrait croire le contraire? faut arrêter les conneries 5 minutes, si la concurrence, c'est si bien, apple doit la subir aussi sur son store. c'est encore un exemple flagrant de passe-droits.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous des arguments d'Apple avancés pour s'y opposer ?
qu'apple rétorque avec des "arguments" tous plus bidons les uns que les autres, rappelez vous, sur un iphone, apple prétends ne pas pouvoir récupérer les photos des utilisateurs pendant que des techniciens de chez lui partage le contenu d'un iphone d'une utilisatrice, bizarre, non?

si apple arrive à interdire le side loading des applis sur son store, en quoi un store concurrent ne pourrait pas l'interdire lui aussi?
apple semble tellement tenir à la sécurité de ses utilisateurs qu'il pourrait parfaitement autoriser les stores alternatifs tout en imposant la même sécurité que sur son store.

mais non, la seule chose qui l'intéresse c'est son portefeuille, pas que ça soit condamnable en soit, mais cette politique à géométrie variable est inadmissible.
7  0 
Avatar de coolspot
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 19:14
C'est toujours le meme problème avec les iPhone tu a du bon hardware mais le software qu'est iOS est nul à chier
6  0 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 19:23
Avec cette mentalité, pour être en conformité avec la loi, Apple ne devrait pas faire de la vente de matériel mais uniquement de la location.
6  0 
Avatar de arflam
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 11/11/2021 à 11:37
Propos hypocrite quand on utilise ce pouvoir pour faire de la censure politique ou idéologique sur les applications, comme pour Parler
, ou simplement maximiser son profit en limitant la concurrence.
6  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/04/2022 à 21:32
Citation Envoyé par kain_tn Voir le message
C'est amusant que Tim Cook parle de "privacy", vu ce que Apple fait...
Tu m'a devancé .
6  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/03/2022 à 19:52
Citation Envoyé par Stéphane le calme  Voir le message
En UE, Apple sera obligé d'autoriser le téléchargement latéral sur iOS mais aussi les magasins tiers d'applications en vertu du DMA,
les instances européennes sont arrivées à un consensus sur la législation

Apple serait contraint d'autoriser les utilisateurs à installer des applications en dehors de l'App Store en vertu d'une législation récemment dévoilée par l'UE. Cette stipulation a été incluse dans la proposition initiale de la loi sur les marchés numériques, ou DMA, qui s'est rapprochée de la promulgation la semaine dernière, et un porte-parole de l'UE a confirmé que la disposition est toujours incluse.





« Nous pensons que le propriétaire d'un smartphone devrait avoir la liberté de choisir comment l'utiliser », a déclaré le porte-parole de la Commission européenne, Johannes Bahrke, dans un communiqué envoyé par courrier électronique. « Cette liberté comprend la possibilité d'opter pour d'autres sources d'applications sur votre smartphone. Avec le DMA, un propriétaire de smartphone pourrait toujours profiter des services sûrs et sécurisés de la boutique d'applications par défaut sur ses téléphones intelligents. En plus de cela, si un utilisateur le souhaite, le DMA permettrait au propriétaire d'un smartphone d'opter également pour d'autres magasins d'applications sûrs ».

En plus d'autoriser les magasins tiers sur sa plateforme, Apple serait également obligé d'autoriser les utilisateurs à installer des applications à partir de sources tierces (une pratique connue sous le nom de sideloading) et de permettre aux développeurs d'utiliser l'App Store sans utiliser les systèmes de paiement d'Apple.

Normalement, il ne devrait même pas être question de "source tierce" ou de "sideloading". Un ordinateur doit être capable d'ouvrir n'importe quel exécutable (un ordinateur et fait pour ça, c'est sa fonction première). Point barre. Les politiques d'administrations/de sécurité doivent être gérer par l'administrateur/l'utilisateur. Pas par le fabricant.

Apple est particulièrement préoccupé par le Digital Markets Act, qui, selon le PDG Tim Cook, obligerait Apple à autoriser le « chargement latéral » ou la possibilité d'installer des applications iPhone à partir du Web plutôt que via l'App Store d'Apple.

« Les décideurs européens ont souvent été en avance sur leur temps », a déclaré le vice-président senior d'Apple Software Craig Federighi. « Mais exiger le chargement latéral sur iPhone serait un pas en arrière. Au lieu de créer un choix, cela pourrait ouvrir une boîte de Pandore de logiciels malveillants et de logiciels non examinés. »

Apple fait de la censure politique avec l'App store... Et je rappel que les règles de l'App store interdisent la licence GPL.

Dans un rapport déposé auprès de la SEC des États-Unis en octobre 2021, Apple a spécifiquement nommé la Digital Markets Act et a déclaré que, si elle était adoptée, elle pourrait nécessiter des modifications de l'App Store d'Apple qui pourraient nuire aux résultats financiers de l'entreprise.

C'est surtout ça

Federighi a évoqué le fait que l'iPhone occupe une position minoritaire sur le marché en soulignant que seul un Européen sur cinq possède un iPhone par opposition à d'autres types de smartphones (à savoir Android). « Notre objectif n'a jamais été de vendre le plus », a-t-il déclaré. « Au lieu de cela, notre mission est de fournir aux gens le choix de ce que nous considérons comme le meilleur ».

Un sur cinq c'est déjà ÉNORME, quant on connait le nombre de fabriquant.

Il a fait valoir que le chargement latéral ferait en sorte que les utilisateurs seraient amenés à télécharger des logiciels malveillants.

Le problème, c'est que le chargement d'un code exécutable sur un ordinateur n'a rien de latéral...

Dans un autre publié en juin, Apple a gardé le même langage pour s'opposer à la création de magasins de téléchargement alternatifs :

« Des études montrent que les magasins d'applications tiers pour les appareils Android, où les applications ne sont pas soumises à examen, sont beaucoup plus risqués et plus susceptibles de contenir des logiciels malveillants que les magasins d'applications officiels. En conséquence, les experts en sécurité déconseillent aux consommateurs d'utiliser des magasins d'applications tiers, car ils ne sont pas sûrs. Autoriser le chargement latéral ouvrirait la porte à un monde où les utilisateurs n'auraient peut-être pas d'autre choix que d'accepter ces risques, car certaines applications pourraient ne plus être disponibles sur l'App Store, et les escrocs pourraient faire croire aux utilisateurs qu'ils téléchargent en toute sécurité des applications depuis la plateforme. Le chargement latéral exposerait les utilisateurs à des escrocs qui exploiteront les applications pour induire les utilisateurs en erreur, attaquer les fonctionnalités de sécurité de l'iPhone et violer la confidentialité des utilisateurs. Il serait également plus difficile pour les utilisateurs de se fier à Ask to Buy, une fonctionnalité de contrôle parental qui permet aux parents de contrôler les téléchargements d'applications et les achats intégrés de leurs enfants, et Screen Time, une fonctionnalité pour gérer leur temps et celui de leurs enfants avec leurs dispositifs. Les escrocs auraient la possibilité de tromper et d'induire en erreur les enfants et les parents en masquant la nature de leurs applications, rendant les deux fonctionnalités moins efficaces ».

ET BIEN TANT MIEUX. Les contrôles parentaux sont uniquement des logiciels espions, qui habituent les enfants à se faire surveiller et contrôler.

Google a déclaré : « Bien que nous soutenions de nombreuses ambitions de la DMA concernant le choix des consommateurs et l'interopérabilité, nous craignons que certaines de ces règles ne réduisent l'innovation et le choix offert aux Européens. Nous allons maintenant prendre un peu de temps pour étudier le texte final, parler avec le régulateur et déterminer ce que nous devons faire pour nous conformer ».

L'innovation et le choix version ₲oo₾£€ : Google ou Google+ ou Youtube.

Que pensez-vous du DMA ?

Pour une fois (venant de la Commission européenne), je le trouve très bien construit.

Quelles sont les dispositions qui vous marquent le plus ? Dans quelle mesure ?

1. assurer le droit des utilisateurs de se désabonner des services de la plateforme de base dans des conditions similaires à l'abonnement
2. établir des conditions déloyales pour les utilisateurs professionnels

Que pensez-vous des obligations d'interopérabilité telles que définies par le projet de loi (notamment que les grands services de messagerie tels que Whatsapp, Facebook Messenger et iMessage d'Apple « devraient s'ouvrir et interagir avec des plateformes de messagerie plus petites si elles le demandent. Les utilisateurs de petites ou de grandes plateformes pourraient alors échanger des messages, envoyer fichiers, ou passer des appels vidéo via des applications de messagerie, leur donnant ainsi plus de choix ») ?

Je pense que c'est une TRÈS GRANDE avancé ; ces plates-formes sont des parasites de l'internet. Les appels téléphoniques, les SMS, les e-mails utilisent des protocoles standardisés. La messagerie devrait l'être tout autant.
5  0 
Avatar de juju26
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/03/2022 à 15:49
Un seul mot : Enfin... mais j’attends l'application réelle et sans message anxiogène en cas de téléchargement/exécution hors store... ça reste une autre histoire.
5  0 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 28/03/2022 à 20:54
Le bon sens l'emporte enfin. Il fallait vraiment avoir de la merde dans les yeux pour ne pas voir l'abus de position dominante de la part d'Apple... Un peu moins de la part de Google.
4  0 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 13/04/2022 à 18:10
C'est amusant que Tim Cook parle de "privacy", vu ce que Apple fait...
4  0 
Avatar de juju26
Membre actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2021 à 18:27
Ce type de comportement limite grandement l'attrait de la plateforme, notamment pour les logiciels métier.
3  0